Et si votre enfant était surdoué ?

Et si votre enfant était surdoué ?

Accueil » L'adulte surdoué » Comment savoir si l’on est un adulte surdoué ?

Comment savoir si l’on est un adulte surdoué ?

Si aujourd’hui l’on entend de plus en plus souvent parler de la précocité des enfants, il est beaucoup moins fréquent de voir abordé le thème des jeunes précoces devenus adultes. Pourtant, les adultes surdoués recèlent une grande force du fait de leur personnalité très riche et complexe. Ils connaissent souvent le doute, la crainte et, pour la plupart, des contradictions qu’il leur est important de connaître pour s’épanouir en tant qu’individu au profil particulier dans un monde de plus en plus normé.

Le site Aleteai.org nous propose un portrait de l’adulte surdoué basé sur le livre de Jeanne Siaud-Facchin,  Trop intelligent pour être heureux ? L’adulte surdoué, que je vous recommande fortement de lire si vous vous intéressé à ce sujet.

Comme d’ordinaire, il ne faut pas prendre au pied de la lettre tous les signes d’identification listés ici, rares étant les individus qui les cumulent tous et certains n’en présentant que très peu, voire aucun. Tout comme se reconnaître en tant que surdoué à travers un seul signe serait une hérésie. Pourtant, la liste me semble assez significative et éclairante dans l’ensemble pour mériter d’être reprise.

Tel un enfant, le surdoué conserve une capacité à s’émerveiller, et être envahi par une joie profonde pour un tout petit rien. Il est submergé par ses émotions, aussi bien positives que négatives. Il sera littéralement terrassé par la moindre injustice. Sa sensibilité étant extrême, ses réactions sont parfois démesurées.

La lucidité de l’adulte surdoué par rapport à la marche du monde peut parfois s’avérer douloureuse et générer des craintes qu’il peut être difficile de raisonner. Pourtant, cette lucidité peut  être vécue comme une force. Canalisée et associée à une honnêteté intellectuelle rigoureuse, elle permet de prendre des décision justes et éclairées qui, finalement, permettent de se séparer des peurs irraisonnées.

Souvent, cette lucidité exacerbée  a également des répercussions sur le parcours professionnel et de vie de l’adulte à haut potentiel.

Lucidité sur le monde, mais aussi sur lui-même. C’est pourquoi un surdoué perçoit très bien ses propres limites et ne sera jamais vraiment satisfait. D’où, parfois, un besoin de changer fréquemment de métiers par exemple. Le surdoué est souvent en proie aux regrets : regret de ce qu’il n’a pas entrepris, regret de ne pas pouvoir tout faire, regret de devoir choisir parmi tous les possibles et donc de renoncer.

Bien d’autres aspects de la personnalité de l’adulte surdoué sont abordés dans cet article qui se termine sur un plaidoyer pour le bilan psychologique.

À quoi cela sert-il de faire un bilan ? Aux dires des surdoués testés, faire le bilan fait gagner en liberté. La vérité sur ce que l’on est vraiment est source de liberté, dans la mesure où on redevient le maître du jeu. C’est aussi la possibilité de s’autoriser à être qui on est vraiment, sans jouer les faux-semblants. C’est prendre conscience de ses ressources, mais aussi de ses faiblesses. C’est s’approprier une nouvelle force, une très grande force.

Pour ma part, je dirais que la principale difficulté que rencontre un adulte surdoué réside dans son incapacité à appréhender la singularité de son mode de fonctionnement et, nonobstant, de comprendre celui de de ses partenaires non concernés. D’un côté comme de l’autre, cela nuit à l’établissement d’une relation harmonieuse. C’est pourquoi il me paraît important de bien connaître ses propres particularités pour mieux les maîtriser quand c’est nécessaire et de savoir se mettre au niveau de ses interlocuteurs. Ce n’est certes pas facile mais cela s’apprend, notamment en lisant beaucoup sur le sujet et en se fixant des objectifs dans ses relations sociales quotidiennes.

Et vous qu’en pensez-vous ? Discutons-en à travers vos commentaires si vous le souhaitez.

Voir le livre sur Amazon

Lire l’article en entier sur Aleteai.org

Comment savoir si l'on est un adulte surdoué ? Le site Aleteai.org nous propose un portrait fort intéressant de l’adulte surdoué basé sur le livre de Jeanne Siaud-Facchin,  Trop intelligent pour être heureux ? L’adulte surdoué.

Administrateur du site et papa de 4 enfants précoces nés entre 1997 et 2012.

PARTAGEZ CET ARTICLE

3 Comments

  1. Isabelle sur 30 avril 2018 à 21 h 06 min

    Je n’ai jamais été « diagnostiquée » mais suite à la lecture de divers articles, et spécialement celui-ci, je crois que je fait probablement partie de ces « gifted »… Le plus vrai est « …, je dirais que la principale difficulté que rencontre un adulte surdoué réside dans son incapacité à appréhender la singularité de son mode de fonctionnement et, nonobstant, de comprendre celui de de ses partenaires non concernés. »

    • chacornac sur 1 mai 2018 à 10 h 52 min

      je n’ai jamais été « diagnostiquée »non plus, bien que la psy scolaire me l’aie proposé lors d’une évaluation de mon fils. Je n’y ai pas vu d’intérêt à ce moment là.Pourtant au fil des années je me rends compte que mon hypersensibilité m’amène à changer d’emploi souvent et j’ai du mal à trouver ma place.J’ai réalisé de belles choses sur le plan professionnel en repartant à chaque fois de zéro mais au bout du compte, je reste une insatisfaite et je pense toujours que je ne me suis pas réalisée.Du coup je m’inquiète pour mon fils qui est EIP et hypersensible aussi.

  2. Johanne54 sur 9 mai 2018 à 20 h 19 min

    Bonjour à tous et heureuse de découvrir ce site grâce à une belle rencontre ! (Merci ). Pour ma part, j’ai été testée il y a un an. Franchement, il y a un avant et un après dans ma vie. J’ai eu le trac et je suis allée chez la psy morte de trouille. Le stress m’a paralysée et j’avais failli annuler. Le trac fait que je prend les choses en dilettante, presque en me sabotant. Mais je me suis dit qu’il fallait en avoir le cœur net. Rien à perdre et tout à y gagner ! Même en me sabotant, le WISC a révélé mon potentiel. Ma façon de me percevoir a changé , ma vie a changé. Je suis certes un ovni (2% de la population), mais je ne suis ni bête, ni bipolaire, ni ridicule. Je suis juste décalée par rapport à 97% de la population ! Et je ressens plus de choses. Tout est plus intense. Testée moi-même, je comprends mieux mes filles.

Laissez un commentaire