Et si votre enfant était surdoué ?

Et si votre enfant était surdoué ?

Bonjour

Vous pouvez parcourir les forums librement. Pour prendre part à une discussion ou entamer un nouveau sujet, vous devez être membre d'EPI et connecté.

Rejoignez gratuitement 13778 les membres d'EPI !

Devenez gratuitement membre d'Enfants Précoces Info

Vous n'êtes pas encore membre d'Enfants Précoces Info ? Inscrivez-vous sans tarder pour participer au forum, rejoindre les groupes thématiques et régionaux, tisser des liens avec d'autres membres.

Je m'inscris

2 réponses et 2 participants
Dernière mise à jour par Françoise il y a il y a 4 mois.

3 sujets de 1 à 3 (sur un total de 3)
  • Auteur
    Messages

  • Participant

    Bonjour,

    Je m’appelle Aurélie et je suis la maman de Lucas âgé de 7 ans qui est en grande difficulté scolaire.

    Petit il était très en avance et très éveillé, avait intégré une classe a double niveau pour cette raison en moyenne section, avait un très bon niveau de langage et petit jouait avec le sens des mots.

    Pour des raisons professionnelles j’ai du déménager en outre mer, malheureusement ma mère est décédée quelques mois après mon départ.
    Lucas a été très perturbé par cet événement( tous ses autres référents affectifs sont décédés entre sa naissance et ses 5 ans) , s’est mis en refus d’apprentissage et a développé d’importants troubles affectifs (ce que j’appelle le syndrôme de « peter pan »: refus de grandir car = vieillir= mourir).

    J’ai alerté a de nombreuses reprises l’école en grande section à sur la nécessité d’une prise en charge, et d’avoir une AVS. J’ai eu des visites pour la forme. L’instit qu’il a eu en grande section était géniale et a su le prendre correctement, ce qui je pense a permis de masquer beaucoup de troubles.

    Parallèlement j’ai harcelé la pmi et j’ai réussi a avoir une place en CMPI pour un suivi psychologique.
    Franchement le néant, pendant un an le psychologue ne « voyait pas le problème » le trouvant parfaitement normal!!! « Lucas il faut écouter ta maman »

    Un enfant de 5 ans qui se met en danger volontairement, se roule par terre de colère, qui panique quand il me perd de vue 5 minutes et s’enfui de l’adulte qui en a la garde, se réveille la nuit pour vérifier si sa mère est encore vivante…je n’appelle pas ça normal, ni aller bien…

    Du coup bien évidemment le CP fut une catastrophe, la communication avec l’école est très difficile avec des choses faites que je juge (excusez moi du terme) complètement débile (la directrice l’a convoqué et l’a menacé de l’exclure pour des problèmes de comportement sans me prévenir avant et avoir jugé bon de me prévenir qu’il était perturbateur). La directrice n’a pas compris que je soit choquée de ce fonctionnement… ce qui a eu pour effet que mon fils fasse encore plus de bêtises pour se faire virer de l’école et rester avec moi.

    J’ai réglé le problème a la maison en lui montrant des bidons ville de ses camarades de classes, en lui demandant si ça l’intéressait de vivre là dedans, car si il ne va plus à l’école je n’ai plus de travail et on ne peut plus payer de logement.

    Depuis il se trouve des enfants plus âgés que lui, qui acceptent d’être ses parents (ses papa et maman qu’il appelle comme ça la journée) et qui le materne pendant l’école car je le « laisse la journée ».

    Ce qui fait un scandale dans l’équipe éducative.
    Je passe les problèmes de harcèlement, une élève le frappait car il était nul, l’instit tolérait et a remis en cause Lucas en lui disant en gros qu’il l’accusait pour se déresponsabiliser de sa nullité.

    J’ai donc rédigé un courrier indiquant que je restais le représentant légal, expliquant la souffrance de mon fils dans ses apprentissages, qu’il était sans cesse dénigré et dévalorisé alors qu’il avait bien d’autres centres d’intérêt et connaissances que les autres enfants n’ont pas, qu’il n’avait pas a être puni/pénalisé pour des devoir que JE ne lui fait pas faire,qu’il ne ferait pas plus de 30 min de travail scolaire le soirs car il était désormais hors de question que les devoirs durent deux heures dans les larmes. Parallèlement j’ai indiqué que si l’équipe éducative ne réglait pas le problème avec l’autre enfant, je m’en chargerait directement à la sortie de l’école.

