Répondre à : Et de deux !

Bonjour Sabrina,

une petite question, juste comme ça : comment se présentent actuellement les interactions frère-soeur entre la grande et le petit Soan ? 🙂 Ont-ils des passions communes (si oui, ça peut être une piste de solution afin de créer un « levier » pour « coacher » Soan au niveau du comportement) ? S’entendent-t-ils bien, moyennement bien, super bien ?

Je sais que par exemple dans mon cas, en tant que grande soeur dépistée précoce (j’avais 6 ans) – et c’est surtout à lire comme une anecdote mais si ça peut vous aider, c’est tant mieux 🙂 – le fait de m’avoir confier une « mission » à 8 ans, à savoir : « encadrer » mon petit frère de trois ans de différence d’âge dans son apprentissage de la lecture nous avais beaucoup rapproché lui et moi – déjà que nous avions l’habitude de faire les pitres (plus on est de fous, plus ont rit) – et il arrivait à mieux se concentrer… On partageait aussi la passion commune du dessin – son truc à lui, c’était les mammifères marins et les requins -.

Ps : concernant les interaction frère-soeur entre adulte, cela fut une autre paire de manche, mais ça, c’est le lot dans toute fratrie qui évolue sur le chemin de la vie.

J’espère ne pas avoir été trop dispersée dans mon explication.
Bon courage. Quand j’avais 5 ans, j’avais l’impression d’être dopée du soir au matin au red-bull, dur dur de tenir en place lorsque l’ennui se fait sentir. J’adorais en CP « chantonner » la chanson des 7 nains en boucle, ça faisait rire mes petits camarades.