Skip to content
Accueil » L'enfant précoce » Psychologie » Le bébé surdoué

Le bébé surdoué

Le bébé surdoué est un petit personnage tout à fait fascinant. Il est très important de bien comprendre comment il fonctionne pour satisfaire ses besoins, lui permettre de s'épanouir en grandissant et l'aider à démarrer du bon pied dans la longue vie qui l'attend.

Test d'identification des enfants précoces

Cela peut paraître étrange de parler de bébé surdoué, ou précoce ou encore à haut potentiel, alors qu’on parle d’une petite personne qui vient tout juste de naître et a le monde à découvrir devant elle.

C’est l’occasion encore une fois de préciser que la précocité intellectuelle ne se résume pas à de grandes facultés d’apprentissage, mais résulte bel et bien d’un fonctionnement physiologique différent qui existe dès le premier jour et sans doute même avant la naissance.

Je vais essayer de décrire le bébé précoce, que j’appellerai dorénavant Bébé par souci de simplicité. Cette description est globale et comporte les principales caractéristiques de Bébé. Bien entendu, tous les Bébés ne présenteront  pas forcément tous les traits de caractère évoqués. Chaque enfant est unique même si des constantes existent.  Il y a peut-être moins de différences entre enfants surdoués à cet âge, l’environnement et les expériences vécues au fil du temps n’étant pas encore passés par là pour différencier fortement un enfant d’un autre.

Le regard du bébé surdoué

Au commencement il y a Bébé…les yeux fermés, rien de plus normal. Mais il les ouvre vite. Dès qu’il aura l’occasion de montrer ses jolis yeux, le parent averti  verra très vite que son regard est tout à fait particulier. En effet, notre Bébé s’ouvre au monde à travers ce regard et cherche aussitôt, dès qu’il est réveillé, à comprendre son environnement et à interagir avec lui. Le Bébé surdoué est un bébé au regard scrutateur, insistant, à tel point que parfois ses parents ou les personnes à qui il est confié peuvent se sentir gênés par son intensité.  Son regard peut-être dérangeant pour qui l’observe et ne parvient pas à communiquer avec lui. Il ne regarde presque jamais dans le vide mais fixe son attention sur les personnes, les objets qui l’entourent. Très rapidement il  suit du regard les personnes et semble être en attente d’une réaction, d’un mot, d’un échange.

En grandissant il perçoit tous les mouvements, même les plus discrets. Il est difficile de lui cacher un objet ou de ranger quelque chose en sa présence car son attention est tout de suite portée sur cette chose avec laquelle il va vouloir garder le contact.

Bébé perçoit aussi le sens des mimiques « visuelles », regard fâché, curieux, inquiet, joyeux, gestes sans paroles et se les approprie pour les utiliser à bon escient. Par exemple, lorsque vous froncez les yeux après qu’il ait jeté l’un de ses jouets, il comprend qu’il a fait une bêtise et doit aller le ramasser.

Un bébé tonique et volontaire

Cette volonté de cerner et de connaître son environnement fait de Bébé un enfant très tonique, qui tient rapidement sa tête droite et cherche la meilleure position pour voir ce qui se passe autour de lui. Il se laisse rarement aller dans vos bras simplement pour se faire dorloter, il est toujours en éveil et attentif. Il peut alors dérouter sa maman car il ne semble pas forcément très affectueux ou aussi  docile (lors du change, durant le bain…) qu’elle le souhaiterait.

C’est  un bébé dont on a l’impression qu’il ne se détend pas (sauf lorsqu’il dort) par besoin de participer à la vie collective. Il aime les positions dominantes, dans les bras, face vers l’extérieur. Pour le promener, il n’y a rien de mieux que le porte-bébé dorsal qui lui offre un bien meilleur point de vue sur le monde que sa poussette.

Une forte conscience de lui-même et de son environnement

Le bébé surdoué apprend rapidement à se situer dans la maison, il connaît très tôt les différentes pièces et l’emplacement des objets du quotidien. Les notions comme intérieur, extérieur, jour, nuit, celles qui touchent au ciel et au temps qu’il fait lui sont familières et sont maîtrisées vers  l’âge de 2 ans, parfois avant cet âge. De même il se reconnaît tôt dans le miroir, fait facilement la distinction entre lui et les autres, parle de lui en utilisant « je » « moi » « à moi »… largement avant trois ans, se reconnaît en tant que petit enfant ou bébé, nomme (ou montre s’il ne parle pas encore) toutes les parties du corps.

Beaucoup d’empathie envers les autres

Bébé manifeste très tôt des sentiments affectueux et des peurs à l’égard de certaines personnes. Il a souvent besoin d’un temps d’adaptation vis-à-vis des personnes extérieures, un temps d’analyse et d’observation au terme duquel il se détendra généralement.  Il manifeste fréquemment des préférences marquées pour certaines personnes. Il remarque les particularités de ses interlocuteurs et souvent untel sera défini comme celui qui a un chapeau par exemple, ou des lunettes, ou qui a les cheveux frisés…

Par ailleurs il arrive qu’il ait peur de certaines personnes du fait d’une de leurs caractéristiques physiques (un regard dur, un timbre de voix particulier, …).

Des phobies ou des frayeurs souvent exagérées

Un bruit inhabituel, une image qui fait peur,  un personnage d’une histoire, et pour peu que personne ne soit disponible pour lui expliquer la situation et le rassurer, peuvent engendrer un début de phobie. Par exemple s’il pleure au cours d’une nuit d’orage, le prendre 5 minutes dans les bras pour lui parler évitera souvent de laisser s’installer la peur. Notre second fils a refusé pendant très longtemps (jusqu’à plus de 10 ans) de lire des livres qui mettaient en scène des « méchants ».

Une hypersensibilité parfois déconcertante

Certains bébés surdoués ont l’ouïe très fine, s’effrayent ou sursautent facilement ; d’autres bénéficient d’un odorat extrêmement développé à tel point qu’ils sont parfois très embarrassés par de fortes odeurs (et l’expriment souvent d’ailleurs) ; certains sont très sensibles aux matières et aux textures et peuvent avoir du mal à toucher certains tissus, certaines matières (trop mou, trop râpeux…), à voir certains plats (aspect d’une purée…), à porter certains habits. Ces sensations  exacerbées peuvent aller jusqu’au dégoût et blocage total dans certains cas. Celles et ceux d’entre vous qui ont à la maison un enfant incapable malgré toute sa bonne volonté d’avaler un plat de légumes me comprendront.

