Informez les enseignants de votre enfant sur l'élève à haut potentiel !

Identifier et accompagner l’élève à haut potentiel intellectuel

Au mois de mai, nous allons expédier notre plaquette d'information sur l’élève à haut potentiel intellectuel à  8 000 établissements scolaires

Nous pouvons la faire parvenir à l’établissement ou à l'enseignant de votre choix. Nous pouvons aussi vous l'envoyer pour que vous puissiez le remettre en main propre au professeur de votre enfant si vous le souhaitez.

Ne tardez pas, il ne reste que quelques jours pour bénéficier de cette opportunité unique.

Première année de maternelle "compliquée"

Vous pouvez parcourir les forums librement. Pour prendre part à une discussion ou entamer un nouveau sujet, vous devez être membre d'EPI et connecté.

Rejoignez gratuitement 18614 les membres d'EPI !

Devenez gratuitement membre d'Enfants Précoces Info

Vous n'êtes pas encore membre d'Enfants Précoces Info ? Inscrivez-vous sans tarder pour participer au forum, rejoindre les groupes thématiques et régionaux, tisser des liens avec d'autres membres.

Je m'inscris

2 réponses et 2 participants
Dernière mise à jour par Jayne il y a il y a 6 mois et 1 semaine.

3 sujets de 1 à 3 (sur un total de 3)
  • Auteur
    Messages

  • Participant

    Bonjour,
    Je n’ai pas osé me présenter car je ne suis pas sûre d’être légitime ici.
    Mon mari et moi sommes “probablement” HP (les tests coûtent extrêmement chers mais nous rentrons complètement dans le tableau clinique + tests de MENSA élevés)

    Notre fils a 37 mois, il vient d’entrer en petite section de maternelle à l’école Decroly (Pédagogie alternative que vous connaissez peut être).
    Hier après l’école nous avons été convoqués par la maîtresse.

    Je me permets de copier/coller le compte rendu que j’ai fait à des amies sur Facebook.

    “C’est compliqué”

    Alix est très très intelligent mais il vit chaque contact et infime contrariété de manière violente.
    Par exemple quand il a le nez qui coule c’est un drame et il hurle. La maîtresse lui donne un mouchoir, il s’essuie le nez, et re-hurle parce que le mouchoir est sale. Alors elle doit lui dire de le jeter à la poubelle. A chaque fois.
    C’est pareil pour tout. Pour aller aux toilettes quand il n’arrive pas à retirer son pantalon. Quand il n’arrive pas à faire quelque chose. A la moindre contrariété et au moindre contact. Il traverse sa journée en faisant des dizaines de micro crises. Qui sont rapidement apaisées mais par un-e adulte.

    “Son mode de communication avec les autres est complètement inadapté”

    Il ignore complètement les autres. Il prend un jouet qui l’intéresse, peu importe si un autre enfant l’a ou pas. Quand il va quelque part, il y va, il écarte ce qui le gêne, jouet, chaise, enfant.
    Quand il a fini ou qu’il est pas content il jette ses jouets. Quand il est très contrarié, il frappe, fort.

    Il ne supporte pas les portes fermées. Il met plusieurs minutes à se calmer quand on ferme la porte de la classe.
    Il ne supporte pas non plus le bruit. J’avais remarqué ça à la maison : il a peur de l’aspirateur ok, mais aussi du radiateur soufflant, il me supplie de l’éteindre car ça le met en détresse. Un de mes ventilos de PC a fait un bruit chelou après qu’il ait tapé sur la tour, il était en panique avec ce bruit.

    En contact 1/1 “c’est une crème” mais en collectivité visiblement c’est impossible. Crises, hurlements, tout le temps pour le moindre truc de travers. Par contre…il range et trie. Il aligne les jouets, tout doit être carré, trié, par couleur, par série, ou selon un de ses critères à lui.

    Elle nous a bien expliqué qu’il ressent les interférences extérieures comme des agressions.
    Et répond donc avec violence à ces agressions…

    Les autres enfants commencent à avoir peur de lui et de toutes façons, il ne s’intègre pas du tout au groupe, il est dans son monde.

    Quand je le récupère le soir, il est tout content, me raconte un peu sa journée, il est super content d’aller à l’école. Toutes ces crises, si nombreuses soient-t-elles, n’entachent pas sa bonne humeur.

    Alors j’ai expliqué qu’à la maison c’était dur, ça a toujours été dur. Que j’ai cru qu’on faisait mal, ou que tous les enfants traversaient ça. Et en fait c’est PAS normal. Le pattern c’est qu’à chaque apprentissage il veut savoir faire immédiatement. S’il n’en est pas capable, surtout pour le moteur (on a eu deux semaines de nuits blanches car il n’arrivait pas à avancer à 4 pattes quand il avait 4 mois, un mois infernal quand il a voulu marcher à 11 mois) ou la motricité fine (ses duplos s’emboitent mal, la voiture ne roule pas comme il faut) il court-circuite. Nous avons fait un bilan chez une psychomotricienne qui a détecté un retard psychomoteur global (et par la suite, en un mois, il a tout rattrapé ou pas loin…)

    A côté de ça, il marche par déclics. Là par exemple le verbal est passé de “babillage jusque ses 24 mois” à “phrase complète sujet-verbe-complément”. Il est devenu propre à la rentrée, jour et nuit. En deux jours.

