Aller au contenu
Accueil » L'enfant précoce » Epistémophilie ?

Epistémophilie ?

Et vous, connaissez-vous l'épistémophilie, ce besoin incessant d'accumuler du savoir ?

Enfants Précoces Info

Ce week-end, j’ai découvert un terme que je ne connaissais pas et que certains visiteurs liront sans doute pour la première fois dans ce sujet, ce terme est “épistémophilie“. Il est défini de la manière suivante “désir incessant d’accumuler du savoir“.

On dit souvent de nos enfants qu’une véritable soif d’apprendre les anime. Avez-vous constaté cela vous-mêmes ? Si c’est le cas, comment cette particularité se manifeste-t-elle ? Dans quels domaines plus précisément ? Et comment faites-vous pour la satisfaire ? Vous arrive-t-il de ne plus supporter les incessantes questions du petit dernier ?

Vos témoignages, avis et suggestions sont les bienvenus, entamons la discussion !

Je m'occupe d'Enfants Précoces Info depuis 2002. Je publie des articles et j'interviens sur la partie technique du site. J'essaye aussi de le faire évoluer pour qu'il soit le plus utile possible et qu'il vous rende les meilleurs services dans l'accompagnement de vos enfants. Je suis le papa de quatre enfants précoces nés entre 1997 et 2012 et, à ce titre, j'essaye de vous faire partager mon expérience.

8 commentaires

  1. Anaïs sur 14 juin 2010 à 14 h 10 min

    Je suis moi-même précoce (j’ai actuellement 18 ans, avec un QI de 141) et je me reconnais beaucoup dans ce petit article.
    Depuis très jeune, j’ai toujours posé plein de questions à mes parents, sur toutes les choses que je ne comprenais pas, voire qui n’étaient pas de mon âge.
    Dès que je le lis quelque chose que je ne connaissais pas, j’ai envie de me documenter et d’apprendre plein de choses dessus. Ca peut être des sujets aussi variés que la politique, la géographique, la philosophie, ou encore l’informatique. Tout m’intéresse et une simple phrase peut me donner envie d’aller plus loin.
    C’est une bonne chose parce que j’apprends plein de choses, mais ça peut vite devenir encombrant, parce que ça prend du temps. Alors j’essaye de me contrôler de temps en temps !

    (Désolée si ça ne correspond pas vraiment, comme je ne suis pas maman).

  2. lysalys sur 23 juillet 2010 à 15 h 42 min

    Beaucoup de questions de tout ordre. Parfois dérangeantes. Par exemple “comment reconnaître une secte”, discussion à rallonge à minuit… Sur la nature humaine ou tout ce qui les passionne : dernièrement les insectes ! Je ne peux pas répondre à tout alors je les encourage à chercher seules en proposant régulièrement livres et documentaires ou sites Internet. Mais si parfois, cela m’ennuie parce que j’ai envie de faire autre chose, j’aime bien découvrir avec elles car bien qu’adulte, je reste curieuse d’apprendre. 😉

  3. Julie sur 28 juillet 2010 à 1 h 24 min

    Chez ma fille de 9 ans, cela atteint un point étonnant. Question de la psy : “A quoi ça sert de vivre, d’après toi ?”
    Réponse de la gamine : “A apprendre”
    Psy : “Pour quoi faire ?”
    Gamine : “Pour devenir érudite”.

    Bref : sa raison de vivre, c’est d’apprendre en permanence.

    Remarquez, c’est de famille. Mon père et moi-même sommes toujours en train d’apprendre (des langues, de préférence, mais tout nouveau sujet peut faire l’affaire, tant que nous avons l’impression, le soir, d’avoir appris quelque chose dans notre journée …). Le haut potentiel intellectuel est avéré chez nous trois.

    Cela dit, c’est beaucoup moins vrai pour mon conjoint, pourtant à haut potentiel lui aussi, et notre fils semble suivre la voie de son père. Alors, nature ou transmission familiale ?

