J-1 pour commander votre plaquette d'information sur l'élève à haut potentiel, ne tardez plus  !

Plaquette d'information, couverture provisoire

Dans quelques jours, nous allons expédier notre plaquette d'information sur l’élève à haut potentiel intellectuel à  8 000 établissements scolaires. La liste des destinataires sera close lundi 27 mai.

Nous pouvons la faire parvenir à l’établissement ou à l'enseignant de votre choix. Nous pouvons aussi vous l'envoyer pour que vous puissiez la remettre en main propre au professeur de votre enfant si vous le souhaitez.

Ne perdez plus de temps, à la fin de cette semaine il sera trop tard pour profiter de cette occasion unique.

Accueil » L'enfant précoce » La psychologie des enfants précoces » L’imagination, une arme au service de l’enfant précoce

L’imagination, une arme au service de l’enfant précoce

L'imagination, une arme au service de l'enfant précoce

Les enfants surdoués font souvent preuve d’une créativité et d’une imagination hors du commun. Ce mois-ci dans sa chronique pour le journal des femmes, Arielle Adda aborde le thème de l’audace intellectuelle des enfants précoces, sujet d’étonnement pour les parents mais surtout formidable levier d’épanouissement pour l’enfant.

L’imagination est le siège de la création et de l’interrogation. De là partent les divers chemins qu’emprunte l’enfant, guidé par ses émotions et sa créativité au fil du temps. Celui-ci ne cesse de poser des questions ; et celles auxquelles les adultes ne peuvent pas donner de réponse ne restent pas pour autant dans l’inconnu. L’enfant précoce va tâcher d’y trouver une réponse, en interprétant ce qu’il entend ou, au besoin, en l’imaginant. Il évite d’embarrasser son entourage en l’interrogeant sur un sujet inexploré, et préfère découvrir par lui-même ce qui se cache derrière celui-ci.

L’enfant doué ne va pas s’interdire, pour autant, de vagabonder en esprit en poussant ses explorations intellectuelles au plus loin.

Bien souvent, cette audace intellectuelle fait écho à une envie de savoirs, une réelle demande de connaissances négligée par son entourage. L’enfant voudra alors explorer de nouvelles possibilités, quitte à imaginer ce qu’il ignore. On se gardera d’associer cette exploration aux fruits d’une imagination débridée. On verra plutôt là le résultat d’une réflexion approfondie menée par l’enfant en mal de découvertes.

Au gré des conversation et des événements captés par sa conscience, l’enfant précoce se forge une capacité à réfléchir et analyser dans le plus grand respect de la logique. Muni de ces outils, il n’hésite pas à étudier des horizons encore inexplorés, jugeant que tout est possible du moment que le hasard n’entre pas en jeu.

Il ne s’est pas encombré d’idées toutes faites, il ne sait pas encore se tenir dans les limites des idées correctes, il pense que la pensée réfléchie et rigoureuse alliée à l’imagination peut explorer tous les domaines.

On dit souvent des aventuriers partis escalader des falaises ou faire le tour du monde avec un matériel pour le moins aléatoire qu’ils sont fous ; pourtant leur esprit logique et réfléchi leur a simplement permis d’anticiper tous les problèmes qu’ils pourraient rencontrer. Ils partent donc pour une entreprise que certains qualifieraient de démente, parés à toute éventualité.

Plus que la force physique, c’est la force de caractère qui prime sur le courage d’affronter de telles épreuves. L’audace intellectuelle dont ces aventuriers de l’extrême font preuve est donc essentielle à la réussite de leur entreprise, mais elle en est aussi l’origine : on assiste à travers ces projets à l’accomplissement du rêve de l’enfant.

On ne pense pas spontanément que le goût du défi poussé à l’extrême va inciter les personnes douées à entreprendre des actions insensées.

La motivation de ces enfants devenus adultes est en effet bien loin de l’appât du gain ou de la recherche de gloire. C’est mus par leur instinct, par la force de leur volonté qu’ils sont poussés à agir. Pas question de reculer devant le premier obstacle venu : ce serait se trahir soi-même.

Ainsi l’enfant capable d’imaginer des scénarios construits, logiques et haletants deviendra en grandissant un adulte responsable et réfléchi capable d’anticiper les problèmes et d’explorer sans cesse de nouveaux horizons. Peut-être deviendra-t-il romancier, et partagera-t-il ses aventures fictives avec de jeunes lecteurs. Ou peut-être préférera-t-il vivre lui-même cette aventure, pour le plus grand bien de son épanouissement personnel.

Comme à son habitude, Arielle Adda termine sa chronique par quelques bons conseils que je vous invite à découvrir en lisant son texte complet sur le journal des femmes.

Laissez un commentaire