A contrario, il n’est pas rare qu’ils s’extasient devant de beaux objets, expriment leur joie quand le repas sent bon, ou encore, les petites filles en particulier, lorsqu’elles apprécient une couleur, un vêtement, une matière agréable.

Le langage du bébé surdoué

Le bébé précoce passe très rarement par l’étape du babillement,  il va très vite articuler des sons audibles et se mettra à parler vraiment lorsqu’il s’en sentira capable. A ce niveau, deux types de comportement sont fréquents. Bébé peut prononcer très jeune (parfois avant un an)  des mots bien formés et passer rapidement à la petite phrase de trois mots et plus (c’est le cas de ma petite dernière). D’autres enfants sont quasiment muets avant deux, voire trois ans, mais enregistrent les discussions de leur entourage et se mettent subitement à prononcer des phrases très structurées avec sujet, verbe, complément et bien plus encore.

Bébé se fait remarquer par sa grande richesse de vocabulaire. Il utilise couramment des adjectifs, des adverbes…et surtout il emploie de façon tout à fait naturelle des modes comme le conditionnel ou le subjonctif, qu’il maîtrise et utilise dans le bon contexte. Ce qui n’est pas sans poser des problèmes lorsqu’une fois arrivé en classe de maternelle il doit communiquer avec d’autres enfants mois avancés sur ce plan.

Il adopte et s’approprie le langage et la façon de parler des personnes qui l’entourent, reproduit leurs intonations, corrige ses interlocuteurs, ce qui l’entraîne parfois à utiliser un langage un peu (et malheureusement) désuet, du style : « Et si on jouait  Maman ? » ou « Que fais-tu Maman ? ». Plus tard,  il s’immisce facilement dans les discussions privées, entend une bribe de discussion et répond alors qu’il avait l’air d’être occupé à autre chose.

Par ailleurs, Bébé fait souvent montre d’un grand sens de l’humour ; il comprend la notion de blague et sait l’utiliser, en particulier en détournant les mots et les phrases pour y mettre sa touche personnelle. Manipulateur, il est capable d’affirmer qu’il plaisantait pour s’excuser d’avoir commis une bêtise ou d’une erreur.

Ses goûts et ses occupations

Bébé apprécie très tôt les livres, aime qu’on lui montre des images, qu’on lui raconte des histoires, qu’on lui pose des questions, qu’on lui demande de trouver tel ou tel détail dans une image.  Ainsi il apprend, mémorise et joue, il appréhende rapidement et retient facilement des concepts comme les couleurs, les nombres, les positions (dessus, dessous, devant, derrière…). Il mémorise les comptines, les chants, les histoires, qu’il apprend souvent par cœur sans même que l’on s’en rende compte.

Il  aime participer à la vie familiale, aider, comprendre les choses.  Il apprécie de faire par lui-même (s’habiller, mettre la table, ranger…) et cherche à comprendre comment fonctionnent les objets familiers. Lorsqu’il vous interroge, il attend de vous des explications sincères et ne se satisfait pas de réponses vagues. Il veut aller au fond des choses. Il testera plusieurs fois la même question à différentes occasions pour obtenir une réponse fiable.  Il s’interroge si vous  ne lui répondez pas ou vous corrige quand vous répondez de travers, insiste lorsque vous êtes distrait. Il a besoin d’être conforté dans son questionnement et d’obtenir des réponses.

Pas de promesses à la légère

Bébé retient très tôt vos paroles, même lorsqu‘elles font référence à quelque chose qui se passera dans l’avenir. Il n’est pas rare pour un parent de repousser un acte à plus tard lorsqu’il n’a pas le temps ou n’est pas disponible sur le moment. Si vous dites à votre enfant : « nous lirons l’histoire du petit chaperon rouge ce soir après la sieste » : il l’intègre et le retient ; il sera très fâché et sincèrement déçu si cela ne se passe comme prévu. Donc attention aux paroles prononcées distraitement ! D’une manière générale, l’enfant surdoué, même plus âgé, est extrêmement sensible sur ce point et n’apprécie pas du tout que le plan qu’il avait en tête pour l’avenir soit bouleversé.

En guise de conclusion

Le bébé précoce, du fait de ces particularités, est souvent un bébé qui se distingue. Certains passants ne manquent pas de faire des remarques ou de le regarder d’un air amusé. Laissez-moi vous raconter une anecdote édifiante sur ce point.

Lorsque notre fis aîné avait deux ans et trois mois, nous sommes partis en vacances dans le sud-ouest de la France. Au cours d’une balade dans un petit village de Dordogne, nous avons croisé une vieille dame sur le trottoir. Elle a regardé passer notre garçon d’un air amusé et, après notre passage,  nous a lancé deux simples phrases :  « Toi, tu es un petit garçon intelligent. Je sais ce que je dit, j’ai été maîtresse d’école. » Nous n’avions jamais entendu parler d’enfant précoce et nous étions à milles lieues de penser que notre premier garçon pouvait être surdoué. Quand, un peu plus d’un an plus tard, nous avons obtenu les résultats d’un bilan effectué par un psychologue, les paroles de la vieille dame nous sont revenues en tête et nous ne les oublierons jamais.

Le bébé surdoué est spontané, heureux, pétillant de vie, en interaction avec son entourage. Lorsqu’il a la chance d’être entouré par des personnes disponibles qui le comprennent, il est réellement surprenant, étrange pour certains et absolument présent ! Attention toutefois à ne pas se laisser déborder par lui !

Cette description est faite d’après mon expérience et regroupe les caractères les plus marqués du bébé précoce. Elle n’est pas forcément exhaustive et il ne faut pas s’attendre à retrouver tous ces traits chez tous les bébés précoces.

