Aller au contenu
  • maxmaman a adressé une note au groupe Logo du groupe L’enfant précoce et l’écritureL’enfant précoce et l’écriture il y a 5 ans et 9 mois

    Bonjour à tous, mon fils de 8 ans est suivi depuis avril 2015 par une graphologue. Il a commencé par être en disgraphie très élevé (avril 2015). En septembre 2015, la graphologue lui a dit qu’il avait une disgraphie élevée (un niveau de gagné). Aujourd’hui, il a une disgraphie moyenne (février 2016). Pour en arriver là, nous avons fais 27 séances (moyenne de la séance entre 21 et 31 euros). Le soucis actuellement est qu’il a une écriture jupiter (très grosse écriture non acceptée dans les écoles). En dehors de son écriture, il n’a aucun soucis pour l’ orthographe mais comme cela est parfois illisible pour une personne qui ne veut pas faire d’effort, on lui mets des fautes où il n’y en a pas. Merci à tous de m’avoir lu

    • Bonjour Maxmaman,
      Votre témoignage m’intéresse! 🙂
      Est-ce la graphologue qui a posé un diagnostic de dysgraphie?
      Pour ma part, en tant que rééducatrice, je ne suis pas habilitée à le faire. Par ailleurs, je ne fais jamais de rééducation aussi longue sauf handicap avéré; je me fixe 10 séances sinon je passe la main à un autre professionnel.
      Les séances avaient lieu à quel rythme? Hebdomadaire, mensuel? Et votre fils avait-il des exercices à faire à la maison?
      Merci d’avance pour vos réponses car c’est enrichissant pour moi de confronter les diverses approches!

    • Bonjour delphes; Pour répondre à votre question, oui, c’est la graphologue qui a posé le diagnostic. Nous avons commencé avec une séance de 30 minutes toutes les semaines pendant toute la fin de l’année scolaire 2014-2015. Ensuite, nous avons refais 2 séances de 30 minutes avant le retour en classe en août, puis nous sommes passées au séances de 45 minutes tous les mois(voire mois et demi)Je fixe les rendez vous pendant les vacances dorénavant. I l a des exercices à faire à la maison entre les séances ( les courbes, le coloriage en commençant par reproduire les tours pour délier son poignet, les boucles, un travail d’imagination -une histoire qu’il écrit entre les séances-…).

    • Merci pour ces précisions!

    • Bonjour Maxmaman
      pour commencer il faudrait une petite précision : normalement c’est une graphothérapeute qui s’occupe des dysgraphies, alors votre graphologue est elle également graphothérapeute ?
      Au niveau des séances, effectivement cela peut parfois atteindre un certain nombre, mais souvent pas en fonction des performances, mais en fonction de la motivation de l’enfant.
      Car la rééducation est pratiquement toujours une histoire de technique d’écriture et de tenue de stylo, et cela ne prend pas tellement de temps pour les expliquer, ensuite et surtout intervient la motivation de l’enfant, et s’il n’est pas intéressé, curieux, avide d’avancer et de progresser alors oui, les séances risquent de s’éterniser.
      Un autre facteur temps intervient : une fois la correction des items de dysgraphie faite, l’enfant a compris ce qu’il devait faire, mais il doit assimiler et automatiser le geste et la technique et cela prend du temps également : ici intervient encore l’intérêt et la motivation de l’enfant.
      En ce qui concerne la dimension de l’écriture (vous parlez de l’écriture Jupitérienne, le terme est plutôt applicable à des adultes) il ne faut pas grand chose pour résoudre ce problème ; je m’étonne que cela ne soit pas résolu.
      Pour les exercices à la maison, je ne suis pas pour ! je préfère que l’enfant suivre les consignes données, plutôt que d’avoir des exercices à faire, et les applique pour ses devoirs en classe et à la maison.
      Je pense toujours que ce qui est fait avec la graphothérapeute est plus productif qu’un travail solitaire fait à la maison.
      Voilà ce que je voulais vous dire, j’espère que cela pourra vous aider.