Et si votre enfant était surdoué ?

Et si votre enfant était surdoué ?

Accueil » L'enfant précoce et l'école » Un lycée public exemplaire dans l’accueil des adolescents surdoués

Un lycée public exemplaire dans l’accueil des adolescents surdoués

Dans l’académie d’Amiens, le lycée public Boucher de Perthes accueille les élèves intellectuellement précoces. Cet établissement pilote dispose de structures adaptées à ce public d’adolescents aux besoins particuliers. Dès la rentrée prochaine, avec le soutien du rectorat d’Amiens, il proposera officiellement une option pour les classes de seconde et de terminale. Sur le plateau de France 3 Picardie, Fabrice Consil, enseignant, et Lou Faucret-Peltier, lycéenne, nous en disent plus sur cette initiative exemplaire pour l’accueil des jeunes surdoués.

Intégrés dans une classe de seconde, 10 élèves précoces suivent les cours comme leurs camarades. A ceci près que 2 jours par semaine, les mardis et vendredis, ils suivent des ateliers aux contenus variés : initiation à la philosophie, à l’écriture des idéogrammes, histoire de l’aviation… Tout au long de l’année, ils ont ainsi travaillé à un projet de coopérative agricole (clonage de plantes carnivores) et ont bénéficié de sorties et de partenariats divers participant à leur enrichissement personnel et mental. « Placés dans des conditions favorables, étant reconnus « enfants précoces », n’étant jamais isolés au sein d’une classe, ces élèves s’épanouissent à l’école alors que certains ne voulaient plus y mettre les pieds », explique Fabrice Consil, enseignant au lycée Boucher de Perthes.

Voilà une belle initiative qui démontre que l’éducation nationale française peut se montrer ouverte aux besoins spécifiques des élèves surdoués quand elle le veut. Il ne nous reste qu’à espérer que les démarches de ce type se multiplient à travers la France.   

Lire l’article en entier sur le site de l’académie d’Amiens

Soutenez notre campagne pour informer 5.000 écoles sur l'enfant précoce et ses besoins !

Avec votre soutien, nous allons éditer une plaquette d'information qui sera envoyée  à 5.000 écoles dans un premier temps.

Pour mener cette opération à bien, nous avons absolument besoin de votre participation. Sans vous, rien ne sera possible.

Pour vous remercier de votre contribution, nous enverrons une plaquette aux établissements scolaires de votre choix.

Comme plus de 400 participants, aidez-nous à mettre en place cette campagne d'information qui fera bouger les choses pour nos enfants.

Je m'occupe d'Enfants Précoces Info depuis 2002. Je publie des articles et j'interviens sur la partie technique du site. J'essaye aussi de le faire évoluer pour qu'il soit le plus utile possible et qu'il vous rende les meilleurs services dans l'accompagnement de vos enfants. Je suis le papa de quatre enfants précoces nés entre 1997 et 2012 et, à ce titre, j'essaye de vous faire partager mon expérience.

4 commentaires

  1. Brusset sur 14 juin 2018 à 12 h 53 min

    Bonjour,
    Je me pose souvent la question, il y a t-il une différence entre les mots : enfant surdoué et enfant à haut potentiel ?
    Merci

    • Julie sur 15 juin 2018 à 22 h 28 min

      Bonjour,

      C’est la même chose. Surdoué, précoce, haut potentiel…. Personnellement, je préfère le terme haut potentiel, car c’est un enfant qui rencontre aussi des difficultés, surtout s’il n’est pas compris.

      Bonne soirée

  2. brusset sur 14 juin 2018 à 12 h 56 min

    Bonjour de nouveau,

    Est-ce qu’un projet pour enfants surdoués ou à haut potentiel est dans les tuyaux pour la ville de Dijon ?

    Merci

  3. Calarnou Laetitia sur 15 juin 2018 à 9 h 11 min

    Bravo pour cette belle initiative ! Elle n’est pas isolée… Nous sommes situés sur Dieppe en haute Normandie et ma fille, détectée comme précoce, suit sa scolarité à l’école puis maintenant au collège La Providence. Elle termine sa 3ème.

    J’ai approché il y a deux ans, la directrice adjointe du collège/lycée, afin de lui expliquer la situation de ma fille et évoquer avec elle le fait qu’elle était rejetée par les autres et qu’elle s’ennuyait en classe. Du coup la directrice a un peu pris sous son aile ma fille et l’a beaucoup sollicitée pour qu’elle l’aide tout au long de l’année dans ses tâches quotidiennes de directrice adjointe.

    En parallèle elle a mené une réflexion pour créer des cours décloisonnés pour l’ensemble du collège : 1 heure par semaine. Dans le cadre de ces cours décloisonnés (le principe consiste à mélanger tous les jeunes de la 6ème à la 3ème pour qu’ils participent à des cours sur des thèmes particuliers), elle a mis en place des enseignements spécifiques pour les enfants précoces qui avaient déjà été détectés, ou pour d’autres qui ne l’étaient pas mais sur qui les enseignants avaient de fortes présomptions. Des sujets ont été abordés du type : comment s’organiser, méthodes de relaxation, comment garder sa concentration … Ma fille a été ravie !

    Il y a eu une vraie prise de conscience concernant la situation de ces jeunes. La directrice a suivi des formations, (et s’est elle même reconnue dans les descriptifs faits des enfants précoces, alors qu’elle n’avait jamais été détectée) ainsi que d’autres enseignants, et le sujet a aussi été abordé en classe avec les autres élèves. Même si ma fille continue à subir les moqueries voire insultes d’autres élèves, sa situation s’est améliorée, et elle a pu faire la connaissance d’autres élèves comme elle !

    Ces cours mis en place cette année, vont perdurer l’année prochaine au collège.

    Quant à l’école maternelle et primaire ils ont mis en place les principes Montessori …

    De belles initiatives qui vont dans le bon sens !

Laissez un commentaire






555 familles nous font confiance pour agir au service des enfants précoces.

Rejoignez-les maintenant !