Aller au contenu

Uniquement très maline ou également précoce ?

Vous pouvez parcourir les forums librement. Pour prendre part à une discussion ou entamer un nouveau sujet, vous devez être membre d'EPI et connecté.

Rejoignez gratuitement 23419 les membres d'EPI !

Devenez gratuitement membre d'Enfants Précoces Info

Vous n'êtes pas encore membre d'Enfants Précoces Info ? Inscrivez-vous sans tarder pour participer au forum, rejoindre les groupes thématiques et régionaux, tisser des liens avec d'autres membres.

Je m'inscris

5 réponses et 3 participants
Dernière mise à jour par Françoise il y a il y a 1 semaine et 3 jours.

6 sujets de 1 à 6 (sur un total de 6)
  • Auteur
    Messages
  • Bonjour à toutes et tous,
    Cela fait plusieurs jours que je lis beaucoup de témoignages postés sur ce forum en quête de réponses mais aujourd’hui, je me lance à poster mon propre témoignage ainsi que mes interrogations. Je suis maman de 2 filles de 4 ans (quasi et demi) et de presque 14 mois.

    Ma fille de 4 ans :
    Depuis sa naissance (née après terme), elle a le regard expressif, vif, curieux. En moins d’une semaine, elle tenait déjà bien sa tête. A 3 mois le médecin disait déjà d’elle qu’elle était très tonique. A 9 mois elle marchait seule.
    Bref, à l’époque on me disait beaucoup que je n’avais pas un “bébé vraiment bébé”, qu’elle était hyper éveillée et toujours au taquet !
    Vers 15 mois, lorsqu’elle regardait le gros imagier chez la nounou, elle nommait l’animal ou l’objet qui se trouvait sur la page suivante avant même de la tourner.
    Elle a toujours été pleine d’énergie. Par contre, elle a toujours beaucoup observé lorsque l’on arrivait au parc ou autre avant de se lancer.
    Elle est très sensible (si les enfants autour d’elle crient trop ou s’il y a trop de bruits elle a tendance à mettre ses mains sur les oreilles, et ça l’irrite beaucoup, elle peut crier même). Elle demande beaucoup d’attention, elle aime qu’on la remarque, pose beaucoup de questions, a une mémoire impressionnante ! Depuis toute petite, il faut tout lui expliquer. Elle a un côté autoritaire, elle dit aux autres enfants ce qu’ils doivent faire/où se placer. Elle se dirige beaucoup plus facilement vers les enfants de 2 ans voire + qu’elle. Quand elle a décidé quelque chose, elle a du mal à démordre et cela fini très régulièrement en cris et pleurs. Un rien peut représenter une montagne pour elle. Elle est dans les extrêmes, que ce soit en joie comme en tristesse ou colère. Elle nous fait beaucoup rire aussi.
    A 3 ans, elle s’est intéressée au système solaire, il fallait lui lire beaucoup de livres là dessus, elle réclamait les vidéos de C’est pas sorcier. Il y a 15 jours je l’ai surprise entrain de recréer le système solaire avec des billes selon leur couleur (jaune soleil, rouge mars…)
    Nous avons consulté une psychologue pour ses problèmes alimentaires. Elle ne mange pas grand chose et les repas ne sont pas variés, au péril qu’elle ne mange rien ! La psychologue nous a répondu que tout allait bien de ce côté là, qu’il faut juste qu’on lui apprenne à prendre plaisir à manger mais j’ai toujours l’impression que les repas, pour ma fille, sont une perte de temps. Et dès que quelque chose lui passe par la tête pendant une discussion familiale ou alors seule dans sa réflexion, elle demande à sortir de table, et cela devient conflictuelle si nous refusons.
    Son cerveau n’arrête jamais. Elle pense à pleins de choses en même temps. Une fois, je lui ai dit qu’il serait bien qu’elle repose son cerveau et elle m’a répondu : “je ne peux pas. c’est comme des rouages qui n’arrêtent pas de tourner”.
    Au début du confinement, elle a voulu un livre sur le cerveau. il a fallu qu’on lui lise plusieurs jours d’affilé et ensuite, elle est passée à autre chose. Le dernier sujet en date est la mort.
    Par ailleurs, elle ne raconte rien. Elle intériorise énormément. Hier soir, par exemple, je sentais bien, au vu de son comportement, que quelque chose s’était passée au centre de loisirs. Il a fallu la questionner un moment avant qu’elle se mette à pleurer et m’expliquer ce qu’il s’était passé.
    D’ailleurs sa maitresse et l’ATSEM avaient remarqué qu’elle n’exprimait pas trop ses émotions et les découvraient qu’à mon arrivée.
    Sinon, dans le bilan annuel scolaire (PS) sa maitresse la décrit comme une élève sérieuse, attentive, investie dans les activités proposées, elle dispose d’une très bonne compréhension et d’un langage riche et varié. Elle se montre autonome quand son activité est terminée (oui, elle finit toujours avant les autres). Elle s’est très bien adaptée à l’environnement de l’école.
    En début d’année scolaire, ma fille m’a rapidement dit que les autres enfants de la classe ne comprennent pas tout, qu’ils ne parlent pas bien et n’arrêtent pas de crier. Ma fille a discuté à droite à gauche avec quelques enfants de sa classe mais elle n’a pas intégré de groupe contrairement aux autres. Il y a toujours un moment où elle a besoin de s’isoler, de jouer seule, à en arriver parfois à repousser les enfants qui viennent vers elle.
    Avec tout ça, la psychologue a dit que ma fille devait impérativement intégrer une classe à double niveaux à la rentrée de septembre 2020. Qu’elle est très intelligente et maline, qu’elle sait ce qu’elle veut et où elle veut nous emmener mais ne parle pas de précocité, dit que c’est trop tôt pour évoquer le sujet mais qu’il faut continuer de la nourrir intellectuellement. Elle a ajouté qu’elle avait une très grande force intérieure car oui, ma fille pendant les séances, et surtout la première, n’a pas décroché un mot, alors qu’à la maison, elle ne s’arrête jamais, du réveil au coucher.
    Qu’en pensez-vous ?
    Retrouvez-vous des traits de ce portrait chez vos enfants ?
    Des conseils à me donner ?
    Merci d’avoir pris le temps de me lire 🙂

