Soutenez notre campagne d'information à destination des enseignants !

Des parents se rassemblent pour agir en faveur d'une meilleure prise en charge des élèves à haut potentiel intellectuel à l'école. Découvrez comment les rejoindre maintenant.

écoles informées
Accueil » L'enfant précoce » Psychologie » Les émotions chez l’enfant à haut potentiel

Les émotions chez l’enfant à haut potentiel

Une perception fine et accrue de son environnement peut engendrer pour l'enfant à haut potentiel des réactions émotionnelles plus ou moins bien dosées. Comment comprendre ces fluctuations pour pouvoir y apporter les bonnes réponses ?

Comment aider un enfant surdoué à maîtriser son hypersensibilité ?

Les échanges et la communication avec l’enfant passent par la parole et la manifestation d’émotions, plus ou moins fortes, liées à son vécu. Pour l’enfant à haut potentiel, qui a la faculté de ressentir certains événements avec une grande intensité, il est extrêmement utile de porter un regard attentif et vigilant sur l’expression de ses émotions.

Les émotions, manifestations d’un état d’esprit :

Elles indiquent, pour le bébé par exemple qui ne s’exprime pas encore, l’état d’humeur de l’enfant et donnent une indication sur son bien-être général.

Plus tard, l’enfant capable de s’exprimer ne saura pas forcément mettre les mots justes sur ce qu’il ressent. L’enfant réagit à un événement mais il n’est pas toujours capable d’ajuster sa réaction. Lui permettre de reconnaître ses émotions afin de les verbaliser « tu as l’air en colère…?  » tu sembles inquiet ? » sera souvent un bon moyen d’apaiser une situation et de travailler sur ses causes.

A l’inverse, et même si l’on s’attache souvent plus volontiers aux émotions « perturbantes », un moment de joie partagée est source de bonheur pour tout l’entourage de l’enfant si l’on prend quelques minutes pour s’y attarder.  » Tu as l’air contente de … ? « 

Poser cette question lors de épisodes de joie présente le double intérêt de faire partager un bon moment et de pouvoir enrichir les échanges autour des activités positives pour les enfants.

Il est particulièrement intéressant de prêter une oreille attentive aux dires des enfants à haut potentiel à ce sujet car leurs sources de joie ou leurs centres d’intérêts sortent souvent du cadre habituel, qu’il convient d’élargir. Pour ce faire, une clé essentielle est l’écoute de ce qu’eux expriment avec bonheur.

Pour compléter le sujet à propos des émotions chez l’enfant à haut potentiel, il me semble utile aussi d’évoquer l’apparition courante et précoce d’expressions de surprise ou d’étonnement.

Dans le cas du « bébé surdoué », la manifestation fréquente d’attitudes d’étonnement pourrait se révéler, à terme, être un signe de curiosité accrue, curiosité qui sera complétée et confirmée plus tard par des questions souvent foisonnantes.

Bien décoder les émotions et favoriser leur expression permet de garantir un développement équilibré des enfants.

Des émotions à réguler

Il arrive que cela soit difficile ou délicat et que l’équilibre émotionnel de l’enfant semble incertain. Dans ce cas un réel travail sur la régulation des émotions est nécessaire.

Cela peut se traduire de plusieurs manières :

  • Une forte réactivité aux événements environnementaux est susceptible d’engendrer des « tempêtes émotionnelles« , dont il faudra connaître les causes pour les calmer. C’est le cas des colères excessives, des craintes ou peurs qui semblent infondées ou trop présentes….
  • Cela peut aussi être le cas d’un enfant qui manifeste des émotions décalées selon l’environnement dans lequel il évolue. Dans le cas particulier du haut potentiel, il n’est pas rare que la description du même enfant ne soit pas la même selon le contexte (école/maison par exemple), et cet écart comportemental nécessite une observation approfondie pour ne pas laisser l’enfant en situation de malaise.

L’absence d’émotions ou de ressenti

Il arrive aussi que l’expression des émotions semble insuffisante. C’est le cas de l’enfant qui ne dit ou ne ressent pas grand chose. Cela peut être le signe d’un manque d’intérêt général pour ce qui se passe autour de lui et d’un certain mal être, conscient ou non. Il est important de faire attention à l’enfant trop effacé par exemple, qui peut se faire complètement oublier car il ne s’exprime pas et ne gêne personne. Dans le cas du haut potentiel, cela peut être un signe d’extinction progressive auquel il y aura lieu de prendre garde.

Des outils pour comprendre les émotions

Régulation et travail sur les émotions

  • Les outils du petit décodeur – Régulation des émotions : Il s’agit d’un coffret dont le but est de travailler sur la bonification à l’aide d’un semainier. C’est un bon outil à utiliser en présence d’un déséquilibre avéré.
  • Je ne suis pas un âne, je suis un zèbre : Un livre carnet de bord original dont je vous ai déjà parlé, conçu comme un outil de travail sur les émotions à partir de leurs manifestations corporelles. Anne Widehem, coach et thérapeute, partage à travers ce carnet son histoire personnelle et sa méthode : une méthode simple qui va droit au but : une émotion, des symptômes, on les reconnait dans le but de les renforcer ou les supprimer.
  • A destination des adolescents et des parents qui ont besoin d’un coup de pouce, dans la même veine que le petit décodeur de l’enfant en crise, voici celui de l’ado en crise. Cet ouvrage est conçu à la fois pour les parents et les adolescents afin de permettre aux deux parties de maintenir ou de renouer le lien dans cette période parfois chargée en émotions et tendue.

