Et si votre enfant était surdoué ?

JE FAIS LE TEST

Répondre à : Future maman albatros (en couple!) cherche conseils auprès d'autres mamans.

Bonjour Cassandre,

Mon tendre a eu – juste une fois – la même réflexion en me voyant me prendre la tête pour tout et n’importe quoi. Les paroles malheureuses, il en a eu son lot, les pleurs c’est pour un rien, même lorsque c’est en réaction à un stimuli positif.

Je suis incapable au niveau de la grossesse de vivre pleinement l’instant présent. Du moins, une partie de moi est ailleurs (ça doit être mon côté alien « petit gris »). Les hormones ainsi que ma nature hypersensible y sont pour beaucoup je pense aussi. Déjà, à la base, je suis naturellement dans la lune, ailleurs.

Je n’arrête pas intérieurement d’anticiper, c’est pratique pour visualiser un projet dans sa forme finale – je travaille dans la « créa » – mais vis à vis du petit tchoupi qui n’est pour l’instant qu’à l’état de foetus, ça me parasite plus qu’autre chose. J’ai toujours peur qu’il lui arrive quelque chose.

Il n’y a que lorsque je suis encrée dans une activité où tout mon esprit s’hyperfocalise dessus naturellement : illustrations, crayonnés, travaux en graphisme, mise en page, rédactionnel, travailler mon violon, travailler des mouvement de boxe avec mon tendre (on fait attention et ça permet de régler pacifiquement quelques menus désaccords de couple 😛 ) ou bien me concentrer sur un livre rédigé en anglais etc où j’arrive à souffler. Et les moments où je dois lâcher prise pour me reposer, toutes mes émotions reprennent le dessus en bloc. Au niveau des sensations physiques, c’est comme si on m’avait à la fois fait ingurgiter des somnifères et des amphétamines.

J’en suis bientôt à mon cinquième mois, c’est mon premier. J’ai commencé très tôt à le sentir bouger, j’étais complètement déboussolée lorsque ça a commencé. C’est comme si nous étions deux âmes partageant un même vaisseau. Je suis devenu complètement animal au niveau de l’instinct, il y a des périodes où je ne supporte plus le contact physique, les bains de foules lorsque je dois sortir, je les évite. Je ressens les émotions positives et malheureusement négatives des gens à la base, mais alors, dans un endroit clôt, c’est la totale et ça me pollue. J’en ai des poussées de colères intérieures, l’impression d’être entourée d’une population de singes.

(Oo) Je suis à la base tout le temps en mouvement, en condition (je suis une sportive, j’ai besoin de ma dose d’endorphine), au taquet en cas de danger prête à réagir et là, je dois apprendre à me remettre à mon homme en cas de danger physique. Je fatigue très facilement, mon niveau d’énergie vitale fluctue rien que d’avoir l’esprit parasité par le trop plein d’émotions ou d’avoir absorbée les émotions négatives des autres. Avec la grossesse, c’est pire.

Au niveau de ma physionomie, je suis fine et j’ai la musculature d’une coureuse de fond. J’ai toujours eu du mal à prendre du poids, je brûle tout malgré une bonne fourchette, je suis à fond dans le beurre de cacahuète et ça ne me pose pas de problème de m’enfiler un camembert pour moi seule en guise de quatre heure. Mon tendre hallucine lorsqu’il me voit ne pas prendre un poil de couenne malgré tout ce que j’ingurgite. Avec la grossesse, mon poids a réussit à augmenter un peu, ça c’est super positif. Espérons que je ne reperde pas une fois passé l’accouchement.

Pourtant je suis heureuse de porter notre enfant, mais rien que d’imaginer dans quel monde il va tomber, même avec des parents qui savent d’où ils viennent et où ils vont, je ne peux m’empêcher d’imaginer la souffrance qui va découler de cette déception lorsqu’il commencera à interagir avec ses semblables humains. Les enfants sont les pires. Le premier réflexe qui m’est venu, c’est d’insister auprès de mon tendre pour qu’il lui apprennent rapidement la boxe, surtout si c’est une fille. On vit dans un monde sans pitié vis à vis du sexe dit « faible », autant lui apprendre à défendre son espace vital de manière expéditive en cas de force majeure.

Voilà pour le pavé de mots, je tape un peu en vrac …
Je ferai mieux la prochaine fois.

Merci en tout cas d’avoir pris le temps de me lire. 🙂