Aller au contenu
  • Gabriel Rafi est neuropsychologue clinicien à Paris. Dans un article récent pour le site du magazine Psychologies, il répond à cette question que vous êtes nombreux à vous poser.

    Un bilan qui néces […]

  • Notre guide sur l’identification et l’accompagnement des enfants surdoués à l’école a déjà été diffusé à plus de 12.000 exemplaires. Epuisé, il n’était malheureusement plus possible de le commander dans sa ve […]

  • Bougeotte, agitation, inattention…autant de signaux envoyés par les enfants à haut potentiel ou souffrant d’un TDA/H (quand ce n’est pas les deux à la fois) auxquels il faut être attentif et qu’il est néc […]

  • Des évolutions positives en faveur des élèves à haut potentiel se font jour dans la province de Québec. Les mesures envisagées par le Ministère de l’Education et de l’Enseignement Supérieur du Québec sont en […]

  • Dans son article intitulé “Quand l’enfant doué survole sa scolarité” la psychologue décrypte les mécanismes imbriqués qui peuvent conduire des élèves prometteurs à l’échec scolaire.

    Sur un mode littérair […]

    • Bonjour à toutes et tous,

      Sweety, je pense qu’il va falloir que vous fassiez des pieds et des mains pour obtenir ce passage. Il est peut être tard maintenant mais en principe vous pouvez faire une demande motivée ou un recours (triste de commencer ainsi !) ou vous faire appuyer par le référent “ehp” de votre académie (la décision n’appartient pas à l’enseignante seule, elle fait l’objet d’une concertation de l’équipe pédagogique toute entière).

      Vincente, n’avez pas pas moyen de vous opposer à la décison ? Après je dirais que dans le cas d’un enfant en opposition, il convient de veiller à ce qu’il adhère au projet de passer dans la classe supérieure et se sente motivé ne serait-ce que pour montrer à ses enseignants ce dont il est capable et peut être dans la cadre d’un accompagnement personnalisé. Quelles seraient vos alternatives sinon ?

  • Si l’existence du haut potentiel semble mieux admise aujourd’hui et sa reconnaissance plus aisée, à force d’information, je me questionne en fin de compte sur les progrès réels réalisés, en termes d’image, mais […]

  • J’ouvre ce fil pour vous permettre de partager vos bonnes adresses et astuces afin d’aider nos enfants à continuer d’étudier et à se détendre malgré le confinement. Vidéos, lectures, contenus éducatifs, bricolages…

    • Bonjour,
      Je viens de poster un message en dessous. Merci beaucoup pour ce groupe. Je suis en grosse difficulté avec mon grand, par contre, avec mon petit, je passe des moments magiques. Il a tout juste 4 ans et est à l’école Montessori. Il n’a jamais été testé ou suivi, mais vu que c’est le troisième on sait à quoi s’attendre. Vu qu’il est à l’é…En afficher davantage

  • Ouvrons la discussion ! Face à cette situation inédite, peut-être rencontrez-vous des difficultés particulières pour lesquelles vous êtes à la recherche de solutions. Profitez de cet espace pour en faire part aux autres membres d’EPI.

    • Bonjour,
      Quelle période! De mon côté je suis professeur des écoles en petite section. Donc j’ai assez de temps à consacrer à mes enfants en ce moment. Mon mari est médecin, donc très peu à la maison. Ma grande de 12 ans est en quatrième au CNED depuis septembre, mon garçon de 10 ans est en sixième au CNED depuis novembre. Donc pas énormément de…En afficher davantage

      • Bonjour Émilie et merci pour vos témoignages.
        Je rebondis juste votre fiston, Cned et lenteur : j’ai eu le même profil, scolarisation au cned aussi, il a repassé les tests cet été histoire de faire un point et de le booster un peu, au final il s’avére être thp avec malgré tout un ivt très bas qui confirme son extrême lenteur. La psychologu…En afficher davantage

        • Bonjour
          Merci beaucoup pour cette réponse. Effectivement, Pierre a un QI de 147, avec un ivt de 109, donc très bas par rapport au reste. La mémoire de travail n’est pas très haute non plus. La psychiatre nous confirme qu’il n’y a pas de trouble de l’attention. Ça veut dire qu’on ne peut rien faire? Pourtant, lorsqu’il joue à des jeux de société,…En afficher davantage

