Aller au contenu

Trouble de l'opposition avec provocation : qui consulter ?

Vous pouvez parcourir les forums librement. Pour prendre part à une discussion ou entamer un nouveau sujet, vous devez être membre d'EPI et connecté.

Rejoignez gratuitement 29501 les membres d'EPI !

Devenez gratuitement membre d'Enfants Précoces Info

Vous n'êtes pas encore membre d'Enfants Précoces Info ? Inscrivez-vous sans tarder pour participer au forum, rejoindre les groupes thématiques et régionaux, tisser des liens avec d'autres membres.

Je m'inscris

20 réponses et 11 participants
Dernière mise à jour par NicolasMCMLXXVII il y a il y a 2 semaines et 1 jour.

21 sujets de 1 à 21 (sur un total de 21)
  • Auteur
    Messages
  • Bonjour,

    Mon fils de 4 ans, présente tous les “symptômes” du TOP.
    Cependant, nous sommes perdus face à cela et nous aimerions qu’il puisse être diagnostiqué afin de savoir si c’est bien ça ou s’il y a un autre problème.

    Le CMP nous propose une première consultation seulement à partir de Janvier , mais nous sommes à bout…

    Je pensais un pédo psy ou un neuropsy, si des parents ayant des petits zèbres ont rencontré ce type de problématique, je suis preneuse de vos retours d’expérience.

    Merci

    Bonjour

    Mon fils avait été diagnostiqué à haut potentiel par nadege jacquet sur Annecy à l âge de 4 ans. Je ne sais pas si il existe un dépistage du TOP mais de mon côté à force de persévérance,et en passant par un pedopsychiatre qui m a envoyé vers le Cesa à Chambéry, le diagnostic de Asperger est tombé à 7 ans.

    Si cela peut aider…

    Bon courage

    Bonjour, mon fils a 9 ans et est HPI. Il a fait de la psychomotricité et orthopsie (DYS). Cette année en CE2 il change beaucoup à l’école et commence à être perturbateur en classe. Auparavant il était difficile à la maison mais son comportement était bon à l’école.
    Et récemment encore il a fait Peter les plombs à 2 nounous qui ont fini par jeter l’eponge…

    Au-delà de la spécificité d’un HPi-DYs je découvre cette facette qui se développe chez lui et nous ne savons pas comment gérer tout cela. Nous sommes en liaison avec l’école mais ce côté « je teste les limites » est épuisant pour le cercle familial. Vous êtes passés par là? Vous avez des conseils??

    Bonjour,
    Je connais très bien votre problème, mon fils, un peu plus agé que le votre (14 ans) est HPI TDAH et provocateur. Je suis passée par des moments difficiles et c’est loin d’être fini! Bien que très brillant à l’école il est régulièrement renvoyé 2 jours du lycée pour son comportement… ça m’épuise…
    Je n’ai trouvé personne pour m’aidé vraiment mais une neuro-psy m’a conseillé un livre: “Mon enfant s’oppose” de Guislaine Georges et ça m’a beaucoup aidé.
    Après je vous conseille juste de ne pas le prendre frontalement et d’être infiniment patiente… ce que hélas les autres parents ou instituteurs ne comprendront pas…
    Bon courage!
    Lucile

    Bonjour,
    j’ai deux enfants aujourd’hui de 16 et 12 ans, hp et dys. Mes deux enfants ont présenté les symptômes du trouble de l’opposition avec provocation. L’un faisait des colères passive – agressive et l’autre faisait de multiples énormes colères quotidiennes plus toutes les oppositions possible. Pour l’opposition avec provocation, je pense qu’il n’y a pas 36 solutions. Il faut viser les objectifs que vous voulez atteindre et y aller objectifs par objectifs. Par exemple, ma priorité était de diminuer le nombre et l’intensité des colères avant de penser à leur faire ranger ou même parfois se laver sans que j’ai à tout vérifier… Quelque soit l’objectif, décider avec le papa des règles à poser, réfléchissez bien pour les poser de façon à pouvoir les tenir et poser des conséquences aux manquements. C’est ce que j’appelle les réparations. Pour les colère, à chaque début d’opposition ou de colère, il devait s’isoler (ailleurs que dans sa chambre pour ne pas être distrait), se calmer et ne sortir que s’il était capable de me dire pourquoi il avait eu besoin de s’isoler. Bien sûr, au début, je lui expliquais moi-même pourquoi. Il ne sert à rien de discuter quand l’enfant est en crise, il ne peut pas entendre. Il doit se calmer d’abord. Autre “réparation”, il ne veut pas aider à débarrasser, le lendemain il le fera tout seul et conséquences sinon… ce sera deux jours… Et tenir bon !

