Aller au contenu

Enfant précoce et entrée au collège

Vous pouvez parcourir les forums librement. Pour prendre part à une discussion ou entamer un nouveau sujet, vous devez être membre d'EPI et connecté.

Je m'inscris gratuitement

Vous pouvez parcourir les forums librement. Pour prendre part à une discussion ou entamer un nouveau sujet, vous devez être membre d'EPI et connecté.

Rejoignez gratuitement [user_count] les membres d'EPI !

Devenez gratuitement membre d'Enfants Précoces Info

Vous n'êtes pas encore membre d'Enfants Précoces Info ? Inscrivez-vous sans tarder pour participer au forum, rejoindre les groupes thématiques et régionaux, tisser des liens avec d'autres membres.

Je m'inscris

Enfants Précoces Info Forums Présentation des membres Enfant précoce et entrée au collège

3 réponses et 3 participants
Dernière mise à jour par damael il y a il y a 1 année et 8 mois.

4 sujets de 1 à 4 (sur un total de 4)
  • Auteur
    Messages
  • Bonjour,

    je cherche de l’aide pour savoir comment concilier collège et précocité.

    Mon fils vient d’entrer en 6e, il a 12 ans, nous habitons à côté de Montpellier. Il a été diagnostiqué précoce via le test WISC il y a 4 ans, démarche entreprise après pression de son école primaire qui n’arrivait pas à le gérer, élément perturbateur des cours (se lève, chante, joue…).
    Le test a montré un haut potentiel intellectuel mais aussi des difficultés de concentration qui ont été confirmées par un bilan psychomoteur il y’a 2 ans ; il a probablement une pensée arborescente, pour ne pas dire effervescente, une idée en chassant une autre à vitesse éclair pour l’emmener très loin de la priorité du moment.

    Sa situation ne s’est pas arrangée avec le diagnostic de cancer pour sa mère il y a un peu plus de 2 ans, et elle a perdu son combat pour s’éteindre en ce début d’année 2021 après trois mois particulièrement compliqués, voire traumatisants, pour nous tous.

    Aujourd’hui le collège n’en peut plus, il se fait régulièrement exclure de cours et il s’est déjà fait exclure 3 fois une journée depuis janvier. En cascade, le collège me met la pression en espérant que je vais trouver une solution…
    Or je n’en ai aucune.

    Côté social il a des amis mais les enfants de sa classe ne comprennent pas son comportement. Il a été victime d’un léger harcelement moral en début d’année que nous avons heureusement rapidement contré (les enfants le traitaient de débile, en gros, vu qu’il se comportait pas “normalement”). Ca lui vaut aussi des petites embrouilles avec des plus grands, car il répond…

    Comme beaucoup d’enfants précoces, il passe merveilleusement avec les adultes en 1-1, il est malin et peut même se montrer manipulateur pour faire entendre aux gens ce qu’ils veulent tout en faisant en sorte que ça l’arrange lui. Avec moi, c’est beaucoup plus tendu, vu que a) je le connais et b) je suis pour lui probablement perçu comme une source de contrainte, le lourdingue qui veut le faire travailler et changer de comportement.

    Il a eu un suivi psychologique pour accompagner la perte de sa mère, mais le psychologue pense qu’il n’y a rien de plus à faire, mon fils n’est pas en danger et a juste besoin que le temps passe pour digérer la perte de sa mère et perdre son sentiment d’insécurité, d’abandon (enfin là c’est moi qui extrapole et je suis pas psy :))

    Bon je pourrais en parler encore très longuement mais si vous avez des conseils, des interlocuteurs à contacter, des professionnels aidants dans l’agglomération… je prends !!