          • Même profil que le mien ! Alors effectivement quand ils sont intéressés, ça roule ! L’erreur que j’ai faite moi, je pense, avec le recul, est de ne pas avoir assez insisté sur l’écrit, en fait le mien lisait beaucoup avec la sensation d’avoir compri, , et la part realisatioj dans les fascicule est devenue de moins en moins visible. Oui je pense…En afficher davantage

    • Bonsoir
      Je suis maman de Yann 8 ans bientôt. THP. Le grand défi sont les devoirs à faire chaque jour. Mon fils les trouve trop faciles, ennuyeux et s’énerve tout le temps quand on fait les devoirs. Ça finit tous les jours en crise de colère. Nous attendons la décision pour qu’il puisse sauter une classe, mai il doit faire les devoirs et c’est très…En afficher davantage

      • Bonjour,

        Oui pour les devoirs en général, un compromis est nécessaire avec son enseignant afin qu’il subisse pas x répétitions inutiles. Le principe est de vérifier la bonne compréhension par un ou 2 exercices et de lui permettre d’aller plus loin si la base est comprise. En cette période vous pouvez alléger tout ça avec lui, à la limite lui…En afficher davantage

  • Je vous propose aujourd’hui de visionner une conférence animée par Béatrice Parrino, journaliste du Point, intitulée “Haut potentiel : le cas des cerveaux hors norme”. Elle a le mérite d’associer des points de v […]

  • L’entrée à l’école et les premiers pas dans la société, hors du cocon familial, représentent un passage obligé pour l’écrasante majorité des enfants. Les petits précoces n’échappent pas à la règle. Pour […]

  • Depuis la rentrée de septembre, Marine Gabet, psychanalyste et présidente troyenne de A à zèbre propose une chronique bimensuelle sur RCF autour des enfants à haut potentiel, “La minute zèbre”. J’ai sélec […]

  • Sous le titre “Avoir un enfant surdoué, un défi au quotidien”, le magasine Marie Claire vient de publier le témoignage de 2 mamans qui expliquent leurs réalités quotidiennes, bien éloignées de certains cliché […]

    • On ne souligne pas beaucoup la pression que peuvent mettre les enfants HPI sur la famille : exigence, impériosité, besoin d’activité permanent qui peuvent user le/les parents… Suis la seule à vivre cela ?

    • Bonjour,

      Les phénomènes que vous décrivez, lorsqu’ils deviennent vraiment gênants et ingérables au quotidien, peuvent faire penser à des troubles de type autistique (TSA).
      Avez-vous pensé à prendre contact auprès d’un centre ressource pour l’autisme (CRA) afin de valider ou non cette hypothèse ?

  • Ce témoignage, celui de William, jeune quadragénaire zèbre et hypersensible mérite d’être relayé car son auteur se place dans une démarche objective d’acceptation de sa personnalité qui ne nie pas les difficu […]

  • Ils suscitent l’admiration et parfois l’agacement ; on peut s’imaginer que leur vie est belle, que tout leur est accessible, qu’ils ont le monde à portée de main mais… le haut potentiel des adultes surdoués est-i […]

  • Le journal La Montagne a publié récemment le témoignage de cette famille de Brive que j’ai trouvé suffisamment réaliste et riche d’enseignements pour vous le présenter ici. Les anecdotes et expériences rappor […]

    • Bonjour
      Je suis très intéressée par vos articles et très interrogative pour ma fille de 5 ans qui s appelle Meyleen.
      Je vis en région PACA près d Avignon et je souhaiterai savoir si vous auriez des spécialistes à me recommander vers qui me tourner.
      Mon docteur généraliste n est pas sensible à tout cela et ne s’y intéresse pas je me sens démunie ne sachant pas vers qui me tourner
      En vous remerciant par avance pour la réponse qui me sera adressée.
      Bien cordialement

      Anne Charlotte Planchenault

      • Bonjour Madame,

        Je vous conseille de poster un message de recherche de professionnel sur votre groupe régional, à travers lequel vous pourrez obtenir des recommandations locales : https://www.enfantsprecoces.info/groupes/

        Cordialement,

      • Bonjour ma fille à fait le test il y a quelques années sur sausset les pins par une professionnelle très competente qui m avait été recommandé et que je recommande à mon tour. Les tarifs sont raisonnables et le sérieux est au rendez vous. Je peux vous donner les coordonnées si vous le souhaitez.

