Et si votre enfant était surdoué ?

Et si votre enfant était surdoué ?

EIP ET TDA- EXCLUSION DEFINITIVE DU COLLEGE EN PREVISION

Vous pouvez parcourir les forums librement. Pour prendre part à une discussion ou entamer un nouveau sujet, vous devez être membre d'EPI et connecté.

Rejoignez gratuitement 16569 les membres d'EPI !

Devenez gratuitement membre d'Enfants Précoces Info

Vous n'êtes pas encore membre d'Enfants Précoces Info ? Inscrivez-vous sans tarder pour participer au forum, rejoindre les groupes thématiques et régionaux, tisser des liens avec d'autres membres.

Je m'inscris

8 réponses et 7 participants
Dernière mise à jour par corinne66 il y a il y a 4 semaines.

9 sujets de 1 à 9 (sur un total de 9)
  • Auteur
    Messages

  • Participant

    Bonjour,
    A chaque jour son problème. Mon fils de 12ans est EIP avec TDA, il redouble sa 5ème, le collège considérant ses notes trop moyennes. Cette année, du fait de son comportement(perturbe les cours, bavarde, rigole) il a commencé par des simples annotations de comportement sur le cahier de liaison(principalement bavardages!) et nous en sommes en peu de temps à 3 exclusions temporaires d’une journée dont une assez marquante quand même « SE MOUCHE TROP FORT-PERTURBE LE COURS », comme s’il pouvait changer sa façon de se moucher. Ils s’est lié d’amitié avec un camarade trés turbulent. J’ai demandé à son professeur principal de les séparer et rien n’a été fait….dont sanctions, sanctions, sanctions!! Tolérance zéro! Le collège conteste les tests de précocité sans en avoir lu le contenu, alors que le pédo-psychiatre vers qui ils m’ont dirigés le confirme et en plus indique du TDA, qui vient juste d’être décelé! Le proviseur refuse de nous recevoir, annulant régulièrement les rendez-vous. L’ensemble des enseignants se sont donnés le mot pour que mon fils soit exclu définitivement du collège s’il ne change rien dans son comportement, alors qu’ils ne font rien pour que les choses s’arrangent! Je suis désespérées! Mon enfant parle de suicide et ne veut plus aller au collège! Je viens de faire un courrier à l’inspection académique de mon secteur en espérant qu’ils pourront arrêter cet acharnement indigne de l’éducation nationale! Avez-vous déjà subit cela? Avez-vous trouvé des solutions et lesquelles?
    Corinne


    Participant

    Bonjour,

    Ici nous avons les mêmes soucis


    Participant

    Bonjour Corinne, votre situation à l’air très pénible mais tenez bon.
    Votre enfant est toujours suivi par le pédospy? Ce médecin vous a t’il orienté vers d’autres professionnels qui pourraient aider votre enfant?
    Ma fille a un trouble de l’attention, et le suivi régulier par une orthophoniste lui fait bcp de bien. Elle voit également une psychomotricienne.
    Vous pouvez aussi rencontrer un sophrologue, ou un ergothérapeute. Des pratiques pour se relaxer, apprendre à canaliser son énergie et trouver des méthodes de travail adaptées.
    Le neuropsy qui a fait le bilan pour Nina m’a soutenu qu’un traitement à la Ritaline serait efficace pour la concentration.
    Ma fille n’a que 8 ans, donc pour moi c’est inenvisageable à ce jour, mais j’ai rencontré des parents dont les ados avaient retrouvé une scolarité + ‘classique’ avec le traitement.

    Vous avez besoin d’être entourée et écoutée, et votre fils aussi s’il parle de suicide. Ce qui est rassurant c’est qu’il l’exprime avec vous déjà.
    Avez-vous pensé à un intervenant en classe sinon?
    Vous ne pouvez pas tout prendre en charge, et malheureusement à l’école, les enseignants/directeur ne sont pas souvent bien formé à ces profils d’enfants.