    Bonjour Monsieur,

    Je suis navrée pour la maman de votre garçon tout d’abord.
    Je comprends que tout ceci soit très lourd à porter pour un jeune adolescent et soit source de beaucoup de souffrances.
    Bien sûr le seuil est terrible, il aura besoin de temps, mais le sentiment de différence et de rejet par rapport aux autres et à l’école s’y ajoute et donc pour cette partie, liée à son haut potentiel, il a forcément besoin d’un accompagnement et d’une aide extérieure. Il se peut aussi qu’il essaie de donner le change et aille moins bien que ce qu’il veut bien montrer. Dans la haut potentiel il y a aussi une part de forte sensibilité à ne pas négliger. Le psychologue qui le suit fait-il un suivi sur ces 2 plans ?
    Sinon pour le collège et la scolarité en général, son haut potentiel a t-il donné lieu à des adaptations particulières ? Il faudrait sensibiliser l’équipe pédagogique de votre fils à son cas particulier (son parcours scolaire et familial en lien avec le haut potentiel : besoins, points forts, points faibles…) afin de lui proposer un parcours individualisé : il est exclu parce qu’il perturbe, ok, en lien avec : ennui ? incompréhension de la demande solaire, trop d’efforts à fournir ?… En fait c’est au collège de trouver la solution et s’adapter, pas à vous, vous ne pouvez que donner des éclaircissements par rapport à son comportement et ses besoins/capacités.
    Je vous joins aussi un lien vers une association locale qui pourrait vous aider : http://www.ae-hpi.org/languedoc-roussillon/?languedoc-roussillon

    Déjà : merci 🙂

    il est effectivement hyper emotif et je ne doute pas qu’il souffre, oui, même s’il n’en parle pas. Comme ses frères et soeurs. Le combat de ma femme a été éprouvant et ils ont vécu des éléments traumatisants, dont un arrêt respiratoire en plein repas… il n’a pas tout vu, mais bon, quand même, et ça donne forcément un gros sentiment d’insécurité de prendre conscience que ça peut survenir n’importe quand. Il découvre la maladie, la mort, la perspective de ne vraiment plus avoir de parents.
    Le psychologue qui l’a suivi était celui délégué par la clinique où ma femme était hospitalisée, donc sensibilisé aux émotions de ce type de situation. En revanche par rapport à la précocité, je ne sais pas.
    Le collège est bien sur prévenu depuis l’entrée en 6e, ils ont fait preuve de tolérance sur le premier trimestre mais ils ont décidé de passer à la vitesse “0 tolérance” en janvier, alors que ma femme est décédée en février… le timing n’était à mon avis pas le bon mais ok, je comprends qu’il perturbe, j’ai le même à la maison 🙂
    Il n’y a pas de plan d’aménagement pour l’instant. En revanche ils ont mis en place quelques aménagements : au lieu de se faire exclure, aller à l’infirmerie pour s’aérer avant l’explosion ; vérifier la prise de note.
    Je en sais pas s’il s’ennuie, il ne l’a jamais dit tel quel. En tous cas, haut potentiel mais pas omniscient, et donc comme il n’écoute pas en cours et ne note pas, les devoirs à la maison sont fastidieux et entraînent quasi systématiquement des tensions entre lui et moi et parfois des engueulades, je ne suis pas yogi et pas toujours zen :/ le bilan est qu’il n’a pas de bonnes notes, il apprend par contrainte pour faire les devoirs mais n’en retient qu’une partie, et comme il ne lit pas vraiment les consignes, ça fait en moyenne des résultats moyens.

    Bref, je vais contacter votre association.

    Plein de pensées pour vous tous.
    J’ai pas beaucoup de pistes et je me sens démunie pour vous aider, j’aurais bien dit psychologue mais je vois que le psychologue a mis fin au suivi, et du coup si c’est le psychologue du servide de l’hôptal peut-être voir un(e) psy en libérale pour parler de la composante scolaire ?

    Essayer la médiation de pleine conscience ? (y’a des appli qui sont pas mal) ou peut-être de la sophrologie ?

    (et oui le timing du collège pour passer en tolérance zéro n’est pas le bon.)

4 sujets de 1 à 4 (sur un total de 4)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Rejoignez gratuitement [user_count] les membres d'EPI !

Devenez gratuitement membre d'Enfants Précoces Info

Vous n'êtes pas encore membre d'Enfants Précoces Info ? Inscrivez-vous sans tarder pour participer au forum, rejoindre les groupes thématiques et régionaux, tisser des liens avec d'autres membres.

Je m'inscris