Aller au contenu
Accueil » L'enfant précoce » Le rôle du Référent EHP

Le rôle du Référent EHP

Le référent élève à haut potentiel est l'interlocuteur privilégié des parents et de enseignants. Mais comment peut-il aider ceux qui font appel à lui, et quelle est l'étendue de son champ d'action ?

Psychologue pour enfants

L’annonce du haut potentiel de l’un de ses enfants, bien qu’étant une bonne nouvelle en soi, engendre dans la foulée un grand nombre de questions. Comment composer avec cette donnée ? Faut-il le dire, à qui et quand ? Comment envisager la suite de sa scolarité ?

Le réflexe initial et le plus approprié selon nous est d’avoir une discussion ouverte et constructive avec la personne qui côtoie l’enfant tous les jours, soit l’enseignant. Le sujet reste néanmoins délicat, il faut le dire, et bon nombre de parents préféreraient que ce soit l’enseignant, averti, qui vienne à eux et propose des solutions.

Malheureusement, il s’avère parfois plus difficile, pour diverses raisons, de maintenir un échange serein, en particulier lorsque l’enfant concerné, du fait de son comportement ou de troubles divers, ne renvoie pas l’image “attendue” du haut potentiel. Dans cette hypothèse, les parents aussi bien que les enseignants peuvent se sentir désœuvrés et n’ont pas forcément connaissance de l’aide qu’ils peuvent obtenir de la part du référent élèves à haut potentiel.

Le vademecum “scolariser un élève à haut potentiel” définit ses attributions de la façon suivante :

Le référent académique « élèves à haut potentiel » est désigné par le recteur comme l’interlocuteur
privilégié pour la famille et la communauté éducative.

Ce correspondant est chargé de fournir les informations nécessaires aux familles, de former et
d’accompagner les enseignants, de sensibiliser tous les acteurs de l’institution, de qualifier les
situations et de présenter au recteur un plan complet et réaliste de formation et d’information. Il
travaille en liaison étroite avec les inspecteurs départementaux et les chefs d’établissement.

La mission première du « référent académique » est de recenser, puis de mobiliser les compétences et
les équipes engagées dans la prise en charge des élèves à haut potentiel. La priorité est de fédérer un
réseau de personnes ressources, de susciter des échanges et de constituer une équipe de formateurs.

Avec l’aide et le regard professionnel du Professeur O, nous avons choisi de mettre en lumière le rôle du référent académique “élèves à haut potentiel”.

Accompagnés du sentiment que sa mission est ardue, qu’il semble assez seul dans son travail et que parallèlement son accessibilité pour les parents concernés reste compliquée, nous avons posé quelques questions au Professeur O qui a lui-même exercé cette fonction.

Professeur O, pouvez-vous vous présenter ?

Professeur O : Après avoir obtenu un CAPES de lettres-classiques, j’ai enseigné pendant onze ans en collège, dont dix dans un établissement d’Eure-et-Loir. En 2015, on m’a demandé de m’occuper d’une jeune fille à haut potentiel en difficulté qui arrivait dans la sixième dont j’étais professeur principal. Sa situation m’a ému et poussé à m’intéresser au sort des élèves intellectuellement précoces (comme on les appelait à l’époque), et à rejoindre le groupe ressource départemental.

À partir de ce moment, j’ai cumulé mon poste d’enseignant avec le rôle de référent EIP/EHP départemental pour le second degré. Cela m’a permis d’observer de près le fonctionnement interne du système mais surtout d’apporter conseils et assistance aux familles comme aux équipes pour le suivi de dizaines de jeunes EHP scolarisés en collège ou en lycée. Après un travail poussé (et malheureusement autonome) de formation individuelle, j’ai également pu assurer quelques formations auprès de mes collègues.

