Skip to content

Test de QI dubitatif et possible trouble DYS

Vous pouvez parcourir les forums librement. Pour prendre part à une discussion ou entamer un nouveau sujet, vous devez être membre d'EPI et connecté.

Rejoignez gratuitement 21318 les membres d'EPI !

Devenez gratuitement membre d'Enfants Précoces Info

Vous n'êtes pas encore membre d'Enfants Précoces Info ? Inscrivez-vous sans tarder pour participer au forum, rejoindre les groupes thématiques et régionaux, tisser des liens avec d'autres membres.

Je m'inscris

Mots-clés : 

4 réponses et 4 participants
Dernière mise à jour par Cojval il y a il y a 1 année et 2 mois.

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)
  • Auteur
    Messages
  • Participant

    Bonjour !
    Je suis nouvelle sur le groupe. Je me présente, Emilie, Maman de Samson 7 ans et demi et Violette 4 as et demi.
    L’école nous a interpellé au mois de juin pour mon grand en CE1. Samson son ses 2 maitresses, présente toutes les caractéristiques d’un enfant HPI.
    Elles nous ont demandé de réaliser les tests pour la rentrée afin de programmer un passage en CM1 selon les envies de Samson.
    Petit portrait de Samson ;
    Enfant calme, dans sa bulle, pas de difficultés scolaires apparentes, au contraire, n’a pas besoin de travailler pour obtenir de très bon résultats, il s’intéresse ) des sujets divers comme la mythologie, l’espace, les origines du monde, les échecs. Cependant, enfant très très lent, en difficultés sociales avec ses camarades, pensées très noires (la mort, remet en question son existence)…
    Là, les choses se compliquent, nous avons effectué le test de QI.
    Ce test révèle un QI normal se situant à 100 avec une valeur d’écart de 34 point entre la note la plus basse et la plus haute. Le domaine de compétence dans lequel il est le plus à l’aise est l’expression orale, vocabulaire, connaissance du monde, et à contrario, le domaine ou il est en grande difficultés est le domaine de la rapidité d’exécution.
    La psychologue ne valide pas le hpi hétérogène et nous envoi vers un bilan orthoptique et psychomoteur.
    Premier bilan orthoptique, besoin plus plus de rééducation.
    Deuxième bilan, mon fils aurait un trouble DYS, à confirmer au prochain RDV. (sa grand mère était HPI, elle a sauté 2 classes, son père est dislexique)

    La question que je me pose est de savoir si le test de QI est viable… Mon fils me dit clairement aujourd’hui ne plus trouver sa place dans ce monde !
    En recherchant, je suis tomber sur le profil de l’enfant à double étiquettes. Il semblait s’être apaisé lorsque nous avons abordé avec lui l’idée du petit zèbre. Depuis ces résultats, nous avons face à nous un enfant rebelle, se dévalorisant, dans la provocation…

    J’espère que certain d’entre vous pourront m’apporter quelques pistes à explorer. Le portrait est rapide mais je pourrais y passer des heures 😉

    Participant

    Bonjour,

    Il peut être difficile d’avoir un résultat fiable à un test de QI pour certains enfants.
    Il faut savoir qu’un problème DYS peut aussi fausser les résultats
    Est-ce que le psychologue qui lui a fait passer le test à une bonne connaissance des enfants HPI? quel tests lui a t’il fait passer? WISC-IV, WISC-V?
    La description de votre fils semble effectivement coller à un enfant HPI.
    Les enfants HPI sont des enfants extrêmement sensible et dont les profils sont très variés.
    Il faut savoir qu’un test de QI mal fait, va bloquer l’identification HPI de l’enfant pour 2 ans (il faut attendre 2 ans avant de pouvoir faire repasser le test).
    J’ai eu le cas avec mon fils qui a eu un test fait par le psychologue scolaire, il n’a pas prit en compte les spécificités de mon fils à savoir que lorsqu’on lui pose une question, il part dans des discours interminable… du coup le résultat sur la partie vocabulaire était tres faible alors qu’il a énormément de vocabulaire.
    Le profil était très hétérogène avec une des 3 composantes aux alentours de 140 alors que les 2 autres étaient dans la norme.
    Nous n’avons pas parlé des résultats a notre fils et continuons de lui dire qu’il fonctionne différemment des autres enfants.
    Il a un rapport aux autres très compliqué, et arrive toujours a se mettre les autres enfants à dos très rapidement et sans le vouloir.

