Aller au contenu
  • Y’a-t-il vraiment plus de personnes à haut potentiel qu’auparavant, ou n’est-ce là que le résultat de meilleurs méthodes d’identification ? Difficile d’y répondre dans la mesure où il n’existe pas de chiff […]

  • Dans la continuité de son article du mois de novembre, la dernière chronique mensuelle d’Arielle Adda pour le journal des femmes vient nous apporter des précisions et des exemples bienvenus pour expliquer l’ […]

    • Bonjour

      Il semble que mon fils de 8 ans soit précoce… mais il rencontre de GROSSES difficultés relationnelles avec ses “camarades” (il est devenu le souffre-douleur et subit moqueries et insultes) ce qui, malgré les multiples interventions de la Directrice (punitions des calardes; entretien avec les parents d élèves…), l amène a appréhender l’école (maux de ventre; pleurs..)

      Mais la psychologue scolaire n’a pas le temps de le recevoir et m’oppose que le dépistage n’apportera rien; et pas de pedo psy dispo dans mon secteur.

      Où puis je m’adresser?

      Je suis une maman perdue et complètement désemparée
      SOS

    • Merci pour vos articles et ces partages qui m aident à accompagner ma fille de 6 ans, diagnostiquée à 5 ans HP. Elle est aujourd hui en Ce1 (saut de classe en CP).

  • Après son émission récente autour des enfants hypersensibles, Agathe Lecaron réunissait cette fois-ci trois invités pour discuter plus précisément de la situation des enfants à haut potentiel :

    Le Docteur […]

    • Bonjour,

      Il n’est pas rare que les enfants s’inventent un personnage imaginaire. A t elle des frères et soeurs à qui parler ? Ça peut être sa façon d’échanger lorsqu’elle est seule tout simplement. A surveiller…

  • Selon les recherches menées par la neuropsychologue Laurence Vaivre-Douret, le développement psychomoteur de l’enfant surdoué serait plus rapide que la moyenne, d’un ou deux mois en général pour ce qui concerne […]

  • Pour l’occasion, Agathe Lecaron recevait sur son plateau Perrine, maman d’une petite Zoé âgée de 3 ans et Saverio Tomasella, docteur en psychologie, chercheur et auteur de « J’aide mon enfant hypersensible à s’é […]

    • sounette a répondu il y a 2 mois

      Bonjour Nora Marion

      Je me permets de réagir à votre message, tant il me fait écho.. maman d’un Adem également, aujourd’hui ado de 17 ans. Si ça toute petite enfance a été marquée en effet par ‘une différence qui le démarquait dans le bon sens ( développement précoce, très curieux de tout, passion des l’âge de 2 ans pour les trains en tout genre qu il connaissait par coeur…). Son évolution dans le milieu familial avec les cousins notamment a plutôt été difficile, dû à son hypersensibilité, il a par la suite mis une “carapace” pour tenter d étouffer cette hypersensibilité. Du côté, scolaire ça a commencé à être difficile au passage au collège. Après plusieurs conseils notamment de ma soeur dont le fils a été identifié HP, et de son professeur principal, je décidais de faire tester Adem, pensant lui apporter un plus et surtout pour mettre des mots sur un comportement en classe qui je jusque là le desservait, ( hyper tout, sauf dans les résultats) les professeurs lui reprochaient souvent un manque de maturité ( étant toujours l un des plus jeunes en plus , une impatience difficile à gérer, un franc parlé déstabilisant.. comme votre fils il a un profil complexe, il est très bon à l oral, très intuitif, difficultés à l écrit, compréhension des consignes.
      Ses résultats hétérogènes n ont pas permis de chiffrer son QI, ce qui je pensais était une bonne chose. Cependant, la réalité en a été tout autre lorsque croyant bien faire, j ai fais part de son test à son professeur de 3 ème. Le corps enseignant n étant ni formé, ni à l’ aise avec la question du haut potentiel, n’a pas su l’accompagner ce qui ajouta à son échec. D’autant que son professeur se permis de réinterpréter les résultats du test d Adem en décrétant qu il n était pas élève à HP, niant de fait ses besoins.. le mythe du HP 1 et dans toutes les matières à la dent dure!..Après m être battue au collège, le combat continuait au lycée ! En arrivant cette fois de pied ferme avec la neuropsy d Adem à plusieurs reprises, leur expliquant son profil et les quelques solutions à apporter pour lui permettre de gérer au mieux sa scolarité ( ex sortir 2-3mn tte les 30mn pour se défaire d un trop plein d énergie, lui accorder un petit tps de parole lors du cours). Ses solutions n ont jamais été apportées et sa différence n a jamais été entendue, bien que reprochée..
      Très déçu du système scolaire.. il avance tant bien que mal..l objectif étant de décrocher un bac quelqu il soit… Il n est pas fait pour un système classique et a d ailleurs contre toute attente excellé durant la période du confinement, là où beaucoup d autres élèves decrochaient. Le système scolaire ne s adapte pas à ces élèves à besoins et comportements spécifiques, à moins de tomber sur des professeurs concernés eux même par ce sujet. C est ce qui est arrivé en 5 ème avec son professeur d histoire. Et plus lorsque nous avons décidé de le changer de lycée l an dernier avec un dossier assez catastrophique.. un proviseur lui même HP qui avait lui même rencontré des soucis dans sa scolarité lui a donné sa chance.. Bien entendu il a des axes de progrès dans son comportement mais ses résultats remontent et sa confiance en lui aussi.
      Ce vécu avec mon fils m’ appris à mettre de la distance avec la scolarité, notamment pour ma fille encore plus sensible que son frère..