    Maintenant il faut aussi comprendre ce qui se cache derrière. Ils ne le font pas volontairement. Certes, ils ont manqués de cadre, sans que cela soit votre faute. Il faut un cadre non restreint mais très stable pour ces enfants là. Encore faut-il le savoir !! Pour mes enfants, il y avait l’expression d’une grande angoisse existentielle “est-ce que je saurai faire face aux difficultés de la vie”. Avec en plus pour de mes enfants, une grande difficulté à mettre en mots ce qui amène beaucoup de somatisations. Je conseille donc aussi de travailler énormémement l’estime de soi et la confiance en soi.

    Maintenant il y a Béatrice Sauvageot, sur Paris, qui fait un travail incroyable avec les dys. La rééducation que mes enfants ont reçu avec elle, au-delà des symptômes visible de la dyslexie, a grandement fait évolué leur situation. Elle propose maintenant une application de rééducation qui fonctionne réellement. Je l’ai testé avec mes loulous. Je suis contre les appli pour éduquer et rééduquer. Tout ce que j’ai vu jusqu’à maintenant sert au plus à distraire. Mais cette appli là c’est tout autre chose. Je vous conseil de vous renseigner sur le site PuissanceDys.org. Il faut savoir qu’elle n’est pas toujours appréciée dans le monde des ortho car elle remet radicalement en cause les dogmes de l’orthophonie. Pourtant, mon deuxième, “très dys” il ne pouvait pas lire ni écrire encore à neuf ans, a fait des progrès exponentiel en seulement 3 ans. Au bout d’un an il entrait réellement pour la première dans la lecture. Aujourd’hui il suit son programme sans problème, sauf un peu de lenteur pour apprendre et encore trop de lenteur à l’écriture. Mais lui qui ne lisait que 5 ligne maxi, en 16 et très espacé il y a 2 ans, attaque des romans de son âge. Même s’il a besoin d’aide pour comprendre, il lit et comprend de manière globale l’histoire.

    Courage et patience.

    Merci pour vos réponses. Une fois la re-education DYS faite, à quelle fréquence faites-vous des bilans pour voir si de nouvelles séances sont nécessaires?
    Mon fils a 9 ans et il a terminé avec la Psychomotricienne et l’orthoptiste début 2018.

    Lorsqu’un enfant se met en mode “provocateur” ou “je n’écoute rien je me mets dans ma bulle agitée et rien n’y fait”, Avez-vous essayé des “actions” avec succès que vous pourriez conseiller? On m’a très récemment conseillé de le faire s’isoler jusqu’à ce qu’il se calme. Souvent quelques jours après des périodes agitées j’ai accès à ce qui n’allait pas et le tracassait. Ce sont donc souvent des angoisses qui ressortent. Mais je n’ai pas encore trouvé comment travaille dessus à la source en amont pour l’aider à bien gérer ses émotions.

    Merci et bonne journée

    La pratique de Béatrice est très différente des méthodes classiques. Il n’y a pas besoin de refaire des bilans. La rééducation est à vie et les enfants continuent à progresser. Toutefois, nous pouvons toujours revenir si nous avons un doute, elle ne refuse jamais. Dans sa pratique, lorsque j’ai commencé, il fallait venir pour un bilan au moins 3 heures voir toute la journée lors d’un stage à Paris, puis une journée par mois pendant au moins un an. C’est le mini. Ensuite, tant qu’on veut venir, tant que l’enfant en a besoin ne serait-ce que pour rester rassuré, on peut venir gratuitement. Ces stages se font en groupes, avec des intervenants. Ils sont filmés et les vidéos sont visionnées entre deux stages par de nombreuses personnes, docteurs (orthophoniste, orthoptiste, ophtalmo, psy, psychomot…), des artistes (danseurs …). La rééducation consistent en la réalisation d’exercices physique (mais pas trop), pas sur papier sauf dessin et produisant une rééducation neurologique. En plus, elle donne selon les besoins, des accompagnements psy, sur la confiance en soi… Maintenant, pour plus d’efficacité, elle demande aux gens s’ils peuvent venir en stage intensif d’une semaine, suivis de stages mensuels (moins chers ou gratuit, à vérifier) pour consolider la rééducation. Il y aussi l’appli qui est vraiment vraiment efficace. Moi qui suit contre d’habitude parce que ça ne répond jamais à u besoin sérieux, je l’ai fait avec mes deux enfants. Et comme je fais l’école à la maison, je puis vous assurer qu’elle est efficace. Mon fils, qui avait de gros gros symptomes, a fait des progrès phénoménaux, et je sais que ce n’est pas ce que j’ai mis e place qui a fait cette différence. Je n’ai fait en fait, que l’accompagner pendant que lui, faisait le boulot avec plaisir et sans souffrance. L’appli est en cours de mis à jour, elle sort toute neuve bientôt.