Par contre si vous reconnaissez votre bébé dans quelques uns d’entre- eux, et en particulier s’ils sont présents de manière intense, vous avez peut-être la chance d’avoir un bébé qui vous observe, vous scrute, vous écoute attentivement ! Soyez vous aussi à son écoute. Tenir compte de sa différence dès le plus jeune âge lui permettra de grandir en s’épanouissant et de développer harmonieusement les talents que la nature lui a donnés.

Je viens de créer un groupe thématique sur le thème du bébé surdoué. Si vous êtes membre d’EPI et que le sujet du bébé surdoué vous concerne ou vous intéresse, vous pouvez m’y retrouver pour échanger sur le sujet. si vous n’êtes pas encore inscrit, rejoignez nos membres maintenant.

Vous pouvez utilement compléter la lecture de cet article en lisant le livre de Monique de Kermadec et Sophie Carquain, le petit surdoué de 6 mois à 6 ans.

25 commentaires

  1. Virginie sur 16 octobre 2015 à 10 h 42 min

    Le bébé précoce est si prenant, si surprenant…J’en ai eu les larmes aux yeux en lisant l’article, tant j’y ai reconnu mon fils. C’est un très bon article, car il reprend beaucoup de traits du bébé à haut potentiel. Je voudrais juste préciser que ce peut-être dur pour les parents, même quand ils sont petits. Les bébés à haut potentiel sont enfermés dans un corps qui ne leur permet pas de réaliser ce que leurs capacités intellectuelles exigeraient : ce sont des enfants dont les crises peuvent être intenses si la demande est mal comprise (même à 2 mois). Le sommeil peut aussi être difficile : ils dorment peu et se réveillent souvent, font très tôt des cauchemars et des terreurs nocturnes. Mon conseil pour les parents : si vous trouvez que votre enfant est spécial, n’écoutez pas ceux qui préfèreront vous dire que les difficultés sont de votre fait. Ces enfants sont d’une grande intensité, ils offrent le meilleur comme le pire et quand on le sait, les difficultés sont plus faciles à surmonter et les bonheurs sont d’autant plus appréciés. Faites-vous confiance et tournez-vous vers les bonnes personnes, quitte à en voir plusieurs, jusqu’à trouver celle qui vous écoutera.

  2. Gayat sur 26 mai 2016 à 14 h 07 min

    Je suis tout à fait d’accord avec Virginie. Moi -même maman de 3 zebres, peut -être même 4…et assistante maternelle (actuellement 2 des petites filles qui me sont confiées ,sont, de façon évidente, EIP (pas facile pour les parents…parfois pour moi..Mais des enfants tellement touchants ,entiers,complexes,merveilleux, bref,c’est du bonheur ! ).

  3. Anne-Laure sur 15 novembre 2016 à 20 h 57 min

    Je sais que cela peut paraître bien tôt mais je suis maman d’une petite fille de 3 mois avec un caractère vraiment très spécial depuis sa naissance. Mais je reconnais beaucoup de signes décrits ci-dessus chez ma fille. Elle observe et suit du regard depuis qu’elle a moins d’un mois, tient sa tête droite et sans aide depuis qu’elle a 2 mois, a une motricité incroyable d’après les pdédiatres depuis sa naissance, a commencé à gazouiller à 2 mois, ne dort plus la journée depuis plus d’un mois, a une hypersensibilité aux bruits, pleure dès qu’un inconnu l’approche, etc… C’est assez déconcertant effectivement pour nous ses parents, et difficile à gérer pour occuper un petit bébé pendant toute la journée… mais étant moi-même de haut potentiel, et ayant plusieurs neveux surdoués, je me suis mise à chercher, et voilà que je tombe sur cet article qui expliquerait bien des choses. Bref, on verra comment elle continue à se développer, mais je me rassure en me disant que son comportement qui paraît parfois « bizarre » a peut-être bien une explication.

  4. Milie sur 23 novembre 2016 à 13 h 32 min

    Issue d’une famille de zebres, je suis l’heureuse maman d’une petite fille de presque 3 mois très très précoce.
    Selon ma mère je n’étais pas aussi en avance qu’elle mm si bébé je surprenais déjà.
    Ma puce dès la naissance se distinguait fortement selon les professionnels. Elle a ouvert les yx en sortant de mon ventre et s’est relevée en appuyant les mains sur ma poitrine pour regarder son père qu’elle a entendu parler. Elle tenait donc déjà sa tête à peine née.
    Lors du 1er bain, la puéricultrice a tenté de la mettre sur le ventre. Elle était tellement tonique déjà, qu’elle était à 4 pattes. La jambe dt qui balançait comme pour avancer. Elle avait alors 2 jours.
    Elle a tjs eu un regard ultra intense. Elle est extrêmement curieuse et regarde partt.
    A 1mois et demi elle commençait à s’asseoir seule à partie d’un plan incliné. Maintenant elle ne veut plus rester couchée.
    Elle attrape depuis peu entre son pouce et son index, elle joue avec ma montre aussi qd elle assise sur mes genoux par exemple.
    Les babillages ont commencé tres tot aussi. Avant son 1er mois. Là on est persuadé qu’elle dit coucou depuis 2j.
    C un bébé qui dort peu, qui ns sollicite énormément. Mais bcp moins depuis qu’elle est capable d’attraper.
    Hier elle jouait et jactait avec sa peluche qui parle «Nino de v tech» pdt plus d’1h. Normalement, cette peluche est à partir de 6 mois. Elle appuie tte seul sur le coeur lumineux qui fait parler la peluche.
    Elle lui fait des câlins en se frottant dessus en rigolant.
    Qd elle est ds nos bras, elle joue a enfouir sa tête contre notre poitrine en rigolant qd la pers qui est à côté joue à lui faire coucou.
    Elle semble se reconnaître dans le miroir puisque qd on se penche vers elle pour l’embrasser, elle peut faire exprès d’éviter le bisou ena se penchant lorsqu’elle noud voit arriver vers elle ds le miroir.

    Bref… il y a tellement d’autres aspects sur lesquels elle est en avance. En plus c exponentiel. Chaque jour elle fait qqch de nouveau. Notre crainte quand à notre capacité de l’accompagner est réelle pour mon mari et moi. En plus, elle va bientôt aller chez la nounou. Saura t elle la «nourrir» comme elle en a besoin ?
    C assez effrayant de la voir aussi en avance.

