Et si votre enfant était surdoué ?

Et si votre enfant était surdoué ?

Accueil » L'enfant précoce et l'école » 10 idées simples pour bien accompagner les enfants précoces à l’école

10 idées simples pour bien accompagner les enfants précoces à l’école

Quand on parle de l’école et des enfants précoces, il est souvent plus facile de demeurer dans une posture critique que d’être constructif. Pour dépasser cette facilité, nous sommes en train de réfléchir au contenu de la plaquette d’information qui sera éditée et envoyée aux écoles dans le cadre des 10 projets pour les enfants précoces que nous menons avec votre participation.

Nous avons déjà eu l’occasion de publier un article sur les pratiques éducatives à l’école sous un angle négatif, intitulé 10 idées pour dégoûter un enfant surdoué de l’école.  Voici aujourd’hui une liste plus positive qui pourrait servir de trame à l’une des partie de la plaquette informative pour les enseignants. Nous vous invitons à la compléter par vos suggestions dans les commentaires ci-dessous.

Voici donc 10 idées simples qui, appliquées par les professeurs, suffiront bien souvent à faire le bonheur d’un enfant précoce à l’école :

  • Soyez à leur écoute. Dites-leur que vous comprenez leur soif d’apprendre et trouvez un moyen de l’étancher;
  • Montrez de l’enthousiasme pour les sujets qui les passionnent quand ils vous en parlent;
  • Rien ne vous oblige à répondre à toutes leurs questions. Vous ne pouvez pas tout savoir. Mais vous pouvez apprécier leur curiosité et les orienter vers des ressources utiles qui leur permettront de trouver des réponses à leurs interrogations;
  • Ne craignez pas d’enrichir votre cours avec des livres ou du matériel supplémentaire. Si vous le pouvez, faites de temps en temps venir des visiteurs intéressants (spécialistes d’une question particulière, professionnels, passionnés…) dans votre classe. Cela bénéficiera à tous les élèves;
  • Pour eux spécifiquement, supprimez les exercices ou les cours qui enseignent ce qu’ils savent déjà. Vous pouvez les remplacer par des projets qui tiennent compte de leurs intérêts;
  • Invitez-les à travailler ponctuellement avec d’autres enfants surdoués. Il est important qu’ils fréquentent des enfants qui partagent leur mode de raisonnement ou leurs centres d’intérêt. C’est le meilleur moyen de lutter contre l’effet Pygmalion négatif et la dévalorisation qui les guette s’ils ne peuvent bénéficier de l’effet miroir bénéfique que permet seul la fréquentation d’enfants qui leur ressemblent ;
  • Ne négligez pas le fait que certains enfants précoces peuvent avoir des difficultés d’apprentissage en plus de leurs dons. N’hésitez pas à aborder ce sujet avec les parents concernés le cas échéant;
  • Les enfants précoces ont souvent une sensibilité particulière et paraissent plus émotifs que la plupart de leurs camarades. Il faut en tenir compte et ne pas hésiter à les rassurer au besoin;
  • Vous devriez les laisser travailler à leur rythme chaque fois que cela est possible. S’ils ne rendent pas tous leurs devoirs dans le temps imparti, cherchez-en la raison mais ne supposez pas à priori qu’ils sont paresseux.  Dans le cadre des projets spécifiques qu’ils mènent, vous pouvez être flexibles dans les délais ; s’ils sont réellement passionnés par le sujet, vous pourriez être étonné par le degré d’aboutissement ou la forme particulière qu’ils auront choisie pour leur travail;
  • Vous ne pouvez pas être toujours parfait ; or les enfants précoces ont souvent un grand sens de la précision. Vous devez comprendre que s’ils corrigent parfois vos erreurs, ce n’est pas pour vous mettre dans l’embarras mais parce que ce besoin de précision et de clarté s’exprime. En adoptant naturellement ce genre de comportement, ils ne pensent pas à mal mais veulent aussi aider leurs camarades à y voir plus clair. Vous pouvez très bien leur expliquer en aparté, après le cours, que leur réaction n’est pas adaptée au fonctionnement du groupe et qu’il serait préférable pour tous que, la prochaine fois, ils viennent vous voir après la classe.

Toutes ces préconisations sont des idées de simple bon sens. Nous entendons bien les remarques des enseignants qui invoquent l’hétérogénéité trop marquée des classes ou le manque de moyens matériels pour pointer la difficulté qu’il y aurait à les mettre en oeuvre. Sans doute y’a-t-il du vrai dans ses explications mais peut-on s’en satisfaire quand il en va de l’avenir, voire de la santé, des enfants ?

Vous souhaitez que nous informions les enseignants à propos des enfants précoces et de leurs besoins ? Contribuez sans tarder à notre campagne de financement participatif pour nous permettre de toucher le maximum d’établissements scolaires.

Soutenez notre campagne pour informer 5.000 écoles sur l'enfant précoce et ses besoins !

Avec votre soutien, nous allons éditer une plaquette d'information qui sera envoyée  à 5.000 écoles dans un premier temps.

Pour mener cette opération à bien, nous avons absolument besoin de votre participation. Sans vous, rien ne sera possible.

Pour vous remercier de votre contribution, nous enverrons une plaquette aux établissements scolaires de votre choix.

Comme plus de 400 participants, aidez-nous à mettre en place cette campagne d'information qui fera bouger les choses pour nos enfants.

Je m'occupe d'Enfants Précoces Info depuis 2002. Je publie des articles et j'interviens sur la partie technique du site. J'essaye aussi de le faire évoluer pour qu'il soit le plus utile possible et qu'il vous rende les meilleurs services dans l'accompagnement de vos enfants. Je suis le papa de quatre enfants précoces nés entre 1997 et 2012 et, à ce titre, j'essaye de vous faire partager mon expérience.

2 commentaires

  1. Anne sur 27 novembre 2018 à 17 h 15 min

    Enseignante et maman d’un enfant précoce, je crois qu’il faut aussi que les enseignants prévoient des « sas » de décompression pour les enfants (précoce ou non), un coin bibliothèque ou dessin libre lorsque les enfants ont fini leur travail.

  2. MADmams sur 30 novembre 2018 à 21 h 30 min

    Bonjour, je suggererais de ne pas oublier de garder les enfants précoces intégrés dans la vie de la classe : ils peuvent être d’une grande autonomie mais ont besoin de trouver leur place dans le groupe. Mon fils faisait par exemple en CP les lectures que la maîtresse était censée faire (avec 1 an d’avance) et a été encouragé à faire quelques exposés sur les sujets qui le passionnaient en CE1. Il n’a bien sûr jamais été question de se substituer à l’enseignant ! Il a bénéficié ensuite de décloisonnement vers la classe supérieure pour tester son intégration dans ce nouveau groupe… Toutes ces initiatives lui ont été très profitables et il est actuellement épanoui parmi ses camarades (et ce n’était pas gagné !)

Laissez un commentaire






593 familles agissent déjà avec nous au service des enfants précoces.

53 % de l'objectif est atteint, participez vous aussi maintenant !