    Je répond pour la suite dans un autre post.

    Courage.

    Vous avez mis le doigt sur ce qui est à mon avis (tout humblement), le coeur du problème, à savoir la gestion des émotions. Je peux vous conseiller le site de Séverine Guy.
    Elle propose des formations payantes mais aussi des ressources gratuite sur les “crises”. C’est très pertinent et ça aide à comprendre qu’en fait nos enfants sont terriblement en souffrance dans cette provocation et qu’effectivement il faut à la fois déterminer la source le plus souvent possible mais aussi apprendre à gérer et à vivre avec.

    Je peux vous dire ce que nous avons fait mais vous devez trouver ce qui fonctionne pour vous. Testez et adaptez ! Oui, c’est vrai que c’est très très fatiguant.

    Mon fils faisaient beaucoup de colères, en moyenne 10 par jours, du temps de ses 6 – 8 ans. Avant j’essayais toujours de négocier, de trouver un paliatif mais s’il se calmait alors, c’était pour mieux repartir très peu de temps après. Alors nous avons mis les premières règles en place. Ma priorité était de diminuer les colères. Donc, dès le début d’une colère, il devait s’isoler dans l’escalier et n’en sortir que lorsqu’il était calme. Nous avons mis cela en place vers 8 ans et demi. Alors, une fois calmé, soit il était capable de m’expliquer pourquoi il a dû s’isoler, et nous essayons ensemble de trouver une autre manière de faire la prochaine fois, soit il ne pouvait pas ou ne voulait pas et nous en discutions puis il devait “réparer”. Cela a duré quelque semaines avant que les crises diminuent significativement et quelques années pour que cela s’apaise totalement. Aujourd’hui, à 12 ans et demi, il n’a plus fait de crise depuis plus de 6 mois et elles sont isolés depuis 1 ans et demi (espacées de plusieurs mois). Les réparations varient selon la cause de la crise. S’il n’a pas voulu mettre le couvert, alors c’est lui qui le fait seul le lendemain. Selon l’âge, on peut allonger ou diminuer la réparation. Mais il faut que ce soit assez dur pour lui pour qu’il ne puisse se dire, je préfère la colère et la réparation que faire l’effort de gérer mes émotions. Si je considère qu’il m’a fait perdre du temps, si les crises sont longues, je lui fait faire mes tâches managère, plier le linge, laver les carreaux … Et il recommençait s’il baclait le travail. Il faut tenir bon !Il a aussi aidé au jardin, àà la cuisine … Toujours des choses gratifiantes et pour les autres.
    Je précise qu’au départ, ce qui m’a fait réagir, c’est qu’il avait commencé à se faire mal en tapant partout pendant les crises. Donc, pendant de longs mois, il a fallut que je l’accompagne dans l’escalier pour le maintenir dans mes bras. J’avais lu que de contenir l’enfant qui n’y arrive pas seul lui permet de créer les hormones qui lui font alors défaut pour lancer le processus de calme. Etre contenu permet au cerveau de créer cette hormones. Au bout d’un moment, cela se régule seul.

    Et puis parler, apprendre à exprimer ses émotions. Comprendre qu’il a le droit d’avoir ses émotions, qu’elles sont plus fortes que celles des autres et qu’ils ne peuvent pas comprendre mais que ce n’est pas anormal. Il n’est pas seul ainsi et il y a des solutions. Que vous lui proposer de chercher avec lui, à chaque fois qu’il a une grosse émotions, à comprendre pourquoi et à trouver la manière adéquate de gérer. Même pour les grosses joies. Vous pouvez vous en servir pour l’exercer à s’exprimer.

