Et si votre enfant était surdoué ?

Et si votre enfant était surdoué ?

Accueil » L'enfant précoce » La psychologie des enfants précoces » L’hyperstimulabilité sensorielle de l’enfant surdoué

L’hyperstimulabilité sensorielle de l’enfant surdoué

Jade Ann RiveraVoici la dernière des cinq parties de notre dossier sur les hyperstimulabilités traduits d’une série d’articles rédigés par Jade Ann Rivera pour son site et repris ici sur sa proposition. Après l’hyperstimulabilité émotionnellel’hyperstimulabilité imaginativel’hyperstimulabilité intellectuelle et l’hyperstimulabilité psychomotrice, nous en terminerons avec l’hyperstimulabilité sensorielle, cette étrange capacité qui fait que votre enfant ressent tout plus fort que les autres. Je vous invite à déposer vos commentaires ou vos expériences sur ce sujet en bas de page afin que nous puissions en discuter si vous le voulez bien. Vous trouverez par ailleurs la version originale de l’article de Jade sur cette page de son site.

Comment identifier et faire face aux hyperstimulabilités, partie 5 sur 5 : l’hyperstimulabilité sensorielle

Mes élèves n’ont pas seulement des activités préférées …

..ils sont DANS leurs activités préférées.

Leurs idées tiennent rarement de la lubie ou de l’intérêt passager. Au contraire, elles les obsèdent généralement.

Cela est compréhensible et explicable : les enfants surdoués connaissent souvent ce qu’on appelle l’hyperstimulabilité sensorielle. Celle-ci peut être définie comme le fait de ressentir de manière accrue le plaisir et le déplaisir provenant de tous les sens. Les obsessions de nos enfants surdoués sont bien souvent motivées par le côté « plaisir » de cette hyperstimulabilité.

Les enfants précoces peuvent être obsédés par toutes sortes de choses :  Star Trek, la Seconde Guerre mondiale, la gymnastique, Le dubstep (que Dieu m’en préserve) ou bien sûr … Minecraft.

Et puis il y a le revers de la médaille. Pour la même raison, mais côté déplaisir cette fois-ci, des enfants ne pourront pas porter certaines marques obscures de chaussettes ou bien des chemises avec des étiquettes. J’ai même remarqué que certains d’entre eux pouvaient s’habiller sans porter de sous-vêtements. Sérieusement.

En tant que professeur, je dois faire attention à ce que je mange pour le déjeuner (pas de choucroute, et pourtant j’adore ça) ou au savon que j’utilise pour me laver les mains. Beaucoup de mes élèves sont de «super-renifleurs» et éprouvent une très forte sensibilité aux odeurs.

Ces passions intenses et ces sens hyper-développés sont les caractéristiques de l’hyperexcitabilité sensorielle. Personnellement, des cinq types d’hyperstimulabilités, c’est celle qui me touche et que j’apprécie le plus.

Souvent, ces enfants surdoués sont perçus comme trop pointilleux, têtus ou carrément ingrats. Dans leurs plus jeunes années, les enfants aux prises avec l’hyperstimulabilité sensorielle n’ont ni l’expérience ni le vocabulaire pour expliquer que, par exemple, le magnifique chandail tricoté par leur  grand-mère sent fort comme un bouc. Il est aisé de comprendre comment les signaux peuvent être ignorés et donc pourquoi les parents passent souvent à côté de ce problème.

Mais si vous y réfléchissez, ces enfants ont tout pour être de futurs arbitres des élégances ou des esthètes.  Souvent, ils se rendent compte avant tout le monde de ce qui va devenir à la mode ou branché. Voici une liste de personnes dont je pense qu’elles on exploité avec succès leur hyperstimulabilité sensorielle :

Sofia Coppola : scénariste américaine, réalisatrice, productrice et actrice.

Vincent Van Gogh : peintre néerlandais post-impressionniste.

Jackie Kennedy : la Première Dame du président John F. Kennedy et icône de mode .

Mark Morris: danseur contemporain américain, chorégraphe et metteur en scène.

Que serait le monde d’aujourd’hui sans ces grands surdoués à la sensibilité exacerbée et beaucoup d’autres comme eux ? Pouvez-vous imaginer l’état d’un futur Mark Morris qui passe en ce moment son temps dans une école traditionnelle ? Vincent Van Gogh ne s’est jamais senti reconnu pour les cadeaux qu’il nous a donnés et nous savons tous comment cette histoire s’est terminée.

