Et si votre enfant était surdoué ?

Et si votre enfant était surdoué ?

Accueil » L'adulte surdoué » Surdoué, à haut potentiel, hypersensible : qui est-on quand on est différent des autres ?

Surdoué, à haut potentiel, hypersensible : qui est-on quand on est différent des autres ?

Un article positif de Julie Arcoulin paru sur Lalibre.be nous explique à la fois ce que peut recouvrir cette « différence » et comment bien la vivre.

Une fois n’est pas coutume, les caractéristiques, différences, décalages liés au haut potentiel sont expliqués de façon claire, sans embarras ni connotation négative.

Cet article est une approche globale et synthétique qui résume bien tout ce que peut recouvrir le haut potentiel (ou précocité ou haut qi… peu importe la terminologie). Il relate de manière objective tout ce que cela peut vouloir dire :

Un cerveau qui bouillonne, qui chauffe, qui ne se met jamais en pause, qui comprend vite, qui réfléchit, qui s’interroge, qui passe d’une idée à l’autre, des émotions qui explosent, des valeurs fortes, une incompréhension de certaines choses de la société, un engagement dans des causes, une sensibilité extrême et des questions plein la tête.

Tout cela en rappelant bien entendu que l’on ne peut définir un individu uniquement à travers ses caractéristiques cognitives et que le sujet est bien plus complexe qu’une simple mesure de QI. Mesure de QI qui d’ailleurs est parfois susceptible d’être remise en cause voire faussée par le simple fait d’être à haut potentiel et de sans cesse tout vouloir remettre en questions :

 Tout est sujet à interrogations, y compris les questions auxquelles il faut répondre pour ce genre de test. Les HP vont se poser des questions sur les questions et, pendant ce temps, ils ne répondent pas à la question ou pas correctement.

Cet extrait m’a personnellement fait sourire et correspond bien je pense à bon nombre d’enfants ou adultes HPI qui se questionnent sur le bien fondé ou le but des questions d’un psychologue, d’un exercice…, au risque de déstabiliser certains de leurs interlocuteurs qui laisseraient entrevoir des failles.

Evidemment la précocité présente des avantages et des inconvénients et nécessite des adaptations, dont la plus importante à mes yeux apparaît en guise de conclusion : il est nécessaire de s’accepter avec ses propres caractéristiques pour les vivre au mieux !

Du côté des avantages, j’en vois plein ! Mais ceux-ci ne s’exprimeront qu’à la condition suivante : que les personnes à « haut potentiel » aient accepté de faire partie de ceux qui pensent vite et bien.

Merci à Julie Arcoulin pour cette approche positive qui reflète bien notre pensée exprimée dans l’article Etre surdoué est un atout !

 Vous l’aurez compris : pour moi, ce type d’intelligence est un cadeau qu’il convient de bichonner.

Lire l’article en entier sur La libre.be

Laissez un commentaire





Vous aussi, soutenez la cause des enfants précoces !