Skip to content

Questionnaire à destination des enfants précoces, aux parents et enseignants

Vous pouvez parcourir les forums librement. Pour prendre part à une discussion ou entamer un nouveau sujet, vous devez être membre d'EPI et connecté.

Rejoignez gratuitement 21291 les membres d'EPI !

Devenez gratuitement membre d'Enfants Précoces Info

Vous n'êtes pas encore membre d'Enfants Précoces Info ? Inscrivez-vous sans tarder pour participer au forum, rejoindre les groupes thématiques et régionaux, tisser des liens avec d'autres membres.

Je m'inscris

1 réponse et 1 participant
Dernière mise à jour par ALEXANDRA il y a il y a 9 mois et 4 semaines.

2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)
  • Auteur
    Messages
  • Participant

    Bonjour,

    Maman d’un enfant précoce, je suis en reconversion professionnelle afin de devenir professeur des écoles.

    Je suis en Master 2 MEEF 1er degré et j’ai choisi de travailler pour mon Mémoire la prise en compte des besoins spécifiques des enfants précoces au sein d’une classe.

    Je souhaiterais recueillir des témoignages d’enfants diagnostiqués précoces ainsi que de leurs parents et des enseignants.

    J’ai construit plusieurs questionnaires dans l’objectif de déterminer ce que ces enfants vivent et ressentent au quotidien et ce dont ils ont besoin au sein d’une enceinte scolaire.

    Ci-joint tout d’abord un lien à destination des enseignants : https://www.dragnsurvey.com/survey/r/3d5e53d
    Pour les parents, le lien est le suivant : https://www.dragnsurvey.com/survey/r/eef838a. Pour les enfants, c’est celui-ci : https://www.dragnsurvey.com/survey/r/c845335

    Je remercie tous ceux qui auront la gentillesse de me répondre. J’ai conscience du fait que cela prend un petit peu de temps. Je m’engage à vous faire un retour collectif avant fin janvier.

    Merci pour votre aide.
    Bien à vous.
    Alexandra

    Participant

    Bonjour
    Suite aux questionnaires que j’ai postés il y a 2 mois, voici le retour.

    Retour des questionnaires concernant les parents d’enfants précoces.
    Synthèse faite sur 22 retours.

    Sur les données récoltées, 9% des enfants ont été diagnostiqués précoces en cycle 1 (maternelle), 45% en cycle 2 (CP CE1 CE2), 32 % en cycle 3 (CM1 CM2 6ème) et 14 % en cycle 4. A ce jour, au retour de ces questionnaires, en terme d’échantillonnage, 1 élève est en cycle 1, 3 en cycle 1, 4 en cycle 3, 7 en cycle 4 et 7 au lycée.

    Concernant le comportement de votre enfant à la maison pour les apprentissages scolaires, en majorité, vous faites part du fait que c’est difficile car votre enfant n’aime pas faire ses devoirs. Il en ressort pour 86 % de vos enfants un manque de motivation, d’intérêt, des difficultés à se concentrer et d’aller au bout des choses en raison de découragement et par manque de goût de l’effort. Cela peut aller pour certains à un refus total de travailler, des insultes, de la violence. Pour 14% des réponses, il n’y a pas de souci particulier, un enfant même pour qui c’est mieux et un qui a envie de tout savoir et tout apprendre.

    Concernant l’organisation des devoirs et des évaluations, pour la majorité, il y a un manque voir aucune organisation (souvent fait au dernier moment), un manque de méthodologie pour planifier les apprentissages, un manque d’autonomie. Le fait de ne pas savoir comment apprendre ressort régulièrement ; il est également évoqué que l’enfant compte sur ses acquis. Majoritairement, vous intervenez en tant que parent pour l’organisation et la technique d’apprentissage.

    Les matières avec lesquelles votre enfant est le plus à l’aise sont assez diversifiées mais avec un écart majoritaire pour les Sciences (arrivent en tête), les Mathématiques, l’Histoire et les Langues. J’ai remarqué que pour ceux qui aiment les maths, ces enfants sont majoritairement au lycée et en 1ère ou Terminal scientifique. A noter les matières qui donnent le plus de difficultés à vos enfants sont le français et nous retrouvons également les Mathématiques et les Langues. D’autres matières ont été citées mais elles sont minoritaires.

    Pour dépasser leurs difficultés, vos enfants ont besoin de vous : en effet, vous avez tous fait part que cela repose sur vous, vos encouragements, votre bienveillance. Certains d’entre vous revoient et réadaptent les cours pour les aider à mieux apprendre et à réintégrer les notions autrement. Certains ont également évoqué le fait d’avoir du mal à trouver des solutions. La sophrologie est évoquée.

    Concernant le comportement à l’école, il en ressort majoritairement que les enfants ont des reproches : ils bavardent, perturbent les cours ; ils sont déconcentrés (quelque fois quand même intéressés mais pour d’autres non) et donc peuvent vite décrocher. A contrario, d’autres sont réservés, se sentent seuls et manquent de confiance.
    Concernant le fait d’être perturbateurs en cours, je constate dans vos réponses que peu le sont en primaire, la majorité l’est au collège et cela semble s’apaiser au lycée.

    En majorité, vos enfants ne voient aucun intérêt de l’école qui pour eux, ne sert à rien. Cela est perçu comme une corvée, une prison, une contrainte, trop restrictif avec aucune adaptation pédagogique, des professeurs injustes. Je reprends un terme « pour fabriquer des nuls ». J’ai eu une réponse comme quoi cela représentait une angoisse limite une phobie.

