Et si votre enfant était surdoué ?

Et si votre enfant était surdoué ?

Accueil » L'enfant précoce » Le syndrome de l’imposteur chez l’enfant à haut potentiel souffrant de troubles Dys

Le syndrome de l’imposteur chez l’enfant à haut potentiel souffrant de troubles Dys

Parmi les 6 profils d’enfants surdoués, celui de l’enfant à double étiquette est sans doute le plus difficile à identifier et à accompagner tant il peut se révéler complexe. Dans un article récent sur le site « Tout pour apprendre », Isa Lise nous présente les risques potentiels que peuvent rencontrer les enfants à la fois précoces et souffrant de troubles dys tels la dyslexie ou la dyspraxie.

On pense, souvent à tort, que l’enfant à haut potentiel pourra utilement jouer de son intelligence pour compenser les difficultés qu’il rencontre par ailleurs. Dans la réalité, si cette compensation existe souvent bel et bien, elle ne résout rien. En effet, le haut potentiel demeure parfois masqué par les résultats moyens obtenus, tout en empêchant les adultes de prendre la pleine mesure des problèmes rencontrés par l’enfant.

Dans ce cas, cette confusion peut être source de graves erreurs de diagnostic et d’une totale incompréhension de la part de l’enfant.

le zèbre est rarement modéré, son cerveau peine à connaître le bouton « stop ». Or, un zèbre en difficulté ne comprend pas, il pense souvent être un imposteur : si son cerveau est tellement rapide, pourquoi est-il en difficulté, pourquoi se sent-il si incompétent, stupide ? Il s’affole.

Face à cette situation, deux choix s’offrent à l’enfant : décrocher et/ou perturber parfois jusqu’à connaître l’échec scolaire ou redoubler d’effort et surcompenser, au risque d’augmenter encore les erreurs de diagnostic et d’être durablement méconnu dans ses spécificités, ce qui ne manquera pas d’avoir des conséquences à long terme.

Ne doutez pas de ses difficultés. Oui, son haut potentiel l’aide dans certaines circonstances (possible capacité à rebondir, compréhension plus rapide), mais celui-ci le dessert également (besoin du mot juste, besoin de justice, besoin de comprendre, sentiment d’imposture tant le grand écart peut être grand entre son « potentiel » et ses difficultés). Si on minimise ou -pire- nie sa dys pourtant avérée, le syndrome d’imposture grandit. Son cerveau s’emballe, il ne comprend pas pourquoi il doit déployer tant d’efforts, il perd confiance, il perd pied.

Il faut être particulièrement vigilant en ce qui concerne ses enfants. La bienveillance et l’adaptation doivent être les maîtres mots dans leur éducation mais, surtout, il faut les reconnaître dans toutes les facettes de leur personnalité complexe. Il ne faut pas non plus hésiter à parler avec eux de leurs difficultés et chercher des solutions qui les rassurent durablement.

En bonus, je vous offre cette courte vidéo d’un film d’animation sur le thème de la dyslexie

Lire l’article d’Isa Lise en entier sur Toutpourapprendre.com

Administrateur du site et papa de 4 enfants précoces nés entre 1997 et 2012.

PARTAGEZ CET ARTICLE

[social_warfare]

3 Comments

  1. De Almeida sur 2 juillet 2018 à 21 h 49 min

    Je suis maman d’un enfant précoce j’ai découvert ce blog il y a quelques temps et franchement c’est vraiment très intéressant, merci à vous.

  2. EREMBER sur 3 juillet 2018 à 1 h 27 min

    La petite vidéo sur les dys …. m’a beaucoup ému, mon fils est dyspraxique et je sais que c’est dur pour lui. même si c’est différent de dyslexique .
    A la rentrée prochaine septembre 2018 il retourne en classe classique avec certaines aides mais je ne peux m’empêcher de me dire es ce assez ? a t il besoins de plus de choses pour être aidé ? Es ce que je le comprends assez ???
    Je sais que mon fils est intelligent au dessus de la moyenne on me l’a dit à plusieurs reprises mais comment savoir si il est à haut potentiel ?
    Si quelqu’un peut m’aider je suis ouverte à toutes les suggestions, même si c’est pour simplement partager le quotidien en discutant.
    Merci.

  3. MATHEN sur 3 juillet 2018 à 9 h 01 min

    Bonjour Olivier et merci pour ce site riche, très convivial et pratique.
    Sandrine maman de 3 enfants précoces (1993, 1996 et 2006) dont un dyslexique qui a subi des sévices de la part d’un enseignant, 3 enfants différemment épuisants mais merveilleux!!

Laissez un commentaire