La familiarisation à la reconnaissance des émotions

Par le livre et le jeu :

  • Le jeu des émotions de petit chat : un joli jeu de type jeu de l’oie basé sur le principe de l’imitation, pour apprendre aux tout-petits à reconnaître les émotions.
  • La couleur des émotions : livre best-seller !
  • Pour ceux qui souhaitent une information globale ou centrée sur un champ particulier du panel des émotions, nous recommandons les cahiers Filliozat, d’Isabelle Filliozat, auteur de plusieurs ouvrages sur le sujet.

Pour aller plus loin en images

Voici une vidéo explicite de l’émission « C’est pas sorcier » consacrée aux émotions : les plus jeunes, fans de l’émission, s’en imprègnent facilement. A regarder en famille pour en discuter.

vous pouvez aussi montrer à vos enfants le dessin animé « Vice-Versa » recommandé en ces termes par un contributeur sur EPI :

Pour ma part, je trouve le film d’animation de Disney Pixar « Vice-Versa » très bien fait pour les enfants dès 5/6 ans.
Il peut paraître dur pour l’enfant précoce qui se retrouve submergé par ses émotions dans la première partie du film, mais une fois le dénouement commencé, l’enfant est soulagé et a compris de façon efficace le déclenchement des différentes émotions.

Et en guise de bonus, voici une petite animation pour ceux qui ne l’ont pas encore vue. Tristesse, déception, espoir : Quelles émotions ce court métrage déclenche t-il chez vos enfants ?

4 commentaires

  1. kristof sur 9 septembre 2019 à 20 h 19 min

    je vous remercie , nous sommes en plein dedans , la gestion des émotions!!!!!!
    C’est pas simple,
    merci pour vos outils , nous allons investir sur les livres au fur et à mesure pour compléter notre collection dèjà bien remplie!
    Merci
    Christophe

  2. Maman sur 10 septembre 2019 à 6 h 39 min

    Bonjour,

    J étais voir le film vice versa au cinéma avec ma fille hypersensibles quand elle avait 7 ans. C était trop pour elle et elle voulait sortir mais je l ai rassuré et on est resté jusqu au bout pour voir le dénouement positive. Je trouve le film très bien fait, sauf qu à mon avis, les émotions négatives prennent beaucoup trop de place et peuvent être traumatisant si vu sur grand écran sans aller jusqu’au bout. Le clown aussi est assez terrifiant. Je ne conseil pas aux enfants trop jeunes…

    • Rachel Kever sur 11 septembre 2019 à 21 h 28 min

      Mon fils de 11 ans a vu Vice Versa il y a 2 ou 3 ans.
      Mon Dieu, que de douloureux souvenirs, il en a pleuré plusieurs jours de suite, je ne le conseille pas aux enfants hyperémotifs…
      J’ai acheté le livre, nous l’avons lu et relu ensemble, il a fini par s’apaiser.
      Nous sommes constamment en état d’alerte, le moindre petit changement dans sa vie bien rodée et c’est l’hécatombe, toujours le rassurer, expliquer, son petit cerveau est en ébullition permanente, c’est fatigant pour lui comme pour nous de le voir parfois dans des états dépassant l’entendement. Le visionnage du film nous a ramené au même instant quand il a sauté 2 classes, que de stress, de pleurs…mais pas le choix…je ne voudrais plus revivre cette période.
      Pourtant, ce film est une très belle synthèse sur le sujet des émotions.

  3. Karine sur 10 septembre 2019 à 14 h 29 min

    Bonjour ! Ma fille hypersensible (8 ans) manifeste beaucoup d’intérêt dans certains dessins animés des années 80 mettant en scène des jeunes gens dans des situations parfois difficiles ou compliquées (histoires sentimentales, abandons, situations sociales injustes…), mais qui finissent toujours positivement… Princesse Sarah, Remi sans Famille, Lucille…

Laissez un commentaire





Informons ensemble toutes les écoles françaises sur l'élève à haut potentiel

Participez à notre grande campagne d'information !

Identifier et accompagner l'élève à haut potentiel intellectuel

Avec votre aide et pour que tous les élèves à haut potentiel puissent bénéficier d'un enseignement adapté à leurs besoins, nous allons envoyer un exemplaire de notre plaquette d'information à tous les chefs d'établissements de France. Cela représente environ 65.000 destinataires. Découvrez sans tarder comment soutenir cette campagne sans précédent !

L'ABC de l'enfant surdoué

ABC de l'enfant surdoué

L’ABC de l’enfant surdoué présente 100 termes choisis pour aborder les différentes facettes de l’enfant à haut potentiel, de ses caractéristiques et des ses difficultés éventuelles.

Groupes