Aller au contenu
  • Bonjour,

    Même chose pour nous, le glissement d’une classe à l’autre s’est fait en primaire avec son enseignant, pas de psy libéral, pas de psy scolaire. La majorité des enseignants n’ont pas la moindre envie de s’investir pour un enfant en particulier, surtout s’il a une haut potentiel, ça demande plus de travail. Et même si l’enseignant suit, le comportement des autres enfants peut entraîner un mal être, le premier de la classe n’est souvent pas le plus apprécié, d’autant plus si l’enseignant s’en occupe plus que les autres.

    Il n’y a pas de recourt, c’est à vous de chercher la meilleure solution, soit rester dans cette école, soit une autre école, soit un enseignement à distance, si le directeur est contre ce saut de classe, le forcer n’apportera qu’une mauvaise ambiance et une mise à l’écart de votre fils.

    • Bonjour, nous sommes actuellement face à un blocage de la Direction pour régulariser la situation.
      Notre fille a suivi un CE1 l’an passé, avec de très bons résultats, mais elle était officiellement en CP.
      Cette année, elle est de nouveau dans une classe de CE1 (niveau très inférieur à celui de l’an passé, cause crise.
      Nous ne savons toujours pas pourquoi la maîtresse de l’an passé n’a pas été suivie pas la DIrectrice dans la décision de faire le passage en CE2. On nous parle de pédagogie différenciée (tjs pas vu la couleur depuis la rentrée), mais nous préférons que notre fille intègre un groupe de Ce2.
      Alors voilà, comment forcer? Nous avons contacté l’Inspectrice Académique, mais elle se cale sur les dires de la Directrice, à savoir, n’allons pas trop vite, il faudra voir, passage en CM1 si besoin… à voir… mais on y croit pas. Ce doit être vu maintenant, pourquoi attendre.
      Nous avons saisi le Médiateur.
      Quels autres recours?
      Quels autres appuis pouvons-nous chercher?
      Merci.

      • Bonsoir, il n’y a pas de recours à faire, ni d’appui dans l’éducation nationale, en général les enseignants ne s’engagent pas pour des enfants qui ont des particularités, qu’ils soient en avance ou en retard, ça leur donne plus de travail. Tout dépend de la motivation de l’enseignant concerné pour s’occuper d’un élève qui est en avance. Et ce n’est pas la directrice qui pourra forcer un enseignant. Ni l’inspection académique ni la médiatrice ne vous appuieront si l’enseignant estime que ce n’est pas justifié.
        Il faut aussi voir ce que veut votre fille, si elle se sent bien dans sa classe, rien ne vous empêche de répondre à sa curiosité à la maison, il sera effectivement toujours temps d’y penser en CM1, par contre si elle ne se sent pas bien ou bien qu’elle s’ennuie ferme, c’est à vous de trouver une autre solution, soit un changement d’école pour orientation vers le privé, soit une pédagogie alternative, soit un basculement vers des cours à distance, mais qui demande un investissement et une disponibilité importante des parents à cet âge.
        N’attendez pas que l’administration fasse quoi que ce soit pour votre fille, si vous voulez un enseignement personnalisé, vous devez trouver la solution la plus adaptée pour votre fille, par vos propres moyens.