Aller au contenu

DIfficultés dans la fratrie

Vous pouvez parcourir les forums librement. Pour prendre part à une discussion ou entamer un nouveau sujet, vous devez être membre d'EPI et connecté.

Je m'inscris gratuitement

Vous pouvez parcourir les forums librement. Pour prendre part à une discussion ou entamer un nouveau sujet, vous devez être membre d'EPI et connecté.

Rejoignez gratuitement [user_count] les membres d'EPI !

Devenez gratuitement membre d'Enfants Précoces Info

Vous n'êtes pas encore membre d'Enfants Précoces Info ? Inscrivez-vous sans tarder pour participer au forum, rejoindre les groupes thématiques et régionaux, tisser des liens avec d'autres membres.

Je m'inscris

Enfants Précoces Info Forums Vos recherches DIfficultés dans la fratrie

3 réponses et 4 participants
Dernière mise à jour par Frederic Z il y a il y a 3 années et 8 mois.

4 sujets de 1 à 4 (sur un total de 4)
  • Auteur
    Messages
  • bonjour,
    maman de 4 enfants (de 2010 à 2017)
    Nous ^pratiquions l’école à la maison depuis novembre 2017
    Mon aîné, à l’aube de ses 7 ans, a été testé (sous conseil du responsable péda qui a fait notre inspection), et reconnu THP.
    je me suis sentie” soulagée” de mettre des mots sur ce que nous vivions à la maison, et ravie de confirmer que notre fils a une certaine douance.
    Cependant, et avec l’arrivée de notre 4ème bébé, la vie à la maison devenait impossible.
    Les 2 grands ont donc pris le chemin de l’école. Cependant les relations de notre aîné avec les plus jeunes ne sont pas “améliorés”.
    …et puis il a découvert les insultes, les coups bas, la bagarre, le mépris, la moquerie… à forte dose, dans la cour de l’école…
    J’arrive à un stade où je ne peux plus accepté son comportement, mais je ne sais plus comment m’y prendre.
    Il est très méprisant, insultant, irrespectueux, insolent, et a un rapport très particulier à l’effort…
    J’aime mon fils, et j’ai du mal à peindre un mauvais tableau de lui, mais… je craque!
    Connaissez-vous aussi des difficultés dans la fratrie? avez-vous des pistes à me suggérer?
    merciiiiii 🙂

    Bonsoir. Je suis maman de 3 enfants. 21,11 et 7 ans. Les difficultés que vous rencontrez sont difficiles pour une maman. Mon enfant de 11 ans est précoce, depuis sont entrèe au collège très compliquée (harcelement) pouriant très vite resolu notre fils ne supporte plus sont petit frère . On n arrive pas à comprendre. Il est insolent, pense qu on l aime moins que son frère, il est sans cesse en conflit avec sa soeur. Je n en peux plus. Je suis fatiguée d expliquer. J’ai mal à mon coeur de mère de le voir aussi agressif avec son petit frère surtout. Il nous dit souvent qu il aurait préféré être enfant unique. Pourtant on sent qu’il l aime son frère mais il ne le supporte pas. Il est moqueur. Alors que c’est un enfant calme, très calme il peut piquer d énormes colères contre son frère. Il est jaloux alors qu on s occupe de lui sans cesse à veiller sur son bien être. Depuis quelques temps la maison tourne autour de lui.
    Le punir quand il est désagréable c’est fini ça ne change rien. S énerver non plus il ne comprend pas. Alors le seul moyen c est de passer du temps seul avec lui avec moi ou avec papa. Ça lui donne l impression d être unique ça l apaise . On arrive à passer des moments calmes et sereins ce qui lui fait du bien et à sa soeur et son frère aussi.
    Mais à long terme c’est compliqué de se diviser en 3….

