Aller au contenu
Accueil » L'école » L’école à la maison et l’enfant précoce

L’école à la maison et l’enfant précoce

L'école à la maison est parfois perçue comme une alternative tentante par des parents qui constatent l’incapacité du système scolaire classique à répondre aux besoins éducatifs particuliers de leur enfant à haut potentiel. Faisons ensemble un tour d'horizon complet de cette solution à travers notre dossier spécial.

Vivre l'école à la maison avec un enfant surdoué

Il ne sert à rien de se voiler la face. Pour bon nombre d’enfants intellectuellement précoces et leurs parents, les véritables problèmes apparaissent avec l’entrée à l’école, lorsqu’il faut quitter le cocon familial et entrer de plain-pied dans la vie en collectivité, avec ses règles strictes, parfois injustes.

C’est souvent dès l’accès en maternelle que les ennuis commencent. Pour certains enfants ils seront passagers, pour beaucoup les soucis iront en s’amplifiant au fil du temps et en l’absence des nécessaires adaptations qu’imposent leur différence. Pour d’autres encore, le décrochage se produira au collège, même si bien souvent, des signes annonciateurs auraient pu permettre d’anticiper les difficultés s’ils avaient été mieux pris en compte par les parents ou les enseignants.

Quand plus rien ne va, lorsque l’école refuse de s’adapter ou que l’enfant souffre trop d’être mis à l’écart, de ne plus rien comprendre, se pose alors la question de la sortie du système scolaire classique et de la mise en place de solutions efficaces. L’inscription dans une école pour enfants précoces peut être une alternative solide, pour peu qu’un établissement adapté existe non loin du lieu de résidence de l’enfant. Une autre solution réside dans ce que l’on a coutume d’appeler “L’école à la maison”, vocable générique qui regroupe des pratiques distinctes selon que l’on opte pour l’Instruction en Famille, les cours du Centre National d’Enseignement à Distance ou les cours par correspondance dispensés par un établissement privé hors contrat.

Même en-dehors de tout problème grave à l’école, il nous semble légitime de se poser la question de l’adaptation de l’enseignement tel qu’il est pratiqué aujourd’hui aux besoins de l’enfant surdoué. Opter pour l’école à la maison peut alors être la conséquence directe d’un choix de vie et de modèle éducatif.

Voilà pourquoi il nous semble utile de consacrer un dossier à ce sujet sur Enfants Précoces Info. A travers quelques articles, publiés dans les jours à venir, nous allons tenter de débroussailler la question le plus exhaustivement possible. Nous pratiquons l’école à la maison depuis de longues années déjà avec nos trois garçons et notre fille et nous espérons pouvoir mettre notre expérience à votre service.

Nous aborderons d’abord les aspects juridiques de la chose. Quelle est la réglementation ? Quels sont vos droits et vos devoirs de parents ? A quels contrôles les parents et les enfants sont-ils assujettis ? Quelles formes d’enseignement peuvent être choisies ?

Puis viendront les questions pratiques. Quelle organisation au quotidien et dans la semaine ? Quid des examens ? Que penser de la socialisation des enfants déscolarisés ? L’école à la maison, jusqu’à quand ? Le retour dans le système scolaire ? Etc, etc…

Suivra une présentation des principaux établissements qui dispensent des cours par correspondance. N’hésitez pas à nous communiquer ceux que vous connaissez avec vos commentaires afin de pouvoir améliorer la liste au fil du temps.

Nous vous livrerons ensuite notre témoignage de parents déscolarisants et le dossier se terminera par un entretien avec Isa Lise, spécialiste reconnue de l’école à la maison.

Dès à présent et pour nous aider à ne rien oublier d’important, je vous invite à nous laisser ci-dessous en commentaire les questions d’ordre général que vous souhaiteriez voir abordées à travers ce dossier qui s’annonce particulièrement riche. Pour être tenu au courant de la publication des différentes parties, vous pouvez vous inscrire en tant que membre d’EPI ou nous suivre sur les pages Facebook ou Twitter du site. Vous pouvez également participer à notre sondage sur la scolarisation à domicile.


Quelques remarques suite à la période de confinement liée à la Covid-19

Suite à la délicate période que nous traversons, certains d’entre vous seront peut être amenés à envisager autrement la scolarisation de leurs enfants.

Nous tenons à préciser que la particularité du confinement, si elle peut vous donner des envies, comme le laissent croire vos nombreux témoignages positifs, ou au contraire vous rebuter au regard de l’expérience vécue, n’est pas à prendre comme modèle lorsqu’on évoque le sujet de l’instruction en famille (IEF) ou la scolarisation à domicile.