  5. Maptitetoile sur 27 novembre 2016 à 22 h 08 min

    Bonjour à toute
    Mon petit garçon de 16 mois nous a donné du fil à retordre jusqu’à ce q il marche seul à 9 mois et demi.
    Il a été un bébé qui ne faisait que pleurer nuit et jour. Tt petit dormeur, il restait éveillé des heures durant la nuit et ne dormait q par épisode de 10 à 15 minutes.
    La moindre lumière, le moindre son le mettait aux aguets.
    J en ai fait une dépression post partum à ses 4 mois. Manque de sommeil, pleurs constant, j étais à bout.
    Aucun médecin ni pédiatre ne prenaient notre souffrance en considération.
    Lors des consultations il était le bébé parfait. Hypertonique, très éveillé, un regard profond.
    Nous devions le sortir pour arrêter ses pleurs. Il observait sans dormir.
    Son regard m inquiétait. Il fixait les arbres ds sa poussette, les oiseaux.

    Nous avons demandé un second avis pédiatre qui ns a orienté vers un pedopsy pensant à une angoisse de séparation.

    Puis voilà à 6 mois, nous voilà avec l idée d un bébé plus intelligent, frustré de ne pv exécuter ce q bon lui semble.

    En résumé un bébé hypertonique, regard scrutateur, hypersensible aux détails, une hyperactivite, et un tt petit dormeur.

    Nous avons été soulagé et surtt ns savions enfin le pourquoi du comment. Ns étions écoutés.

    Dès q il a acquis la marche (9 mois et demi), ses pleurs se sont estampes. Les nuits sont tj restés un pb.

    A ce jour (16 mois) c est un bébé très vivant, inépuisable ( il danse, ne craint pas l eau et s eclate à la piscine, joue de manière épatante au ballon, lance et rattrape une balle, s entoure d un nb innombrable de livres, fait de la gym bébé.. J en passe), tt petit dormeur aux nuits difficiles et au réveil aux aurores (entre 5 et 6 h), à la mémoire incroyable, il ne dit que qq mots ms c est très bien ns faire comprendre ce q il veut et ce depuis plusieurs mois, nous déroute face à sa compréhension.
    Finalement je n ai js eu vraiment affaire à un bébé…

    Nous sommes épuisés ms à côté il est tant exceptionnel que ns trouvons notre bonheur

    Bon courage à tous

    • Anonyme sur 13 novembre 2018 à 1 h 18 min

      Bonsoir,
      Je ne peux que comprendre ce sentiment de ne pas avoir eu de « bébé ».
      Ma fille a à présent 2 ans. Elle n’a jamais été vraiment un « bébé ». Encore moins aujourd’hui. Elle me le fait d’alleurs remarquer. Quand elle a commencé à parler elle me disait quand je la surnomais « mon bébé », « non maman, moi pas bébé ».
      Dur à accepter parfois.

  6. Estelle sur 27 novembre 2016 à 22 h 50 min

    Merci pour cet article.
    Je suis la maman de deux petites filles, une de deux ans, et une de 4 mois.

    Nous avons des doutes importants que le fait que notre première puisse être HP. La pédiatre l’a sous-entendu à plusieurs reprises, mais la conversation n’est pas allée plus loin. Depuis qu’elle est née elle a ce fameux regard (lors de sa 2ème nuit, à l’hôpital, je n’avais pas eu de montée de lait encore, et elle avait faim, je l’avais couchée sur moi et elle a relevé la tête et m’a regardée droit dans les yeux pour se plaindre, je n’oublierai jamais ce regard), elle a marché tôt, elle parle clairement avec phrases complètes depuis qu’elle a environ 16 mois. A deux ans, elle connaît parfaitement les couleurs et pas que les basiques bleu jaune rouge, elle sait compter, parle à la première personne du singulier, elle commence à nous interroger sur les lettres, elle en reconnaît certaines, elle distingue la gauche et la droite, elle a déjà la notion du temps (hier, ce matin, demain,…), elle chante des chansons entendues à la radio en français et en anglais,… Il y a un critère sur lequel je ne la retrouve pas, pour notre grand plaisir ;), Pauline dort 12h par nuit et fait encore parfois une sieste la journée. Elle a fait ses nuits très tôt, à 6 semaines et ça n’a jamais cessé. Nous pensons la faire tester prochainement, mais c’est comme si c’était un pas à franchir, un non retour en quelque sorte, et nous nous demandons si deux ans ce n’est pas trop tôt?

    Et notre petite puce a l’air d’être sur le même chemin. Même regard, curieux, interrogateur, toujours à vouloir attirer l’attention, pour sourire, babiller, tendre les bras pour toucher ceux qui s’adressent à elle. Elle essaye de s’asseoir seule, juste à la force des abdos depuis quelques semaines déjà. Elle tient assise, de manière un peu bancale encore. Elle se tourne dans les deux sens depuis un moment aussi. Elle est à l’affut de tout ce qui se passe, sursaute beaucoup lors de ses siestes de la journée, on dirait parfois qu’elle entend des choses que nous ne percevons pas forcément. Elle aussi dort bien, toute la nuit, 12h depuis ses 6 semaines.

    C’est parfois un peu effrayant, et en même temps tellement riche.

