Mon histoire

Vous pouvez parcourir les forums librement. Pour prendre part à une discussion ou entamer un nouveau sujet, vous devez être membre d'EPI et connecté.

Rejoignez gratuitement 17731 les membres d'EPI !

Devenez gratuitement membre d'Enfants Précoces Info

Vous n'êtes pas encore membre d'Enfants Précoces Info ? Inscrivez-vous sans tarder pour participer au forum, rejoindre les groupes thématiques et régionaux, tisser des liens avec d'autres membres.

Je m'inscris

3 réponses et 4 participants
Dernière mise à jour par Sabine BARBÉ il y a il y a 1 mois.

4 sujets de 1 à 4 (sur un total de 4)
  • Auteur
    Messages

  • Participant

    Bonjour jusqu’a aujourdhui je lisais le forum pour m’informer pour comprendre mais je n’en peux plus je me lance
    voilà plus d’un an que ça dure mon fils pleure tous les jours pour ne pas aller à l’école. Il a 8 ans et cela dure depuis le cp, mal être pleure etc…
    Nous avons fait faire un bilan psychologique à l’école en cp il s’avère que Soan est HP mais à beaucoup de mal en écriture et lecture
    Depuis il voit une orthophoniste tous les lundi mais aucune amélioration au niveau du mal être.
    Le bilan orthophoniste dit qu’il est a une grande dyslexie 2 sur 100. Il a passé son cp malheureusement toujours avec ce mal être qui le quitte pas
    En ce1 nous avons déménagé et J aurais pensé que cela irais mieux mais cela c’est empiré renfermé complètement il ne parle à personne et en classe il attend que ça passe il pleure toujours pour ne pas y aller.
    Étant très inquiète de la situation je me suis mis à la questionner et à surveiller si quelqu’un l’embetais a l’école mais non. A la récré il est tous seul et pleure contre son arbre. Il me dis qu’il à un arbre à lui, je me suis cachée pour savoir mais il ne mentais pas. A chaque récré il reste près de son arbre et pleure. Je prend rdv dans la foulée et j’en parle à la maîtresse qui me confirme sa passivité en classe et son isolement en récré.
    Nous fesons donc venir une psychologue scolaire qui lance un ppre pour le soulager en classe mais rien ne change.
    A la maison il est adorable ne pleure jamais mais s’isole beaucoup dans sa chambre il me dit qu’il préfère être seul. En meme temps il voit une psychologue au centre médico psychologique. Depuis quelques temps il développe des genres de toc au début c’était des raclements de gorge tous le temps je lui demandais d’arrêter mais il me disais qu’il fait pas exprès qu’il s’en rendais pas compte. Toute cette vie continue je le force à aller à l’école le regarde pleurer me supplier mon coeur saigne. Il y a 15 jours de cela en lui fesant prendre son bain je vois que son zizi et tout violet et à doublé de volume je lui demande et il me dit qu’il a mal et que ça le démange.
    Bien-sûr le lendemain pas d’école et je l’amène au docteur qui me dit que c’est rien et de faire des bains de dakin diluée ce que je fais biensur tous les jours. 2 jours apres ça avait repris sa taille normal et je ne m’en inquiète plus. Tout reprend école maison et 2 jours rebelote son zizi était tellement rouge et enflé qu’il ne pouvais plus le toucher sans avoir mal cette fois je part à lhopital on me dit que c’est une inflammation et antibiotique et re dakin.
    Il rate l’école quelques jours son zizi redevient normal mais dans le week-end je le surprend dans son lit en train de jouer avec. Je lui en parle et il me dit qu’il a découvert que ça lui fesait du bien alors il le fait mais qu’à force sa lui fait mal et au zizi et au bras. Surveillant tous cela de plus près je comprends que depuis le début il fait cela lui même pour moi à 8 ans j’appel cela de l’automutilation. Je lui en parle bien-sûr et il réponds qu’il se sent pas bien et que si je l’empêche de le faire il se coupera la main.
    Il y a quelques temps Soan m’a dit que si je continuais de le forcer à aller à l’école il se suiciderais.
    Je suis désemparée je veux le protéger de tous ce qui l’angoisse. Ce lundi j’appel l’école pour expliquer la situation rdv le jour même avec la maîtresse et je lui dit tout son mal être la masturbation compulsive et que j’ai peur qu’il le fasse à l’école et qu’on se moque de lui.
    Elle me répond que c’est impossible qu’il ne fera rien à l’école et que si elle le vois elle le prendra à part pour lui expliquer.
    Je le met donc mardi à l’école et je me cache à la recrée je le vois encore en train de pleurer contre son arbre.
    Quand je le récupère à la fin il me dit que la petite fille à côté de lui là vu faire et lui a demandé d’arrêter puis la maîtresse à sortie mon fils de la classe pour lui qu’il pouvais faire cela chez lui mais pas à l’école.
    Pourquoi personne essai de comprendre son mal être?
    Aujourd’hui la colère m’a pris je viens de descolariser Soan il ne remettra plus les pieds tant qu’il n’ira pas mieux mais malheureusement tous est tellement long.
    Nous avons rdv avec la pédopsychiatre demain.
    Bien-sûr je ne sais pas si ma décision est la bonne mais en tout cas je ne veux que protéger mon fils qui est un petit garçon très intelligent et très marrant aussi mais le système est en train de tuer mon fils
    Merci
    Cordialement Stéphanie rychter