En effet la décision de pratiquer sous une forme ou une autre l’école à la maison est d’abord un choix de vie, lourd de conséquences et qui ne peut simplement être imposé par des circonstances particulières malencontreuses. Cette décision doit se baser sur l’envie parentale d’instruire les enfants autrement, en fonction de leur rythme propre et en respectant certains choix pédagogiques.

Certains d’entre vous, grâce à une plus grande responsabilité dans le suivi quotidien de l’enseignement donné aux enfants à haut potentiel en particulier, auront finalement découvert à travers la scolarisation à distance :

  • que les besoins de leur enfant étaient d’ordinaire inassouvis au quotidien,
  • une facilité d’apprentissage devenue plus flagrante,
  • un besoin de compléter et d’approfondir les savoirs transmis,
  • une nécessité d’adaptation liée aux particularités propres de chaque enfant les éloignant plus ou moins du cadre « officiel »,
  • l’opportunité de travailler efficacement avec plus de latitude.

La mise en évidence de ces constats vous incite peut-être à envisager sous un jour nouveau la possibilité de pratiquer l’école à la maison pour apporter plus de confort dans les apprentissages à vos enfants et surtout, répondre à leurs besoins éducatifs particuliers mieux que ne le fait actuellement l’école qu’ils fréquentent.

Nous espérons que ce dossier révisé et augmenté pour l’occasion répondra à vos interrogations et vous permettra de vous faire une idée plus précise des tenants et aboutissants d’une solution qui tente un nombre grandissant de familles. Par ailleurs, n’hésitez pas à rejoindre le groupe L’école à la maison d’EPI pour obtenir plus d’informations ou poser vos questions sur le forum.

Découvrez les solutions d’Isa Lise pour l’école à la maison
Enseignante de formation, Isa Lise est la spécialiste reconnue de l’école à la maison. Elle accompagne les familles depuis de nombreuses années en leur proposant des formations et des supports pédagogiques particulièrement adaptés aux enfants précoces, de la maternelle à la 6ème qu’il s’agisse d’enrichir le programme ou de suivre une année complète.


Sommaire du dossier

1- L’école à la maison et l’enfant précoce
2- La législation sur l’école à la maison
3- L’école à la maison en pratique
4- Quels cours par correspondance pour l’école à la maison ?
5- Notre témoignage sur l’école à la maison
6- Entretien avec Isa Lise, spécialiste de l’école à la maison

Je m'occupe d'Enfants Précoces Info depuis 2002. Je publie des articles et j'interviens sur la partie technique du site. J'essaye aussi de le faire évoluer pour qu'il soit le plus utile possible et qu'il vous rende les meilleurs services dans l'accompagnement de vos enfants. Je suis le papa de quatre enfants précoces nés entre 1997 et 2012 et, à ce titre, j'essaye de vous faire partager mon expérience.

12 commentaires

  1. farida sur 19 septembre 2015 à 19 h 23 min

    bonjour je voudrai bien avoir des temoignages de parents d’enfant précoce pour l’école des enfants precoce et l’école a la maison comment sa marche ?en plus je souhaiterai bien avoir un numéro de tel pour en discuter avec un parent car moi j’ai des souci d’ordre d’incomprehension et mon fils actuellement se retrouve dans une itep et je ne sais plu quoi en faire merci pour votre aide. bonne reception

  2. CHRISSMAT sur 20 septembre 2015 à 10 h 35 min

    Mon fils aura 15 ans en fin d’année, et se retrouve scolarisé (après une 3ème en déscolarisation quasi complète, pour cause de développement d’une phobie scolaire), par dépit, en CAP Commerce, ce qui ne lui convient pas du tout, évidemment. En fait, aucune structure ne lui convient mais les cours à domicile sont onéreux et, je ne pense pas qu’ils seront de toute façon adaptés à Mathieu.
    Quand on a tout essayé et qu’aucune issue n’apparaît, on se sent seul avec notre enfant, mal dans sa peau… Que faire de plus ?
    J’aimerais avoir le témoignage de parents dont les enfants ont eu le même parcours et qui, à présent, sont de jeunes adultes ou adultes épanouis, qui ont trouvé leur voie.
    Merci pour votre aide et bon courage à tous.

  3. Julien sur 20 septembre 2015 à 20 h 15 min

    Bonjour à tous et à toutes.
    Je vous comprends à double titre. Ma présentation est en une simple phrase: Enfant précoce détecté sur le tard, et maintenant parent d’enfant précoce.
    Effectivement, aucune structure n’est adaptée par nature aux enfants, et l’école à la maison est un pari risqué et onéreux. Risqué car ce n’est pas parce que cela se passe à la maison que c’est une garantie que cela soit plus adapté (j’aurai tendance à penser le contraire. En revanche, que des enfants précoces passent du temps ensemble est primordial, même à la maison).

    Les structures adaptées sont peu nombreuses, commencent au collège dans le meilleur des cas et se finissent au lycée. Elles restent assez onéreuses, mais moins que l’école à la maison.