    J’ai oublié…
    Cette demoiselle ne fait les choses que si elle est décidée.
    Pendant le confinement elle avait des exercices à faire, envoyés par sa maîtresse. Pour certains, elle disait qu’elle savait déjà le faire, que c’était pour les bébés donc qu’elles ne les ferait pas, et pour d’autres disait qu’elle ne voulait pas le faire et quelques jours plus tard, elle les faisait dans son coin.
    Pour l’écriture des lettres et des chiffres la plupart du temps elle dit qu’elle ne sait pas faire, ça ne l’intéresse pas.
    Il y a énormément de choses qu’elle ne fait que lorsqu’elle maîtrise comme pour la propreté. Elle a été propre à 3 ans et 3 mois du jour au lendemain (jour et nuit). C’est même elle, dès le premier jour de propreté qui m’a dit “je n’ai plus besoin de couches pour la sieste et la nuit, tout va bien”.
    Elle monte souvent dans sa chambre en disant qu’elle va lire un livre.
    Elle invente aussi beaucoup d’histoires avec ses jouets et quand elle joue aux rails ou aux Legos et qu’elle n’arrive pas à faire ce qu’elle veut elle s’énerve, crie, pleure et peut jeter les jouets

    AdminPremium

    Bonjour Aliss,

    Je ne peux pas m’avancer sans test mais à la lecture de votre récit, je dirais que votre fille a tout du jeune enfant à haut potentiel.
    Pour la nourriture, tentez de transformer la chose en jeu, laissez lui créer un menu, organiser une présentation d’assiette…pour que le moment devienne agréable pour elle.
    Sinon globalement elle a l’air d’aller bien mais il y a des risques pour qu’à un moment donné elle finisse par s’ennuyer en classe à la fois du fait des activités proposées et des relations aux autres élèves. La classe à double niveau est une alternative afin que votre fille puisse profiter d’activités et de relations plus stimulantes. Si c’est possible tant mieux, sinon il faudra discuter avec les enseignants et éventuellement envisager un test si nécessaire. Vous avez l’avantage d’avoir une enfant qui a priori échange et s’investit, avec un peu de chance les bonnes propositions viendront de l’équipe éducative.

    Bonjour Françoise,

    Merci beaucoup pour votre retour.

    Mon conjoint et moi-même espérons qu’elle puisse intégrer la classe à double niveau en septembre surtout qu’elle réclame toujours d’aller chez les grands (en élémentaire), cela serait déjà une étape.

    Nous nous posons beaucoup de questions sur l’éventualité qu’elle puisse être effectivement un enfant à haut potentiel et essayons souvent de minimiser en nous disant que nous ne sommes pas objectifs que notre première et que les enfants de la famille sont beaucoup plus âgés (minimum 7 ans de plus).

    Cependant, je ne vous cache pas avoir constaté à plusieurs reprises que son élocution et son vocabulaire sont plus développés que les autres enfants du même âge. Sa réflexion également. Elle peut paraître plus indépendante aussi aux yeux d’autres parents d’enfants de sa classe (une maman me l’a indiqué).

    Mais elle peut aussi avoir un comportement “plus bébé”. Est-ce cohérent avec les autres traits de caractère ?

    Personnellement, je ne sais pas comment réagir si le haut potentiel se confirmait. Nous savons déjà, et la psychologue nous l’a également fait remarquer, que nous ne pouvions pas réagir de la même manière qu’avec un enfant “classique”.