    Il est suivi au CMPP + psychomotricienne + orthophoniste ça a rassuré la maîtresse. Elle va contacter la pedopsy car il va sans doute avoir besoin d’une AVS et un parcours spécifique. Le parcours est en place, le reste suivra.

    En revanche il a des aptitudes intellectuelles extraordinaires selon elle.
    Il retient les comptines après une seule écoute, il verbalise très très bien, il a tous les acquis de maternelle et au delà, tout ce qui est lié à l’intelligence ne lui pose aucun problème, au contraire, ça l’apaise.
    Il dénombre, trie, fait des ensembles. Il est curieux de tout et le jeu des “pourquoi” a commencé dès qu’il a parlé. Il veut savoir comment les choses fonctionnent (je me suis retrouvée à lui expliquer les glandes salivaires la semaine dernière). Il démonte ses jouets pour voir. Il commence à essayer de lire tout seul. Évidemment, ne supporte pas qu’on essaie de l’aider, rejet et crise, il veut faire tout seul.
    On dirait qu’il est vexé de ne pas tout réussir tout de suite.
    Et quand je suis en poussée inflammatoire (je suis atteinte d’une patho rhumato assez lourde), il est pire. Il est hypersensible et hyperempathique. Lorsqu’il est en contact 1/1 ou en tout petit groupe il détecte tout de suite le ressenti de l’autre. Il n’y répond pas de manière adéquate mais il capte vite. Il est très câlin avec les personnes qu’il connaît bien, parfois il essaye de me rassurer quand il me sent mal.

    A la maison je désamorce très vite et facilement ses crises, je le rassure, on parle beaucoup.

    Mon petit frère est Asperger, diagnostiqué à 30 ans, sa scolarité a été un long calvaire. Ma scolarité à moi a été très brillante jusqu’au collège où j’ai totalement décroché, pour finir par passer le bac en candidate libre et faire mes études en AFPA puis par correspondance (je travaille dans l’informatique).

    La bonne nouvelle c’est que cet échange avec la maîtresse l’a rassurée car elle sait maintenant que j’ai mis en place un suivi depuis l’été, que je suis très volontaire et que je ferai ce qu’il faut pour faire les bilans nécessaires. Elle est top, expérimentée et compréhensive, je suis rassurée aussi. Il a la chance d’être à Decroly.

    Mais c’est dur d’être les parents “de l’enfant qui perturbe toute la classe et qui fait peur aux autres”. On sent le regard des autres parents qui de toutes façons nous parlent très peu.

    J’ai passé le test sur ce site, mais vu son âge certaines questions n’étaient pas adaptées. Il a scoré à 46/60 parce que je ne vois pas encore l’avenir 😀

    Je suis…très fatiguée.
    Il a été chez une nourrice que nous avons découverte maltraitante psychologiquement après 2 ans de garde (signalée à la PMI et sanctionnée, car d’autres parents l’ont signalée), je suis morte de culpabilité car à son caractère naturel s’ajoute aussi une attitude violente et nous réparons notre relation de notre mieux.
    Mon mari est très soutenant mais n’a pas vraiment conscience de l’enjeu.

    Nous sommes dans le Val de Marne. La psychologue de la crèche à laquelle il a été après le retrait de chez la nounou m’a fortement encouragée à le faire tester pour sa précocité. Je vais parler de tout ça à la pédopsy qui le suit actuellement.

    Je vous écrit aujourd’hui car je me sens impuissante. J’ai la chance d’avoir moi-même une hyper-empathie et je perçois ses problématiques, j’analyse énormément et trouve parfois des solutions adaptées. Mais mon fils est difficile à vivre, je suis épuisée et pas loin du désespoir.

    Si vous m’avez lue jusqu’ici, je vous en remercie 🙂


    Participant

    Bonjour
    Je suis psychologue ET maman d’un petit HP.
    Votre petit a beaucoup de chance d’avoir une maman comme vous, très vigilante et empathique avec ce qu’il
    Vit.
    Vous avez mit en place des accompagnements de professionnels autour de lui et cela est très bien.
    Avez vous lu les livres de Jeanne Siaud- Facchin ? « L’enfant surdoué » pour lui et « trop intelligent pour être heureux ? » pour vous ?

    Cela pourrait beaucoup vous éclairer sur le sujet.

    Je vous souhaite beaucoup de courage et une belle aventure de vie avec votre petit.


    Participant

    Merci 🙂

3 sujets de 1 à 3 (sur un total de 3)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Rejoignez gratuitement 18614 les membres d'EPI !

Devenez gratuitement membre d'Enfants Précoces Info

Vous n'êtes pas encore membre d'Enfants Précoces Info ? Inscrivez-vous sans tarder pour participer au forum, rejoindre les groupes thématiques et régionaux, tisser des liens avec d'autres membres.

Je m'inscris