Skip to content
Accueil » L'école » Un projet pédagogique novateur pour les enfants à haut potentiel

Un projet pédagogique novateur pour les enfants à haut potentiel

Dans la région de Lyon, un enseignant membre d'Enfants Précoces Info se propose d'ouvrir un établissement scolaire tout particulièrement adapté à la scolarisation des élèves à haut potentiel intellectuel. Découvrons son projet ensemble !

par son projet

Nous relayons ici l’appel de Pascal Darcel, professeur et membre d’EPI qui envisage d’ouvrir un collège dans la région de Lyon pour mettre en oeuvre une pédagogie novatrice au service notamment des enfants intellectuellement précoces. Nous reproduisons in extenso le texte de présentation qu’il nous a fait parvenir et vous invitons, si vous êtes intéressé à quelque titre que ce soit par son projet, à entrer en contact avec lui pour en discuter.

Un futur établissement accueillant des élèves intellectuellement précoces dans la région lyonnaise

A partir de septembre 2020, je projette de créer un établissement scolaire indépendant (ou privé hors contrat) de niveau collège, accueillant notamment (mais pas exclusivement) des élèves diagnostiqués précoces. Durant cette première année scolaire, je compte ouvrir une classe de 6ème comptant 20 élèves, puis une nouvelle 6ème en 2021-2022 tandis que les élèves rentrés en 2020 seraient en 5ème, et ainsi de suite jusqu’en 2023-2024 où il y aura une classe de 20 élèves et par niveau, de la 6ème à la 3ème.

Ce collège indépendant sera situé dans l’est lyonnais, si possible dans une commune limitrophe de Lyon intra­-muros (mais le lieu exact n’est pas encore décidé).

Qui suis-je ?

Je suis actuellement enseignant d’Histoire-Géographie dans un collège de Villeurbanne. J’exerce depuis 15 ans après avoir réussi l’Agrégation externe de Géographie, d’abord dans un lycée puis dans le collège où je me trouve. Je donne aussi depuis deux ans des cours de Géographie à l’Université Jean Monnet à Saint Etienne.

Je suis également professionnel de la montagne car j’ai obtenu en 2014 le Brevet d’Etat sportif d’Accompagnateur en montagne, qui consiste à emmener des groupes sur des terrains montagnards excluant les glaciers et les parois. L’Accompagnateur doit concevoir le parcours, assurer la sécurité de tous et présenter de façon pédagogique le milieu et la présence humaine.

De par cette double compétence, j’ai élaboré dans mon collège, depuis maintenant 6 ans, un projet scolaire à l’échelle d’une classe incluant des sorties pédagogiques en montagne, en lien avec certaines parties du programme scolaire. Toutefois, je souhaite approfondir cette démarche.

Une pédagogie alternative pour les enfants précoces

Qu’est-ce que propose mon futur établissement ?

Il propose d’associer un enseignement ambitieux et structurant en classe, et un programme de sorties pédagogiques en montagne en lien avec la scolarité du collège. L’objectif est bien entendu de préparer au Diplôme national du Brevet, mais surtout d’aller bien au-delà dans l’acquisition de savoirs, de méthodes de travail et de qualités humaines, grâce à cette articulation étroite entre scolarité et pratique de la montagne.

  • Un enseignement ambitieux et structurant : par des cours encourageant la curiosité intellectuelle et le désir d’acquérir des savoirs ; par l’acquisition de méthodes de travail structurées et qui donnent des clés pour travailler de façon autonome et efficace ; par le recours fréquent à des cas concrets et des études de cas dans les matières où cela se justifie, pour permettre aux élèves de mieux s’approprier les enseignements reçus. L’idée est donc de proposer aux élèves un enseignement ambitieux sur les savoirs mais qui leur permette aussi de s’approprier ce savoir et ces méthodes de travail.
  • Des sorties pédagogiques en montagne, avec encadrement professionnel : incluses dans l’emploi du temps et faisant pleinement partie de la scolarité des élèves, elles consistent en des excursions sur le terrain (à la journée ou sur plusieurs jours) où on met en pratique et de façon très concrète certaines parties du programme. Il s’agit de permettre aux élèves qui ont besoin de la pratique et de l’observation de terrain d’acquérir les savoirs abordés plus théoriquement en classe. L’intérêt est aussi, par le biais de la randonnée et de l’effort sportif, d’affirmer chez le jeune des valeurs et des qualités essentielles pour la suite de sa scolarité et au-delà : le sens de l’effort, l’apprentissage de l’autonomie, la capacité à s’adapter à un environnement pas forcément familier et changeant, le respect des consignes, des autres et de l’environnement, une conscience de la valeur de cet environnement et de la nécessité de ne pas le dégrader…