Constatant des limites importantes dans le fonctionnement de l’institution, notamment (mais non exclusivement) au sujet de l’accompagnement proposé aux EHP, j’ai choisi de prendre une disponibilité en septembre 2020 pour me consacrer pleinement à cette question. Aujourd’hui, mon action se décline en trois axes principaux : un travail de formation des établissements scolaires avec l’AFEHP, la création de la chaîne YouTube « Professeur O », qui propose des informations sur le haut potentiel basées sur la recherche internationale et sur mon expérience de terrain, un accompagnement individualisé pour les jeunes à haut potentiel et leur famille sur des problématiques pédagogiques et éducatives du primaire au lycée

Définissons ensemble le rôle du référent EHP

Qui peut le saisir ?

En théorie, le référent EHP académique et, quand ils existent, les référents départementaux, peuvent être saisis aussi bien par les familles que par les équipes enseignantes qui rencontrent des difficultés ou se posent des questions relatives au haut potentiel.

En quoi consiste sa mission ?

Le vademecum « scolariser un jeune à haut potentiel » qui fait référence en la matière décrit le référent EHP comme « l’interlocuteur privilégié pour la famille et la communauté éducative ». Sa mission première est « de recenser, puis de mobiliser les compétences et les équipes engagées dans la prise en charge des élèves à haut potentiel ». Dans les faits, les référents les plus investis s’efforcent comme ils peuvent de répondre aux demandes des familles, sachant que dans une écrasante majorité des cas, ils cumulent la casquette de référent EHP avec d’autres fonctions (enseignement, conseil pédagogique, direction, inspection …).

Comment trouver facilement ses coordonnées ?

C’est une excellente question ! Dans ce domaine comme dans d’autres, la situation est très différente d’une académie voire d’un département à l’autre. Il peut être très difficile de se repérer sur certains sites académiques, et certaines informations en ligne ne sont plus valables. Il n’existe pas à ma connaissance d’annuaire complet et régulièrement mis à jour. Certaines associations peuvent éclairer les familles.

Est-il réellement formé au haut potentiel ? Par qui ?

Encore une fois, les choses sont très inégales selon les référents. L’Éducation Nationale n’associant pas de formation automatique à leur prise de fonction, beaucoup ne sont pas formés sur le sujet. Si quelques exceptions ont effectivement fait cet effort, bien souvent par leurs propres moyens, beaucoup ne se basent que sur des généralités et au mieux quelques ouvrages grand public. De plus, on constate que de nombreux référents sont issus des services liés au handicap, ce qui est un avantage pour la prise en compte des besoins individuels mais ne les aide pas pour répondre aux spécificités des jeunes à haut potentiel.

Quelles sont les limites des possibilités du référent EHP ?

Pouvoir d’information ou réel pouvoir d’action ?

Quelle que soit la bonne volonté et la qualité des référents EHP, ils n’ont ordinairement pas de pouvoir hiérarchique pour imposer quelque mesure que ce soit. Ils peuvent effectivement informer les parents et les équipes et proposer des pistes mais leurs conseils ne s’imposeront pas à une équipe éventuellement réticente. La fonction demande donc une certaine dose de diplomatie…
Dans les situations les plus graves, il leur est toutefois possible de faire appel à leur propre hiérarchie pour faire redescendre des injonctions, mais c’est extrêmement rare, et tous ne souhaitent pas rentrer dans une logique de conflit interne à l’institution.

Peut-il garantir la mise en place d’aménagements suite à son intervention ?

Malheureusement, et comme je l’ai dit plus haut, les référents EHP ne peuvent rien garantir, et le choix comme la mise en place des aménagements restent à la discrétion des équipes.

Est-il habilité à porter un jugement sur les adaptations effectives et leur suivi ?

À ce titre, peut-il être saisi par les familles si l’équipe pédagogique n’agit pas ou insuffisamment ?

Les familles sont tout à fait en droit de le saisir pour donner des conseils sur des adaptations ou si une réunion de suivi ne débouche sur rien de concret (ce qui n’est malheureusement pas si rare). S’il est déjà intervenu une première fois et que ses conseils n’ont pas été appliqués, il est toutefois peu probable qu’une deuxième intervention débloquera les choses.

