Et si votre enfant était surdoué ?

Et si votre enfant était surdoué ?

Quelle école pour ado de 14 ans en décrochage scolaire à Paris?

Vous pouvez parcourir les forums librement. Pour prendre part à une discussion ou entamer un nouveau sujet, vous devez être membre d'EPI et connecté.

Rejoignez gratuitement 16532 les membres d'EPI !

Devenez gratuitement membre d'Enfants Précoces Info

Vous n'êtes pas encore membre d'Enfants Précoces Info ? Inscrivez-vous sans tarder pour participer au forum, rejoindre les groupes thématiques et régionaux, tisser des liens avec d'autres membres.

Je m'inscris

2 réponses et 2 participants
Dernière mise à jour par So il y a il y a 6 jours et 13 heures.

3 sujets de 1 à 3 (sur un total de 3)
  • Auteur
    Messages

  • Participant

    Bonsoir,

    Ma fille a été détectée EIP à 5 ans et demi après que j’ai décidé de la faire tester. Test homogène avec plus de 140.
    Trois mois plus tard, son entrée en CP qu’elle attendait avec impatience s’est très mal passée: nouvelle école, avec aucun de ses anciens camarades, et une nouvelle maitresse. Dérogataire, je n’avais pu la faire accepter dans l’école où tous sont allés.
    Par ailleurs, en arrivant en septembre elle commençait à lire seule, presque fluidement, et n’a pas supporté d’ânonner avec les autres enfants selon la méthode d’apprentissage classique de la lecture. Déception, rage, colère, et 2 mois qui ont suivis au cours desquels elle disait vouloir mourir et nous tuer aussi, ses parents… Il n’est pas un vain mot de dire qu’avec son père nous avons vécu l’enfer, celui d’un enfant en grande souffrance morale à ce moment-là, sans parler de nous.
    Ma fille a alors clairement exprimé la volonté de sauter une classe. j’en ai fait la demande auprès de son école qui après l’avoir placée 1/2 journée en CE1 a décidé qu’elle n’était pas apte, mais que si je le voulais je pouvais lui faire sauter une classe en la changeant d’école, le tout en plein milieu d’année… A l’époque je n’ai pas voulu prendre ce double risque, et à présent je regrette, certaine qu’elle aurait rattraper le niveau sans problème.
    Mes démarches et nombreux échanges avec l’école comme avec elle-même ont fini par la calmer et lui faire entendre que s’il n’était pas possible d’envisager un saut de classe dans l’immédiat, cela le serait probablement par la suite. La maîtresse a parfaitement compris la situation et a su se faire apprécier de l’intéressée.

    Les années se sont ensuite enchainées avec le même discours récurrent « je m’ennuie » de ma fille, mais qui par ailleurs ne voulait pas vraiment envisager un saut de classe, trop attachée à ses nombreux amis. Sa chance a aussi été d’intégrer une classe CHAM musique et chant, palliant au reste.
    En début de 6ème des difficultés en maths sont apparues, mais par ailleurs tout allait très bien.
    En fin de 5ème elle a commencé à séché 2 ou 3 cours. Problèmes familiaux aussi, ma fille en rupture avec son père. Dépression. Thérapie, toujours d’actualité.
    Septembre 2017 au début de sa 4ème elle a été hospitalisée 3 mois après l’impensable, a repris l’école sans aménagement particulier en janvier 2018, mais avec des difficultés de concentration, fatigue et ennui. En fin d’année elle a séché une dizaine de cours. Passage en 3ème avec 14 de moyenne sans rien faire ou presque, mais son école suggère de la scolariser ailleurs (mauvaises influences, trop « insolentes » et indisciplinée).
    Avec son père nous décidons de lui faire respirer un autre air, au risque de la couper de ses amis du quartier où elle a fait toutes ses études, de sa classe à horaires aménagés…

    Heureusement la problématique familiale s’allège, mais pas celle des apprentissages.
    Elle intègre un bon collège public du 5ème, avec de bons enseignants. Mais en cette fin de premier trimestre de 3ème elle a raté l’équivalent d’1 mois de cours qu’elle sèche, ou parce que son psy l’en a dispensée.
    Elle me dit être paumée, épuisée, ne pas pouvoir exprimer ce qu’elle veut, ne plus savoir qui elle est…mais je note tout de même qu’elle m’a fait un tableau récapitulatif des options possibles en seconde et 1ère, comme si elle s’y voyait déjà.

    Après cette longue exposition, ma ou mes questions sont: est-il possible de faire sauter une classe à un ado si tardivement, qui plus est en cours d’année pourquoi pas? Il s’agirait d’intégrer la seconde en janvier par exemple. Mais le cas échéant, c’est une décision qui relève de qui: de son actuelle école, de celle qui voudrait éventuellement l’accueillir? de l’Académie de Paris dont nous dépendons?