      Nous connaissons nos enfants, leurs lacunes et besoins, n attendez pas du système scolaire des solutions. Bien que l éducation nationale est tenue de prendre en compte les élèves à besoins particuliers.

      Aidez votre fils à développer des stratégies.

      J espère que mon témoignage vous apportera..

    • Bonjour,

      J’ai lu attentivement votre description. Il en ressort en effet une perception intense sur laquelle il faudrait pousser un peu les recherches pour être sûr qu’elle ne lui nuise pas dans l’avenir. On peut bien sûr penser à de l’hypersensibilité, mais celle ci pourrait aussi être associée à une forme de haut voire très haut potentiel, ou à un trouble de l’attention, ou encore à une forme de TSA. Je dis ceci car les limites ne sont pas forcément claires entre toutes ces hypothèses, certaines pouvant se cumuler, comme hp et tda pae exp. Je pense donc qu’il serait bien que vous voyiez un neuropsychologue pour passer un bilan complet en expliquant vos doutes. Pour votre enfant cela ne veut pas dire “problème “, le but de la consultation est de comprendre comment il réfléchit et comment les informations “s’imposent” à lui.
      Je vous mets en lien un article à ce sujet, dans lequel vous trouverez en début de présentation un autre article sur le sujet qui pourrait vous intéresser : https://www.enfantsprecoces.info/les-specificites-de-lattention-chez-lenfant-a-haut-potentiel-intellectuel/

      Plus tôt vous comprendrez pourquoi votre enfant réagit de la sorte, mieux vous pourrez l’accompagner dans sa vie.

    • BOnjour,
      j’ai 2 garçons de 6 et 9 ans dont le grand ayant une tendance précoce, surtout au niveau de la maturité et de la sensibilité. Après des séances chez une psychologue, un test neuropsy qui n’a rien donnée car mon fils n’a pas apprécié la personne (personne plutôt molle), je suis en recherche de solutions pour lui et pour notre rapport familiale.
      Enfant très actif depuis tout petit, éponge et hyper réactionnel au niveau de l’émotion (même des crises de colère, d’énervement et d’émotion), c’est un enfant que je trouve de plus en plus triste, qui réagit avec des paroles violentes et avec envie de les transformer physiquement, à la maison comme à l’école.
      Tout va très vite dans sa tête, l’écriture ne va pas assez vite….
      Il fait aussi des crises de somnambulisme avec pleurs.
      Il a toujours fallu qu’il sache à l’avance ce qui va se passer et aime être avec les adultes ou des personnes plus âgées que ce soit dans les loisirs ou dans les discussions.
      Mon mari ne supportant plus de voir et voir des personnes différentes car il considère que c’est un enfant “normal”, je ne sais plus comment accompagner mon fils, gérer ses crises d’émotions, l’aider au quotidien.
      J’ai même regardé pour avoir un éducateur de temps en temps à la maison, mais je n’ai rien trouvé qui correspondrait à mon fils.
      Je suis à l’écoute de vos conseils ou de personnes vers qui me tourner

