Conseil de discipline – Joies et bonheurs d'une maman d'un enfant different

Vous pouvez parcourir les forums librement. Pour prendre part à une discussion ou entamer un nouveau sujet, vous devez être membre d'EPI et connecté.

Rejoignez gratuitement 19807 les membres d'EPI !

Devenez gratuitement membre d'Enfants Précoces Info

Vous n'êtes pas encore membre d'Enfants Précoces Info ? Inscrivez-vous sans tarder pour participer au forum, rejoindre les groupes thématiques et régionaux, tisser des liens avec d'autres membres.

Je m'inscris

4 réponses et 3 participants
Dernière mise à jour par fat il y a il y a 7 mois et 1 semaine.

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)
  • Auteur
    Messages

  • Participant

    Alors me voilà devant vous, maman désespérée, désemparée, désœuvrée, face à des tempêtes si ordinaires dans le monde merveilleux des enfants précoces avec TDA.
    Mon fils à 13 ans, en 4ème, est parti vivre chez son papa depuis 3 ans à l’autre bout de la France, parce que je me battais seule depuis sa plus tendre enfance contre des moulins à vent (reconnus précoce que l’année dernière, tout le monde pensait que cela venait de moi ou de ma façon de l’élever), j’étais épuisée nerveusement et physiquement, parce que je n’arrivais plus à trouver de solutions pour aider mon enfant…

    Depuis, son papa a pris conscience du problème de lui-même, a accepté qu’il passe des tests, et il a été reconnu Précoce, et est maintenant suivi en CMP.
    On l’a changé de collège ( car il était en décrochage et il changeait de sectorisation (donc dans l’obligation de changer de collège) cette année sur les recommandation du psychologue qui lui a fait passer des tests et l’avons inscrit dans un collège dit « spécialisé » pour la prise en charge des enfants précoces. Dans l’idée qu’une vraie prise en charge puisse avoir lieu pour l’aider.

    J’avais rédigé alors une lettre de motivation expliquant les problèmes, le décrochage, sa précocité…

    Il n’a pourtant bénéficié d’auncun suivi spécifique, parce que les résultats des tests qu’ils avaient ne convenait pas, il avait besoin d’un document bilan écrit, mais sans pour autant qu’ils ne réclament quoi que ce soit d’autre…et puis le cercle petit a petit a repris toute son ampleur, exclusion des cours, colles, tous les jours…

    Puis un conseil « de vigilance », où l’équipe éducative et la directrice découvre la précocité de mon enfant…et ou on lui propose pour racheter ses fautes d’accompagner des 6ème sur l’aide aux devoirs.. Où nous parents informons que la psychologue qui suit notre enfant fait un pré-diagnostique de TDA qui pourrait aussi expliquer son comportement, et où on entend l’équipe pédagogique dire…ah non c’est pas un TDA ça..c’est de l’impulsivité…ET puis rien de plus…un rendez-vous sur le temps du midi pour qu’il parle de sa précocité avec l’enseignant formé. Mais à la récréation du midi…il n’y va pas… et personne ne va le chercher.

    Quand la CPE m’appelle pour me dire que vraiment ça ne va pas, et à demi-mot qu’ils ne le supportent plus (un professeur lui a même dit qu’il espairait qu’il soit viré) et ne veulent pas le garder, je m’étonne alors qu’on demande à cet élève de changer en 15 jours (après le fameux conseil de vigilance) de lui même sans qu’aucune aide ne lui soit apportée, je demande alors de la bienveillance, un réel accompagnement et de la patience pour lui permettre le changement…

    Et aujourd’hui, une semaine après avoir eu la CPE, nous recevons une lettre pour nous signifier que notre enfant est convoqué en Conseil de Discipline.

    Et là on touche le fond. Le papa baisse les bras, et moi je m’inquiète à juste titre du devenir de mon enfant.

    Je suis attristée et en colère, cet établissement privé communique sur son site, sur son répondeur téléphonique, de leur connaissance dans le domaine et pousse à la porte un enfant sous pretexte qu’il est different et qu’ils ne peuvent pas l’aider s’il ne change pas de lui même? Une escroquerie.J’espère que d’autres ne tomberont pas dans le panneau.

    Aujourd’hui, à part descolariser mon fils, je ne vois pas de solution. Je connais la suite des évèmenents à l’avance : exclusion définitive, nouveau collège, recommencé à 0 encore, situation de pire en pire..etc…

    Bref, une maman parmi tant d’autres, maman d’un enfant different parmi tant d’autres, livrée à elle-même dans le monde impitoyable de l’éducation..


