Et si votre enfant était surdoué ?

Et si votre enfant était surdoué ?

Accueil » L'enfant précoce » La psychologie des enfants précoces » Comment combattre le syndrome de l’imposteur chez les personnes surdouées ?

Comment combattre le syndrome de l’imposteur chez les personnes surdouées ?

Ce mois-ci, Arielle Adda, psychologue, auteur de Psychologie des enfants très doués, consacre sa chronique mensuelle au sujet du sentiment d’imposture chez les personnes surdouées, enfants ou adultes.Selon Arielle Adda, les individus surdouées, jeunes ou moins jeunes, seraient nombreux à ressentir la sensation de vivre dans une continuelle imposture, ce qui peut parfois les mettre en difficulté, comme, par exemple lorsqu’il s’agit de subir une épreuve scolaire ou universitaire, mais aussi au travail.

Une des caractéristiques les plus fréquentes des personnes douées est incontestablement le sentiment d’imposture. On retrouve cette notion à tout âge et quel que soit l’enchaînement des idées qui l’a fait apparaître. Il paraît donc judicieux de la traiter de façon spécifique. Quand on aborde la personnalité des personnes douées, on retombe toujours sur cette notion d’imposture, même si, a priori, le sujet traité en était bien éloigné. Elle exigerait donc un traitement particulier. Il semblerait presque que les personnes douées, adultes ou enfants, vivent depuis toujours avec cette idée d’imposture : elle ferait tellement partie de leurs réactions et de leur mode de pensée qu’elles ne l’identifient même pas comme telle.

La victime du syndrome de l’imposteur pense ne pas mériter les succès qu’elle obtient et les attribue à la chance plus qu’à son travail ou à ses capacités personnelles. Elle est convaincue que cela ne peut pas durer et que son imposture va , un jour ou l’autre, éclater aux yeux de tous. La honte et la crainte d’être démasqué en temps qu’usurpateur la rongent.

Sans s’en rendre compte, l’entourage de la personne surdoué concernée joue parfois un rôle dans l’installation de ce trouble. Ce peut-être le cas des parents, qui, très tôt, mettront le bon mot ou l’esprit de logique de leur enfant sur le compte de sa bonne mémoire plutôt que de ses capacités intellectuelles hors norme. A l’école, l’enseignant lui même, lorsqu’il peine à considérer un élève doué mais désinvolte à sa juste valeur contribue à renforcer ce sentiment d’imposture qui hante, déjà, l’enfant ou l’adolescent.

Le professeur ne s’y est pas trompé, pense l’élève accablé, il s’est vite rendu compte que ma copie a été inspirée par un heureux hasard, elle n’aurait pas été aussi bonne un autre jour. Je ne dois surtout pas espérer que cette chance se reproduise. Quand on dit d’un élève qu’il « a des facilités » on laisse entendre qu’il n’est pas particulièrement intelligent, mais qu’il sait utiliser ses connaissances au bon moment alors qu’elles sont pourtant superficielles, tout comme cet élève trop léger à la personnalité difficile à cerner.

Quand le syndrome de l’imposteur s’installe, il est très difficile de s’en débarrasser. Les jeunes précoces qui en sont affligés le traînent souvent comme un boulet durant leur vie d’adulte, que ce soit dans le milieu professionnel ou, même, et comme le souligne Arielle Adda, au sein de leur couple.

Voilà pourquoi il est important de combattre dès  le plus jeune âge toute idée fallacieuse d’imposture chez les petits précoces. Dans sa chronique, Arielle Adda nous donne comme à l’accoutumée quelques conseils judicieux , que je vous invite à découvrir directement sur le journal des femmes.

Soutenez notre campagne pour informer 5.000 écoles sur l'enfant précoce et ses besoins !

Avec votre soutien, nous allons éditer une plaquette d'information qui sera envoyée  à 5.000 écoles dans un premier temps.

Pour mener cette opération à bien, nous avons absolument besoin de votre participation. Sans vous, rien ne sera possible.

Pour vous remercier de votre contribution, nous enverrons une plaquette aux établissements scolaires de votre choix.

Comme plus de 400 participants, aidez-nous à mettre en place cette campagne d'information qui fera bouger les choses pour nos enfants.

Je m'occupe d'Enfants Précoces Info depuis 2002. Je publie des articles et j'interviens sur la partie technique du site. J'essaye aussi de le faire évoluer pour qu'il soit le plus utile possible et qu'il vous rende les meilleurs services dans l'accompagnement de vos enfants. Je suis le papa de quatre enfants précoces nés entre 1997 et 2012 et, à ce titre, j'essaye de vous faire partager mon expérience.

1 commentaire

  1. PRUDENTOS sur 20 novembre 2018 à 8 h 50 min

    Tout à fait ! on ne pourrait mieux l’exprimer – je vis cela avec mon fils de 17 ans ! c’est compliqué ! comment faire ! les structures du système ne s’y intéresse pas – c’est donc par conséquent à ces enfants, laisser en retrait, critiqués, mal jugés et aux parents de s’en débrouiller – on nous dit, le système est ainsi, il faut faire avec ! en gros ce n’est pas cette minorité qui les intéresse – Néanmoins certains professeurs, quant ils s’en rendent compte, par le simple fait que tout d’un coup ce type d’élève soudainement obtient la meilleure note de la classe ! alors on le décrit comme hyper-actif – point barre !
    En primaire, d’autres, ennuyés, à cause de leur raisonnement du « bien pensant », allaient même jusqu’à cacher la copie de mon fils! – un vrai parcours du combattant!
    Et en attendant, l’enfant reste dans cette souffrance… les parents avec !

Laissez un commentaire






593 familles agissent déjà avec nous au service des enfants précoces.

53 % de l'objectif est atteint, participez vous aussi maintenant !