Travaille-t-il à partir du bilan donné par les familles, et est-il apte à suggérer la meilleure solution pour chaque enfant ?

Lorsqu’il se saisit de situations individuelles, le référent EHP peut utiliser tous les éléments à sa disposition (bilans et remarques des familles, bilans des enseignants, rapports divers des professionnels extérieurs …). En fonction de son propre niveau d’expertise (qui reste là encore inégal), il peut alors proposer des solutions adaptées qui devront nécessairement être précisées par l’équipe en charge de l’enfant.

Quels sont ses rapports ou liens avec les enseignants d’un côté, et le personnel médical (CMPP, psy…) de l’autre ?

La réponse à cette question dépend du profil individuel du référent et de son parcours. Dans le meilleur des cas, il fait office de médiateur entre tous les acteurs du suivi et facilite leur communication.

À quel moment est-il conseillé de le saisir ? Toujours, en cas de blocage, dès le départ ?

De manière générale, il est préférable de commencer les discussions avec les enseignants ou l’équipe de direction de l’enfant (nous ne voudrions froisser personne …). En cas de blocage ou d’aggravation de la situation, il est conseillé de joindre le référent EHP le plus vite possible, puisque les délais de réponse peuvent être très longs (je le constate régulièrement).

Dans un monde idéal, le référent EHP serait une personne réellement compétente et formée sur le haut potentiel, plutôt qu’une personne nommée aléatoirement pour répondre à une obligation administrative. Il bénéficierait d’un temps plein pour suivre les dossiers de son département (l’échelle académique me semble beaucoup trop grande) et accompagner les familles et les équipes comme elles auraient besoin de l’être. Un pouvoir réel de décision et de contrôle devrait leur être délégué pour intervenir décisivement sur toutes les situations problématiques. Enfin, je suis toujours choqué par les inégalités territoriales qui subsistent sur cette question comme sur tant d’autres : l’épanouissement des jeunes à haut potentiel mériterait une vraie politique nationale à la hauteur de ce qui est proposé dans de nombreux pays du monde.

Je tiens à saluer tous ceux de mes anciens collègues référents qui s’investissent réellement au service des jeunes à haut potentiel. La situation pour le moins insatisfaisante que je décris m’a pourtant amené à quitter cette fonction pour créer le site Professeur O. En proposant un accompagnement pédagogique et éducatif véritablement individualisé et basé sur une expertise réelle, je constate que les situations les plus difficiles peuvent être améliorées.

Contrairement à ce qu’on entend souvent, les jeunes à haut potentiel ne sont pas condamnés à une scolarité insatisfaisante et des solutions existent, pour peu qu’on sache où les trouver et comment les appliquer. J’ai la chance de voir enfin des jeunes progresser, s’épanouir et sortir de leurs difficultés. Je continuerai de m’investir pour cette cause et remercie chaleureusement le site Enfants Précoces Info de m’avoir permis de le faire à ses côtés.

Quelques mots pour conclure

Nous remercions chaleureusement le professeur O pour ce partage d’expérience et son point de vue honnête et objectif sur la situation. En effet ce témoignage peut paraître quelque peu pessimiste pour certains, mais il a le mérite de mettre en avant des possibilités d’échange qui existent et ne demandent qu’à s’améliorer par le partage d’expériences, bénéfique pour tout le monde. Chaque enfant à haut potentiel a en effet son histoire propre, son vécu, un entourage, des expériences plus ou moins heureuses. Toutes ces expériences, uniques, permettront aussi au référent EHP de gagner en compréhension du haut potentiel pour permettre d’adapter efficacement les parcours des enfants.

