Et si votre enfant était surdoué ?

Et si votre enfant était surdoué ?

Accueil » L'enfant précoce » Pourquoi l’enfant précoce refuse-t-il parfois de travailler ?

Pourquoi l’enfant précoce refuse-t-il parfois de travailler ?

Ce mois-ci dans  sa chronique pour Le journal des femmes, Arielle Adda évoque le sujet des enfants surdoués qui, subitement, refusent d’accomplir une tâche qu’il effectuaient jusque là sans problème.

La psychologue met en lumière les réactions contradictoires que peuvent engendrer certaines caractéristiques de la précocité, comme, par exemple, le fait de comprendre très vite les choses associé à un grand besoin de maîtrise et de perfectionnisme.

Si d’un côté ces caractéristiques aboutissent à de belles productions et à des résultats presque parfaits, il arrive paradoxalement que l’enfant à haut potentiel se braque parce qu’il se sent incapable de fournir le résultat qu’il s’imagine que l’on attend de lui.

Cette attitude de refus peut provenir à la fois d’un grand sens de la perfection et d’un niveau d’exigence envers lui-même trop important : ses attentes sont largement supérieures à ce qui est demandé en réalité.

Un jour, il a sans doute voulu représenter un sujet qui devait lui tenir à cœur et devant son incapacité à concrétiser ce désir, il a définitivement renoncé à toute ambition picturale. Le sujet en question était vraisemblablement hors de sa portée, mais il ne le savait pas.

De même, ce besoin de maîtrise exacerbé l’empêche parfois de se lancer avant d’être certain de parvenir à ses fins, ce qui peut engendrer une forme de procrastination.

Ils se maintiennent souvent en retrait jusqu’au moment où ils se sentent prêts. Ils déploient alors leurs dons particuliers, mais ils peuvent conserver au fond d’eux-mêmes une méfiance têtue.

L’exemple est le même pour beaucoup d’enfants en maternelle qui, bien que testés et tout à fait capables, refusent d’exécuter une activité toute simple pour eux, la qualifiant de trop difficile. Ils ne sont pas sûrs du résultat attendu et préfèrent s’abstenir plutôt que de mal faire.

Inutile de leur demander les raisons de ces réticences, ils sont bien incapables de les discerner : ils n’ont pas très envie de poursuivre cette activité, c’est tout.

Ce type de comportement ambivalent est bien sûr lié aux spécificités d’apprentissage des enfants précoces, qui apprennent, au moins au début de leur vie, de façon naturelle et sans difficulté particulière :

Pour beaucoup, la lecture a été aussi aisée : ils ne se souviennent même pas de la façon dont ils ont appris à lire et leurs parents non plus. Quand on est doué, lire et calculer sont des activités naturelles, il suffit de s’y intéresser pour pénétrer dans ces univers de pensée.

D’où la nécessité absolue de les confronter le plus rapidement possible aux notions d’effort, d’échec, pour qu’ils comprennent que certains apprentissages sont plus longs à acquérir et se consolident en cumulant les expériences plus ou moins heureuses.

S’ils refusent les activités qui nécessitent un lent apprentissage c’est parce qu’ils ne connaissent pas cette notion.

Les préparer tout au long de leur vie à faire des efforts et relever des défis permettra d’en faire des adultes épanouis et confiants dans leurs capacités.

Cette prudence excessive, ce souci de ne pas s’exposer à l’éventualité d’un échec persistent sous une forme plus discrète et plus rationalisée chez les adultes.  Ils sont eux-mêmes surpris quand ils constatent qu’ils remettent éternellement une activité qu’ils doivent impérativement exécuter : on parle de procrastination, mot commode qui recouvre bien des états d’esprit et on ne cherche pas plus avant.

Comme chaque mois, Arielle Adda termine sa chronique en livrant quelques conseils avisés aux parents confrontés à ce type de difficultés. Et vous, qu’en pensez-vous ? Donnez votre avis ou livrez votre expérience en laissant un commentaire ci-dessous

Lire la chronique d’Arielle Adda en entier sur Le journal des femmes

Administrateur du site et papa de 4 enfants précoces nés entre 1997 et 2012.

