Aller au contenu
Accueil » Education » Haut potentiel et « explosions » du soir, comment y remédier ?

Haut potentiel et “explosions” du soir, comment y remédier ?

Comment réagir face aux crises de fin de journée de son enfant à haut potentiel ? Que signifient-elles et quel est votre rôle de parent pour les apaiser ?

La frustration chez l'enfant précoce

Qui n’a pas été confronté aux débordements de son enfant à haut potentiel, exprimés prioritairement à votre égard, parents, le soir, alors que tout semblait bien se passer jusqu’à ce moment précis ?

Pour comprendre ces manifestations fréquentes d’insatisfaction, Audrey A. nous a proposé de relayer un article écrit par Séverine Guy, accompagnatrice en éducation positive.

L’article de Séverine est bien fourni, je vous laisse par conséquent le soin de le lire vous -mêmes, en mettant toutefois l’accent sur deux points particuliers qui me semblent essentiels :

Le besoin de sécurité affective pour exprimer son mécontentement :

Les manifestations d’humeurs de vos enfants, intervenant en fin de journée, sont très souvent incompréhensibles car

  • elles surviennent d’un moment à autre, sans raison apparente, pour une broutille,
  • ce n’est pas le comportement habituel de votre enfant en cours de journée et sa “colère” semble vous être destinée tout spécialement à vous, parent, au pire moment.

Il faut bien comprendre que, le plus souvent, il s’agit d’un signe de frustration d’un enfant qui s’est contenu toute la journée.

Il s’est ennuyé pendant les leçons… Il n’a pas compris la consigne de l’exercice demandé par sa maîtresse… Son meilleur copain a refusé de jouer avec lui…

https://www.pour-une-education-positive.com/colere-enfant-precoce/

Votre enfant a alors grand besoin de se libérer à un moment donné, c’est l’image de la soupape qui explose. Cette explosion se passe lorsque votre enfant s’y sent autorisé et en confiance, par conséquent en votre présence, parent, qui êtes là pour le comprendre, l’accompagner, lui donner la sécurité affective dont il a besoin et surtout le rassurer.

Une fois cette clé de compréhension en mains, vous pourrez plus facilement discuter avec lui, tenter de reconstruire le fil de la journée pour vous rendre compte de ses difficultés à vivre un enchaînement de moments peu enrichissants. A cet égard, évitez de lui poser la question suivante : “qu’as tu fais de beau aujourd’hui ?” La réponse fréquente de mon fils lors de ses petites années était claire : “rien !” ou “je ne sais pas !”.

Eviter la crise du soir

Séverine Guy évoque dans son “étape 5” différentes procédés à mettre en oeuvre pour éviter la crise.

J’en rajouterais un, relatif au fait de rassurer son enfant dont nous venons de parler : en effet l’enfant à haut potentiel qui vit ces crises est un enfant dont les besoins ne sont pas assouvis tout au long de la journée, c’est pourquoi il éclate. Or, s’il sait que vous avez compris sa souffrance et que vous êtes disposés à en parler avec lui et surtout à “compenser” et pallier à ses manques, cela évitera aussi bien des crises.

Il faut lui donner l’occasion de se réjouir pour un événement qui pimentera sa journée. Evidemment cela serait plus simple que ce moment intervienne durant le temps scolaire, mais lorsque ce n’est pas le cas, vous pouvez anticiper et prévoir pour lui une occupation ou activité qui lui permette de se décharger. Cette nécessaire décharge ne se situe pas forcément sur le plan “physique”. Souvent il a déjà passé beaucoup de temps à tenter de jouer avec ses pairs, il a parfois mal vécu les heures de récréation, de cantine, de temps libres… pendant lesquelles il n’éprouve pas le même plaisir que ses camarades (autre point de frustration car non seulement il ne se défoule pas mais vit mal le fait de ne pas être aussi heureux que ses camarades à ces moments là).