  7. Karen sur 28 novembre 2016 à 4 h 29 min

    Ma fille de 4 ans a exactement tous ce qui est decrit ici . Elle a ouvert les yeux en sortant du ventre et regardait de maniere insisté, on a compris qu elle serait un cas exceptionnels, elle mémorise des pubs a 2 ans, elle ne lis pas encore mais ellf a des tonnes de livre qu maîtrise, elle emploi des mots que meme moi je n’emploie pas. Elle regardait la tele avec insistance a 7 mois meme pendant 1 h sans se déconcentrer ou chercher les bras et moi jen profitais pour le menage, elle a prononcer parfaitement son prénoms a la fin de ses 11mois. Non, elle me depasse jusqu aujourd’hui

  8. Amélie sur 2 janvier 2017 à 19 h 00 min

    Bonjour,
    Je suis heureuse de lire cet article dans lequel je reconnais bcp mon bébé de 9 mois.
    Mais nous sommes épuisés et parfois lorsque les nuits sont vraiment entrecoupées de ses nombreux réveils, je ne sais plus quoi faire. Avez vous des conseils à me donner ? Des personnes compétentes vers qui me tourner ?
    Comment avez vous réussi à protéger votre sommeil pour tenir ?
    Merci merci

  9. Justine sur 19 janvier 2017 à 20 h 16 min

    Bonjour,
    Je suis la maman d une petite fille de 16mois qui m épaté de jour en jour… Hier m a pédiatre était très surprise de son évolution et m a d ailleurs signalé qu elle avait déjà acquis pratiquement toute la psychomot d un enfant de 2ans.
    Je me demande réellement si elle n a pas plus qu une simple avance… Des exemples :
    – elle parle déjà très bien ( de nombreux mots et phrase a 2 mots du style c est chaud; c est beau; tu entends?; etc)
    – elle reconnaît tous les animaux et sait faire les bruits…
    – elle déteste attendre .
    -quand elle etait plus petite elle piquait des crises quand elle n arrivait pas a faire qlq chose.
    -elle sait manger toute seule.
    -elle fait déjà des sortes de blagues
    – elle compte déjà jusqu a 2.

    Voilà vous en pensez quoi? Est ce qu un bébé précoce serait enfant précoce ou est ce que ça n a rien a voir? Merci

    • Françoise sur 21 janvier 2017 à 17 h 12 min

      Bonjour,

      C’est difficile à dire dès maintenant mais ce sont des signes qui pourraient relever de la précocité intellectuelle. Vous en saurez plus au fil du temps, en continuant à l’observer, avec le constat d’une espèce de décalage permanent. En attendant vous avez au minimum une fille « vive » dont il conviendra de comprendre et freiner avec tact les impatiences si toutefois elle devait continuer à avoir des envies d’enfants plus âgés.

  10. Mmm sur 31 mars 2017 à 22 h 15 min

    Bonjour.
    Je suis contente d avoir trouvé votre site et forum pour pouvoir expliquer ma situation et obtenir peut être des réponses….
    Mon petit Louis a un an pile aujourd’hui, et il me semble avoir pas mal de ces signes (mais c est notre premier et nous sommes très (trop?) attentifs :à ses besoins et demandes…allaitement de 7mois et demi, portage, piscine, diversification menée par l enfant(donc pas de purée mais morceaux et couverts), lsf, pas de garde ni creche, nous lui parlons normalement depuis toujours…
    -très tonique, il tient assis depuis qu’il a eu 4 mois (sans se mettre seul assis) et voulait être assis dès lors… allongé pour dormir uniquement…
    – le regard évidemment hyper présent…
    -dès qu’il y avait un bruit qu’il ne connaissait pas, il tournait la tête.. vite…et tirait mon sein avec Sa bouche, ou le lachait pour regarder vers l origine du bruit…et depuis, pour le moindre bruit, il nous regarde ou montré l origine et demande à sa façon qu’on lui explique ce dont il s agît… (il a tres peur des aboiements)
    – il est très empathique… sa petite cousine de 4 mois de plus pleurait devant lui (il avait 5 – 6 mois) et il a envoyé sa tête pour un câlin…depuis il en fait très souvent, et pleure si qq un pleure…
    – il s est mis debout seul à 9 mois et qqes et marche depuis qu’il a 10 mois et 3 semaines…
    – il adore les livres (mais rituel du soir) et de lui même tourné les pages de n importe quel livre (il a accès à tous ses jouets et accessoires, livres… etc
    -il adore la musique, danse dessus et fait du rythme… (mais papa joue de la guitare)et joue pour lui souvent…
    – il sait manier la fourchette et mange seul… sauf quand il a la flemme… ou très faim..
    Aussi, l entourage est toujours stupéfait par sa capacité à s « amuser » seul et le fait de ne jamais l entendre pleurer… depuis sa naissance c est un bébé très cool et très observateur… tres souriant et sociable. Pour finir, son papi était asperger…
    Voilà pour la présentation générale… mais nous sommes dans l idée d une éducation bienveillante et positive (montessori et compagnie nous inspire bcp, sans suivre à la lettre)
    Nous sommes tous les deux (ses parents) très sensibles et empathique et (encore une fois) très à l écoute.. peut être est ce tout simplement une surstimulation de notre part qui le rend ainsi??? Merci d avance d égos retours..
    M

  11. Mmm sur 31 mars 2017 à 22 h 21 min

    J oubliais le langage…
    Il pleurait mamamamama vers 4 -5 mois quand il net ait pas dans les bras et pas bien… il a dit owoir vers 7 mois.. Coucou vers 8 mois… et depuis plusieurs autres par phases (pendant qes jours puis plus rien..
    ) et il commence à signer depuis qu’il a 11 mois.. le mot encore…

  12. Auzary sur 17 juillet 2017 à 14 h 43 min

    Ma petite dernière nous a fixé intensément ,son père et moi alors qu’elle venait de naître …Ma fille aînée alors que Je La tenais dans mes bras m’a dit « regarde » en tendant le doigt vers un oiseau alors qu’elle avait 9 mois et à 2 ans elle parlait Comme un adulte .Pendant des années ,Je n’ai pas eu vraiment conscience que cela sortait de l’ordinaire puisque tous mes enfants(4) étaient ainsi ,des enfants curieux de tout ,accumulant beaucoup de connaissances,très sensibles et très drôles ,lisant tous énormément et très faciles .Ca s ‘est Par contre gâté à l’adolescence,du moins pour les trois premiers ,(La dernière n’a que 9 ans) car l’hypersensibilité s’est muée en angoisses ,en manque de confiance en soi, en doutes et , pour les deux garçons en refus total du système scolaire au niveau du lycée .