PARTAGEZ CET ARTICLE

[social_warfare]

11 Comments

  1. Stf sur 18 juin 2018 à 20 h 35 min

    Bonsoir, nous sommes justement en train de faire les tests de précocité pour notre nº 2, pour ces raisons… refus de faire des efforts d’apprentissages. À l’ecole Tout va bien, mais à la danse, au piano… il faut faire des efforts alors on se met en échec, on ne veut plus y aller… et en plus on se dévalorise face à sa grande sœur précoce, HP, et qui réussit bien ce qu’elle fait. Parce que l’effort n’est pas un problème pour Nº 1!!!

  2. Maman d Adam sur 19 juin 2018 à 8 h 08 min

    Bonjour.je suis maman d un enfant précoce…..de 14 ans.
    Pour arriver à comprendre le problème de notre fils( oui mais c est quoi la solution).
    On ai passé par des étapes durs ,La non comphenssion du comportement de notre fils.
    A l école ( pourtant une école et collège privé réputé pour ses résultats d élites ) notre fils est montré du doigt , un enfant différent , perturbateur, débile, non respectueux,se mêle de ce qui ne le regarde pas,pose trop de questions, opposant aux profs, refuse de travailler, très maladroit ……toujours en colle sans comprendre la raison, et la cerise sur le gâteau mal traité et Arcelé par ses paires. Il a un gros problème de relationnel, ne s’entend qu’avec les adultes ou les enfants de plus jeunes âges .les résultats de notre fils étaient tj bien. C est nous(les parent) qui faisont la classe à la maison (un grand defaut de consentration et d hyperactivitė ) il est tres maladroit. ……notre fils n arrive pas à gerrer et à comprendre son probleme d ou un grand stresse et de l ėgsėma …….. . Son comportement a failli lui coûter l exclusion du collège.
    Par ces problèmes il est devenu adicto aux jeux . Une séparation du chez d une année car il a demandé à ne plus retourner au collège et de changer de famille. hé oui …………une soufrance insupportable et incompréhensible.
    Il a vu plusieurs psychologue mais aucun n a détecté son grand potentiel sauf un psychanaliste qui nous a conseillé de faire le test de qi et là la neuropsychiatre à rajoute , peut être il est asperger ( un trouble de spectre de l autisme). Il a un haut potentiel ( un zebre) la psychologue est aussi d accord pour un asperger
    On ai tj dans le combat.
    Au collège ça se passe très bien (ne travail plus à la maison ,finit ses devoirs en classe et aussi dans la demande d’en faire plus….) notre combat n ai pas fini.

    L

  3. malika kettane sur 19 juin 2018 à 8 h 35 min

    Comment faire évaluer son enfant gratuitement

  4. Jess sur 19 juin 2018 à 11 h 43 min

    Bonjour, nous avons justement le problème à l’école. Mon fils n’a pas passé les tests, il n’est détecté précoce que par la psychologue. A l’école nous avons de gros soucis, il aime l’école, mais il n’aime pas sa classe, il n’aime pas sa maitresse (il préfère celle des grands) il n’aime pas ses camarades (il dit qu’il n’y a que des bébés dans sa classe), mais le problème c’est qu’il chahute beaucoup, il ne veut faire que ce qu’il veut et quand il en a envi. Et ce matin la maitresse m’a dit qu’en ce moment il refuse de travaillé. Il est en petite section, il devait faire des boucles, il a refusé, il n’a même pas essayé, alors que je sais qu’il sait les faire puisqu’il en a déjà fait a la maison. nous ne savons plus quoi faire si quelqu’un a des conseils. Merci