      • Bonjour Marie,

        Oui, ces enfants sont très souvent sensibles à la personne qu’ils ont en face d’eux, ont besoin de la sentir forte et de se sentir en confiance, ce qui pourrait expliquer que cela n’ait pas fonctionné avec la neuropsychologue.
        Alors avant tout,je généralise, mais ce dont ils ont besoin est de s’occuper valablement l’esprit, à l’école comme à la maison; Votre fils aurait il des centres d’intérêt, une passion à nourrir et explorer dès qu’il le peut ? Souvent cela demande de prévoir et réfléchir avec eux, voire les orienter, tatonner, pour tomber sur le bon “truc”.
        Sinon vous pourriez aussi voir du côté des associations comme l’afep, l’anpeip, qui organisent parfois des sorties. Le contact avec des enfants qui lui ressembler pourrait lui faire du bien (voire même lui montrer l’une ou l’une vidéo, conférences sur le haut potentiel, à condition de bien la choisir avant, pour voir s’il s’y reconnait. Celles du Dr Revol sont en général assez stimulantes.
        Enfin, sur la grande sensibilité, le somnambulisme me semble quand même être un signe de forte activité “émotionnelle”, vérifier s’il n’a pas des soucis lus graves à l’école du type harcèlement ? Ne pourriez vous envisager de discuter de son cas en tête à tête avec son enseignant (mal être), a t-il des amis…? quitte demander un passage du psychologue scolaire ?

    • Bonjour,

      L’hypersensibilité en effet a besoin d’être accompagnée et comprise : sont-ils aussi à haut potentiel et pris en compte chacun dans leurs particularités (besoins, réactions, ….)?
      En fait pour leur équilibre global il faut tenir compte de tous les aspects qui peuvent occasionner des frustrations ou réactions de colère, insatisfaction… La solution la plus naturelle pour eux est de se décharger en famille, et la fratrie est le meilleur réceptacle. Souvent pour les canaliser, s’ils sont hp, ils auront d’une activité exutoire qui leur vide la tête et leur “mauvaise énergie”.

  • La chronique mensuelle d’Arielle Adda pour le journal des femmes est ce mois-ci intitulée “la jalousie paradoxale chez les enfants doués”. Elle traite de ce phénomène sous l’angle de la fratrie et sous celui des […]

    • J’ai deux filles.
      L’aînée a huit ans et a été diagnostiquée tôt.
      Elle est assez exclusive mais très attentionnée à l’égard de sa petite soeur qui a bientôt 3 ans.
      Je ne ressens pas cette animosité de la part de l’aînée mais j’ai l’habitude de stopper toute forme d’agressivité dans notre foyer car j’ai du mal à supporter cela moi-même…
      La petite trouve bien sa place face à sa grande sœur et même si nous avons quelques querelles je ne pense pas que cela soit dû au haut potentiel.
      Elles sont différentes mais il est probable que la deuxième soit elle-même concernée par le haut potentiel.
      Chacune s’affirme mais de la jalousie, non.

    • Bonjour,
      Pour ma part, j’ai deux adolescents HP de 18 et 15 ans. Effectivement le plus grands a toujours été très jaloux et méchant vis à vis de ce petit frère qui venu lui envahir son espace. Aujourd’hui avec le passage des années ce sentiment s’est un peu apaisé, mais ressort de manière très violente chaque fois que mon plus jeune se met en travers de son chemin ou de ses projets. Pour moi l’analyse d’Ada se confirme parfaitement, malheureusement ….
      🙁

    • Beaucoup de réactions je vois…En effet cela vaudrait le coup de tenter de comprendre le pourquoi. En y réfléchissant je me dis que mes enfants, ayant été scolarisés longtemps à domicile, ont peut-être été épargnés de diverses frustrations, comme l’exprime Bénédicte, pouvant mener à se défouler plus facilement sur ses proches et donc frères et soeurs ?