    Un soir, je me suis rendue compte que, dans la vie de tous les jours, nous lui parlions comme à une adulte alors qu’elle n’a que 4 ans !!! Est-ce vraiment une bonne chose ?

    Par ailleurs, lorsqu’elle souhaite savoir faire quelque chose comme lire l’heure par exemple, nous lui répondons : “bien sûr, nous allons t’apprendre” et bien c’est fini ! comme si elle faisait un blocage dès qu’elle entendait le verbe APPRENDRE.

    Je me sens un peu perdue et impuissante face à ce petit bout qui grandit (trop) vite 🙁

    Particulier

    Bonjour Aliss’,

    Je souhaitais rebondir sur le volet “alimentaire”. Mon aîné, HP, a de gros soucis alimentaire depuis sa naissance, mais cela est du à l’hypersensibilité qui se matérialise dans pleins de domaines différents…et chez lui, là où elle se matérialise de la façon la plus compliquée c’est sur l’alimentation.

    On avait beau me dire qu’un “enfant ne se laisse jamais mourir de faim”.. j’en arrivais à douter face à lui. Impossible suivant la texture, la couleur, la forme, l’odeur (où alors si les aliments se sont touchés) de pouvoir ne serait-ce qu’approcher l’aliment de sa bouche sans en avoir un haut le coeur, jusqu’à vomir des fois (sans même l’avoir goûté!). Résultats… à 6 ans 1/2 il y a environ une grosse quinzaine d’aliments maximum qui sont acceptés… Nous voyons une orthophoniste spécialisée dans les troubles de l’oralité, mais les résultats sont très longs à obtenir.

    Peut-être le côté alimentaire pourrait être du à l’hypersensibilité… Après ce n’est qu’un témoignage de maman concernée par ce soucis, je ne suis pas une professionnelle du tout.

    AdminPremium

    Bonjour à toutes,

    Oui j’ai aussi eu ces problèmes de nourriture, texture, présentation etc…avec l’un des miens. Avec le recul je me dis que c’est lié à une forme sensibilité extrême qui se porte dans ce cas sur la nourriture, cela aurait pu être autre chose. Pour vous rassurer c’est passé (mais ça a quand même été assez long et pénible) et aujourd’hui j’ai un vrai goinfre à table (sauf encore de rares aliments trop mous qui ne passeront jamais !)
    Le fait de parler comme un adulte à un enfant hp est assez normal dans le sens où ils nous engagent à leur parler normalement car ils nous comprennent très vite et nous encouragent par leurs questionnements, décalés souvent, à aller plus loin. L’essentiel est de ne pas leur transmettre nos préoccupations d’adultes car eux restent des enfants malgré tout et ont besoin d’être soutenus par les adultes que nous sommes.
    Et le fait d’être plus bébé par ailleurs est justement ce qui fait leur particularité, nommée dyssynchronie, qui désigne ce décalage existant entre leur maturité intellectuelle et leur maturité affective qui est celle de leur âge et peut être plus affectée par une perception intense de faits que d’autres enfants du même âge ne perçoivent pas.
    Pour bien les accompagner il faut donc avoir présente à l’esprit cette notion de décalage qui a des répercussions différentes sur leurs actes et sur leur affectif.
    Enfin sur le terme “apprendre”, en effet ils apprennent la plupart du temps en jouant (surtout si jeunes) ou naturellement à travers une vidéo, une discussion, ainsi pour eux le terme même peut représenter une difficulté liée à un effort à fournir. Pour la suite il est bon d’entretenir cette notion d’effort qui bien trop souvent leur fait défaut, en commençant dès que possible à les confronter à la difficulté même si au départ il faut changer la terminologie, exp découvrir au lieu d’apprendre. C’est l’un des enjeux en fait liés au haut potentiel, les soumettre à l’effort et à l’apprentissage (réel pour eux).

6 sujets de 1 à 6 (sur un total de 6)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Rejoignez gratuitement 23419 les membres d'EPI !

Devenez gratuitement membre d'Enfants Précoces Info

Vous n'êtes pas encore membre d'Enfants Précoces Info ? Inscrivez-vous sans tarder pour participer au forum, rejoindre les groupes thématiques et régionaux, tisser des liens avec d'autres membres.

Je m'inscris

Depuis 2002, Enfants Précoces Info est un site d'information et de partage au service des familles d'enfants intellectuellement précoces. Espace d'échange et de dialogue, il permet également de trouver une information de qualité sur la question, une écoute attentive et de nouer des liens avec d'autres personnes concernées à travers la communauté de ses membres.

Enfants Précoces Info participe au Programme Partenaires d’Amazon EU, un programme d’affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.

© 2002-2017 Enfants Précoces Info. Tous droits réservés