Skip to content
Accueil » Education » Phobie scolaire et instruction en famille, le témoignage d’une maman

Phobie scolaire et instruction en famille, le témoignage d’une maman

La phobie scolaire est un sujet qui touche malheureusement beaucoup d'enfants surdoués aujourd'hui. Peut-on s'en extraire autrement qu'en luttant contre ses causes ? Quand rien ne va plus, l'enseignement à la maison semble être une solution efficace, comme le démontre ce nouveau témoignage.

La phobie scolaire chez les enfants à haut potentiel

Il y a quelques jours, nous abordions le sujet de l’école à la maison en lien avec la phobie scolaire, dans un article intitulé Comment le choix de l’école à la maison a sauvé mon enfant. Aujourd’hui, nous vous présentons un nouvel exemple de parents qui ont réussi à sortir leurs enfants de cette situation délicate.

Dans un témoignage recueilli par Isa Lise sur son blog « Faire l’école à la maison », D., une mère de famille, nous parle de son vécu et de celui de ses enfants qui ont longtemps souffert de phobie scolaire, en commençant par son troisième fils, alors en CE1.

Lorsque je prononçais le mot école c’était la panique, il se raidissait et se fermait directement, le visage rempli de peur.

Mais quelle en est la raison ? Apprendre n’est-il pas un plaisir, en temps normal ? Il y a de multiples raisons à la phobie scolaire, selon le caractère de l’enfant et l’environnement à l’école. Le harcèlement en est souvent une cause majeure, mais il semble que ce n’était pas le cas ici. L’ennui peut aussi en être responsable ; un enfant qui sait déjà ce qu’on tente de lui apprendre ou qui n’est pas intéressé n’aura aucune envie de retourner en cours apprendre sans cesse la même chose.

On peut dire aujourd’hui qu’il a fait un « burn out » car pendant 6 mois il était dans l’incapacité de tenir un crayon et le seul mot « école » le paniquait…

La sensibilité de l’enfant surdoué est aussi souvent facteur de phobie scolaire. Dans le cas présent, l’un des instituteurs du fils de D. insultait ses élèves. Mû par son empathie et son hypersensibilité, le jeune garçon prenait tout pour lui, que ça le concerne ou non. Comment alors avoir envie de retourner à l’école ? Le mal est fait, et sa mère décide de passer à l’instruction en famille.

L’instruction en famille les a libéré d’un poids, ils reprennent confiance en eux et en leur capacité d’apprentissage, ils évoluent à leur rythme.

Avec l’aide de l’association Phobie scolaire, elle découvre que ses deux plus grands enfants souffraient eux aussi. Soulagés d’apprendre qu’ils quittaient l’école, ils se sont remis à travailler. Il leur reste encore beaucoup à faire pour se remettre d’aplomb, mais au moins peuvent-ils maintenant être eux-mêmes et bénéficier de la compréhension de leur entourage.

Si vous ou vos enfants êtes dans le même cas, n’hésitez pas à en discuter sur les forums et à nous faire part de votre ressenti ! Retrouvez aussi le témoignage complet sur le blog Faire l’école à la maison et n’oubliez pas, pour reprendre une phrase clé de l’association Phobie scolaire que l’important : « C’est l’enfant avant l’élève ».

1 commentaire

  1. Marc sur 28 janvier 2020 à 16 h 42 min

    Bonjour,
    Laisser l’enfant précoce à la maison lorsqu’il est en refus scolaire anxieux c’est ce qu’il souhaite mais ce n’est pas souhaitable pour son développement social. Si vous ne trouvez pas la cause de ses angoisses elles ne disparaîtront pas d’elles-mêmes et ils les retrouvera ensuite au collège, au lycée puis dans sa vie professionnelle. La précocité n’est pas une pathologie pas plus qu’il n’y a de phobie scolaire, il s’agit d’angoisses très fortes, irrationnelles dont les causes sont multiples et qui doivent être prises en charges par un thérapeute à définir en fonction de chaque situation. L’école, le collège le lycée sont des lieux de sociabilisation et ce n’est pas dans sa chambre qu’il trouvera des amis. Croyez-moi c’est mon métier !
    Bonne chance pour vos enfants

Laissez un commentaire





Découvrez notre plaquette d'information sur l'élève à haut potentiel !

Identifier et accompagner l'élève à haut potentiel intellectuel

L'école et l'enfant précoce ne font pas toujours bon ménage. A travers les 32 pages de ce livret, découvrez pourquoi il est important de tenir compte des besoins particuliers de l'élève à haut potentiel et comment agir au quotidien pour son bien-être et son épanouissement.

L'ABC de l'enfant surdoué

ABC de l'enfant surdoué

L’ABC de l’enfant surdoué présente 100 termes choisis pour aborder les différentes facettes de l’enfant à haut potentiel, de ses caractéristiques et des ses difficultés éventuelles.

Groupes