    Participant

    Je te souhaite bon courage


    Participant

    Tu as bien fait de le déscolariser, si tu peux le garder et te consacrer à lui (toi ou d’autres parents), c’est le mieux. Certains enfants ont des passages où ils sont très « down » mais ils peuvent aussi se relever très vite. Courage à vous!!


    Participant

    Bonsoir Stéphanie,
    Tu as pris la bonne décision. Votre histoire me fait penser à celle que nous avons vécu avec notre fils. A 9 ans, il a eu une période de rejet de l’autorité, refuser de travailler en classe, ne voulait plus aller à l’école. Idées suicidaires. Je devais certains jours, moi aussi, le traîner à l’école. Tout allait bien jusqu’à 50 m de l’école et là, il me suppliait de ne pas y aller. Quand j’y repense, j’en ai mal au ventre de l’avoir forcé, presque traîné. Il m’a raconté ensuite qu’il cherchait à s’enfuir en passant par la petite fenêtre des wc. Alors que jusque là tout allait bien, résultats scolaires excellents. En fin de cm1, nous l’avons retiré de l’école 1 mois avant les grandes vacances et là, il a dit à son père « Merci d’essayer de comprendre mon problème ». En CM2, début d’année correct mais peu à petit, nouvelle période de phobie scolaire. En décembre, je me suis mise en arrêt de travail 2 semaines. Je l’ai beaucoup fait parler, je l’ai encore plus écouter que d’habitude. Il a commencé par me dire qu’il avait mal au ventre au moment de partir à l’école. Nous avons fait passer les tests de QI avec une psy spécialisée HP et effectivement les résultats ont montré qu’il était précoce. (il avait passé des tests 18 mois avant dans centre social mais dans de mauvaises conditions et nous avons su après qu’il avait fait ce qu’il voulait des résultats). Bref, aujourd’hui notre fils va bien. Il est scolarisé dans un collège où il y a une majorité d’enfants précoce et est suivi par une psychologue géniale spécialisée qu’il adore. Après avoir vécu de nombreuses nuits blanches, à se demander ce que nous allions en faire (le centre social nous avait conseillé de le mettre dans un institut thérpeutique… et oui, juste çà !!!). Si vous le pouvez, et je sais que financièrement ce n’est pas toujours facile, restez près de votre fils ; il a besoin de sa maman, besoin de vous auprès de lui. C’est une période compliquée de sa petite vie, et notre rôle de maman, est d’être présente. Bon courage à vous, prenez soin de lui, faites lui des calins et dites-lui que vous l’aimez plus que jamais, et que vous ferez tout pour l’aider. Sabine

4 sujets de 1 à 4 (sur un total de 4)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Rejoignez gratuitement 17731 les membres d'EPI !

Devenez gratuitement membre d'Enfants Précoces Info

Vous n'êtes pas encore membre d'Enfants Précoces Info ? Inscrivez-vous sans tarder pour participer au forum, rejoindre les groupes thématiques et régionaux, tisser des liens avec d'autres membres.

Je m'inscris