    • Bonjour
      Je vous remercie j ai fait le’post sur le groupe PACA en espérant avoir des info de la part des membres
      Merci beaucoup

      • Bonjour,

        Il est vrai que les enseignants sont vraiment mal informés et c’est dommage.

        Pour mon fils aîné, nous avons bataillé 2 ans avec l’école. La maîtresse de petite section pensait qu’il était très angoissé car il jouait à des jeux peu commun, il fesait des scénarios catastrophe (tremblement de terre, éruption volcanique, mêlé aux dinosaures etc), suite à une consultation psy, il nous a été évoqué une précocité certaines chez notre fils, il nous a donc été demandé de lui faire passer un test.

        Il nous a fallu un an d’attente pour lui faire passer le fameux test, nous avons pendant ce délai parler des soupçons de précocité, mais pour elle c’était impossible.

        En moyenne section, mon loulou a eu la même enseignante, il a saboté son test volontairement, mais tout les professionnels l’ont déclaré précoce sans le moindre doute, la maîtresse ne voulait pas l’entendre.

        L’année a été très difficile, j’ai du faire intervenir la neuropsychologue et l’éducatrice pour que le calvaire de mon fils se stop.

        Cette année en grande section (l’école refuse le saut de classe même si ça a été demandé par la neuropsychologue) il a toujours la même enseignante, l’intervention des professionnels l’a aidé à mieux comprendre mon fils, je lui ai transmis la plaquette de votre site, et ça se passe mieux, ce n’est pas encore ça mais il y a du mieux.

        Après les fêtes nous allons essayer de faire accepter à l’école des moments passerelles avec le CP, on verra bien.

        Nous avons 2 autres enfants, des jumeaux, ils sont entrés en petite section cette année.

        Mon fils pleurait du matin au soir non stop en classe, ne comprenant pas pourquoi, surtout qu’il voulait vraiment aller à l’école, nous l’avons emmené au CMPE (ils commencent à bien nous connaître avec le suivi du grand ).

        L’infirmière nous a parlé de toc, de très bons niveau de langage cacher par un défaut de prononciation, de très bonnes mémoires et logique ainsi qu’une grande sensibilité, nous l’avions remarqué mais sans en déduire quoi que ce soit.

        La psychologue de Paul nous a annoncé qu’elle recevra en janvier notre deuxième fils car il y a de fortes soupçons de précocité également chez lui, on est restés sur les fesses car nous ne nous attendions pas du tout a ça.

        Elle nous a également dit qu’en discutant avec l’enseignant de notre fils, il avait remarqué de grandes aptitudes chez notre fille (la jumelle) mais que contrairement à son frère jumeau, qui lui est très actif, elle est très discrète.

        On est restés scotché face à tous ça, la psychologue a vite vue qu’on était surpris, elle nous a expliqué que nos deux derniers enfants étaient très probablement précoce mais avec des profils différents, donc 3 précoces avec 3 profils différents.

        Nous sommes toujours sous le “choc”, une thérapie familiale va être mis en place car nos enfants n’arrivent pas à s’entendre et jouer ensemble.

        Pour le reste nous verrons ce que nous dira la psychologue en janvier.

        • Bonjour,

          Effectivement, le haut potentiel même s’il peut être une caractéristique commune ne s’exprime pas forcément de la même façon d’un enfant à l’autre.
          Entre garçons et filles c’est souvent plus marqué, les filles sont plus adaptables, ce qui ne veut pas dire qu’elles n’aient pas des besoins accrus.
          Vos enfants sont encore très jeunes, commencer une thérapie familiale sur la base d’une difficulté à jour ensemble me semble un peu “exagéré”.
          C’est sûr qu’il faut trouver un train d’entente entre les uns et les autres, leur apprendre à partager, respecter des règles. … comme avec tous les autres enfants. Avec les enfants à haut potentiel, le jeu pour jour n’est pas aussi évident : ils ont besoin de jeux stimulants, souvent bien au delà de leur âge et la difficulté est de trouver ce qui les ”branche”. Par exp ma fille de 7 ans joue avec ses grands frères à 7 WOnders et bien d’autres jeux du même type, Uno et ce genre c’était vers 2 3 ans etc… ils aimaient tous bien les memory assez jeunes. Donc ce sont les repères qui changent et sont à trouver. Fréquenter une ludothèque si possible est très intéressant pour eux et vous.