    Le suivi psychologique en CP a été quasi inexistant, absence de professionnel puis un autre « tout va bien ». J’ai redemandé avec insistance une avs sans succès, mais obtient un suivi avec un psychomotricien, Lucas n’est pas latéralisé ce qui dérange car ce n’est pas possible à son âge on est soit droitier soit gaucher mais pas les deux.

    Il est passé en CE1, les troubles persistent, il ne rentre pas dans la lecture et l’écriture, a des difficulté d’organisation, reste sur son bureau a rien faire.
    Changement de psychologue au cmpi, qu’il a vu une fois et qui depuis annule tous les rdv.
    L’équipe scolaire qui pense très sérieusement que Lucas se fout de leur gueule, ou qu’il est très déficient (je leur ait dit que ce n’était pas le cas, qu’il avait juste des centres d’intérêts très différent), commence sérieusement à le prendre à parti, il est dénigré, rabaissé parfois devant moi.

    Toutes les choses que j’ai mis en place pour améliorer la situation sont systématiquement abandonnées par l’école comme des cahiers que j’ai fourni pour que je puisse être informée d’éventuels problèmes de comportement/travail (la maîtresse n’a pas que ça à faire).
    Avec la psychologue scolaire qui soupçonne une dyslexie (enfin l’école admet des troubles), nous avons décidons de faire un test de QI pour infirmer ou non la dyslexie pour faire enfin cette demande d’AVS.
    La psychologue scolaire ayant un bon contact avec Lucas, il a accepté de faire le test.

    La psychologue scolaire m’a informé qu’a un moment elle a essayé de lui faire arrêter pensant le reste bien au dessus de son niveau et il a eu un résultat qu’elle ne pensait pas obtenir ICV:132 et des résultats bien en dessous pour l’écriture/lecture qui ont baisser la moyenne de son test, qu’elle attribue à une dyslexie et le psychomotricien une dysgraphie.

    J’ai donc pris la décision de voir une psychologue libérale, qui pense que Lucas est un élève à haut potentiel qui a mis en place spontanément des stratégies de contournement et d’évitement de ses difficultés afin de ne pas s’exposer. Il présente également d’autres signes: hyperémotivité, difficultés à s’organiser se cadrer, sens aigu de l’injustice, centres d’intérêts différents des enfants de son âge, cherche à comprendre un fonctionnement et désinvesti tout ce qui est répétitif…

    Aujourd’hui Lucas est tellement en souffrance qu’il ne veut plus aller à l’école et trouve pleins d’arguments pour: il ne voit pas l’intérêt, se trouve assez intelligent qu’il y a d’autres moyens d’apprendre que l’école, que si il apprend plus ça va effacer d’autres choses dans son cerveau donc que ça ne sera pas plus bénéfiques, il apprend mieux avec moi qu’en classe et c’est plus intéressant (en classe il ont fait Paris et la tour Eiffel, je lui ait payé le voyage pour ses 7 ans car c’était son rêve de pouvoir voir sa structure mais on n’a pas eu le temps de faire le Louvre qu’il voulais aussi découvrir), il dit aussi que la vie est (trop) courte qu’il ne faut pas perdre ce temps à faire des choses qui nous rendent malheureux et utiliser son temps à des choses positives (on en reviens au décès de ma mère), qu’il a le droit d’être heureux et de décider de sa vie même si c’est un enfant….

    Quand on lui demande ce qu’il aimerait faire plus tard: inventeur pour fabriquer un coeur robot qui permette de vivre éternellement, activiste greenpeace ou gardien de parcs naturels au Kenya pour traquer les braconniers (il adore les animaux et l’environnement), la maîtresse perçoit ça également comme une provocation.

    Tout ce qu’il aime n’intéresse pas le cadre scolaire (musique, arts, environnement, animaux, constructions, les inventions, le recyclage…), la maîtresse devient de plus en plus inadaptée avec lui, critiques quotidiennes (sa coiffure, ses vêtements, il n’a pas d’amis, les jeux « choquants » avec les grands papa/maman…).

    Pour la rencontre parents profs j’ai été choquée par l’état de son bureau, un bordel pas possible des feuilles volantes pas classées de partout, on y retrouverait pas un chat.