    Je pense qu’il faut se faire confiance, si vous sentez que votre fils se sentait mieux lorsque vous lui disiez qu’il était un zèbre, et bien, ne lui dite pas que le test dit que non (dites lui que le test n’est pas concluant et qu’il faudra en refaire un).
    Dites lui ce qu’il a besoin d’entendre à savoir qu’il y a une raison pour qu’il se sente aussi différents des autres enfants. Renseigner vous pour trouver un psychologue spécialisé sur les enfants HPI à côté de chez vous qui pourrait aider votre fils à se sentir mieux.

    Je n’ai malheureusement pas encore trouvé de solution pour mon fils qui vit très mal sa scolarité.

    Bon courage

    Participant

    Merci beaucoup pour votre réponse.

    La passation du test c’est faite dans de bonnes conditions.
    Cependant Samson était stressé par ce test. Il a développé un eczéma sur le corps alors qu’il n’avait jamais eu ce type de manifestation auparavant.
    En effet, sur la partie vocabulaire connaissance du monde, Samson est habile, beaucoup de vocabulaire, une très bonne élocution et une connaissance au delà de l’attente mais une valeur normale supérieur de 113… Cette valeur ne me semble pas assez haute.
    La psychologue lors du compte rendu a expliqué également qu’il faisait les prolongations sur les sujets, que lorsqu’il ne savait pas, il changeait de sujet. A la question combien de jours y a t il dans une année, Samson a répondu « Et toi tu sais combien il y a de secondes dans une année ? » (sous entendu, je n’en sais rien mais toi il y a des choses que tu ne sais pas non plus !)
    Après ce qui me semble étrange… Le test des balances par exemple, lorsque c’est simple, Samson se trompe, plus cela se complique, mieux il y arrive. Sur le test de rapidité d’exécution, il a sauté une ligne, une très grande lenteur l’a empêché de donner des résultats concluant et pour finir, un autre test ou la question ne devait être posé qu’une fois, obtient un résultat bas mais dans le doute la psy lui a reposé les questions et là, il passe dans les valeurs supérieures…
    J’ai le sentiment que le trouble DYS dont il souffre le paralyse. Cependant il a été suffisamment adroit et malin pour rendre ce trouble inaperçu jusque là.
    Je continue de lui dire qu’il est différent que cela explique ses difficultés avec ses camarades mais il a un grand besoin de reconnaissance extérieur à la famille.
    Je pense l’emmener voir un psychologue spécialisé HPI et troubles DYS sur Paris avec les résultats du test QI et psychomotricité car ils prennent en compte l’enfant dans sa globalité et pas uniquement un nombre calculé sur QI incalculable au vu de l’hétérogénéité.
    Pour le moment nous continuons d’avancer au mieux de le nourrir intellectuellement et de le rassurer.
    Je vous souhaite bon courage également et le meilleur pour votre fils.

    Participant

    Bonsoir,

    Je suis depuis peu sur ce site également – j’avais envie de partager mon ressenti et mon vécu avec mon fils qui vient d’avoir 14 ans et qui est HAUT potentiel et multi-dys. Il est vrai que moi aussi je pourrai écrire des pages et des pages pour décrire les situations auxquelles nous avons été confrontées.

    Pour en revenir a ces enfants à double étiquettes il est vrai qu’ils sont très difficiles à détecter car ce sont des enfants qui compensent énormément leurs difficultés cela vient de leur haut potentiel – ils contournent les problèmes et nous avons mis plusieurs années à nous en rendre compte. Eux se rendent compte de leurs difficultés dans certains domaines bien avant nous et anticipent. Ils ont des trésors d’imagination cela fait partie de la personnalité du haut potentiel. Lorsque nous avons appris vers l’âge de 9 ans que notre fils était haut potentiel et dys – nous ne lui avons jamais dit qu’il était différent car cela les isolent encore plus et pour le coup le sentiment d’être en décalage est encore plus appuyé – Il a des particularités mais le mot différent pour moi est à éviter.