  13. Claire sur 19 juillet 2017 à 7 h 38 min

    Assidue à ce site, je n’avais pas encore lu cet article. Merci beaucoup, car moi aussi j’y reconnais mes enfants. Comme beaucoup de parents de petits zèbres, nous avons cru longtemps que tout était normal chez nous, et que nos enfants grandissaient comme tout le monde. Plusieurs fois, une amie institutrice me disait que notre aîné (qui a maintenant 15 ans) avait des capacités très en avance pour son âge… mais elle était jeune diplômée, je prenait cela pour un manque d’expérience, simplement.
    Nous avons 6 enfants et avons découvert leur précocité il y a seulement 15 mois, grâce à notre 5ème enfant, qui a rencontré quelques problèmes. Depuis, nous relisons notre histoire familiale et découvrons en effet tout ce que nous lisons ici. Le plus marquant fut peut-être la naissance de notre 3ème enfant : il est né très rapidement, n’a pas poussé un cri, et quand je l’ai pris dans mes bras, il avait déjà les yeux ouverts et nous regardait d’une manière incroyable, comme s’il s’interrogeait. Nous avions l’impression d’un regard d’adulte dans les yeux d’un tout nouveau-né.

  14. Christian sur 23 octobre 2017 à 10 h 10 min

    Bonjour,

    Papa de deux enfants de 6 ans et 4 ans, je me demande pourquoi seules les mamans se prononcent sur ces forums.

    Réflexion futile mis à part, à l’instar de la majorité des commentaires, je trouve amusant d’écouter les parents d’élèves dans l’école de mes enfants: 80% des enfants seraient géniaux.

    Les dispositions et les aptitudes sont beaucoup plus nuancées dans la vraie vie. Les mécanismes d’adaptation, de compréhension, d’engagement sont complexes et ne se résument pas à des observations subjectives. Ici la plasticité du cerveau, sa capacité à évoluer, est peu évoquée. En lisant cet article, il semblerait que les capacités sont présentes dès la naissance – ou en tout cas visibles. En ce qui me concerne, je n’ai jamais été catégorisé comme surdoué durant mon enfance et mon adolescence. Pourtant adulte, j’ai fait partie de l’équipe de France de Handball (Junior), j’ai intégré polytechnique, et mes collaborateurs mettent constamment en avant ma capacité d’empathie et ma compréhension des sujets à la fois sociaux et techniques.

    Je reste dubitatif par rapport à la description de ces modes de fonctionnement cérébraux. De manière tout à fait empirique et assumée, j’avance même qu’il n’y a pas de fonctionnement de surdoué visible via des symptômes de précocité. La seule preuve est que personne ne peut être bon dans tous les domaines. Je n’en connais pas et il n’en existe pas. Même si quelqu’un n’a pas été détecté HP selon vos critères, cela ne l’empêchera pas d’être plus brillant et plus créatif dans nombre de domaines qu’un surdoué. C’est donc un peu un comble pour un surdoué, même si vous me direz que cela ne signifie pas réussite. C’est du coup un peu ridicule. Pour ma part, le potentiel n’existe pas s’il ne s’exprime pas, s’il ne se révèle pas.

  15. Consuelo Cautivo Rossetti sur 6 novembre 2017 à 22 h 15 min

    Bonjour, je trouve intéressante votre témoignage. Il y a autant de surdouances que des surdoués. Nous sommes avant tout des personnes, des êtres humains avec un besoin de reconnaissance et d’affection. Personnellement ma surdouances s’est toujours vue. Première de classe, première d’école. En avance toujours, j’ai eu mon bac à 16 ans. Dyspraxique je n’ai jamais pu avoir mon permis de conduire. Mes deux filles de 11 et 8 ans surdouées aussi, testées. Totalement différentes l’une de l’autre. Victimes de harcèlement à l’école. Une extravertie, l’autre réservée.
    Nous avons le droit d’avoir notre place, chacun à notre façon nous sommes importants et pouvons apporter notre particularité. Testés ou pas, reconnus ou pas. Laissez-nous être qui nous sommes.

  16. Emmanuel sur 27 février 2019 à 23 h 35 min

    Bonjour,
    Je me retrouve dans cette description du bébé surdoué. J’ai vécu cela, et mes souvenirs commence dès ma 2ème année, qui me paraît d’ailleurs aussi proche et vivante que les années d’enfance. Sur mes photos, on voit bien que je suis scrutateur, observateur, communicatif et rieur (je pleurais peu en général) avant 6 mois. Ensuite, tout ça permet d’être créatif et imaginatif en autodidacte, polyvalent, si on n’est pas bridé, démoralisé… Il faut faire s’épanouir ceux qui ont souffert de l’école (du conservatoire…), des autres, même de leur famille, conformiste, soumise à l’école, qui peut avoir peur d’accepter cette réalité pourtant indispensable à notre espèce, il faut les inciter à expérimenter et progresser/créer par eux-même sans scrupule, crainte, doute, et davantage encore s’ils ont un problème d’emploi…
    A votre disposition pour vos messages… Emmanuel Dessane (FB too !)

  17. Emmanuel sur 27 février 2019 à 23 h 37 min

    Oui, créer seul dès l’enfance, mais même adulte, ce n’est pas trop tard !

  18. Jenny sur 28 février 2019 à 14 h 25 min

    Maman d’un petit garçon de 3 ans et demi, nous nous interrogeons son papa et moi sur la vivacité d’esprit de notre petit bonhomme…
    Depuis sa naissance je tiens un journal de bord sur tous les évènements marquants de son existence….
    Bébé il n’était déjà pas comme les autres bébés, à peine sorti de mon ventre, sans un cri, il a ouvert les yeux et a regardé son père d’une manière si intense, que même en en reparlant aujourd’hui, nous avons les larmes qui nous montent aux yeux… Il avait le regard scrutateur, intense… Quelques mois plus tard il a commencé à développer une sorte de « flapping » », sitôt qu’il était sur le dos (ne sachant pas encore se retourner) il se raidissait et flappait avec ses mains, en regardant partout autour de lui, comme si il était emprisonné dans un corps qu’il n’arrivait pas à maitriser, alors qu’il voulait partir à la conquête du monde !  Il a marché à 15 mois sans passer par le 4 pattes, a parlé relativement tard, à deux ans mais en faisant sujet verbe complément, à 2 ans et demi employait le « je » et le « moi », reconnaissait les couleurs et toutes leurs nuances, chantait les comptines que je lui avais chantonné, à 3 ans reconnait sa droite de sa gauche, fait des résumés de ses livres avec ses propres mots…
    Il a toujours eu une excellente mémoire, à tel point, qu’il est capable de nous relater parfaitement des évènements qui se sont déroulés il y a plusieurs mois, de même qu’il s’est très vite repéré dans l’espace… Il ne va pas facilement vers les autres enfants et préfère de loin être entouré d’adultes ou d’enfant plus âgés..