    La maîtresse qui me redit qu’il ne comprend rien, ne fout rien qu’il ne sait même pas faire une addition, quand je lui dit qu’à la maison il fait des soustractions avec retenue qu’elle a demandé dans les devoirs elle me répond que « lui c’est pas de son niveau c’est évident que si c’est marqué dans son cahier que lui ne le fait pas et que si il n’arrive pas les additions c’est de ma faute car je le mélange » je passe le reste un dialogue de sourds (et surtout ça veut dire qu’elle ne vérifie pas ses devoirs).

    Et la semaine suivante elle l’a privé de devoirs car il n’a pas écrit car il n’avait pas de stylo (Lucas me dit qu’elle lui vole ses stylos), je suis allé la voir le jour même, elle a maintenu sa décision pour que ça lui serve de leçon! Il doit assumer ses responsabilités!

    Depuis je l’ai déscolarisé tout en sachant ce que je risque, j’ai l’impression qu’ils sont en train de détruire mon enfant psychologiquement, qu’ils le laissent pourrir dans un coin de classe, et se venge sur lui de leur incapacité à le prendre en charge.
    J’ai réussi à contacter la psychologue scolaire pour lui dire que Lucas ne remettrait pas les pieds à l’école dans ces conditions et tant que ce qui avait été décidé par l’équipe éducative en décembre ne serait pas mis en place, j’ai rendez-vous lundi mais je suis dans un tel état d’énervement contre eux que je ne sais pas si je vais être en capacité de dialoguer sereinement avec eux.

    A ce jour j’envisage de le déscolariser, mais financièrement c’est pas possible à moins de faire une reconversion professionnelle. J’ai pris rendez-vous avec un directeur d’école pour envisager un changement d’établissement mais cette école à un niveau scolaire vraiment très bas.

    J’ai l’impression d’être au pieds du mur sur le plan scolaire, je ne sais pas quoi décider pour l’année scolaire.

    Désolée pour le pavé, je crois que moi aussi j’avais bien besoin d’évacuer tout ça.


    Admin bbPress

    Bonjour,

    La situation de votre fils est très compliquée, difficile et je pense que sur ce plan il faut à la fois tenir compte de son haut potentiel pour l’aider à gérer ce qu’il vit mais faire la part des choses entre les problèmes affectifs et le traumatisme lié à la perte et le suivi de sa scolarité avec hp.
    En effet si votre enfant est hp, sa sensibilité fait que ses craintes par rapport à tout son vécu peuvent être très intenses et méritent d’être comprises et en ce sens il a sans doute besoin d’une aide psychologique pour surmonter tout ça, avoir confiance dans les autres, en la vie, de préférence un psy qui comprenne le haut potentiel.
    Par contre pour l’école, son haut potentiel est aussi à prendre en compte et il y a lieu de définir en quoi sa scolarité a besoin d’être adaptée si ennui… par contre il doit comprendre que s’il veut un jour satisfaire ses envies (nature…), cela passe par l’instruction, la lecture, l’écriture… et que l’école est là pour l’y aider à condition de se trouver à la bonne place. C’est donc là aussi à la psy de lui redonner confiance en l’adulte pour l’aider à grandir et de vous dire (je pense effectivement aux stratégies de contournement) à la lueur du bilan ce qu’il faut faire en détails (lettre motivée) pour sa scolarité : quelles facilités pour lui permettre d’avancer plus vite, quelles difficultés et quel suivi.
    Voilà globalement je crois qu’il faut vous fier à l’avis motivé de la psychologue qui sera ainsi un tremplin entre vous et l’école, demander selon ses préconisations l’aide de l’école et surtout faire en sorte que votre fils puisse grandir malgré son triste passé et avec ses caractéristiques d’enfant à haut potentiel assumées et gérées par les adultes qui l’entourent.


    Admin bbPress

    A tout hasard je vous mets un lien vers le message d’emily Markour que nous venons de recevoir, responsable de l’anpeip Guyane : https://www.enfantsprecoces.info/groupes/guyane/forum/topic/association-anpeip/

3 sujets de 1 à 3 (sur un total de 3)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Rejoignez gratuitement 13778 les membres d'EPI !

Devenez gratuitement membre d'Enfants Précoces Info

Vous n'êtes pas encore membre d'Enfants Précoces Info ? Inscrivez-vous sans tarder pour participer au forum, rejoindre les groupes thématiques et régionaux, tisser des liens avec d'autres membres.

Je m'inscris