    Beaucoup de lectures vous emmènent aux mêmes conclusions, mais n’apportent aucune solution concrète.

    Si vous pouvez financer collège lycée adaptés, c’est bien, mais hélas trop tardif… et trop bref: nous retombons dans les mêmes écueils en post bac…

    Personnellement, je suis (moyennement) épanoui et j’ai trouvé (théoriquement) ma voie. Le problème est que j’ai été détecté très tardivement et n’ai pas été suivi pour cela.

    Se borner au constat de l’enfant précoce n’amène à rien, et les rares parents qui se posent les bonnes questions n’arrivent guère plus loin: en réalité, tout dépend de l’enfant précoce et de l’affection et de l’assistance que vous pourrez lui porter.

    Si je devais revenir en arrière, je ferai des études en archéologie ou en informatique… Bien loin de mes études de droit…

    Bien dispo pour en discuter plus amplement.

    Cordialement,

    Julien Hache

  4. Christel sur 21 septembre 2015 à 13 h 17 min

    Bonjour,
    mère d’un enfant scolarisé en 3eme, j’envisage de le déscolarisé très prochainement(plus possible d’être seul au milieu de tant d’enfants, plus possible d’être celui qui doit toujours”comprendre”, en plus de l’ennui pendant les cours bien sur).
    Bref , il a besoin d’une pause avant de tenter une seconde. Alors, n’y connaissant à priori rien, j’envisage le CNED en inscription réglementée avec plein de questions: l’éducation nationale l’acceptera-t-elle et si non, à quel point une inscription en libre sera t-elle pénalisante pour ses possibilités scolaires à venir?
    Également preneuse de toute information qui lui permettrait de rencontrer d’autres enfants comme lui, y compris via-internet.
    Voilà,pour l’instant l’école à la maison comme mesure d’urgence et parce que habitant la Touraine, pas d’école spécialisée (et pas les moyens financiers pour un ailleurs)
    Merci à tous et bon courage aussi.
    PS: pour Julien(commentaire du 20/09 20h15: pourquoi une scolarisation à la maison plus onéreuse qu’en école spécialisée?

  5. derraz sur 24 septembre 2015 à 7 h 45 min

    Bonjour à tous
    Je suis une maman d’un enfant précoce de 7ans et demi qui est allé à l’école que 6 mois en ms de maternelle et déscolarisé aussitôt car il me faisait d’énormes crises à chaque sortie d’école et se sentait de plus en plus mal. Je lui ai fait l’école seule pour le reste de maternelle. Puis pour le cp je l’ai inscrit aux cours pi où il a eût d’excellents résultats. Mais je ne trouvais pas les cours complets. Donc pour cette année nous avons prit les cours académiques de France ce1, et là encore, un peu déçue, j’en suis arrivée à me dire que j’aurais mieux fait peut être de ne prendre que les manuels scolaires et les livres du maître avec car c’est équivalent. Alors je ne sais toujours pas ce qui est le mieux. D’autant que c’est cher quand même, même si on continue de percevoir les prestations familiales et la rentrée scolaire car ces 2 cours sont reconnus par l’EN. Il faut acheter en plus les manuels scolaires et les fournitures. Pour l’instant il n’y a que mon grand mais après j’ai une petite fille de 4 ans, elle aussi desco. Donc je dirais que chacun son choix vis à vis de ses besoins, ses envies, nous on essaie et si ça ne va pas c’est pas grave on cherche et on change. Il faut que l’enfant et le Parent qui donne le cours se sentent à l’aise. Par contre je reste persuadée que l’école à la maison est pour nous le meilleur choix que l’on ai fait ça fait peur de se lancer mais nous ne regrettons pas du tout.
    Bon courage à tous.
    Cordialement
    Jennifer.
    jderraz@gmail.com

  6. Alexandre sur 10 décembre 2015 à 12 h 05 min

    Bonjour à tous,

    Nous venons de découvrir que notre fille de 5 ans était précoce. En 3ème section de maternelle elle était constamment en décalage, hypersensible, et ultra perfectionniste sur ses exercices. Nous ne savons pas comment l’orienter au niveau scolaire pour qu’elle puisse s’exprimer pleinement. Nous habitons dans le 77 près de Meaux. J’ai vu quelques articles,datant de 2011, évoquant la constitution d’une structure sur le secteur de Val d’Europe, mais aucun élément plus récent. Le projet aurait il vu le jour ?

    Cordialement.