Si votre enfant doué a un penchant pour l’expression créative ou une passion intense, il faut la nourrir. En fait, vous pouvez souvent utiliser l’hyperstimulabilité sensorielle pour le motiver votre enfant au sujet de tout autre chose. Par exemple, s’il est obsédé par les chevaux et que la première Guerre mondial est au programme, proposez-lui de traiter dans son exposé la manière dont les équidés ont été utilisés durant cet épisode de l’histoire. S’il aime le rap, demandez-lui d’écrire un rap sur le tableau périodique.

L’acceptation et la reconnaissance sont les deux choses que votre enfant surdoué désire le plus et qu’il reçoit le moins. N’oubliez pas, c’est vraiment une bonne chose qu’il sache ce qu’il veut et ce qu’il aime.

Si votre enfant lutte contre son hypersensibilité au bruit, aux odeurs ou à toute autre chose, créer autant que possible un environnement apaisant qui limite les stimuli trop puissants.

Et ne vous inquiétez pas si votre enfant doué est seulement disposé à porter des pantalons de survêtement. Il ya quelque part des stylistes talentueux qui comprennent ça et créent certaines options chic … à venir bientôt dans un magasin près de chez vous.

Sommaire du dossier

1. L’hyperstimulabilité émotionnelle
2. L’hyperstimulabilité imaginative
3. L’hyperstimulabilité intellectuelle
4. L’hyperstimulabilité psychomotrice
5. L’hyperstimulabilité sensorielle

Administrateur du site et papa de 4 enfants précoces nés entre 1997 et 2012.

PARTAGEZ CET ARTICLE

2 Comments

  1. armeline sur 29 décembre 2015 à 14 h 28 min

    Bonjour, honnêtement je ne saurais pas exactement où situer mon fils ( 11ans) …Oui il bouge beaucoup (ce qui lui a valu d’être « diagnostiqué » hyperactif par ses professeurs de collège et démenti par le bilan de la neurologue) , il a son espace imaginaire que nous appelons ses « chachachas » dans lequel il s’évade régulièrement , il ne supporte pas les pulls car « ça gratte » même les plus doux ( il ne supporte pas non plus les crèmes sur la peau, etc), il a peur la nuit, il est complètement phobique à l’idée de prendre des médicaments( d’ailleurs le soigner est une épreuve pour lui comme pour moi…sans parler qu’il est hypocondriaque…)…Dans le bilan de la neuro il est écrit dyspraxie et eip dans un contexte de dyssynchronie interne..et des recommandations…mais pas de mode d’emploi pour recouper tout ce que ça représente au quotidien…Votre article est très intéressant mais l’hyperstimulabilité c’est en plus ou compris dans le pack? Parce que là j’avoue que depuis le bilan fin novembre , je ne sais plus très bien comment aborder les choses….Je pensais que lorsque des mots seraient enfin posés, la moitié du chemin aussi était fait…En fait pas du tout….Et au vue des différents rendez vous de spécialistes qui nous attendent pour la rentrée, je dirais que nous sommes à peine dans les starting block…Est venu se greffer à ça le kiné pour la maladie de sever…Il parait que c’est un tout…Alors comment se fait il que ce n’est qu’aujourd’hui que tout à coup, tout apparait??On parle de précocité pour les bébés..Comment se fait il que personne n’ait rien constaté? On aurait pu l’accompagner bien plus tôt , et non dans l’urgence…Pas parceque soudainement il dérange l’ordre établi…
    Merci pour vos réponses, si réponses il y a…et bon courages à toutes les personnes concernées.

  2. Intense sur 25 août 2016 à 16 h 12 min

    Ma fille de 12 ans a toujours été « difficile », depuis tout bébé. Ce n’est que depuis 1 ou 2 ans que j’ai compris, grâce à une amie psychologue, qu’elle est peut-être surdouée. Ça expliquerait son hypersensibilité: la peur du noir, les sons trop forts, les collants qui gratte… Sans parler de son imagination débordante (elle m’a expliqué que 12 personnes vivent dans sa tête…), de ses réactions incroyables à l’injustice et sa grande empathie, de son énergie hors-norme, de ses résultats scolaires brillants (ouf!)…
    Je ne sais pas si elle est réellement surdouée, mais cette idée m’aide à l’accepter telle qu’elle est, à lui lâcher un peu la bride sur certaines choses, à la rassurer et à l’encourager. En fait, du coup, je ne la trouve plus « difficile », mais formidable ! Même si ce n’est pas de tout repos tous les jours!!
    A tous les parents de surdoués, courage! Et profitez de vos enfants merveilleux !

Laissez un commentaire