    Participant

    Bonjour revitaviencouleur,
    Quand je vous lis, j’ai l’impression de vivre mon calvaire! Car il n’a pas d’autre mot. Mon fils âgé de 12ans a été reconnu à haut potentiel depuis la maternelle. L’école lui a fait sauter une classe et cette année, le collège lui a fait redoubler sa 5ème sur le motif de son immaturité et des notes trop moyennes. Sa précocité a été confirmée par un pédopsychiatre vers qui le collège m’a dirigé, même si un des résultats du test n’est pas suffisamment bon pour lui permettre d atteindre le fameux coefficient 130 si nécessaire pour confirmer le haut potentiel, résultat sur lequel le psychologue qui lui a fait passé les 2 tests, à 2ans et demi et à 8ans, aurait dû s’appuyer pour étayer sa conclusion. Le pédopsychiatre lui a détecté en plus un TDA que personne n’avait soulevé. Depuis le début de l’année scolaire, Maxence est, comme votre enfant, exclu régulièrement des cours, puis exclusion temporaire d’un jour, trois sur 10jours d’intervalle dont un pour motif « se mouche trop fort »! Hier, il a été exclu pour trois jours pour avoir dit dans le couloir « cours de merde », ce qui n’a pas plu au professeur. Mon fils n’aime pas l’injustice et ne comprend pas pourquoi un des élèves qui perturbent tout le temps dans tous les cours ne subit pas lui aussi des exclusions. Nous avons été convoqué il y a 3 semaines pour faire le point avec le proviseur, la CPE et la professeur principale. Ils ont aussi contestés les résultats des tests de mon enfant mais ne sont pas fermés à mettre en place tout système qui pourrait aider mon enfant, à condition qu’un professionnel les appelle et leur explique comment faire!! Alors que je leur ai transmis tous les documents ainsi que le protocole a mettre en place pour que tout se passe bien pour tout le monde. L’an passé, son professeur principal m’avait dit que c’était trop astreignant et surtout qu’ils n’avaient pas le temps de s’occuper d’un cas particulier!
    Nous sommes actuellement sous le couperet d’une exclusion définitive du collège, comme me l’a dit ouvertement son professeur d’anglais, professeur qui passe son temps à faire des « rapports » auprès de la direction, à croire qu’ils ont plus de temps à sanctionner qu’à essayer de mettre en place des solutions qui leur seraient profitables! Ils sont à l’affut du moindre écart, du moindre sourire, rire, parole, et les sanctions tombent et re-tombent!! Tolérance zéro! Son professeur d’anglais lui a dit faire un rapport parce que lorsque qu’elle parlait du « finger » mon fils a dit que c’était un doigt, traduction littérale du mot sans aucun geste inadéquat ni aucun ricanement! Mon fils n’a plus envie d’étudier et j’ai peur pour son avenir. Il est suivi par une psychologue et je viens tout juste d’avoir un rendez-vous avec un médecin du CMP de mon secteur pour semaine prochaine. L’éducation nationale n’est pas fait pour les enfants « hors norme » et vous aurez beau essayer telle ou telle école privée ou publique avec des formules alléchantes sur leur site, vous aurez toujours des problèmes car cela dépend du bon vouloir de ces messieurs, dames!! Je baisse les bras régulièrement mais nos enfants n’ont que nous pour les motiver et il faut croire en leur capacité et se « bagarrer » avec le système!
    Bon courage.
    Corinne

    Comme me l’a dit un professeur d’un autre collège auprès de qui je me suis renseignée pour une intégration éventuelle dans leur établissement, collège recommandé par le service EIP de l’académie de mon secteur, le collège actuel fait tout pour se « débarrasser » de mon enfant. J’ai écrit à l’inspection académique avec tous les documents, copie du cahier de liaison, notifications d’exclusions, mails entre le collège et moi-même pour leur signaler cette situation. Je ne sais pas si cela apportera quelque chose mais je l’espère.
    Courage donc pour votre fils et surtout battez-vous pour lui. Rien n’est encore définitivement terminé, positivez!
    Bon courage.
    Corinne


    Participant

    Merci Corinne pour votre témoignage, ça réconforte de savoir que nous ne sommes pas seules.

    La direction m’informe que rien n’est mis en place depuis la rentrée pour mon enfant (pas de PAP ni sur sa précocité ni TDA) et que de toute façon l’accompagnement ne porte pas sur le comportement…

    Après des années a essayé de comprendre d’où pouvait venir le pb, mon enfant est en attente de diagnostique TDA(temps de RDV très long) (un pré-diagnostique a été réalisé par la psychologue du CMP qui le suit).

    J’ai beau prévenir, dire, qu’il est possiblement atteint de TDA, on fait fit de mes demandes, on me rétorque que mon enfant a besoin d’une personne en permanence pour le surveiller et que rien ne peut être mis place en ce sens. En gros on me dit bien oui c’est dommage qu’il n’ait pu être accompagné toutes ses années mais nous on va rien pouvoir faire c’est trop tard. Et moi quand j’entends ça, je craque à l’autre bout du fil, parce que cela revient a vous dire, oui votre enfa,t a peut-être cette maladie, on sait qu’il existe des traitements, mais vous allez pas en bénéficier car c’est trop tard!