    Concernant le test de QI je trouve qu’il est valable pour les enfants « haut potentiels linéaires » c’est à dire des enfants qui n’ont pas de difficultés particulières mais pour les enfants qui ont des difficultés scolaires ce sont des enfant haut potentiels dits « complexes » la plupart des psychologues ne tiennent pas compte de certains critères et notamment de la personnalité qui est selon moi la 1er critère de reconnaissance. Si l’enfant est dys en plus d’être haut potentiel il aura automatiquement un écart dans ses tests QI -les écarts ne sont pas comptabilisés pour chiffrer le qi. Dans notre cas, le psychologue scolaire a fait des tests en CP et a indiqué qu’il avait des troubles autistiques ! ce qui n’était pas le cas il a fallu que l’on bataille pour que ce diagnostic ne soit pas figé. Nous avons été voir un psychologue privé 2 ans plus tard car il est vrai qu’il faut attendre ce laps de temps pour ne pas fausser les résultats – durant l’entrevue au bout d’une heure avec mon fils je lui demande si elle pensait que mon fils pouvait être haut potentiel – elle m’indique que cela pourrait être le cas – nous refaisons un test qi et elle ne s’est contentée que de regarder les résultats et uniquement les résultats. il était comme le vôtre aux alentours de 100 pour certaines choses et de grosses différences pour d’autres. Donc sa conclusion est qu’il n’était pas chiffrable donc pas de conclusion. Nous avons fini par prendre rv au centre des troubles des apprentissages (il y en a 1 dans chaque région – le dossier est très long environ 1 an et demi d’attente mais nous avons fini par avoir des résultats concrets). sur deux jours différents tests sont effectués par des orthophonistes, des psychologues, des neuropsychologues… ensuite tous ces spécialistes se concertent et ils nous reçoivent afin de nous expliquer les résultats. Verdict :haut potentiel et multi-dys : dysplasie, dyspraxie, dyslexie. Des personnes très compétentes si c’était à refaire nous le referions sans souci. Depuis ce jour notre fils a compris qui il était avec ses particularités et même si ce n’est pas facile tous les jours le fait de savoir qui il est et qu’il n’est pas le seul car il y a environ 1 ou 2 par classe qui ne sont pas forcément dys mais haut potentiel il se sent mieux dans sa peau.
    Pour en revenir également sur l’hérédité que ce soit au niveau dys ou au niveau haut potentiel il y a des terrains génétiques cela peut provenir des parentS mais aussi des grands-parents.
    Pour le profil il est vrai que les enfants hauts potentiels sont souvent dans leur bulle, un monde imaginaire, il veulent trouver un sens à tout, détestent l’injustice, hypersensibles+++, la dévalorisation la phrase courante : « je suis trop nul », perfectionnistes (si il ne sait pas ou si il a peur de faire une erreur il ne fait pas), les pensées très noires effectivement en font partie et en grandissant cela ne s’arrange pas!!! il faut sans cesse les rassurer et trouver les mots justes sinon c’est une remise en question perpétuelle! il est vrai qu’en tant que parents ce n’est pas facile tous les jours, la rébellion est très fréquente, c’est usant mais tellement enrichissant nous avons changé nous en tant que parents car il a fallu nous adapter également à sa personnalité, et surtout ne pas vouloir le changer mais essayer de le guider le mieux possible et le RASSURER toujours et encore.
    Il faudra également voir au niveau de la petite soeur elle est encore jeune mais elle peut aussi avoir ces particularités par contre les filles et les garçons n’ont pas la même façon de le montrer – les filles sont plus discrètes à ce niveau là.

    Voilà je suis à votre disposition pour d’autres interrogations si besoin.

    Bon courage pour la suite

    Participant

    Bonjour,
    Je suis une nouvelle adhérente. Mon fils romain qui est en cm1 a été diagnostiqué enfant a haut potentiel cette été après avoir passé des test chez une neuro-psychologue.En CP mon fils avait du mal à lire et à écrire mais pour les autres matière comme l’histoire et surtout tout le domaine mathématique, il était performant. Nous avons pris rendez vous chez un orthophoniste en accord avec la maîtresse qui nous a dit que romain était dyslexique et dysorthographique. Je suis moi même dyslexique. Je comprends mon fils mais depuis les résultats du QI, et depuis la mise en place d’un PPRE à l’école, romain est dans la rébellion pour les devoirs à la maison. Pour l’instant à l’école, nous avons pas eu de nouvelles de la maîtresse donc je pense que ça va. Est-que nous avons bien fait de faire le test et de mettre en place une aide ? Je lui ai posé la question, il me dit que ça va. A l’école, il n’a pas véritablement d’amis défini, il va de groupe en groupe. Est-ce que je dois m’inquiéter.
    Merci pour vos réponse
    cordialement

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Rejoignez gratuitement 21318 les membres d'EPI !

Devenez gratuitement membre d'Enfants Précoces Info

Vous n'êtes pas encore membre d'Enfants Précoces Info ? Inscrivez-vous sans tarder pour participer au forum, rejoindre les groupes thématiques et régionaux, tisser des liens avec d'autres membres.

Je m'inscris