    C’est à vous de reprendre la main, de lui montrer que vous êtes solide et que le monde peut s’écrouler vous serez là. Vous ne pouvez pas tout prévoir et tout empêcher mais vous serez toujours là pour l’aider.

    Bonne chance.

    Bonjour a tous,
    j’ai un garcon de 5 ans qui etait diagnostiqué HP et TOP.
    il peut etre le plus adorable une minute et un demo la minute suivante, ses coleres sont constantes et recurrentes, je vis seule avec lui et son petit frere, et c’est lourd a gerer. Cela me prend une bonne partie de mon energie, je recommence la tournee des psychologues et autre techniques douces mais je me demande si je ne fais pas tout cela en vain… Aussi, je souhaitais savoir si d’autres parents vivaient la meme chose et echanger.
    En esperant vous lire prochainement.
    Bonne soiree

    Bonjour Sandrine92,

    En fait à cet âge, et s’il est hp, il faut tenter de comprendre les colères en lien avec ses demandes, besoins, assouvis ou non.
    Il réagit certainement à des frustrations qu’il n’est pas capable d’analyser lui même : ces frustrations peuvent être liées à des envies qu’il ne parvient pas à exprimer (besoins à combler ), réalisations qu’il peut avoir en tête sans y parvenir seul (écart entre leur imaginaire et leurs capacités physiques), besoin de s’exprimer et d’écoute…Par ailleurs ils ont en général une grande mémoire de ce qui a été dit, annoncé, ainsi si par hasard les promesses ne sont pas tenues la déception aussi est grande. Ces éléments associés à une recherche de cadre qui les rassure, donc vous êtes son bouclier, tout repose sur vos seules épaules sur lesquelles il se de chargera beaucoup plus facilement qu’à l’extérieur …et seule en plus cela ne vous facilite pas la tâche.
    Mais à chaque crise, apres qu’il se soit calmé, tentez de la remettre dans un contexte, parlez avec lui pour savoir ce qui l’a énervé, proposez lui des activités qui le stimulent en fin de journée (en fonction de ses centres d’intérêts) : les enfants hp ont aussi besoin d’une décharge mentale, de faire quelque chose qui leur occupe valablement l’esprit.

    Bonjour,je suis nouvelle sur ce site, mon garcon de 12 ans a beaucoup de colère et un comportement tres dur, ce qui m’a fait penser au TOP, il est porteur de 2 maladies rares génétiques , il est précoce et on va dire surdoué, je voulais savoir s’il y avait des personne du Midi- Pyrénées sur ce site et qui dois-je consulter pour avoir de l’aide,merci pour les personnes qui me répondront.

    Bonjour Sandrinejuliano,

    En effet, votre fils pourrait ressentir de la frustration et de la colère du fait de sa maladie et peut être du sentiment de décalage s’il devait être hp, cela fait beaucoup de choses à assumer.
    Vous pourrez trouver des conseils de professionnels sur votre groupe régional : https://www.enfantsprecoces.info/groupes/

    Bonjour,

    Je suis maman d’une petite fille de 7 ans, en CE1.
    Elle a été testée avec le WISC V l’année dernière et elle est sortie avec un score a 127… on m’a dirigé vers un profil TDA… seulement la nouvelle psychologie qui la suit va lui faire le bilan d’attention en décembre parce que pour elle ce serait plus un profil HP complexe…
    Un de nos soucis majeure avec elle, est plutôt son coté à tout contester, elle passe son temps dans l’opposition a tout et à tout passer au negatif voire au drame!
    Elle me provoque surtout moi et en est insolente voire parfois méchante (meme si elle le regrette vite)
    Je suis moi à bout de force de me battre en vain à trouver des solutions (sophrologie, massage, lui parler calmement, lui expliquer comment mieux dire ses phrases…) le problème semble est plus fort qu’elle. .. et ca finit par la rendre limite deprimée elle-meme. L’écart commence aussi se faire ressentir à l’ecole où il devient de plus en plus difficile pour elle de se faire des copines.
    Je ne sais plus quoi faire.

