Skip to content
Accueil » L'enfant précoce » Les filles surdouées : Témoignages de mamans

Les filles surdouées : Témoignages de mamans

C'est un fait, les petites filles et adolescentes surdouées sont mois souvent identifiées comme telles que les garçons par leur entourage scolaire ou familial. Deux témoignages de mamans soulèvent les difficultés que cela engendre et l'importance d'une identification précoce.

L'enfant précoce distrait à l'école

Les témoignages d’Isabelle Comtois et Noémie Giguère relayé par le site canadien TplMoms.com viennent utilement nous rappeler l’importance de l’identification et de la prise en compte des besoins particuliers des filles surdoués, dès le plus jeune âge.


Isabelle est devenue maman très jeune d’une petite fille que tout le monde trouvait éveillée pour son âge.

Ce premier bébé est venu établir la normalité du développement d’un enfant pour moi. Elle se développait à vitesse grand V, semblerait-il, puisqu’un jour, la pédiatre a soulevé l’hypothèse d’une douance et voulait la faire évaluer. J’ai dit non. Ma fille n’avait que 2 ans et demi !

Pourtant, les signaux s’accumulent et la trajectoire de la fillette diverge peu à peu de celle des autres enfants de son âge. L’école, comme c’est souvent le cas, apporte son lot de frustration et de difficultés. A l’adolescence, celles-ci deviennent trop importantes pour être négligées et la question du haut potentiel revient sur le devant de la scène. La confirmation ne tarde guère et vient expliquer les problèmes rencontrés par la jeune fille. Isabelle nous dit toute l’importance de cette identification, même si elle la juge aujourd’hui trop tardive.

Si je pouvais remonter le temps, je retournerais lors de ce rendez-vous et, malgré ses 2 ans et demi, je dirais oui parce que plus tôt est le diagnostic, plus facile est le becquer bobo.

Lire le témoignage complet d’Isabelle

La précocité de la fille de Noémie a quant à elle été établie dès 5 ans et demi par un bilan psychologique effectué suite aux observations de ses parents qui s’inquiétaient face à certaines réactions de leur enfant.

Nous avions remarqué quelque chose de différent chez notre fille, pas tant au niveau de la précocité de ses capacités intellectuelles, mais plutôt dans l’intensité de ses émotions, ses difficultés d’endormissement et ses questionnements existentiels. Nous croyions qu’elle était simplement hypersensible ou qu’elle avait le syndrome d’Asperger. Ce qui nous a poussés à consulter, c’est l’espèce de mal-être et d’anxiété qui l’envahissent parfois sans raison apparente, surtout avant de dormir ou en pleine nuit.

L’identification du haut potentiel de la petite fille a permis à ses parents de prendre de bonnes décisions et d’envisager des solutions qui puissent favoriser son épanouissement, même s’ils savent que le chemin sera encore long et peut-être parsemé d’embûches.

Lire le témoignage de Noémie

Si vous aussi vous souhaitez rédiger un témoignage pour nous dire comment vous avez pris en charge le haut potentiel de votre fille ou de votre garçon, vous pouvez nous envoyer vos contributions par le biais du formulaire de contact d’EPI.

Je m'occupe d'Enfants Précoces Info depuis 2002. Je publie des articles et j'interviens sur la partie technique du site. J'essaye aussi de le faire évoluer pour qu'il soit le plus utile possible et qu'il vous rende les meilleurs services dans l'accompagnement de vos enfants. Je suis le papa de quatre enfants précoces nés entre 1997 et 2012 et, à ce titre, j'essaye de vous faire partager mon expérience.

4 commentaires

  1. SR sur 5 novembre 2019 à 13 h 24 min

    Ma fille avait elle aussi de très fortes réactions émotionnelles à l’âge de 5 ans. Grosses colères de rage le soir en rentrant à la maison. Et en même temps, elle a demandé à apprendre à lire avec insistance, si bien que j’ai fini par lui acheter une méthode de lecture syllabique. Elle apprenait à une vitesse fulgurante.
    Je pensais ma fille hypersensible, et de fil en aiguille, en lisant des articles sur l’hypersensibilité, je tombe sur des articles traitant le sujet du Haut potentiel.
    Nous avons vu une neuropsy, et elle a passé un test WIPPSI. Elle est en effet HP et contient énormément ses émotions tout au long de la journée. On m’a conseillé le saut de classe pour basculer en CP directement, mais les maîtresses étaient contre, prétextant une immaturité, peur de l’échec, trop émotive, etc… Elle est donc rentrée en CP seulement cette année, en sachant parfaitement lire, et elle découvre les mathématiques avec enthousiasme. Le hic, c’est qu’elle voudrait apprendre + et + vite les mathématiques. Le rythme lui semble trop lent.
    Je vais attendre l’entrée en CE1 pour lui faire repasser un test et demander un saut de classe progressif dans la future classe de CE1/CE2.
    Elle a une grande envie d’apprendre, mais se retient énormément pour rester dans la norme, et ne pas de sentir différente. Car selon elle « ça fait que des ennuis quand on a de l’avance ».
    Et elle préfère clore le sujet.

  2. Cécile MARSON sur 5 novembre 2019 à 18 h 42 min

    merci!

  3. Hatt sur 5 novembre 2019 à 23 h 11 min

    Merci pour cette préoccupation au sujet des filles. Le livre La femme surdouée de Kermadec est très instructif à ce sujet. J’ai donc une véritable mission pour accompagner ma fille diagnostiquée HP. Celle-ci a déjà affaire aux différences de traitement par rapport à son frère HP. Pour un garçon c’est mieux accepté par l’école, la famille… Pour une fille c’est plus compliqué !

  4. Cian55 sur 6 novembre 2019 à 21 h 03 min

    Ici ma puce a été diagnostiquée à 5 ans et demi grâce à notre connaissance du sujet lié à son frère. Ça aurait été notre fille aînée, on serait complètement passé à côté et l’école aussi. Elle commençait à régresser pour se mettre au niveau que l’école attendait d’elle. Après un saut de classe, je la vois recommencer à progresser et à s’épanouir. Un diagnostic precose est indispensable pour pouvoir faire les bons choix et expliquer à nos filles qu’elles ont le droit d’être différentes et de rester elle même.

Laissez un commentaire





Informons ensemble toutes les écoles françaises sur l'élève à haut potentiel

Participez à notre grande campagne d'information !

Identifier et accompagner l'élève à haut potentiel intellectuel

Avec votre aide et pour que tous les élèves à haut potentiel puissent bénéficier d'un enseignement adapté à leurs besoins, nous allons envoyer un exemplaire de notre plaquette d'information à tous les chefs d'établissements de France. Cela représente environ 65.000 destinataires. Découvrez sans tarder comment soutenir cette campagne sans précédent !

L'ABC de l'enfant surdoué

ABC de l'enfant surdoué

L’ABC de l’enfant surdoué présente 100 termes choisis pour aborder les différentes facettes de l’enfant à haut potentiel, de ses caractéristiques et des ses difficultés éventuelles.

Groupes