  5. Adil sur 19 juin 2018 à 17 h 37 min

    @Stf
    Je trouve votre commentaire inquiétant. Déjà, appeler ses enfants no 1 et 2 questionne… Ensuite, affirmer que votre benjamin ne « fait pas d’effort » interroge quant à votre abord de la précocité.
    Et qu’en savez vous qu’il ne fait pas d’effort ? Il n’est peut-être pas précoce, même si son aîné l’est, ce qui n’en fait ni un crétin, ni un fainéant.
    Enfin même dans le cas où il le serait, il a le droit d’avoir ses propres goûts et n’est pas obligé de réussir dans tous les domaines, surtout dans ceux que VOUS avez choisi pour lui. D’ailleurs et si c’est bien VOUS qui choisissez ses activités de loisirs, son refus tendrait à confirmer son Haut Potentiel. Il a déjà bien compris que vous débordiez de vos prérogatives de parents. Peut-être que pour l’instant son truc à lui c’est le dessin, la peinture, la poterie ou peut-être bien qu’il n’a pas encore trouvé et qu’il cherche !

    Par ailleurs, un enfant précoce peut tout de même avoir des difficultés dans certaines matières. Loin d’être une exception, Einstein était par exemple dyslexique et s’est avéré sur le tard plutôt performant en terme intellectuel 😉

    Pour finir, les enfants précoces restent avant tout des enfants avec leurs qualités, leurs failles et leur personnalité propre… Une partie d’entre eux sont même ultra sensible et vont particulièrement mal réagir aux stimulations excessives de leur entourage. Il faut aussi savoir les écouter et leur foutre la paix quand ils ne sont pas demandeurs d’activités.

    • Anonyme sur 22 juin 2018 à 7 h 41 min

      J’adore votre commentaire. C’est le plus censé de tout ce que j’ai lu. Un enfant précoce est avant tout un enfant tout court. Comme tous les enfants, il a le droit d’avoir des failles. Je pense que l’enfant précoce vit mal « sa précocité » lorsqu’on exige trop de lui parce qu’il est précoce. Il faut parfois laisser l’enfant faire à son rythme.

      • FOSSE sur 26 juin 2018 à 19 h 16 min

        Bonsoir, mon enfant est HP détecté depuis peu, il a 11 ans je crois cela explique mieux son comportement en cours, il est en 6 eme il a du avois 15 ou 16 h de colle, à la maison. Il vient d’avoir les encouragements pour son comportement en cours mais à la maison je ne sais pas si je fais bien je lui achète des livres pour essayer de mettre des mots sur ses émotions ses réactions, qui peuvent être parfois violentes et incompréhensibles mais j’ai peur de faire mal et de le rendre encore plus mal dans sa peau …. avez-vous quelques astuces? quelques conseils pour que j’aide mon fils au mieux ? merci d’avance

  6. Maman poule sur 21 juin 2018 à 10 h 18 min

    Bonjour, je retrouve ma deuxième également dans ces propos. Actuellement en petite section, elle ne veut plus aller à l’école : un jour elle nous dit qu’elle s’y ennuie, que le travail est trop facile; le lendemain elle explique que c’est trop difficile, et toujours que ça l’ennuie de dessiner des fleurs par exemple. En fait, j’ai cru comprendre entre son discours et celui de la maîtresse qui ne l’a pas cernée, qu’elle passait beaucoup de temps à regarder les autres travailler et mettait donc du temps à faire ses tâches, passant pour un enfant rêveur et dans son monde…. ce qui n’est pas faux mais c’est aussi une petite fille qui, en observant les pans de l’écharpe d’une peluche, a proclamé 4×2=8 et qui savait lire des petits mots dès la rentrée de septembre… actuellement elle compte, récite et dénombre jusqu’à 30 et connaît la plupart des lettres minuscules qu’elle sait combiner pour faire des mots. Je crains pour l’année de MS qui risque d’être longue, mais niveau motricité globale elle est juste à son niveau d’âge donc je ne souhaite pas de passage anticipé. En parallèle nous allons plutôt l’inscrire en musique qu’elle puisse de nouveau s’épanouir dans des apprentissages…