La priorité est de réussir à maintenir une discussion ouverte entre l’équipe pédagogique, le référent EHP si nécessaire, l’enfant et les parents pour parvenir à une prise en compte réelle et individualisée de chaque enfant. Dans les faits, la difficulté réside dans la capacité à mettre en lien comportements et façons d’apprendre avec des caractéristiques présentes du haut potentiel, sans tout imputer à ce facteur ou à l’école non plus.

L’idéal serait évidemment de multiplier les interlocuteurs formés au haut potentiel dans le système éducatif ; lorsque le professeur O parle d’un référent EHP par département, nous rêverions d’un établissement public adapté par département !

En attendant nous pouvons suggérer quelques pistes d’amélioration :

  • suggérer que le réferent EHP ou l’académie tienne un registre des élèves à haut potentiel et de leur lieu de scolarisation par classe, afin de favoriser les regroupements d’enfants à haut potentiel au sein d’un même établissement,
  • améliorer et rendre plus accessibles les recherches et informations sur les sites académiques. En effet des différences certaines persistent en fonction des académies et rendent les démarches compliquées pour les parents.

À notre petit niveau, nous vous proposons de recenser, en commentaire à la suite de cet article, les liens vers les coordonnées des référents EHP toujours d’actualité qui ont pu vous aider.

Pour rester dans un esprit positif, racontez-nous si vous le souhaitez de quelle façon vous avez pu faire entendre les besoins de vos enfants avec les équipes pédagogiques !

5 commentaires

  1. Petit sur 23 mai 2022 à 20 h 03 min

    Bonjour,

    Pour le département des Yvelines, voici le mail du référent pédagogique : eip78@ac-versailles.fr

  2. de la Salle Delphine sur 23 mai 2022 à 22 h 40 min

    L’adresse de la réfèrente du 28 pour le second degré est eip@ac-orleans-tours.fr

  3. Virginie sur 24 mai 2022 à 8 h 27 min

    Pour ma part, nous avons pris contact avec le referent academique de Paris, qui a etait tres disponible et professionel, mais suite à notre demenagement j’ai envoyé plusieurs mails au secteur academique de Toulouse concerné qui ne m’a jamais répondu …

  4. Sherlock sur 24 mai 2022 à 9 h 50 min

    Bonjour,
    nous avions saisi le référent du 93 suite à un blocage avec l’équipe enseignante.
    Celle-ci refusait de faire intervenir le psy scolaire pour rencontrer notre fille, malgré une situation flagrante : ennui en classe, décalage sociale avec ses camarades, etc…Nous avons fait intervenir un psy en libéral qui a validé le HPI, mais le saut de classe refusé et aucun aménagement n’avait été mis en place.
    Nous avons envoyé un message au référent. Résultat, nous n’avons jamais eu aucune réponse.
    La situation s’est débloquée finalement en fin d’année avec un raccourcissement de cycle. Nous ne savons pas s’il est réellement intervenu, ou bien si la directrice de l’école a simplement pris le temps de se renseigner.

  5. Shoush sur 30 mai 2022 à 14 h 39 min

    Bonjour, j’ai également écrit au référent EHP du 93 après une lutte acharnée avec l’équipe pédagogique qui s’est également achevée et apaisée après passage d’une psy en libéral mais je n’ai jamais eu aucune réponse.

Laissez un commentaire





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez notre plaquette d'information sur l'élève à haut potentiel !

Identifier et accompagner l'élève à haut potentiel intellectuel

L'école et l'enfant précoce ne font pas toujours bon ménage. A travers les 32 pages de ce livret, découvrez pourquoi il est important de tenir compte des besoins particuliers de l'élève à haut potentiel et comment agir au quotidien pour son bien-être et son épanouissement.

L'ABC de l'enfant surdoué

ABC de l'enfant surdoué

L’ABC de l’enfant surdoué présente 100 termes choisis pour aborder les différentes facettes de l’enfant à haut potentiel, de ses caractéristiques et des ses difficultés éventuelles.

Groupes