    Bonjour Sandrine,

    A mon avis, l’opposition est toujours le signe d’un malaise ou d’un besoin non assouvi. Le hic à mon avis lorsqu’on fait un bilan est de trop porter notre attention sur d’éventuels problèmes déficitaires et d’en oublier les vrais besoins, en décalage, des enfants, qui s’ils ne sont pas comblés peuvent donner l’impression de déficits, déficit d’attention par exemple.
    Tout ceci pour dire que votre fille a peut être besoin de trouver des occupations, activités, qui la stimulent vraiment, sans forcément savoir quoi d’ailleurs, mais exprime une frustration, soit globale, soit liée à son environnement scolaire. A t-elle bénéficié d’une adaptation quelconque depuis qu’elle a passé le test ?
    Pour l’aider je pense qu’il faut vous reposer les questions qui vous ont poussée à faire un bilan et vous demander si cela vous a permis de mettre en place des choses favorables pour elle.

    Mes deux filles de 5 et 7 ans sont HPI. La première fait des crises récurrentes. L’isolement, les règles stables, le cadre posé, le dialogue, la réparation ainsi que la valorisation des actions positives lui permettent de progresser au quotidien dans la gestion de ses émotions.
    Pour la valorisation des actions positives, elle peut gagner une bille en fin de journée à chaque fois qu’elle a gérée ses émotions. Au bout de trois, elle gagne un moment de son choix (un jeu avec un parent, un plateau repas…), au bout de cinq également (choix du film du samedi…). Rien n’est enlevé si ça a échoué.
    Elle et sa soeur sont très motivées par cette nouvelle pratique qui nous a été conseillée par nos psychologues spécialisés : Ingrid Bardin et Marie Laborde (31).
    Bien entendu, il y a encore des crises notamment suite à des frustrations (contrariétés à l’école, planning non tenu comme annoncé, angoisses…), mais je note des progrès chaque année. Et surtout, je note l’effet positif sur mes enfants.

    Bonjour , j’ai un enfant de 12 ans et demi qui est HPI et a un TOP . Nous avons erré pendant des années en consultant psy et pédopsychiatres qui ne l’ont jamais diagnostiqué et ne nous ont été d’aucune aide , jusqu’à ce que l’on consulte une neuropsychologue qui fasse un WISC , et que de mon côté , je ” tombe ” sur des articles consacrés au trouble d’opposition avec provocation , ce qui nous a beaucoup déculpabilisé nous , en temps que parents et de fil en aiguille , j’ai trouvé une association ( REACT ) qui se consacre à l’aide des familles d’enfants à comportement tyrannique ( à ne pas confondre avec l’enfant roi ) . Nous avons eu accès ( en visio ) à la guidance parentale du Dr Nathalie Franc , pédopsychiatre au CHU de Montpellier et spécialiste de ce trouble , ce qui nous a beaucoup aidé , même si cela reste une épreuve pour accompagner et aider ces enfants au quotidien . Bon courage à vous

    Bonjour, je suis maman d’un petit garçon de 4,5 ans. Mon fils à déjà passé un bilan QI qui a révélé qu il était HPE il est donc suivi par une psychologue depuis 7 mois mais j’avoue ne voir aucune évolution. A la maison nous arrivons à gérer ses émotions et donc il est beaucoup plus calme. Par contre à l’ecole c est la catastrophe ! Il frappe avec ses poings, pousse, n écoute aucune consignes, ne veut pas travailler et est toujours en opposition avec les adultes qui l’encadrent. Je ne sais plus quoi faire pour aider mon loulou à se sentir bien à l’école. En sachant qu’il a déjà changé trois fois ( a cause de son comportement) ici j’ai décidé de demander une réunion avec l enseignante et la direction pour mettre en place des choses qui pourraient permettre à mon fils de se sentir mieux. J’ai vraiment l impression qu’à l’heure actuelle les enseignants sont vite désemparés mais que faire ?
    Certaine personne ont déjà vécu ou vivent la même chose que nous ?

    Bonjour, les enseignants ne sont pas formés en psychologie de l’enfant alors si on ajoute des troubles du comportement, ils sont démunis et ne réagissent pas de manière à calmer l enfant….votre fils continue d avoir des troubles car son âge ne lui permet pas de gérer ses émotions, ils est très sensible à son environnements et le fait qu on ne l accompagne pas de manière adaptée entraine des explosions encore plus spectaculaires ….enfin, les enseignants sont déjà débordés par le ratio nombre d enfants et adultes encadrant en Farnce…..Vous pouvez tenter la réunion mais je n y crois pas bcp….sinon faire une demande d 1 accompagnant pour votre fils mais ça va le placer dans la case “handicap”(et le risque que les enseignants s en occupe encore moins puisque qu un adulte serait spécifiquement présent pour lui), sinon opter pour une école plus petite avec 1 pédagogie sensible aux besoins de l enfant….bon courage en tout cas.