    Je vis ça aussi à la maison (9 ans et 5anset demi) le petit est reconnu précoce par de nombreuse personne sans test (sa psychothérapeute qui suivait le petit m’a dit : “Il est bien à un bon 130” la pédiatre du CAMSP m’a dit “il au dessus, n’hésitez pas à la stimuler”

    Je reconnais le grand dans la description de l’enfant à double étiquette.

    Mais le grand est jaloux du petit car :
    – Son petit frère ne souffre pas de sa maladie chronique.
    – Son petit frère sait lire alors que pour lui la lecture en CP-CE1 a été difficile et là en CE2 ça va mieux mais c’est encore un exercice qui l’épuise et quand il est épuisé sa lecture redevient laborieuse.
    – Son petit frère ne souffre pas de dépression, car mon grand en souffre : il se frappe, se dévalorise, a des TOC, il est malheureux. (Il est suivi au CMPP)
    – Il pense qu’on préfère son petit frère.

    Du coup, bien qu’il adore son petit frère y’a des moments où il ne le supporte pas. Le petit chante, fredonne à tout bon de champs et le grand ne le supporte pas, lui hurle dessus, parfois le frappe.
    “J’aime pas sa façon de lire, il hache les mots” bin écoute c’est normal au début, tu faisais pareil !
    “Mon frère est meilleurs que moi” Non vous avez des qualités différentes.
    sans parler de l’impact de sa maladie sur son humeur (c’est un fait connu)

    Par dessus le marché, le petit est en dyssynchronie et ne gère pas ses émotions (surtout les négatives) au moindre désaccord c’est des cris et des hurlements. (les émotions positive aussi débordent mais c’est plus facilement gérable)

    Pour tout dire j’appréhende les vacances ils vont être ensemble non-stop.

    Bonjour,

    L’important dans une famille où les enfants sont reconnus (testés pour certains) IEP, THP, est d’accorder à chacun une attention, une reconnaissance et valorisation… “identique”. Cela est plus facile à dire qu’à faire et cela passe par des petits mots, gestes du quotidien adressés à chacun.

    Quelques éléments à noter :
    – les enfants à haut potentiel sont en quête d’émulation, de “confrontation à l’autre, de se pousser dans les retranchements sur le plan intellectuel. C’est un esprit de compétition qui sur le fond est dans un bon esprit.
    – La difficulté provient dans leur profond sentiment de justice, leur plus ou moins aisance à gérer leurs émotions (dont la frustration). Celles-ci entrainent alors des tensions
    – Un enfant à haut potentiel doute et a besoin d’être rassuré ; dans une fratrie (comme dans la vie à l’extérieur), il se compare aux frères et soeurs comme également aux autres enfants et s’il a un résultat moindre qu’escompté, ou une valorisation moindre à ses yeux que l’effort qu’il a produit, il “prend alors un coup” dans son estime de soi et sa confiance en soi. Ses émotions prennent le dessus d’où des réactions parfois “violentes” ou disproportionnées par rapport à l’objet / l’origine.
    – Un enfant à haut potentiel intériorise beaucoup et “accumule” en lui ce qu’il reçoit, ressent. Lorsqu’il arrive en situation de “trop plein”, il “explose” car il a besoin d’exprimer ce qu’il ressent et ce qu’il gardait en lui. C’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase et provoque cette réaction alors que l’origine sur le jour est infime.
    – La sensibilité de ces enfants fait que l’évènement relationnel assimilable à une piqure d’épingle est ressenti comme un “arrachage de bras”. Par accumulation de ces “piqures”, il arrive un moment où un fait anodin va faire ressortir tout ce qui s’est accumulé !

    Voici quelques éléments qui, je l’espère, pourront vous être utile !

4 sujets de 1 à 4 (sur un total de 4)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Rejoignez gratuitement [user_count] les membres d'EPI !

Devenez gratuitement membre d'Enfants Précoces Info

Vous n'êtes pas encore membre d'Enfants Précoces Info ? Inscrivez-vous sans tarder pour participer au forum, rejoindre les groupes thématiques et régionaux, tisser des liens avec d'autres membres.

Je m'inscris