    A côté de cela, c’est un enfant qui déborde sans cesse…. Un trop plein de tout qui explose de manière démesurée sans qu’on ne comprenne vraiment pourquoi… Des crises qui peuvent passer pour des caprices aux yeux des autres, d’autant plus que nous ses parents n’arrivons pas du tout à les gérer, ni à les calmer.. On se comprend pas ou très mal… Alors on déborde nous aussi… Perte de patience, fatigue qui s’accumule… Aux yeux des autres nous passons pour des parents laxistes, mais on a tout essayé , la manière douce, les punitions… En fait ce que notre entourage ne comprend pas c’est que notre petit bonhomme ne s’élève pas comme les autres enfants… Le non , il ne le comprend pas, le remet en question… Si par malheur on ne le comprend pas du premier coup il rentre dans une rage folle , tape, crie…. A une simple évocation comme celle de passer à table, d’aller prendre un bain, ou encore d’aller dormir, tout est prétexte à la négociation… Une chose qui doit prendre 5 minutes, en prend 15 … Il est « insolent », parfois limite provocant… Pour exemple on lui demande d’aller ramasser quelque chose il va nous répondre : « t’as deux jambes , tu peux y aller toi-même », si on lui demande d’arrêter de crier en criant nous même, il va nous dire pourquoi toi tu as le droit de crier alors que tu me demandes de ne pas crier… Il a réponse à tout… et est hypersensible… quand une crise arrive, on la laisse passer sans réagir… Après on en parle ensemble… Alors oui on passe pour des parents permissifs sans aucune autorité, mais j’ai pas de mode d’emploi… C’est parfois ingérable on se remet pas mal en question pour au final se demander si on n’a pas loupé quelque chose…

    Nous avons un ami qui a un enfant qui a été testé et révélé Haut potentiel, on échange beaucoup avec lui, il nous conseille de faire tester notre fils… En même temps à l’école (petite section maternelle) ça se passe très bien, la maitresse nous en dit que du bien… Donc j’ai un peu le derrière entre deux chaises ;-)…Tiraillée entre l’envie de savoir pour pouvoir appréhender notre vie sous un nouvel angle, et l’envie de ne pas savoir, car si ce n’est pas cela, finalement on aura loupé quelque chose dans son éducation… Et là il va falloir une grande remise en question du papa et de moi-même…
    Pas facile d’être parents … 😉

    • Françoise sur 28 février 2019 à 17 h 14 min

      Bonjour Jenny,

      Il y a 2 éléments que je relèverais dans votre description :
      – les débordements : peuvent être liés à l’idée que lui s’est mise dans la tête à propos de quelque chose à réaliser et qu’il ne parvient à faire tout seul : dans ce cas il faut tenter de comprendre ce qui ne va pas, ce qu’il voulait faire et l’aider en lui expliquant qu’il est normal qu’il ne réussisse pas tout du premier coup. Pareil si vous avez promis quelque chose, une sortie… eux retiennent bien les choses et s’attendant à ce qu’elles arrivent. Avec des enfants hp plus qu’avec d’autres, il est important de ne pas promettre dans le vague juste pour avoir la paix sur le moment ! Testé ou non, en faisant attention à ces points vous devrez réussir à mieux le comprendre.
      – l’histoire du non : en fait il teste vos limites et tant que vous lui cédez, il ira plus loin. Même si ce n’est pas agréable pour lui, il doit accepter le non et c’est à vous de vous montrer ferme sur certaines choses. Hp ou non, il reste un enfant et a besoin limites et de fermeté, de même que de savoir ce qu’il peut vous dire ou non. Pour la bain par exemple, vous pouvez le prévenir à l’avance  » après le repas tu prendras ton bain… » ainsi il a le temps de se préparer mentalement, à charge pour vous de vous y tenir sinon il vous fera tourner en bourrique encore longtemps.
      Cette série de livres pourrait vous aider sur les colères : https://www.enfantsprecoces.info/10-livres-pour-aider-enfant-provocateur-et-ses-parents-a-mieux-vivre-au-quotidien/

      • Jenny sur 1 mars 2019 à 10 h 46 min

        Nous avons mis tout cela en place mais rien n’y fait… Le prévenir à l’avance, lui expliquer le déroulement des évènements.. (ce qui le rassure tout de même ) mais La seule chose qui fonctionne et je n’en suis pas fière c’est le chantage … « Si tu vas prendre ton bain, tu auras le droit à un petit chocolat »… Ou tout autre chose qu’il aime… ça va faire un an et demi qu’on bataille chaque jour, nous avons aussi nos failles, on essaye de faire comme on peut et parfois on cède à la facilité du chantage … A côté de cela ça peut être un enfant adorable, avec beaucoup d’humour… Hyper empathique, et extrêmement sensible (le simple fait d’évoquer la mort de notre chien, lui fait monter les larmes aux yeux… ) Il se culpabilise aussi beaucoup par ce débordement d’émotions… En fait il n’arrive pas à se contrôler… D’où mon expression « il déborde »… Il est arrivé plusieurs fois où lorsqu’il a poussé le bouchon si loin, qu’il revienne quelque heures plus tard, en nous demandant pardon , pardon d’avoir crié, pardon de ne pas t’avoir écouté …
        On sent que c’est un enfant qui a beaucoup de cœur, avec une très belle âme, mais qui se sent dépassé par ce qu’il ressent….
        On a essayé d’instaurer des bases éducatives claires… Avant qu’il ait acquis la parole tout se passait bien, mais depuis qu’il sait manier la langue française, tout est prétexte à négocier… Contredire… De plus il ne tient pas en place… Les repas sont par exemple un vrai calvaire… Rester assis n’est pas possible , il se lève de table entre deux bouchées , revient s’asseoir, et ceci jusqu’à la fin du repas.. c’est épuisant … Il lui faut tout, tout de suite… Il n’est pas patient pour un sou… Et à contrario il est hyper intéressant dans sa manière de voir les choses … Dans ses réflexions… Du haut de ses 3 ans et demi, on peut avoir de vrais discussions avec lui , il nous questionne beaucoup …
        Il y a quelques semaines il me parlait de Georges Braque (il a une super maitresse qui les initie beaucoup à l’art), du coup je lui ai montré ses peintures sur internet , on a échangé dessus.. Des moments comme cela il y en a plein, c’est riche pour lui mais également pour nous !!!
        Mais HP ou non je suis tout à fait d’accord avec vous quant à instaurer des règles claires, fermes et s’y tenir… mais ce n’est pas toujours facile …
        Mon compagnon a deux enfants issus d’un premier mariage (10 et 13 ans) , il m’avoue être dépassé par les évènements car il n’a pas vécu ce genre de situation et de comportement avec ses deux aînés, et pourtant il leur inculque les mêmes choses …