    Quelles structures existent-elles pour les précoces à Paris en dehors des écoles privés hors contrat très chères, et pour certaines des boites à bac n’ayant pas compris l’équation des EIP? Je mets l’école Georges Gusdorff à part (dans le 15ème) dans le meilleur sens du terme, après m’être bien renseignée dessus.
    Connaissez-vous des écoles privées sous contrat existant à Paris, prenant mieux en charge le profil de ma fille ?

    Autre sujet, il est question de mettre en place dès à présent un PAP -plan d’accompagnement personnalisé- comme cela a été suggéré par le psy de ma fille et par la CPE de son école actuelle, mais je n’ai pas eu de réponses claires sur ce type d’aménagement, qui de plus risque d’être long à mettre en place après validation de toutes les instances éducatives et administratives scolaires… quelqu’un a t-il eu une expérience similaire?

    Merci pour vos réponses à ce bien long message !

    Sophie


    Admin bbPress

    Bonsoir,
    Je suppose que vous avez fait le tour des établissements proposés ici : https://www.enfantsprecoces.info/ecoles/?lieu=ile-de-france
    Vous pouvez aussi demander des conseils pour les etablissements sur votre groupe régional :https://www.enfantsprecoces.info/groupes/ile-de-france-enfants-precoces/
    Pour la’faisabilité de passer de troisième à seconde, je vous conseillerais de prendre conseil auprès du réferent eip de votre académie.
    Ce que je voulais vous suggérer, avant de prendre une décision, est d’analyser ce qu’il y a derrière les absences et la demande d’aller en seconde de votre fille:
    – espère t elle changer de camarades? Leur échapper ? En trouver des plus mûrs ? Des camarades auxquels elle puisse s’identifier?
    – à travers le programme, souhaite t elle changer de méthode, travailler plus vite, à son rythme à elle ? qu’attend t elle de la seconde au niveau du contenu?…
    En fonction de ses réponses, les choix pourraient être différents : suivi personnalisé, classe plus spécifique eip, cours par correspondance….

    Comme elle a eu un vécu difficile, je pense que bien cerner ses attentes au départ est primordial et demande réflexion afin qu’elle parvienne à se reconstruire.


    ➽  Ma réponse vous a été utile ? Aidez Enfants Précoces Info à mettre en oeuvre 10 projets pour soutenir les enfants précoces et leurs familles en 2019.

    Participant

    Bonsoir,

    Je vous remercie pour votre réponse, comme pour le temps que vous prenez à les personnaliser.
    Je prends note au sujet du référent EIP de mon académie, dont j’ai appris l’existence aux travers des forums.

    Pour ce qui est de ma fille, elle est parfaitement perdue, et fatiguée de devoir s’expliquer… J’essaie de faire ressortir quelque chose d’elle, mais elle ne veut pas échanger et n’y arrive que peu. Elle voudrait être dans une bulle. Alors oui vous avez raison, il faut savoir cerner ses attentes, mais actuellement elle est tellement perdue qu’elle ne sait plus elle-même ce qu’elle veut. A part se projeter 1 ou 2 classes au-dessus.

    Je crois qu’elle a vraiment besoin d’avoir des cours qui la nourrissent sur le plan intellectuel, et développent la réflexion, l’analyse et la créativité: elle est très bonne en français et en histoire, et ce qui touche à la vie civique, politique et à l’actualité l’intéresse beaucoup aussi. Elle attend de faire de la philo.
    Par ailleurs, physiquement on lui donne assez facilement 2 ans de plus, et elle a déjà des amis de 16-17 ans rencontrés à l’école, à l’hôpital, en voyage linguistique, etc. Certains professeurs lui reconnaissent une grande maturité. Dans l’absolu elle est très sociable.

    Mais avec son entrée en 3ème dans un nouveau collège où elle ne connaissait personne -et bien qu’elle se soit fait élire déléguée de classe, puis au sein du conseil d’administration de l’école en moins de 2 ou 3 mois- elle ne réussit pas à tisser de liens, trouve ses camarades sympathiques mais scolaires et immatures. Le niveau est bon, les profs sont bons, mais elle s’ennuie, s’endort en cours et n’en peut plus. Au cours des années passées elle était souvent dans la défiance ou l’humour provocateur, appréciée comme l’inverse…

    Je vous remercie de votre attention.

    Sophie

3 sujets de 1 à 3 (sur un total de 3)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Rejoignez gratuitement 16532 les membres d'EPI !

Devenez gratuitement membre d'Enfants Précoces Info

Vous n'êtes pas encore membre d'Enfants Précoces Info ? Inscrivez-vous sans tarder pour participer au forum, rejoindre les groupes thématiques et régionaux, tisser des liens avec d'autres membres.

Je m'inscris


593 familles agissent déjà avec nous au service des enfants précoces.

53 % de l'objectif est atteint, participez vous aussi maintenant !