    Participant

    Bonjour
    Je suis la maman d’un ado de 14 ans qui, suite à de gros problèmes de comportements au collège, fait l’objet d’un suivi pedo-psy ce qui a permis de déterminer il y a seulement quelques mois son profil EPI + TDA. Nous sommes également passés par les phases convocations, punitions, heures de colles et enfin exclusion définitive « Avec Sursis »…. La situation étant devenu très difficile tant à l’école qu’à la maison, nous nous sommes résolus à la médication depuis fin septembre. Mon fils ne s’est pas « transformé » et heureusement, mais nous constatons une amélioration de son comportement et de sa capacité à reste « connecté ». Tout n’est pas résolu mais la situation ne nous parait plus impossible à améliorer. Le collège pour sa part fait preuve d’une grande sévérité et tout comportement en dehors des clous est réprimé malgré le diagnostique posé. Nous redoublons d’encouragement auprès de mon fils, et j’aimerais aussi que ses professeurs fassent preuve de plus de bienveillance en ne se contentant pas de le réprimander quand il s’écarte du cadre mais aussi en le félicitant pour les progrès réalisés. En effet mon fils à tendance à se décourager car on ne pointe que ses ratés alors qu’il fait beaucoup d’efforts qui ne sont pas reconnus. Je vous souhaite de trouver l’aide qui sera adaptée à votre enfant.


    Participant

    Bonjour,

    j’ai connu des problèmes similaires dès la maternelle et l’école élémentaire avec changement d’école en cours d’année et au finish… une exclusion les derniers mois du CP !
    et cette année, de grands changements ont permis un comportement excellent, tout comme les résultats scolaires.
    nos enfants étant différents, c’est une évidence, je ne proposerai pas de recette miracle, mais ce qui se passe cette année me parait intéressant à partager.
    tout d’abord, nous avons été compris et soutenus par l’inspectrice d’ académie et son bras droit.
    elle nous a fait changer d’établissement, et a mis en place des équipes pédagogiques rapprochées, avec présence systématique de son bras droit.
    Une psychologue scolaire compétente et bienveillante a fait des observations en classe. Elle est présente aux réunions.
    l’emploi du temps de mon fils a été aménagé. il a commencé l’année en se rendant en classe uniquement le matin. Après midi, travail scolaire via le CNED.
    j’ai intégralement supprimé les temps périscolaires (qui l’ennuyaient et renforçaient le problème, l’équipe n’étant pas du tout motivée par leur travail en général…)
    j’ai réaménagé mes horaires de travail et je rentre désormais tous les midis.
    nous faisons un travail sur les émotions à la maison, en jouant à des jeux de sociétés ou regardant ensemble des programmes qui lui font peur (mais qui restent pour enfants de son âge !)
    il est suivi par un pédopsy qui lui a prescrit du risperdal. la dose a déjà été diminuée de moitié. je continue à vouloir la diminuer progressivement. c’est un neuroleptique qui lui permet de recevoir moins d’émotions, pour simplifier.
    Enfin, last but not least, son enseignante, cette année, est une personne qui s’applique dans son travail, a mis en place des règles strictes et bien établies pour tous ses élèves, ce qui permet un calme qui confine à la méditation bouddhiste dans sa classe.
    ce qui convient parfaitement à mon fils.

    au final, je pense qu’il faut personnaliser chaque année et allèger au maximum. chaque année, et au collège, chaque prof,


    Participant

    Merci à tous pour vos réponses et vos expériences.Non, Maxence n’a pas continué à voir le pédo-psy puisque ce dernier nous a renvoyé vers le CMP de notre secteur pour voir un psychiatre au vue de le médicaliser. Il propose de le mettre sous rétaline la journée( c’est quand même à base d’emphétamine!!) et sous atharax le soir pour lui permettre de dormir. C’est à mon avis un peu tôt pour prendre ce type de traitement. Nous avons vu le CMP ce soir et on attend la décision! En espérant que cela ne fera pas comme l’an passé et qu’au bout de 6 mois aucune prise en charge n’avait été proposé, passant voir « l’infirmière » qui parlait avec Maxence et c’est tout! Par contre, aprés tout ces incidents scolaires, je me suis mise en rapport avec le service EIP de l’academie de mon secteur, et la personne qui m’a répondu, m’a indiqué une association « BIEN GRANDIR » pour enfant eip où j’ai pu rencontrer des parents d’enfants précoces avec leur problématiques et surtout une psychologue que je vais recontacter dès lundi prochain pour prendre rendez-vous et discuter avec mon fils. Ancienne conseillère d’orientation et directrice de collège, elle a suivit et suit des enfants précoces, et est en mon sens bien placée du fait de son expérience pour nous conseiller.