  • Dans le témoignage qu’elle livre au HuffingtonPost Québec, Virginie, la maman de Kaïs nous explique comment le choix de l’école à la maison s’est imposé à elle et en quoi il a constitué une décision salutair […]

  • Pour l’occasion, Mélanie Gomez accueillait le docteur Louis Vera, pédopsychiatre à la Pitié-Salpêtrière à Paris, et auteur du livre “Tous précoces, tout hyperactifs vraiment ?”. paru le mois dernier aux édition […]

    • Merci pour votre article merci de soutenir les parents qui avancent comme ils peuvent
      En plus il y a enfant précoce, puis ado précoce et c’est pas pareil …

    • Bonjour, je suis choquée de cette interview. Encore un qui ne sait pas de quoi il parle ! Maman d’un enfant HP je ne retrouve pas mon enfant dans ce qu’il dit !
      C’est une honte de tel propos à la radio !

    • Pour répondre à vos questions,
      – nous avons demandé au psychologue de tester notre plus jeune fille parce qu’elle (notre fille) nous l’a demandé à l’âge de 9 ans. Idem pour la sœur juste au-dessus (10 ans à l’époque) une fois qu’on a eu les résultats de la petite sœur. Elles n’étaient pas particulièrement en souffrance mais ont vu qu’elles pouvaient sauter une classe et s’ennuyer moins grâce à un petit camarade qui lui avait été diagnostiqué avant et avait déjà sauté 2 classes. Donc ce qui nous a poussé, ce sont nos enfants qui grâce à un autre élève ont vu une opportunité s’ouvrir.
      – J’ai 4 filles HP dont 2 officiellement diagnostiquées par le psychologue scolaire et les 2 plus grandes qui n’ont pas passé les tests (le psychologue scolaire a refusé parce qu’elles n’étaient pas en crise et il était déjà débordé et nous ne voulions pas dépenser 450 euros pour qu’on nous dise ce qu’on savait déjà). Donc pour moi, probablement, il y autant de HP chez les filles mais elles sont moins détectées car elles vont moins au clash.
      – tout à fait d’accord avec vous sur le fait qu’un WISC peut être “raté” parce que l’enfant n’est pas en forme ou en refus de coopérer ou juste traumatisé par les tests. C’est un test qu’on passe à un instant T sur des questions qui sont propres à un standard qui ne va pas forcément correspondre à un enfant d’une autre culture, qui maîtrise mieux une autre langue, etc.
      – je ne sais pas si on peut parler de HP fabriqué, mais d’après mon expérience personnelle (HP moi-même) et ce que je comprends des neurosciences, un bébé arrive au monde avec un cerveau pré câblé, et ce sont ses expériences qui vont lui permettre de terminer le câblage. Du coup, si le bébé est dans un environnement riche, et qu’il a le loisir de découvrir le monde à son rythme, d’interagir avec des gens en sécurité émotionnelle, il va bien se développer, et sinon, ça ne va pas être le top. Mais la norme, n’est ce pas plutôt d’être dans des environnements où on n’est pas en sécurité émotionnelle et où l’environnement est plutôt pauvre ? Quelle proportion d’enfant a la chance d’avoir un entourage aimant et qui peut passer du temps de qualité avec lui dans les premières années de vie (ou juste laisser l’enfant passer du temps de qualité avec son environnement)? De mon point de vue, très peu. En plus le WISC est relatif. Même si tout le monde devient plus “bête” ou plus “intelligent”, ça reste pareil. J’ai vu un reportage sur les effets sur les grossesses des perturbateurs endocriniens ou le manque de sodium qui disait que sur un test militaire qui n’avait pas changé depuis 1980 dans un pays nordique, les résultats avaient nettement baissé. Alors qu’en France, on est déjà à la 5eme version du WISC, ça change tout le temps et c’est relatif, donc je pense que dans quelques années, les neurosciences pourront nous proposer des tests plus pertinents et plus dynamiques pour tester la capacité à s’adapter, à remettre en cause des idées de départ suite à des résultats contre intuitifs, à savoir persévérer… Cela testera le potentiel d’une personne à savoir se développer, ce qui me paraît plus intéressant qu’une image à l’instant T.

  • En afficher davantage