Skip to content

Précocité et bégaiement

Vous pouvez parcourir les forums librement. Pour prendre part à une discussion ou entamer un nouveau sujet, vous devez être membre d'EPI et connecté.

Rejoignez gratuitement 20871 les membres d'EPI !

Devenez gratuitement membre d'Enfants Précoces Info

Vous n'êtes pas encore membre d'Enfants Précoces Info ? Inscrivez-vous sans tarder pour participer au forum, rejoindre les groupes thématiques et régionaux, tisser des liens avec d'autres membres.

Je m'inscris

6 réponses et 3 participants
Dernière mise à jour par Sabine BARBÉ il y a il y a 3 weeks et 2 days.

7 sujets de 1 à 7 (sur un total de 7)
  • Auteur
    Messages
  • Admin bbPress

    Je voudrais lancer un sujet sur le thème du bégaiement de l’enfant précoce ou surdoué.

    Mes trois enfants (EIP tous les trois) ont bégayé à un moment ou à un autre. Deux d’entre eux ont vite surmonté cette difficulté , le troisième a malheureusement conservé ce trouble jusqu’à présent. Nous avons bien entendu vu des orthophonistes qui n’ont pour le moment rien pu faire pour lui.

    Nous pensons que son trouble du langage est lié d’une part à une extrême rapidité intellectuelle, d’autre part à une forte émotivité.

    Dans un premier temps, j’aimerais savoir si vous avez été confronté à cette difficulté et essayer d’estimer si la proportion d’enfants bègues parmi les EIP est significativement supérieure à ce qu’elle est dans la population générale. Existe-t-il des études sur le sujet ?

    Ensuite, si vous avez des conseils ou de bonnes adresses à communiquer aux parents concernés, je suis preneur et je vous en remercie.

    Invité

    Bonjour,

    L’association précocité intellectuelle et bégaiement sucite un certain nombre d’interrogations depuis des années, et sont même l’objet de mémoires de recherche pour les étudiants en orthophonie. Cependant rien n’a jamais été prouvé scientifiquement à ce jour.

    En revanche ce qui est prouvé, c’est que ni la rapidité intellectuelle ni la forte émotivité ne peuvent causer un bégaiement. Auquel cas, on compterait bien plus que 5% d’enfants qui bégaient ! 🙂 Ces deux paramètres peuvent subjectivement et de manière plus ou moins durable contribuer à une aggravation du bégaiement mais ne sont en aucun cas responsables de ce trouble moteur de la parole dont les origines biologiques et neurologiques ne font plus aucun doute (études et faits scientifiques).

    Puis-je vous demander si les orthophonistes que vous avez consultés pour votre 3e enfant vous ont été recommandés ? Car malheureusement la formation basique des orthophonistes pour le bégaiement reste très insuffisante. Il vaut mieux consulter un professionnel qui aura suivi des formations complémentaires pour la rééducation de ce trouble.

    N’hésitez pas à parcourir les différents blogs francophones et forum dédiés au bégaiement.

    Admin bbPress

    Bonjour Cédric et merci pour votre réponse.

    Mon épouse et moi-même avons lu une bonne partie de ce qui s’écrit sur le traitement du bégaiement mais en-dehors des conseils de bon sens du genre, pas de stress, lever les contraintes inutiles, ne pas en parler à l’enfant, ne pas finir les mots à sa place, etc, etc. (vous devez connaître), force est de constater que les solutions réelles pour sortir de ce genre de problème ne sont pas légion. Si on ajoute à ça les vendeurs de méthodes et de stages…

    Arrivés à ce point, nous tournons en rond. On peut évidemment aller voir des relaxologues, sophrologues ou autres kinésiologues, tester la lythothérapie ou la réflexologie plantaire. Finalement, il semble ne pas y avoir de solution durable autre que de se relaxer et respirer correctement. Allez expliquer ça à un enfant de 11 ans. Au bout du compte, le trimbaler d’un « spécialiste » à l’autre va totalement à l’encontre de la recommandation qui consiste à dire de « ne pas trop lui parler de son bégaiement ».

    Dans le coin où nous nous trouvons nous n’avons guère le choix pour les séances d’orthophonie. La dame qui a vu notre garçon une bonne vingtaine de fois ne peut pas faire plus pour lui. S’il faut se rendre dans la capitale régionale pour un suivi régulier, c’est 4 heures de route aller-retour.

    Je précise que lorsque je parle de rapidité, c’est bien d’extrême rapidité qu’il s’agit, surtout en matière de lecture. L’orthophoniste a testé notre fils sur ce point : il lit 5 fois plus vite qu’un enfant moyen de son âge avec une très bonne compréhension du texte.

    Sinon, si vous avez des liens précis concernant les études sur le bégaiement et la précocité intellectuelle, je suis preneur afin de rédiger un petit article pour le site.

    Merci encore pour votre réponse.

    Invité

    Bonjour Cédric,
    Je réagis à votre remarque sur les spécialistes. Je suis d’accord avec vous, cependant le problème est que la plupart du temps les spécialistes en question sont débordés et vous fixent des délais extrêmement longs pour un problème qui pourrait être règlé s’il était traité rapidement, ou s’ils sont trop éloignés délèguent à des collègues qui ont survolé le sujet avec un peu de chance !