Pour ce faire, l’établissement propose des classes à effectifs réduits (20 élèves) et un suivi personnalisé en cas de besoin. Entre élèves, surtout lorsqu’il y aura plusieurs niveaux, un tutorat entre collégiens sera encouragé. Pas de pédagogie unique (Montessori, classique…) mais plutôt une réelle liberté pédagogique accordée aux enseignants pour qu’ils s’adaptent à la diversité des élèves et pour que ces derniers sachent eux aussi s’adapter à diverses méthodes de travail. L’évaluation est écrite mais privilégie aussi l’oral. Elle repose plutôt sur les notes mais elle n’exclut pas l’évaluation par compétences dans certaines matières ou pour certaines activités. Pas de dogmatisme, donc, mais la volonté d’exploiter tout ce que ces différentes approches pédagogiques peuvent apporter de positif pour les élèves et pour la mise en œuvre du projet d’établissement. L’élève est ainsi accompagné dans sa scolarité en l’aidant à valoriser ses points forts tout en développant son potentiel. Sans laxisme, mais en tenant compte aussi de ses progrès, il est invité à nouer avec les adultes et ses pairs une relation de confiance qui lui permette d’atteindre ses objectifs.

Pourquoi le public intellectuellement précoce ?

Le projet d’établissement veut encourager le désir d’apprendre et refuse la tendance observée dans trop de collèges où l’on limite les ambitions des programmes en termes de savoirs, sous couvert d’égalité des chances et de considérations faussement sociales : l’enfant et l’adolescent peuvent avoir l’envie d’apprendre et de travailler pour réussir dès lors qu’ils sont stimulés en ce sens et qu’on leur donne les moyens d’avoir des objectifs ambitieux mais réalistes. Cette ambition sur les savoirs me semble donc convenir à un public EIP (élèves intellectuellement précoces).

Ensuite, le projet met fortement l’accent sur les méthodes de travail et d’analyse car elles permettent à l’élève de gérer plus facilement les obstacles inévitables qu’il rencontrera dans sa scolarité. L’intuition et les acquis, s’ils sont précieux, ne suffisent pas toujours et lorsqu’il faut fournir un travail plus soutenu, ou travailler différemment parce qu’un enseignant le demande, les méthodes et la rigueur prennent le relais. C’est parfois la faiblesse d’élèves EIP qui renoncent vite lorsqu’ils rencontrent une difficulté puisque jusque-là, ils ont réussi sans efforts (du moins apparents). Inciter ces élèves à se plier à cette discipline analytique et méthodologique leur permet d’optimiser leurs qualités intellectuelles.

Enfin, le lien avec le terrain, le concret, un environnement naturel, évite un savoir uniquement livresque et purement théorique. De plus, la pratique de la montagne, avec ce qu’elle implique humainement, aide les jeunes à se fixer des objectifs et à les transposer à leur scolarité, sans compter les bienfaits sanitaires de la marche à une époque où les adolescents sont confrontés à des modes de vie parfois trop sédentaires et passifs. Même si les élèves précoces ne sont pas les seuls à être concernés, la forte demande de pédagogies alternatives que l’on remarque auprès de leurs parents et des élèves eux-mêmes justifie que je m’intéresse particulièrement à ce type de public.

Pourquoi pas que des EIP ?

Parce que ce collège ne veut pas être une « bulle » où un seul type d’élève, comme un seul type de pédagogie, existerait : les élèves seront en effet amenés tôt ou tard à s’insérer dans une société multiple, à côtoyer des personnes qu’ils n’auront pas forcément choisies et qui pourtant seront là avec leurs limites et leurs richesses. Le collège est donc un lieu où cette habitude de l’altérité peut s’acquérir et même s’approfondir.

Parce que l’après collège est aussi à prendre en compte, avec le retour à un environnement scolaire plus classique et qui peut être vécu douloureusement faute de capacité d’adaptation suffisante.

Parce que l’approche proposée peut parler à tout élève, du moment qu’il est prêt à travailler pour repartir du bon pied, et qu’il adhère au projet d’établissement.

Toutefois, cette diversité sera bien entendu dépendante des inscriptions effectives…

Si ce projet vous intéresse et que vous voulez en savoir plus…

N’hésitez pas à me contacter à l’adresse suivante : ecole.hc@yahoo.com ou directement sur EPI via mon profil. Que vous soyez parent d’élève ou désireux d’enseigner dans ce collège, je suis à votre écoute.

2 commentaires

  1. charlene REEB sur 24 janvier 2020 à 16 h 56 min

    votre projet à l’air vraiment très intéressant et je vous encourage vivement dans cette démarche. Si mes enfants éaient dans la région je souaiterais réellement qu’ils puissent faire parti de votre école

  2. Duarte Agnès sur 4 février 2020 à 17 h 39 min

    Tout simplement très bien ce projet et je vous encourage vivement .

Laissez un commentaire





Découvrez notre plaquette d'information sur l'élève à haut potentiel !

Identifier et accompagner l'élève à haut potentiel intellectuel

L'école et l'enfant précoce ne font pas toujours bon ménage. A travers les 32 pages de ce livret, découvrez pourquoi il est important de tenir compte des besoins particuliers de l'élève à haut potentiel et comment agir au quotidien pour son bien-être et son épanouissement.

L'ABC de l'enfant surdoué

ABC de l'enfant surdoué

L’ABC de l’enfant surdoué présente 100 termes choisis pour aborder les différentes facettes de l’enfant à haut potentiel, de ses caractéristiques et des ses difficultés éventuelles.

Groupes