Aller au contenu
  • Ouvrons la discussion ! Face à cette situation inédite, peut-être rencontrez-vous des difficultés particulières pour lesquelles vous êtes à la recherche de solutions. Profitez de cet espace pour en faire part aux autres membres d’EPI.

    • Bonjour,
      Quelle période! De mon côté je suis professeur des écoles en petite section. Donc j’ai assez de temps à consacrer à mes enfants en ce moment. Mon mari est médecin, donc très peu à la maison. Ma grande de 12 ans est en quatrième au CNED depuis septembre, mon garçon de 10 ans est en sixième au CNED depuis novembre. Donc pas énormément de changements pour eux. Mon petit qui vient juste d’avoir 4 ans est à l’école Montessori. Ma grande est très autonome, donc tout va bien. Mon garçon de 10 ans était en décrochage avant de commencer le CNED. Il est d’une lenteur extrême, ne porte aucun intérêt à ses cours et à un niveau plus que déplorable en orthographe. Je m’occupais beaucoup de lui avant cette période (je travaille à mi temps). Maintenant, je m’occupe de son petit frère qui est très demandeur. Du coup mon grand est encore plus lent qu’avant (je ne savais pas que c’était possible!), ses notes ont baissé et il ne fait plus aucun effort en français. C’est surtout le français qui bloque chez lui. J’ai essayé le Time rimer sans succès. Quand je travaille avec lui il peut mettre 10 minutes pour répondre à une question basique. Ou alors, au bout de quelques minutes, il me demande « C’est quoi la question? ». Bref je m’arrache les cheveux . Nous avons un jardin, il peut se défouler dehors, mais n’en n’a pas envie. Est ce que pour vous c’est pareil, ce problème de concentration ? Merci beaucoup.

      • Bonjour Émilie et merci pour vos témoignages.
        Je rebondis juste votre fiston, Cned et lenteur : j’ai eu le même profil, scolarisation au cned aussi, il a repassé les tests cet été histoire de faire un point et de le booster un peu, au final il s’avére être thp avec malgré tout un ivt très bas qui confirme son extrême lenteur. La psychologue qui l’a vu l’attribue justement au très haut potentiel et manque de sollicitation etc…j’ai toujours un doute sur un problème plus général d’attention. C’est juste pour vous mettre en garde et éventuellement approfondir la question de l’attention, car comme pour vous rien n’y a fait, ni la pression du temps, ni des notes, ni des devoirs à rendre…

        • Bonjour
          Merci beaucoup pour cette réponse. Effectivement, Pierre a un QI de 147, avec un ivt de 109, donc très bas par rapport au reste. La mémoire de travail n’est pas très haute non plus. La psychiatre nous confirme qu’il n’y a pas de trouble de l’attention. Ça veut dire qu’on ne peut rien faire? Pourtant, lorsqu’il joue à des jeux de société, parfois très costauds, il arrive à se concentrer. Comme il est au CNED, j’ai pensé passer certains exercices, histoire de se concentrer sur les endroits où il a le plus de difficultés: l’orthographe et la grammaire.

          • Même profil que le mien ! Alors effectivement quand ils sont intéressés, ça roule ! L’erreur que j’ai faite moi, je pense, avec le recul, est de ne pas avoir assez insisté sur l’écrit, en fait le mien lisait beaucoup avec la sensation d’avoir compri, , et la part realisatioj dans les fascicule est devenue de moins en moins visible. Oui je pense qu’il faut insister sur la nouveauté et la difficulté pour ne pas les lasser. Je vous souhaite vraiment bon courage avec votre fils car je comprends tout à fait l’épuisement qu’on peut ressentir. Sinon pour le mien une voie professionnelle, avec une part de réalisations objectives, aurait sans doute été plus bénéfique .

    • santelie a répondu il y a 3 mois

      Bonsoir
      Je suis maman de Yann 8 ans bientôt. THP. Le grand défi sont les devoirs à faire chaque jour. Mon fils les trouve trop faciles, ennuyeux et s’énerve tout le temps quand on fait les devoirs. Ça finit tous les jours en crise de colère. Nous attendons la décision pour qu’il puisse sauter une classe, mai il doit faire les devoirs et c’est très compliqué. Il adore les maths on essaye de lui faire de exercices de son niveau et le nourrir avec son sujet préféré : les trous noirs et la matière dans l’univers, mai cela ne suffit plus. Les copains lui manquent, ils est frustré et parfois nous ne savons plus quoi faire … Depuis le début du confinement il est obsédé par la mort et pleure pratiquement tous les soirs car la question l’angoisse. Nous lisons des livres sur la mort et des questions de sens de la vie mais cela ne change rien. Merci pour vos témoignages.

      • Bonjour,

        Oui pour les devoirs en général, un compromis est nécessaire avec son enseignant afin qu’il subisse pas x répétitions inutiles. Le principe est de vérifier la bonne compréhension par un ou 2 exercices et de lui permettre d’aller plus loin si la base est comprise. En cette période vous pouvez alléger tout ça avec lui, à la limite lui proposer de passer directement aux devoirs au lieu de faire des exercices, repartir le temps de travail autrement, vérifier la compréhension oralement sans passer nécessairement par l’écrit. Pour les maths vous avez aussi des romans pour élargir le sujet que nous avions proposés ici : https://www.enfantsprecoces.info/10-livres-pour-les-enfants-precoces-qui-aiment-les-maths/. Le confinement est aussi l’occasion d’aborder les choses autrement et relâcher un peu la pression scolaire.
        Pour les inquiétudes elles sont effectivement légitimes et il est nécessaire d’en parler. Vous pouvez aussi lui expliquer que c’est pour ça que nous vivons cet épisode particulier, se protéger au mieux….et peut être réorienter les préoccupations vers la science ? Voir des vidéos ( accessibles aux enfants) sur les virus en général, les microbes….je crois qu’il y a une émission à ce sujet de c’est pas sorcier.