    Invité

    Bonjour Françoise, priorité aux dames 🙂

    Nous tombons là dans la problématique des disparités géographiques. Ce que vous dites se vérifie sans doute dans les régions très démunies en orthophonistes formés. Car je peux vous garantir que dans certaines régions, ces spécialistes se battraient presque pour avoir des patients, au point de les recevoir le jour-même de leur appel téléphonique. Je serais bien tenté de demander à Olivier dans quelle région il a consulté ou il souhaiterait consulter…

    Donc bonjour Olivier

    Se relaxer et respirer correctement n’est absolument pas une solution durable. J’ai même presque envie de dire que ce n’est pas une solution tout court, sinon comme on dit, ça se saurait ! 😉 Chez certains enfants, chez certaines personnes, le bégaiement peut entrainer du stress et un trouble de la respiration mais l’inverse n’est pas vrai. Remettons les choses dans le bon ordre. Tout au plus le stress joue un role « aggravant » mais n’est en aucun cas une cause !

    Donc inutile d’expliquer tout ça à votre enfant de 11 ans, qui se trouve dans une tranche d’age un peu délicate pour entreprendre quelque chose de constructif. Sauf s’il est réellement demandeur par lui-même, condition sine-qua-non, s’il le vit vraiment très mal, auquel cas pourquoi pas, il vaut mieux attendre qu’il soit beaucoup plus réceptif et déterminé à ce que le bégaiement ne soit plus une contrainte pour lui, pour ses choix, c’est la 1ere étape essentielle à franchir avant l’éradiction des blocages par assimilation de techniques motrices. Pas mal d’orthophonistes avouent des résultats très mitigés dans une période qui va de 8 à 12-13 ans, en revanche à l’adolescence, le travail porte beaucoup plus ses fruits. Il y a même des ados qui cessent complètement de bégayer.

    Donc avant tout, c’est sa décision à lui.

    En près de 6 ans d’investissement dans le bégaiement, j’ai eu connaissance d’UN témoignage particulièrement encourageant sur la kinésiologie, de la part d’une adolescente de 14 ans. Je n’ai jamais rien lu vu ou entendu de satisfaisant sur la sophrologie en matière de bégaiement.

    Je savais moi-même lire et comprendre des textes 2 ans avant d’entrer en CP. J’ai aussi toujours su lire plus vite que les autres. En aucun cas je ne peux associer cette « particularité » au bégaiement, car comme je vous l’ai déjà dit, ce lien entre précocité et bégaiement passionne depuis des années mais on n’a rien pour le prouver, sauf des ressentis personnels.

    Pourriez-vous me contacter via mon blog (http://cedriblog.fr/contact) afin que je vous donne les coordonnées de quelqu’un qui connait bien ces travaux sur la précocité le bégaiement, car je n’ai pas souvenir de les avoir vu publiés gratuitement sur internet…

    Admin bbPress

    Merci Cédric pour ces informations. Je vous contacte en fin de semaine. Si beaucoup de personnes se posent la question du lien précocité-bégaiement, peut-être serait-il judicieux d’y consacrer un article.

    Participant

    Bonjour Olivier,
    Le sujet du bégaiement a réveillé un vieux souvenir en moi et je n’avais jamais fait le rapprochement et l’avais presque occulté. Avec la précocité de notre fils j’ai découvert que j’étais précoce. J’ai 53 ans et un test ne m’apporterait aujourd’hui rien de plus. J’ai bégayée pendant plusieurs années, je ne sais pas à partir de quel âge mais jusqu’à environ 12 ou 13 ans au moins. Mes parents ne rien entrepris à l’époque et cela s’est arrêté tout seul. C’est comme l’énurésie, j’ai lu que de nombreux HP sont touchés par cela. Cela m’a gêné de très nombreuses années jusqu’à l’age de 13 ans au moins. Je ne suis pas certaine que les séances chez eux « rebouteux » m’aient fait quelque chose et je pense que cela s’est stoppé tout seul.
    Votre commentaire datant de 2011, qu’en est-il du bégaiement de votre fils?
    Belle journée à vous,
    Sabine

7 sujets de 1 à 7 (sur un total de 7)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Rejoignez gratuitement 20871 les membres d'EPI !

Devenez gratuitement membre d'Enfants Précoces Info

Vous n'êtes pas encore membre d'Enfants Précoces Info ? Inscrivez-vous sans tarder pour participer au forum, rejoindre les groupes thématiques et régionaux, tisser des liens avec d'autres membres.

Je m'inscris

Depuis 2002, Enfants Précoces Info est un site d'information et de partage au service des familles d'enfants intellectuellement précoces. Espace d'échange et de dialogue, il permet également de trouver une information de qualité sur la question, une écoute attentive et de nouer des liens avec d'autres personnes concernées à travers la communauté de ses membres.

Enfants Précoces Info participe au Programme Partenaires d’Amazon EU, un programme d’affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.

© 2002-2017 Enfants Précoces Info. Tous droits réservés