    Pour suivre vos enfants, pour 18 % d’entre vous, les enseignants font preuve de plus d’écoute et de soutien, un élève a bénéficié d’un PAP (Plan d’Accompagnement Personnalisé). Pour 82% d’entre vous, rien n’a changé soit parce que les enseignants ne savent pas quoi faire ou bien soit parce qu’ils disent que ce n’est pas leur priorité. De plus si l’élève arrive à « rentrer dans le moule », cela convient à l’enseignant.

    Concernant les résultats scolaires, majoritairement, les résultats sont en dent de scie, c’est tout ou rien ce qui donne souvent des notes autour de la moyenne. Pour 18% les résultats sont bons voir très bons (mais une mise en garde de conduite pour un élève). La majorité est suivie par un système de notes. Pour ceux dont les résultats sont bons voir très bons, j’aurais pu penser que cela avait une relation avec la relation avec l’enseignant mais en rejoignant les données, ce n’est pas le cas.

    Concernant les échanges avec l’école, pour 32%, les enseignants ne sont pas au courant. Pour ceux qui sont au courant, cela n’a rien changé pour la majorité des cas car les enseignants se sentent impuissants ou refusent le diagnostic, ne veulent pas entendre. Pour 2 élèves, il y a eu un changement d’école après avoir parlé de la précocité car le rapport entre enseignant et élèves s’est dégradé après cette annonce. Sinon 1 PAP est envisagé.

    Retour des questionnaires concernant les enfants précoces eux-mêmes.

    J’ai obtenu 2 retours : je parlerai de l’enfant A et de l’enfant B.

    Pour l’élève A, être précoce donne plus de connaissance mais il ne se sent pas comme les autres ; il se contredit (je n’ai pas dû être précise dans ma question, ce qui a induit certainement une question autre) en disant qu’il ne se sent pas différent des autres, la différence vient juste des connaissances.
    L’élève A ne sait pas de quoi il a besoin pour apprendre car il a une bonne mémoire, il ne se sent pas traité différemment car il n’existe pas d’accueil et d’accompagnement particulier pour les EIP à l’école. Il est toujours avec les mêmes personnes. Cet élève souhaiterait plus d’art plastique au sein de l’école. Pour les devoirs, il a besoin d’aide pour la conjugaison et se corriger. L’accompagnement d’une psychologue ne le dérange pas si la fréquence est peu élevée. Il ne se projette pas au niveau scolaire, ni au niveau professionnel. L’école lui apporte d’autres connaissances mais il préfèrerait rester à la maison. Au niveau du comportement, il a du mal à rester assis longtemps. La matière avec laquelle il est le plus à l’aise est l’histoire et celles qui représentent le plus de difficultés sont les mathématiques et le français. Ses passions sont la nature, les animaux, le lego, la lecture et faire rire.

    Pour l’enfant B, être précoce est un avantage, il se sent différent car plus mature. Pour apprendre, il a besoin de calme et de temps. Concernant l’accueil des EIP à l’école, c’est peu pris en compte ; par contre l’enseignante est toujours derrière lui. Cet élève a son groupe d’amis. Il ne ressent pas avoir besoin d’aide pour les devoirs, ni besoin d’une psychologue car cela n’apporte rien. Il souhaiterait devenir ingénieur dans l’automobile mais n’a pas envie d’aller à l’école car il s’ennuie et ça apporte du malheur. Il est le plus à l’aise avec les mathématiques l’anglais et les sciences ; il n’y a pas de matières pour lesquelles c’est difficile. Ses passions sont le tennis, les dinosaures, les jeux de construction, les puzzles 3D.

    Retour des questionnaires concernant les enseignants.

    J’ai obtenu 3 retours (un enseignant en cycle 1, un en cycle 2 et un en cycle 4).

    En tant qu’enseignants, vous évoquez que la précocité est un « don empoisonné dans le système éducatif actuel » ; cela évoque une capacité de langage et de mémoire incroyables mais également des interrogations et des difficultés de gestion. Vous avez tous des enfants EIP dans vos classes (pas systématiquement diagnostiqués mais avec de fortes appétences nécessitant un suivi) et vous en avez tous les uns ou tous les 2 ans. En terme d’apprentissage, les difficultés les plus rencontrées sont l’écrit, le développement des réponses, la concentration sur un sujet, le travail en groupe et le besoin de nouveauté. Ces élèves rencontrent des difficultés pour s’intégrer car solitaires, ne sachant pas se défendre, des « soupes au lait » mais ayant des amis. Au sein de la classe, ils peuvent être très demandeurs, turbulents, en retrait ou explosifs et certains coupent toujours la parole. Afin d’accompagner ces élèves, vous animez des ateliers autonomes Montessori, vous utilisez des cartes mentales, des Qrcodes et vous différenciez par des plans de travail. Avec les parents, vous organisez des rencontres régulières et vous prenez en compte les besoins des EIP pour leur bien être et effectuer de la différenciation. Vous sentez les parents sur la réserve ou désespérés. Avec les enfants précoces, vous êtes dans le relationnel, vous travaillez avec eux en faisant des compromis et c’est au cas par cas, au jour le jour.
    Face à ces enfants, vous avez changé votre pédagogie par des cartes mentales mais aussi en les responsabilisant et en les appliquant dans du tutorat. Ces enfants précoces apportent du soutien savant aux autres élèves, ils sont moteurs à l’oral et lorsqu’ils sont passionnés ils montrent la persévérance aux autres.

    Merci à vous tous pour votre aide
    Alexandra

2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Rejoignez gratuitement 21291 les membres d'EPI !

Devenez gratuitement membre d'Enfants Précoces Info

Vous n'êtes pas encore membre d'Enfants Précoces Info ? Inscrivez-vous sans tarder pour participer au forum, rejoindre les groupes thématiques et régionaux, tisser des liens avec d'autres membres.

Je m'inscris