    Bonjour à tous,
    Note fils de 4ans1/12 est HP avec un profil complexe. La psy que nous commençons à voir ne sait pas pour le moment s’il a un profil dysharmonieux, TDA ou TSA (asperger) en plus.
    A l’école la maitresse, qui a les 3 niveaux de la maternelle, l’a remarqué et, avec notre accord, lui a fait suivre la MS à la place de la PS. Cette année donc il suit la GS mais pour le moment le saut de classe n’est pas officialisé.
    Au niveau des apprentissages, RAS. Il avance bien, il est hyper curieux, il entre dans la lecture, le graphisme n’est pas son fort mais il s’applique et ça n’est pas si mal que ça.
    Niveau du comportement, c’est autre chose. Il a toujours été assez dur mais depuis décembre, il développe un comportement très opposant avec colère en prime. Nous nous demandons s’il n’y aurait pas un TOP. Nous cadrons à la maison, nous l’envoyons dans sa chambre pour qu’il se calme, ce qu’il fait. Il redescend après et fait ce qu’on lui demande tranquillement. Nous avons ciblé avec la maitresse quelques angoisses que nous essayons de calmer : la mort essentiellement.
    A l’école s’est très compliqué. La maitresse a essayé de l’isoler mais elle ne peut pas le mettre en dehors de son champs de vision donc il fait le guignole pour attirer l’attention et il perturbe toute la classe.
    Du coup mes questions sont :
    -Que pouvons-nous proposer à la maitresse pour le canaliser et faire que l’ambiance de classe soit apaisée? Il est assez sensible aux bruits. Est-ce qu’un temps avec un casque anti-bruit peut lui permettre de se reconcentrer?
    -Que faire pour l’année prochaine? Nous déménageons aux vacances de Pâques. Il finira son année dans son école actuelle mais l’année prochaine il changera d’école. Du coup vaudra-t-il mieux qu’il reste en maternelle car la fonctionnement plus souple sera moins anxiogène pour lui ou vaudra-t-il mieux qu’il aille au CP car le fonctionnement plus “scolaire” justement permettra de le cadrer plus facilement?
    Si vous avez des expériences ou des conseils à partager, nous sommes preneurs. Merci

    Bonjour,

    Nous avons rencontré le même type de problème avec ma fille Hpi (gros problèmes de comportement).
    Lorsqu’elle était en grande section de maternelle, la maîtresse la laissait dessiner seule à une table pour qu’elle s’apaise.
    Aujourd’hui elle a 6 ans et est en CP. En début d’année tout se passait bien, elle était plus posée, plus à l’écoute et n’avait plus de problèmes de comportement.
    A plusieurs reprises sa maîtresse l’a mise dans le rouge au niveau de son comportement (vert bon comportement, orange quelques problèmes de comportement et rouge mauvais comportement) car elle travaillait trop lentement, résultat aujourd’hui et depuis plusieurs mois maintenant ma fille ne travaille plus…
    La psychologue qui s’occupe de notre fille à contacté la maîtresse mais rien ne change et le blocage persiste. Ma fille est très malheureuse à l’école ce qui m’affecte énormément. Samedi nous avons notre 1er rdv avec une psychopédagogue et j’espère sincèrement qu’elle saura nous aider !!!
    Donc personnellement je pense que le CP peut faire beaucoup de bien à votre enfant dans la mesure ou il tombe sur un enseignant très à l’écoute de sa différence et de ses besoins.
    Bon courage à vous.

    Bonjour,
    Pour faire suite à votre demande concernant l’école, peut-être pouvez-vous envisager avec la maîtresse la mise en place d’un PPRE? C’est visiblement adapté aux enfants précoces; il s’agit de mettre en place des adaptations pour l’enfant et qui puissent correspondre à ses besoins.
    Bon courage.

21 sujets de 1 à 21 (sur un total de 21)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Rejoignez gratuitement 29501 les membres d'EPI !

Devenez gratuitement membre d'Enfants Précoces Info

Vous n'êtes pas encore membre d'Enfants Précoces Info ? Inscrivez-vous sans tarder pour participer au forum, rejoindre les groupes thématiques et régionaux, tisser des liens avec d'autres membres.

Je m'inscris