Aller au contenu
  • Cath a adressé une note au groupe Logo du groupe L’enfant brillantL’enfant brillant il y a 2 ans

    Bonjour à tous,
    Je cherche des conseils, des expériences qui pourraient m’aider à trouver une solution pour mon fils. Il a 15 ans, il est en seconde et n’a jamais sauté de classe pour des raisons qu’il serait trop long de développer ici. Il a choisi de faire sa seconde dans un lycée qui propose l’option japonais, il est donc interne depuis cette année, je le précise parce que ça sous-entend que je ne le vois pas tous les jours, qu’il est en permanence avec d’autre jeunes de son âge et qu’il ne peut plus pratiquer d’activités extra-scolaires. Il s’ennuie mortellement en classe malgré un emploi du temps qu’il a chargé le plus possible. Il a de plus en plus de mal le dimanche soir, il est triste et fatigué. Les résultats sont toujours excellents (19) mais il ne se sent toujours pas motivé. Depuis la classe de quatrième il me demande de l’inscrire au CNED pour aller le plus vite possible au Bac et se débarrasser de ce fardeau. J’ai très peur de la solitude c’est pourquoi le lycée de bon niveau (comme celui qu’il a choisi ) me paraissait une bonne option. La semaine prochaine il consulte une psy pour essayer d’y voir plus clair. Avez-vous des exemples d’enfants qui auraient sauté une classe au lycée? Ou avez-vous d’autres témoignages, idées? Savez-vous si l’éducation nationale propose des solutions?
    Merci à tous

    • Babar246 a répondu il y a 2 ans

      Bonjour, ma fille de 15 ans a un parcours similaire à votre fils. En seconde, sans avoir sauté de classe. Elle s’ennuie et rumine sa colère…
      En 3ème, parce qu’elle s’ennuyait, elle a entrepris l’apprentissage du japonais par elle-même. En seconde, en changeant d’établissement, elle a refusé de le reprendre en groupe classe car elle refuse d’attendre les autres. Le CNED, pour le japonais, est pour elle La solution partielle, elle progresse dans cette matière à son rythme, sans attendre les autres. Elle me réclame de l’y inscrire complètement mais la sortir du système scolaire ce serait je crois plus l’isoler. Elle côtoie dans son établissement d’autres EIP et ce contact lui fait du bien. Non pas qu’elle s’ennuie moins mais elle peut partager son ennui en dehors de la classe avec des enfants qui la comprennent. En parler avec l’équipe pédagogique peut parfois être bénéfique, lui apporter un rôle “d’assistant” auprès d’élèves qui cherchent à progresser peut donner un but à sa présence en cours. Tout dépend alors de l’équipe pédagogique. Le lycée est une période difficile car il ajoute aux difficultés de l’enfant précoce les difficultés de l’adolescence. Cordialement.

      • Cath a répondu il y a 2 ans

        Toute sa scolarité mon fils a joué ce rôle d’assistant mais à contre coeur. En réalité il a du mal à expliquer aux autres comment pavenir au résultat attendu, pour lui c’est trop évident et puis ce n’est qu’une manière de passer le temps. Il est satisfait d’aller chez la psy, je fonde mes espoirs là-dessus en attendant.
        Bonne journée