Re:On peut presque parler de précocité…


Françoise
Admin bbPress

Bonjour,

Pour vous répondre, à votre place j’essayerais de remonter un peu dans le temps, c’est à dire essayer de situer à quel moment et dans quelles circonstances a été constatée la dyspraxie de votre fille.

Je dis ceci parce que la précocité est un mode de fonctionnement à part qui peut entraîner de nombreux troubles, qu’en l’absence de diagnostic exact on peut parfaitement mettre sur le compte de dys…., c’est un peu un phénomène à la mode, malheureusement. Il peut aussi y avoir précocité et dys, ou précocité et maladresses exagérées du fait de la précocité, ou simplement dys…, l’essentiel étant d’avoir toutes les données et le bon diagnostic.

A titre d’exemple nous avions un enfant normal voire parfait jusqu’à son entrée en maternelle où à notre grande surprise on nous disait qu’il était très maladroit, ne savait pas tenir un stylo, ne bougeait pas, ne parlait pas, d’où orthophonie, psychomotricité….alors que le problème était ailleurs.

Je me poserais donc les questions suivantes :

– comment était votre fille bébé ? et à 3 ans, qu’est-ce qui a changé à 4 ans ?  A l’école, à la maison ? Qui a parlé de dyspraxie, pourquoi ?

– la dyspraxie de votre fille peut-elle être assimilée à une incapacité permanente et dans tous les cas à effectuer certains actes ou seulement dans des circonstances particulières ? Pourrait-ce être un manque d’envie ou de motivation ? Quand une activité lui plaît a t-elle les mêmes difficultés ?

Ces questions vous permettront peut être de revoir les problèmes de votre fille sous un autre jour, et à ce moment là, si vous avez des doutes, il ne faudrait pas hésiter à consulter un spécialiste (pour la précocité psychologue spécialisé, pour la dyspraxie neurologue me semble t-il, ceci pour dire que les symptômes peuvent se ressembler mais que leur origine peut être très différente).

En espérant vous aider un peu, bon courage.