Nouvelle maman du 79

1 réponse et 2 participants
Dernière mise à jour par Françoise il y a il y a 2 ans et 1 mois.

2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)
  • Auteur
    Messages

  • MereDuPetitTres
    Participant

    Bonjour,

    Je rejoins le site et ce groupe à l’heure où – enfin – mon petit loulou de 7 ans ce mois-ci a retrouvé le sourire et la joie de vivre. Avec une mère qui ne l’a pas forcément aidé.

    Un petit message positif en passant qui se veut encourageant, après quelques années de galère.

    > 2,5 ans.
    Impatient d’aller à l’école. Ok le matin.

    > 3 ans.
    Peur d’y aller, peur des autres, de se faire taper (c’était le cas), de se faire moquer (dessins qualifiés de « gribouillages »), TOC en passant le seuil de l’école…
    > Tout était OK selon l’école à tous les rdv que je sollicitais.

    > 4 ans.
    Et puis un jour, mot dans le cahier, rien n’allait plus. Prescription de CMP pour mieux gérer son comportement par le corps enseignant (pas médical)
    > Intervention de la psy scolaire (super). Suspicion de précocité + invitation à faire les tests (refus de ma part) + préconisation de changement d’école (on verra).
    > La maitresse s’y met et parle aussi de précocité et d’un saut de classe. Toujours aussi butée (ou réfractaire à l’idée de découvrir un sujet qui aurait pu me faire mal aussi en regardant vers le passé), je refuse le test. Et tant qu’on y est, refus aussi du saut de classe car, enfin, loulou semblait avoir trouvé sa place dans le groupe et allait mieux.

    > 6 ans. La cata.
    > Sa maitresse (la deuxième de sa scolarité) est très attentive et dévouée mais ne sait comment gérer toute cette énergie et canaliser son attention. Elle me parle aussi de précocité et m’invite à lui faire passer des tests. C’est fou comme on peut être con(ne) quand on ne veut pas voir la réalité en face. Crise de larmes, achat de bouquins. Refermés quasiment aussitôt car pleurs systématiques. Trop lourd. Trop de mauvais souvenirs. Comme l’impression de lui avoir passé « une maladie » que j’ignorais, découvrais et qui m’avait fait très mal.
    > Plusieurs réunions en équipes pédagogiques. Aucune amélioration. Loulou, complètement mal est devenu (A L’ECOLE) violent, ingérable, au point de le laisser tranquille pendant la classe san plus rien lui demander. Limite dépressif. Désormais plus intéressé par rien, le regard vide, ne voulant plus rien faire.
    > Menace d’exclusion de 3 jours et signalement à l’inspection d’académie.
    > Enfin, (faut jamais désespérer), j’ai réagi. A chaque fois, toujours, j’avais défendu mon fils à l’école, sans jamais le reconnaitre dans le portrait qui m’en était fait. Mais jamais, je n’avais pris des mesures pour le sortir de ce cercle infernal.
    > La psy scolaire (encore elle, je ne la remercierai jamais assez) m’a re-proposé un changement d’école + l’histoire des tests. A bout de résistance (De quoi ? De l’espoir inconscient d’avoir un enfant « normal » ??? Moi qui me suis jamais sentie « normale » ?), j’ai fini par accepter.
    + suivi par un psy.

    > 6 ans et demi.
    Visite d’école pour l’année suivante puis devant l’urgence, changement d’école en fin d’année (avec le refus puis l’adhésion du loulou, enchanté par la visite d’une hypothétique nouvelle école).
    > RETOUR A LA VIE.
    > Le mal-être de mon loulou qui m’inquiétait évidemment le plus a complètement disparu quasi instantanément.
    > Au bout d’une semaine, il ne voulait plus emmener son inséparable doudou et limite si j’avais le droit de l’accompagner dans sa classe (la honte, ououou, maman, regarde-moi, je ne suis plus un bébé, j’ai grandi !).
    > Lui qui est complètement angoissé en général et a fortiori devant un public s’est mis à faire du théâtre, très à l’aise sur scène.
    > Et il a repris goût à tout : la lecture (il dévore) en particulier.
    > Il rit, sourit, fait des blagues, s’est fait « plein de copains », adore aller à l’école, prend des initiatives à la maison…
    > Finalement, les tests ont bien confirmé (Très haut potentiel) mais nous n’avons même pas eu besoin d’en faire état ni d’exploiter les résultats tant la pédagogie est adaptée à chaque enfant dans cette nouvelle école.
    > Alors quel est la potion magique de cet établissement ? Un réel respect des enfants, possible aussi grâce aux faibles effectifs (17 dans la classe) et un cadre avec des règles claires (pas de failles, pas de possibilité de s’y engouffrer).
    > Et une approche de l’enseignement très « créative » où les enfants sont responsabilisés, avançant chacun à leur rythme, avec des temps de travail sous forme ludique (ateliers, manipulations, jeux pédagogiques)…
    > Voilà, loulou pète le feu. Il a re-signé pour plein d’activités dans tous les sens encore cette année et je le sens ENFIN BIEN DANS SA PEAU. Sans crier victoire car je présume qu’il y aura des hauts et des bas.
    > J’ajoute qu’à l’issue des tests, l’échange avec la psychologue libérale (extra) lui a fait beaucoup de bien lorsqu’elle lui a expliqué qu’il était « normal », juste que son cerveau fonctionnait un peu différemment.

    > Pour moi, ce sont des « ENFANTS TRES », des enfants quoi, juste que tout est décuplé (on se comprend très facilement tous les deux car on se « sent » mais ça prend beaucoup d’énergie !)

    > Dernier exemple en date qui m’a achevée : l’achat de l’agenda, un jour de grande pêche. Loulou courrait à fond dans le rayon dans un sens puis l’autre, sans faire de pauses et me donnait son avis au vol en passant sur chaque article soumis. Je vous laisse imaginer la tête des parents déjà préoccupés par leur liste dans un rayon bondé… Ah Ah Ah, mieux vaut en rire.


    Françoise
    Admin bbPress

    Bonjour et bienvenue,

    Merci pour votre témoignage qui permettra de faire comprendre à beaucoup d’entre nous que la découverte, l’acceptation et ensuite la vie avec la précocité résultent d’un cheminement plus ou moins long.
    Mais de toutes façons un enfant compris et accepté pour ce qu’il est sera toujours plus heureux même s’il ne correspond pas au schéma normal.
    C’est vrai, souvent il n’est nul besoin de leur parler, un geste, un signe complice, un regard suffisent à se faire comprendre, et ces petits moments sont magiques !

2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.