        En tout cas merci beaucoup pour votre réponse … Et de l’intérêt que vous avez porté cette petite tranche de vie … Ce n’est pas dans mes habitudes de « m’étaler en public » comme cela, mais j’avoue que ça m’a fait du bien…
        Je pense qu’une remise en question de notre part ne serait pas du luxe ,mais pour cela on aura certainement besoin d’un p’tit coup de pouce d’une personne extérieure… Pour le bien être de toute la famille…
        Merci encore pour vos pistes de réflexion…

        • Françoise sur 1 mars 2019 à 14 h 37 min

          Bonjour Jenny,

          Je comprends, avec les mêmes règles éducatives chaque enfant reste différent et il faut trouver la bonne « clé » pour les aider, pas facile ! Si la précocité est une piste, sachez que pour eux les ressentis sont intenses et c’est cette intensité qu’il faut comprendre pour éviter les débordements. De même il a peut être besoin d’être plus intensément occupé, n’hésitez pas à aller dans son sens, à enrichir en vous laissant guider par ses choix et non par l’âge recommandé. Le manque de « nourriture intellectuelle » est aussi une source de débordement.
          Ce que vous pourriez faire c’est consulter un psychologue pour ces débordements, en prenant soin de choisir un psychologue compétent en matière de haut potentiel au cas où : ainsi il pourra analyser les choses avec un oeil averti sur le haut potentiel, en principe pour quelqu’un d’habitué cela se voit rapidement. De loin il est difficile d’établir des liens de cause à effet et vu le jeune âge de votre fils, le bilan n’est pas forcément la première chose à faire. Par contre il pourrait comme moi tenter d’interpréter ses réactions, vous donner de bons conseils et éventuellement vous préconiser un bilan.

  19. Clotilde sur 26 mars 2019 à 17 h 35 min

    Bonjour,
    Maman d’une petite fille de 19 mois je m’interroge sur la possibilité d’un bébé HP. Extrêmement sensible, très vite rangée dans la catégorie « bébé aux besoins intenses », nous avons eu beaucoup de difficultés avec elle. Sommeil difficile, très vite perturbé, hypersensibilité, vite vexée, vite frustrée, colères très intenses, demande beaucoup les bras mais n’est pas affective, a besoin d’explication sur tout, est très sensible aux bruits … et puis après un passage chez la psychomotricienne, on nous a parlé de « trouble des intégrations corporelles ». Évidemment nous avons eu un peu peur, mais on nous a expliqué qu’ils s’agissait pour elle d’une hypersensibilité sensorielle et notamment tactile. Ce côté hypersensible, couplé aux autres signes et à ce regard intense, parfois tellement perçant qu’il me trouble me font penser à un bébé HP. Je n’ai jamais été testée, mais il est probable que je le sois. En revanche, elle n’est pas en avance sur le plan moteur (acquisition de la marche à 17 mois, très très prudente la demoiselle, elle voulait tout tester avant de se lancer), et langagier (elle dit des mots mais pas des phrases). Par contre c’est un bébé très très dynamique, un clown, a beaucoup d’humour, joue beaucoup et a beaucoup d’interactions, mais elle est très vite débordée par ses émotions. Je m’interroge sur cette possibilité, je voulais savoir si cela vous semblait crédible. Merci d’avance !

  20. Mimi sur 12 avril 2019 à 2 h 14 min

    Bonjour, je commence à avoir des soupçons de HP pour mes deux filles de 4 ans et 19 mois. Je reconnais tous ces comportements chez elles…ma fille de 19 mois fait des phrases complètes, parle au « Je » depuis plusieurs semaines, elle déteste le bruit, les étrangers et est incapable d’attendre pour quoi que ce soit. Ma fille de 4 ans s’interroge sur la mort, sur les catastrophes naturelles et sur les pays où il y a des ouragans. À 25 mois elle m’a demandé de mettre de l’électricité dans sa cuisinette jouet pour qu’elle puisse faire cuire ses aliments…elle ne tolère pas l’échec, peut se mettre à crier et à lancer des objets lorsqu’elle fait une erreur. Bref, je me demande un peu l’utilité de leur faire passer des tests de dépistage? Pour les parents d’enfants qui ont reçu ce diagnostic, est-ce que cela vous a aidé à mieux comprendre votre enfant et à mieux l’accompagner? On dirait que j’ai peur qu’elles aient une ‘étiquette’ et que ce soit négatif pour elles. Merci!

Laissez un commentaire





Informons ensemble toutes les écoles françaises sur l'élève à haut potentiel

Participez à notre grande campagne d'information !

Identifier et accompagner l'élève à haut potentiel intellectuel

Avec votre aide et pour que tous les élèves à haut potentiel puissent bénéficier d'un enseignement adapté à leurs besoins, nous allons envoyer un exemplaire de notre plaquette d'information à tous les chefs d'établissements de France. Cela représente environ 65.000 destinataires. Découvrez sans tarder comment soutenir cette campagne sans précédent !

L'ABC de l'enfant surdoué

ABC de l'enfant surdoué

L’ABC de l’enfant surdoué présente 100 termes choisis pour aborder les différentes facettes de l’enfant à haut potentiel, de ses caractéristiques et des ses difficultés éventuelles.

Groupes