  4. AGNIESZKA sur 15 septembre 2010 à 13 h 57 min

    he he. Je comprend très bien et bien sur il faut aussi une mémoire. Quelque fois je me sens comme un placard encombré (ou une poubelle à savoir) surtout depuis l’enfance je me suis intéressée aux sujets qui sont pas intéressés mon entourage. Et c’est le cas aujourd’hui, peut être sauf langues étrangères, c’est bien vu. Je pense que les Epistémophilis ce sont grandes lecteurs aussi. J’ai habité en Gr. Bretagne et j’habite en France (je suis polonaise) et pour lire j’ai appris français dans 3-4 mois pour pouvoir lire et je croix si la prochaine fois je devrais vivre en Chine j’apprendrais chinois pour les livres aussi.

  5. Emmanuelle sur 22 février 2011 à 12 h 55 min

    Bonjour, j’ai bientôt 38 ans et je me reconnais dans cette quête incessante du savoir, d’apprendre encore et encore. Pourrais-je être une “précoce” qui s’ignore ? je n’ai “que” le bac et même si j’étais assez bonne élève, je n’ai jamais brillé particulièrement dans une matière en particulier. J’ai au contraire une mauvaise opinion de moi, je me sens incapable de réussir quoi que ce soit et pourtant je dévore tout ce qui se lit. J’ai l’impression d’être incapable de combler ma curiosité et ce, dans tous les domaines. Comment savoir ?

  6. a.e.i.p.e.s.s.32 sur 13 décembre 2014 à 9 h 58 min

    Bonjour Françoise et Olivier ; Bonjour à tous,
    Je ne savais pas jusqu’à ce jour que c’était de l’Epistémophilie que souffrait mon fils 😉 Alors je comprends mieux maintenant, ses questions incessantes …. Sur l’origine de la vie, la mort, les Pharaons. Cet été c’était sur la construction d’un bassin aquatique pour poissons rouges, bassin qu’il a crée d’ailleurs en Juillet sans aucune aide : fondation sur 90 cms2, pose de bâche etc… Il est très habile de ses mains. En ce moment ses questions se rapportent sur les rainettes Arboricoles, si je ne peux y répondre, car je ne sais pas tout 🙂 son premier réflexe est allumer l’ordinateur et rechercher sur Google, youtube… Il s’est servit d’un ancien aquarium qu’il a convertit en terrarium super bien décoré avec plantes naturelles, branches de bois récupérées dans la nature bien sûr ! Sinon ce n’est pas bon pour le territoire naturel de la rainette 🙂 il y a logé une rainette verte qu’un ami lui a offert. Enfin bref, voila nous avons tous des enfants extraordinaires, et non extra-terrestres 🙂 comme peuvent le penser certaines personnes dont le sujet est inconnu. Bonne journée à toutes et tous ! (Enzo a 9 ans)

  7. Françoise sur 15 décembre 2014 à 14 h 28 min

    Bonjour,

    Oui, épistémophilie = plaisir à acquérir un savoir ou plus simplemnt soif d’apprendre.
    Dit de telle façon cela semble tellement évident et il est tellement dommage que cette soif d’apprendre soit si difficile à combler en milieu scolaire classique !

    • Bob sur 1 août 2020 à 16 h 43 min

      Bonjour. J’ai 47 ans, j’ai été labellisé HP à 40 ans, avec un QI au delà de 160.. Impossible pour moi de “calmer” cette soif d’apprendre, que j’associe à un besoin de contrôle.. Je n’identifie pas ce besoin comme un comportement maniaque habituel type recherche de perfection, mais à mon manque de confiance aux autres. Pourquoi ? Parce que nous ne cessons de nous en remettre qu’à des gens incompétents quel que puisse être leur niveau de qualification, grades ou prétendues compétences …

Laissez un commentaire





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez notre plaquette d'information sur l'élève à haut potentiel !

Identifier et accompagner l'élève à haut potentiel intellectuel

L'école et l'enfant précoce ne font pas toujours bon ménage. A travers les 32 pages de ce livret, découvrez pourquoi il est important de tenir compte des besoins particuliers de l'élève à haut potentiel et comment agir au quotidien pour son bien-être et son épanouissement.

L'ABC de l'enfant surdoué

ABC de l'enfant surdoué

L’ABC de l’enfant surdoué présente 100 termes choisis pour aborder les différentes facettes de l’enfant à haut potentiel, de ses caractéristiques et des ses difficultés éventuelles.

Groupes