    Je continue a me battre, mais c’est extrêmement difficile, je vous passe le regard malveillant du genre « vous ne savez pas éduquer votre enfant »…
    Je sais que mon fils n’a pas un fond méchant, il est juste incapable de contrôler ses émotions et son impulsivité.

    Ces combats dont vous parlez, c’est une vraie réalité pour tous les parents comme vous et moi, et il faut le dire, c’est d’une extreme violence pour nous parent qui nous acharnons a trouver des solutions, qui courrons chez les pédopsychiatres, CMP, psychologue…
    C’est dune violence rare à notre encontre, et ça personne n’en a conscience. Au lieu d’essayer de trouver des solutions, ils sont dans le pointé du doigt, dans l’agression et il faudrait en plus prendre tout avec le sourire et baisser la tête. Mais ce n’est plus tenable quand on se bat au quotidien, depuis des années de voir l’Ecole vous poussez au lieu de vous prendre la main et d’essayer en bonne intelligence de coordonner, d’initier des réponses adéquates concertées pour essayer des solutions.

    C’est usant. On arrive à être désespérée. Mais on tient bon, car c’est viscéral, quand on aime ses enfants, on ne les abandonne pas. Ce sont de réelles épreuves.


    Participant

    Trés usant mais il ne faut pas baisser les bras! Nouvelle semaine, nouvelle péripétie! Exclusion à nouveau de 3 jours, et le proviseur a dit à mon fils ce sera 3 puis 4 et aprés exclusion définitive! On le sait, on a compris Maxence dérange et ils ne veulent rien faire pour que ça s’arrange. Mais comme je suis une personne qui, malgré un gros découragement, ne se laisse pas faire, j’ai contacter le pédo-psy qui lui a trouvé le TDA, il va nous recevoir la 2ème semaine des vacances scolaires de Noêl pour faire une attestation explicative à l’attention du collège tant sur la problématique de mon fils que sur le protocole en mettre en place! On va peut-être y arriver! De plus, la psychologue qui suit mon enfant nous envoie vers une neuropédiatre pour qu’elle aussi nous fass;, elle aussi, une attestation en vue de faire mettre en place le PAP avec l’utilisation du « cartable numérique » pour lui permettre de scanner les leçons sur un de ses camarades afin que ses cours ne soient plus un véritable gruyère. Maintenant, que va bien pouvoir trouver le collège pour ne pas mettre en place ce fameux PAP qui leur est si lourd à gérer?
    Tout ça pour vous dire qu’il ne faut pas avoir peur de frapper à toutes les portes, de « pleurer » s’il le faut, afin d’avoir un rendez-vous plus rapide en expliquant le coté urgent de la situation et de l’impact que cela a sur votre enfant. Le milieu scolaire fait la sourde oreille, écrivez au service EIP de l’académie dont vous dépendez, les adresses mail sont indiqués sur le site de l’académie, ils sont trés à l’écoute et pourront soit intervenir à l’école, soit vous diriger vers les personnes compétentes.
    Je vous souhaite de bonnes fêtes de fin d’année et je suis sure que l’année 2019 sera positive pour votre enfant.
    Courage et donnez nous de vos nouvelles.
    Corinne


    Participant

    Bonjour
    Je me reconnais dans vos combats ça fait du bien de voir que l on n est pas seul dans ce genre de situation.
    Effectivement les établissements scolaires ne nous comprennent pas et ne veulent pas nous aider .
    Le pap peut être mis en place mais chaque incident sera comme même puni .
    Donc quoi qu’il en soit il ne protège pas d exclusion.
    J en ai eu l expérience franchement la méthode que j utilise c’est de refuser le conseil de discipline qui a mon sens fragilisé encore plus ces enfants qui doivent être accompagnés avec bienveillance eux même victime de leur difficultés.
    Moi je viens de me rendre compte que mon fils est un enfant à aidé.
    Du coup je suis toujours à la recherche de toute information qui pourrait m aider à affronter les chef d établissements.
    A vous entendre que vous ne lâcherai pas ça m encourage de mon côté a continuer mais faites toujours barrages aux conseils de discipline toujours en échangeant avec l école parce que eux aussi n ont pas vraiment de solution sauf exclure pour éloigner l enfant et lui faire comprendre qu’il sera puni s’il enfreint les règles et surtout montrer qu’il y’a une autorité.
    Mais pour nous c’est éprouvant .
    Merci de m avoir lu .

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Rejoignez gratuitement 19807 les membres d'EPI !

Devenez gratuitement membre d'Enfants Précoces Info

Vous n'êtes pas encore membre d'Enfants Précoces Info ? Inscrivez-vous sans tarder pour participer au forum, rejoindre les groupes thématiques et régionaux, tisser des liens avec d'autres membres.

Je m'inscris