Nombre d’enfants à haut potentiel ont besoin d’une “décharge intellectuelle”, cette notion est souvent oubliée. Ils ont besoin d’enfin faire travailler leur esprit et faire chauffer les neurones ! Dans ces cas là il vaut mieux les orienter vers des activités plus intellectuelles, de type musique, échecs, sports de concentration…, jeux de société et/ou de rapidité…

Merci en tous cas à Séverine Guy pour cet article qui nous rassurer face à la colère de nos enfants, bien résumée dans cette citation :

Nous sommes des mammifères et c’est un réflexe archaïque que possèdent tous les mammifères : ne pas exprimer sa détresse en milieu hostile ou étranger, sous peine de se rendre vulnérable.

https://www.pour-une-education-positive.com/colere-enfant-precoce/

Je vous invite à lire le long article de Séverine sur son site et à en discuter à travers vos commentaires. Et vous, quelles ont été vos solutions pour soulager vos enfants le soir ?

3 commentaires

  1. Anne sur 10 mars 2020 à 10 h 40 min

    Votre article tombe à point nommé. Tous les soirs c’est la crise pour qu’il prenne sa douche, se lave les dents… Tout ce qui touche à son hygiène personnelle est un rapport de force…
    Mon garçon a 9 ans, il a été testé HPI il y a deux ans.
    Ce matin même, sans avoir lu votre article, je lui dis : “je sais que toute la journée, tu te contiens car ta maîtresse est quelqu’un de difficile pour toi à comprendre, tu as souvent envie de crier, tu es souvent en colère, tu ressens souvent de l’injustice car tu fais des efforts et elle te met tout de même des croix dans ton cahier, alors le soir quand tu rentres, tu ne sais pas faire autrement que t’opposer à nous, parce que tu sais que nous, tes parents, sommes là pour toi et t’aimerons toujours. Mais pour éviter qu’on se dispute chaque soir, que penses-tu de décharger ta colère et ta frustration et le stress accumulé autrement ? Tu pourrais par exemple taper dans un coussin, taper sur le canapé, dire ce que tu as sur le coeur, et après nous on est là aussi pour t’écouter ; ainsi peut-être que tu pourrais prendre la décision d’aller te doucher tout seul, sans attendre qu’on te le dise, car un ordre de plus dans la journée, ça doit être trop pour toi…” Il écoutait et a eu un petit sourire qui en disait long, puis il a fait exprès de changer de sujet parce que je sais que j’avais tapé juste… Et ce matin je lis votre article… Comme le monde est étrange et connecté !! Merci pour vos mots, on verra si cela fonctionne mieux ce soir et les soirs suivants…

  2. Marin Jessica sur 3 octobre 2020 à 16 h 01 min

    J’ai lu votre article avec attention ce qui m’a frappé c’est les mots explosions colère …. Mon fils de bientôt 5 ans et un élève gentil adorable qui s’occupe des autres il ne se fait pas entendre plus que ça… Mais arrivé à la maison je vis un véritable enfer il cri donne des ordres court partout (dans un appartement c’est pas terrible)! Dis énormément de gros mots aussi horribles les uns que les autres… Je ne sais plus quoi faire il n’est pas suivi par personne, ni a été testé. Son frère aîné à de l’avance on le sait depuis sa plus tendre enfance a de grandes facilités que dois je faire pour que mon petit soit moins violent et qu’il arrête de se faire du mal et me faire péter un câble ?

    • Françoise sur 5 octobre 2020 à 16 h 48 min

      Bonjour,

      Peut être que votre fils vit lui aussi un décalage important qu’il parviendrait à gérer en se contenant à l’école et en se déchargeant le soir ?
      S’il y a des antécédents dans la famille, je vous conseillerais de voir si votre fils ne suit pas le même chemin ?

Laissez un commentaire





Découvrez notre plaquette d'information sur l'élève à haut potentiel !

Identifier et accompagner l'élève à haut potentiel intellectuel

L'école et l'enfant précoce ne font pas toujours bon ménage. A travers les 32 pages de ce livret, découvrez pourquoi il est important de tenir compte des besoins particuliers de l'élève à haut potentiel et comment agir au quotidien pour son bien-être et son épanouissement.

L'ABC de l'enfant surdoué

ABC de l'enfant surdoué

L’ABC de l’enfant surdoué présente 100 termes choisis pour aborder les différentes facettes de l’enfant à haut potentiel, de ses caractéristiques et des ses difficultés éventuelles.

Groupes