  • Il y a quelques temps, l’émission “Vacarme” de la RTS nous proposait d’aborder différentes problématiques liées au haut potentiel des enfants et des adultes à travers cinq reportages enri […]

  • Dans un entretien avec Line Numa-Bocage du site Le café pédagogique, Roselyne Griffon, professeur d’ingénierie informatique en lycée et professeur ressource dans la lutte contre le décrochage scolaire nous expliq […]

  • Interrogée par le magasine Marie Claire suite à la parution de son dernier livre, le surdoué et l’amour, Monique de Kermadec analyse les relations amoureuses chez les personnes dites à haut-potentiel, ins […]

    • Bonjour,
      Après lecture de l’article sur la vie amoureuse des surdoué e s, je fais part de mon avis.
      J’ai fait le choix de vivre seule.
      J’ai ainsi l’intégrité de ma vie à vivre à mon rythme et sans plus aucune compromission d’aucune sorte.
      Et je travaille encore ! Cela va être cool quand dans 11mois je disposerai de tout mon temps.
      C’est cool parce que c’est vraiment un choix, une décision prise sérieusement. L’évidence que la vie à 2 ne m’a jamais été agréable en fin de compte. Que mes compagnons soient surdoués ou pas, je me suis vite ennuyée et j’ai tenu 22ans dans un mariage qui n’allait nulle part. Avec ma famille et mes enfants c’est la distance qui convient le mieux pour éviter les blessures qui arrivent de toutes façons à un moment.
      La phrase de Mme Siaud Facchin ” t’es intelligente, débrouille toi ” a été mon quotidien des années durant.
      Alors une évidence c’est avérée être la meilleure option et je vais très bien depuis et merci à moi.
      Donc la joie de vivre existe pour nous !
      Que chacun prenne bien soin de lui
      Roseline

  • Gabriel Rafi est neuropsychologue clinicien à Paris. Dans un article récent pour le site du magazine Psychologies, il répond à cette question que vous êtes nombreux à vous poser.

    Un bilan qui néces […]

    • Bonjour,

      C’est bien triste. Maintenant dans le haut potentiel (surtout si le contact a été mauvais entre votre enfant et le professionnel), il ne faut pas voir qu’une histoire de points. Il y a aussi tout l’aspect psychologique des enfants qui compte, besoin de travailler en confiance, intérêts différents des autres enfants, façon de comprendre les consignes…qui peut jouer sur son comportement. Vous pouvez pour vous aider demander l’aide de a psychologue scolaire aussi, ou encore du référent eip de votre académie qui, même dans le doute, peut intervenir auprès de votre établissement pour expliquer comment l’aider à se concentrer et remédier à ses problèmes grâce aux grilles d’évaluation dont les enseignants disposent.

    • Bonjour,

      Voyez du côté de votre groupe régional sur le site. Le prix varie selon les praticiens, il vaut mieux toujours prendre la,précaution de le faire préciser par téléphone, de même que de vous faire indiquer la démarche : en principe le bilans se font en trois séances : premier entretien pour expliquer le contexte, 2eme séance tests, 3ème bilan de restitution .

  • Notre guide sur l’identification et l’accompagnement des enfants surdoués à l’école a déjà été diffusé à plus de 12.000 exemplaires. Epuisé, il n’était malheureusement plus possible de le commander dans sa ve […]

  • Bougeotte, agitation, inattention…autant de signaux envoyés par les enfants à haut potentiel ou souffrant d’un TDA/H (quand ce n’est pas les deux à la fois) auxquels il faut être attentif et qu’il est néc […]

  • Des évolutions positives en faveur des élèves à haut potentiel se font jour dans la province de Québec. Les mesures envisagées par le Ministère de l’Education et de l’Enseignement Supérieur du Québec sont en […]

  • Dans son article intitulé “Quand l’enfant doué survole sa scolarité” la psychologue décrypte les mécanismes imbriqués qui peuvent conduire des élèves prometteurs à l’échec scolaire.

    Sur un mode littérair […]

    • Bonjour à toutes et tous,

      Sweety, je pense qu’il va falloir que vous fassiez des pieds et des mains pour obtenir ce passage. Il est peut être tard maintenant mais en principe vous pouvez faire une demande motivée ou un recours (triste de commencer ainsi !) ou vous faire appuyer par le référent “ehp” de votre académie (la décision n’appartient pas à l’enseignante seule, elle fait l’objet d’une concertation de l’équipe pédagogique toute entière).

