Et si votre enfant était surdoué ?

Et si votre enfant était surdoué ?

Accueil » L'enfant précoce » Comment vivre la différence de son enfant surdoué ?

Comment vivre la différence de son enfant surdoué ?

Dans une diffusion récente de son émission « Partagez vos expériences de vie » sur Europe1, Olivier Delacroix a abordé le sujet des enfants précoces et surdoués ainsi que la façon dont ils vivent cette différence avec leur famille.

A cette occasion, il recevait notamment Céline, la maman de Mathis, qui a raconté son combat pour que son fils surdoué trouve sa place dans la société comme à l’école. L’enfant était en effet très insatisfait en classe, ce qui le rendait particulièrement turbulent et colérique.

Mathis était un petit garçon curieux de tout, qui posait plein de questions et qui apprenait très vite. Quand il est arrivé à l’école, il a été rapidement déçu. Il s’attendait à avoir des réponses existentielles sur les questions qu’il nous posait : la vie, la mort, le corps humain, les planètes, l’univers…

En augmentant au fil du temps, cette déception a rapidement généré des crises et des problèmes au niveau du comportement de Mathis ; l’enfant a du mal à dormir et se sent frustré dès qu’on le contrarie. Bien vite, on lui dit qu’il est mal élevé, et on met en cause l’éducation reçue de ses parents.

Très rapidement, le regard des gens se pose sur nous, sur notre façon d’élever un enfant, sur le fait qu’il soit différent. […] On se remet beaucoup en question.

Une visite chez le psychologue permet aux parents d’explorer une nouvelle piste ; celle de la précocité intellectuelle, du haut potentiel. Il s’agit alors de faire comprendre aux proches que si l’enfant est renfermé, s’il pose beaucoup de questions ou s’il pique une crise, ce n’est pas forcément parce qu’il est mal élevé. Le manque d’attention à l’école peut être dû à l’ennui, de même qu’à la frustration de ne rien apprendre de nouveau.

Il ne s’adapte pas, c’est un enfant qui ne peut pas rester assis pendant des heures pour écouter quelqu’un, il doit bouger pour apprendre. […] C’est un fonctionnement compliqué à comprendre.

Une autre difficulté apparaît, celle de convaincre l’école. Tous les instituteurs ne comprennent pas forcément qu’un enfant puisse avoir besoin d’apprendre plus, d’aller plus vite. Parfois, comme Céline l’indique dans son témoignage, un changement d’école et de système éducatif peut suffire à améliorer la situation en permettant à l’enfant de trouver enfin sa place et d’être heureux tant à la maison qu’à l’école.

Reconnaissez-vous votre enfant dans ce témoignage ? Parlez-en sur le forum et échangez avec d’autres parents !

Ecoutez l’émission complète à l’aide du lecteur embarqué ci-dessous.

Lire le témoignage de Céline en entier

Voir la page de l’émission

Soutenez notre campagne pour informer 5.000 écoles sur l'enfant précoce et ses besoins !

Avec votre soutien, nous allons éditer une plaquette d'information qui sera envoyée  à 5.000 écoles dans un premier temps.

Pour mener cette opération à bien, nous avons absolument besoin de votre participation. Sans vous, rien ne sera possible.

Pour vous remercier de votre contribution, nous enverrons une plaquette aux établissements scolaires de votre choix.

Comme plus de 400 participants, aidez-nous à mettre en place cette campagne d'information qui fera bouger les choses pour nos enfants.

Laissez un commentaire






593 familles agissent déjà avec nous au service des enfants précoces.

53 % de l'objectif est atteint, participez vous aussi maintenant !