    • Françoise sur 11 décembre 2015 à 15 h 50 min

      Bonjour Alexandre,

      Nous n’avons pas d’informations concernant la structure dont vous parlez.
      Pour l’orientation de votre fille, le mieux est de vous fier aux préconisations du psychologue qui a fait les tests et de trouver un établissement qui puisse la prendre en charge et la reconnaisse avec ses spécificités.
      Vous trouverez une liste d’écoles d’établissements sur le site :
      https://www.enfantsprecoces.info/lieux/ile-de-france/ecoles/

  7. Messu sur 28 décembre 2015 à 13 h 12 min

    Bonjour hier j ai découvert le documentaire “Être et devenir” qui parle justement de l instruction familiale. Si vous avez l occasion il est vraiment très bien. Fabienne.

  8. Stephanie sur 4 février 2020 à 15 h 22 min

    Bonjour,
    Je suis maman d un petit garçon de 4 ans et demi, que j ai moi même détecté précoce l année dernière en petite section. J ai du entreprendre toutes les démarches seules pour en arriver à cette conclusion, car l éducation nationale ne s intéresse pas au enfants précoces avant l entrée au CP.
    j ai donc fait passer les test spécifiques à mon fils chez une psychologue agréée, celle m ayant clairement dit que mon fils ne pouvait suivre une programme de l éducation nationale classique puisqu il avait déjà un niveau de CE1 à 3 1/2 ans.
    Elle M’à conseillée une école pour haut potentiel, que j ai suivi .

    En outre le fait que cela coûte très cher (900 euros par mois sans aucune aide ), je ne suis pas rassurer de le laisser dans cette établissement. En effet 95 % des enfants inscrit présentent des troubles du comportement, de l attention et autre. ( ce qui pour moi met en danger mon enfant, car cette Ecole laisse les enfants s exprimé s a leur manière ( cris , hyper activité, sans forcément beaucoup de surveillance)
    Mais j ai peur de ne pas être à la hauteur i de me perdre pour l école a la maison… car mon fils N´ a pas le niveau requis pour son âge.

    Merci

  9. Adeline sur 19 mai 2020 à 9 h 30 min

    Bonjour, Je suis Maman de 3 enfants précoces, 14, 13 et 10 ans, moi-même “précoce”… je suis confrontée depuis leur plus jeune age à des problèmes réguliers liés à leur scolarité. Cette période de confinement et donc d’école à la maison m’a permise de m’être en exergue leurs difficultés ainsi que leurs besoins propres auxquels forcément le système éducatif “classique” a du mal à répondre.
    Par chance, mes 2 aînés sont dans un collège qui dispose d’une filière HPI offrant aux enfants une alternative à l’enseignement classique, cela a été salvateur pour eux.
    En revanche, ma plus jeune fille, en CM1 est dans une école privée normale et sa scolarité est chaotique. J’envisage très sérieusement de lui faire suivre “l’école à la maison” pour son année de CM2 en attendant qu’elle puisse à son tour intégrer le collège de ses frères et soeurs en filière HPI.

    • Françoise sur 19 mai 2020 à 16 h 40 min

      Bonjour Adeline,

      En effet cela peut être une bonne solution temporaire lui permettant même de préparer l’entrée au collège sur certaines notions. Le fait que vos enfants aient déjà un pied dans l’établissement en question devrait vous permettre de préparer avec eux la transition, en prenant soin de vérifier les formalités d’admission si elle fait une année d’école à la maison.

  10. Angy sur 19 mai 2020 à 21 h 48 min

    pour ma part j’ai 3 enfants, dont 2 qui sont précoces l’un en 4ème et l’autre en CE2, dans établissement privé ou les professeurs sont tous formés HP/DYS et autant l’un que l’autre, ils ont un grand besoin d’être avec d’autres enfants, ils sont certes dans leurs bulle, mais le fait d’être, dans la classe, la cantine avec les autres élèves leur procurent un semblant de sociabilisation, sans parler du besoin d’être avec des adultes, ils adorent ètres avec les professeurs. N’ayant aucun copains c’est le seul et unique moyen d’être en contact avec d’autres enfants, et j’ai pu constater durant le confinement à quel point ils se renfermaient sur eux même progressivement développant même une forme d’agressivité malgré tous nos efforts pour faire au mieux, j’ai hâte qu’ils retrouvent leurs repères à l’école.

Laissez un commentaire





Découvrez notre plaquette d'information sur l'élève à haut potentiel !

Identifier et accompagner l'élève à haut potentiel intellectuel

L'école et l'enfant précoce ne font pas toujours bon ménage. A travers les 32 pages de ce livret, découvrez pourquoi il est important de tenir compte des besoins particuliers de l'élève à haut potentiel et comment agir au quotidien pour son bien-être et son épanouissement.

L'ABC de l'enfant surdoué

ABC de l'enfant surdoué

L’ABC de l’enfant surdoué présente 100 termes choisis pour aborder les différentes facettes de l’enfant à haut potentiel, de ses caractéristiques et des ses difficultés éventuelles.

Groupes