      Vincente, n’avez pas pas moyen de vous opposer à la décison ? Après je dirais que dans le cas d’un enfant en opposition, il convient de veiller à ce qu’il adhère au projet de passer dans la classe supérieure et se sente motivé ne serait-ce que pour montrer à ses enseignants ce dont il est capable et peut être dans la cadre d’un accompagnement personnalisé. Quelles seraient vos alternatives sinon ?

  • Si l’existence du haut potentiel semble mieux admise aujourd’hui et sa reconnaissance plus aisée, à force d’information, je me questionne en fin de compte sur les progrès réels réalisés, en termes d’image, mais […]

  • J’ouvre ce fil pour vous permettre de partager vos bonnes adresses et astuces afin d’aider nos enfants à continuer d’étudier et à se détendre malgré le confinement. Vidéos, lectures, contenus éducatifs, bricolages…

    • Bonjour,
      Je viens de poster un message en dessous. Merci beaucoup pour ce groupe. Je suis en grosse difficulté avec mon grand, par contre, avec mon petit, je passe des moments magiques. Il a tout juste 4 ans et est à l’école Montessori. Il n’a jamais été testé ou suivi, mais vu que c’est le troisième on sait à quoi s’attendre. Vu qu’il est à l’é…En afficher davantage

  • Ouvrons la discussion ! Face à cette situation inédite, peut-être rencontrez-vous des difficultés particulières pour lesquelles vous êtes à la recherche de solutions. Profitez de cet espace pour en faire part aux autres membres d’EPI.

    • Bonjour,
      Quelle période! De mon côté je suis professeur des écoles en petite section. Donc j’ai assez de temps à consacrer à mes enfants en ce moment. Mon mari est médecin, donc très peu à la maison. Ma grande de 12 ans est en quatrième au CNED depuis septembre, mon garçon de 10 ans est en sixième au CNED depuis novembre. Donc pas énormément de…En afficher davantage

      • Bonjour Émilie et merci pour vos témoignages.
        Je rebondis juste votre fiston, Cned et lenteur : j’ai eu le même profil, scolarisation au cned aussi, il a repassé les tests cet été histoire de faire un point et de le booster un peu, au final il s’avére être thp avec malgré tout un ivt très bas qui confirme son extrême lenteur. La psychologu…En afficher davantage

        • Bonjour
          Merci beaucoup pour cette réponse. Effectivement, Pierre a un QI de 147, avec un ivt de 109, donc très bas par rapport au reste. La mémoire de travail n’est pas très haute non plus. La psychiatre nous confirme qu’il n’y a pas de trouble de l’attention. Ça veut dire qu’on ne peut rien faire? Pourtant, lorsqu’il joue à des jeux de société,…En afficher davantage

          • Même profil que le mien ! Alors effectivement quand ils sont intéressés, ça roule ! L’erreur que j’ai faite moi, je pense, avec le recul, est de ne pas avoir assez insisté sur l’écrit, en fait le mien lisait beaucoup avec la sensation d’avoir compri, , et la part realisatioj dans les fascicule est devenue de moins en moins visible. Oui je pense…En afficher davantage

    • Bonsoir
      Je suis maman de Yann 8 ans bientôt. THP. Le grand défi sont les devoirs à faire chaque jour. Mon fils les trouve trop faciles, ennuyeux et s’énerve tout le temps quand on fait les devoirs. Ça finit tous les jours en crise de colère. Nous attendons la décision pour qu’il puisse sauter une classe, mai il doit faire les devoirs et c’est très…En afficher davantage

      • Bonjour,

        Oui pour les devoirs en général, un compromis est nécessaire avec son enseignant afin qu’il subisse pas x répétitions inutiles. Le principe est de vérifier la bonne compréhension par un ou 2 exercices et de lui permettre d’aller plus loin si la base est comprise. En cette période vous pouvez alléger tout ça avec lui, à la limite lui…En afficher davantage

  • Je vous propose aujourd’hui de visionner une conférence animée par Béatrice Parrino, journaliste du Point, intitulée “Haut potentiel : le cas des cerveaux hors norme”. Elle a le mérite d’associer des points de v […]

  • En afficher davantage