  7. Violaine sur 26 juin 2018 à 9 h 59 min

    Bonjour, si ca peut vous aider, ma fille qui a aujourd’hui 13 ans a vécu la même chose en maternelle : rêveuse, tournant autour des autres sans vouloir faire les ateliers proposés et préférant observer… j’ai toujours eu l’impression de devoir la faire rentrer dans un certain cadre scolaire. Et pourtant, elle, elle s’y est accommodée pas trop mal, comme elle a pu, en gardant plus ou moins ce mode de fonctionnement.. En CP, la maitresse m’avait dit qu’elle était lente et qu’elle risquerait d’avoir du mal a suivre. Ca n’a jamais été le cas.
    Au final, elle est aujourd’hui en 4eme, participe énormément en classe et s’y plait beaucoup. Nous avons découvert sa précocité seulement récemment après un long questionnement, mais l’école, aujourd’hui encore, ne nous en a jamais parlé malgré son profil atypique. Elle ne dérangeait personne et avait de bons résultats. Ca leur suffisait.

  8. Marie sur 28 juin 2018 à 17 h 29 min

    « on parle de procrastination, mot commode qui recouvre bien des états d’esprit et on ne cherche pas plus avant. »
    J’aime cette phrase car j’y ressent l’essence du problème de définir avec des généralités un soucis qui est plus complexe.

    En effet, l’enfant HP (et l’adulte aussi je pense), ne procrastine pas comme le ferait un normo-pensant. le normo-pensant qui procrastine le fait parce qu’il favorise des activités qui lui plaisent plus ou évite celles qu’il n’aime pas, ce qui revient au même.

    Le HP par contre, procrastine par peur ( de fracasser, de se tromper, etc) et temps que le motif de sa crainte existe. Ainsi, si, seul ou aidé, il vainc le motif (méconnaissance-> apprentissage élaboré et ample; fracas-> assurance, confiance en soi; etc), il peut reprendre et reprendra de par lui même et impulsé d’une énergie soudaine et intérieure, le taureau par les cornes!
    Je me trompe peut-être ou sans doute, cependant c’est une constatation que j’ai pu réaliser avec plusieurs HP de mon entourage.
    Je crois qu’en ce sens, parler de procrastination en soi est une erreur, car au contraire le HP lorsqu’il a clair quelque chose, il doit le faire là, maintenant, toute-suite, coûte que coûte, comme si son cerveau allait exploser si il ne vomissait pas sa création/ son entrain/ son besoin d´’étude/etc. On en revient aux mêmes définitions, mais c’est un fonctionnement différent.; alors pourquoi des termes semblables pour définir autre chose?
    Ce serait intéressant de se centrer vraiment sur la « procrastination des HP », non? Identifier et pouvoir y donner réponse, aide, etc. Quand on est adulte, on apprend à se gérer parfois, mais enfant on perd des opportunités facilement et l’entourage n’aide jamais, ni enfant ni adulte.

    Face à la procrastination réelle et normale, il existe des outils simples et fonctionnels, qui se basent sur le listage des tâches, puis la planification de la réalisation de ces tâches sur agenda et le suivit de leur réalisation dans l’ordre planifié. De l’a l’aide d’un bon journal de classe avec devoirs et leçons à l’appui pour les scolaires.
    Si un HP a des soucis de planification, ceci peut aussi l’aider, mais face à sa procrastination des tâches pour motifs typiquement HP, il a besoin d’outils différents pour ne pas éviter de les réaliser. Je pense qu’il serait utile de travailler là dessus.

  9. Soso sur 6 juillet 2018 à 17 h 30 min

    Où la la par toujours facile un surdoué. ..tout ce qui est apprentissage scolaire Aucun problème. .par contre quelques chose qui est long à maîtriser il abadonne tous simplement si les résultats et la maîtrise n’est pas assez rapidesle hockey ,le karaté, le soccer et j’en passe il se decourageait par persévérance et lui faire accepter que l’échec n’est pas un échec en soit ,il foncé plus et se décourage moin rapidement

Laissez un commentaire