    Admin bbPress

    Bonsoir à tous et toutes,

    Vous avez parfaitement bien fait CORINNE de vous tourner vers là cellule eip de l’académie. Le problème reste toujours la prise en charge réelle de la précocité, c’est à dire que les enfants se sentent compris, existants et intégrés avec leurs qualités et leurs défauts tout comme les autres. Tant que toute la personnalité de ces enfants ne peut pas s’exprimer dans un système qui n’est pas fait pour eux, toutes les autres formes de médicalisation, tentatives de les faire rentrer dans le moule ne servent à rien. A votre place je serais aussi réticente à partir d’emblée sur de la ritaline, surtout sans avoir fait autre chose auparavant.
    J’ai l’impression que vous avez tapé à la bonne porte et j’espère sincèrement que des solutions vous pouvoir être mises en place pour votre fils. Tenez nous au courant et n’hésitez pas à communiquer sur votre groupe régional sur l’association en question si vous y trouvez l’aide appropriée, pour aider les autres enfants concernés.


    ➽  Ma réponse vous a été utile ? Aidez Enfants Précoces Info à mettre en oeuvre 10 projets pour soutenir les enfants précoces et leurs familles en 2019.

    Participant

    Bonjour
    Malheureusement, nous en avons fait les frais l’année dernière : le collège n’a pas été bienveillant, mettant systématiquement les problèmes et possibles solutions dans mon camps, pas de remise en cause des enseignants, demande de PPS sans réponse lors de l’ESS… finalement une exclusion temporaire, puis conseil de discipline : il faut savoir que ce « tribunal » (c’est la réalité) est violent et n’a pour but que de « protéger » le plus grand nombre à savoir tous les autres élèves dont les parents choisissent l’exclusion pour évincer l’enfant perturbateur. Il n ‘y a là aucune volonté d’aide.
    J’ai écrit au Rectorat pour dénoncer les dysfonctionnements mais j’ai eu le tord de ne pas faire le recours sous 8 jours donc on m’a annoncé que les réclamations étaient caduques.
    Pour info, j’ai une amie qui travaille à l’éducation nationale et qui constate que les rectorats « couvrent » systématiquement les enseignants même lorsque ceux-ci sont irrespectueux, insultants … avec les élèves.
    Comment peut-on ensuite croire à ce système qui ne sert qu’à broyer et formater !!


    Participant

    Merci Patrick VIX, je suis déjà en contact avec Mme Madeleine GARRIGUE dA service EIP de l’Académie de Montpellier, qui m’a apporté beaucoup de conseils et informations, ainsi que le nom d’une association BIEN GRANDIR dont je parlerai, Françoise, promis dans le groupe régional dont je dépends, et qui, je l’espère, apportera tout comme à moi beaucoup de soutien aux diverses familles. Je vous tiendrai tous au courant de ce qu’il va se passer lors de notre réunion du retour d’exclusion avec le proviseur du collège, la CPE et la prof principale de Maxence.Merci à tous

9 sujets de 1 à 9 (sur un total de 9)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Rejoignez gratuitement 16569 les membres d'EPI !

Devenez gratuitement membre d'Enfants Précoces Info

Vous n'êtes pas encore membre d'Enfants Précoces Info ? Inscrivez-vous sans tarder pour participer au forum, rejoindre les groupes thématiques et régionaux, tisser des liens avec d'autres membres.

Je m'inscris

Découvrez et soutenez nos 10 projets pour les enfants précocess

Voulez-vous vraiment que la situation des enfants précoces s'améliore ?

Si la réponse est oui, soutenez nos projets pour 2019 !

  • Informer et aider les enseignants,
  • Créer un annuaire des professionnels,
  • Vous proposer un annuaire des écoles,
  • Publier des réponses d'experts à vos questions,
  • Mettre en place un espace jeunes,
  • Organiser des rencontres...

Rejoignez les 617 familles qui participent déjà !

En savoir plus !