6 réflexions au sujet de « Pour ou contre l’école à la maison pour les enfants précoces ? »

  1. Des citoyens considérés comme aptes à élire le président de la république ne sont pas estimés capables d’élever leurs enfants! On croit rêver! Le rôle noble de l’État est de fournir un enseignement de qualité à ceux qui n’en ont pas les moyens. Mais quand cet État endoctrine les citoyens libres de manière on ne peut plus douteuse, il faut le contrôler puisqu’on ne peut le mettre en prison…
    Parents, allez contrôler les notions que l’État inculque à vos enfants et surtout, surveillez-en la qualité. Ou bien imitez au plus vite ces parents « normaux » qui ont compris, avant qu’il ne soit trop tard!

    Pr Stéphane Feye
    Schola Nova (non soumise au décret inscriptions) – Humanités Gréco-Latines et Artistiques
    http://www.scholanova.be

  2. Merci pour ce sondage qui en dit finalement très long.
    Mon enfant a 6 ans à ce jour, et je pratique l’instruction en famille avec des cours par correspondance privés, ce qui lui convient très bien, sa « moyenne générale » ne va pas en dessous de 17 !
    Pourtant, quand je l’ai retiré de l’école maternelle (G.S.), à l’âge de 5 ans, j’ai eu beaucoup d’ennuis, avec en prime un signalement aux services sociaux, qui ont mené une enquête sur nous durant plus de 6 mois !
    Je voulais juste témoigner à quel point il est facile pour l’E.N. (surtout pour les directrices et directeurs d’école) de se faire une très mauvaise opinion sans chercher à comprendre les raisons de ce retrait des bancs de l’école.

  3. Bonjour,

    C’est absolument horrible, d’autant plus que la scolarité n’est pas obligatoire avant 6 ans !
    Il y a effectivement d’autres voies que la scolarisation classique, et ça marche en plus, mais il faut encore aujourd’hui faire preuve d’une bonne dose de courage et de tenacité dès lors que l’on se situe en dehors de la norme.
    Bravo à vous en tous cas, nous faisons tous des choix pour le bien-être de nos enfants.

  4. Bonjour, je suis également très surprise des résultats. Je suis maman de cinq enfants aux profils intellectuels particuliers. Mes trois aînés (23, 21 et 19,5ans) sont allés majoritairement à l’école et sont restés ponctuellement à la maison quand vraiment ils n’en pouvaient plus. Mes deux dernières filles, 13 ans et 11.5 ans ne sont jamais allées à l’école et n’ont aucune envie d’essayer. Nous avons trouvé notre rythme ( allégé scolairement mais nous suivons les « programmes », beaucoup de temps libre pour s’adonner à ses activités préférées) à la maison. Depuis 10 ans, je suis animatrice d’un groupe d’une quarantaine de familles pratiquant l’IEF (instruction en famille) en Bourgogne. Beaucoup de ces familles ont des enfants à « haut potentiel ». Cela permet aux enfants d’avoir des copains, de faire des sorties, de se retrouver. Je suis relais Bourgogne d’une asso nationale pour la liberté de l’instruction et depuis quelques années, par ce biais, je suis contactée et j’accompagne, informe, conseille des parents qui ont des enfants à besoins particuliers en grande souffrance… à l’école. Je me retrouve à accompagner des familles dont les enfants sont scolarisés en tant que relais pour l’instruction en famille ! C’est en faisant des recherches pour une famille que je viens de parcourir votre site. Il y a un vide d’aide concrète pour les enfants à haut potentiel en côte d’or…scolarisés ou non. Je pense que ce n’est pas le seul département où sévit cette absence de soutien. J’avoue que ce constat me laisse pantoise !

  5. Bonjour,

    Vous avez raison, l’aide aux familles est encore bien trop faible et inégale suivant les régions. Il y a bien les associations comme l’afep et l’anpeip, mais la vie des antennes dépend de la disponibilité des parents déjà bien occupés à trouver des solutions pour leurs propres enfants.
    Je vous félicite pour votre action, beaucoup de familles sont amenées à instruire leurs enfants en famille (par défaut d’abord, et souvent par choix pour la suite). Cela reste cependant une démarche compliquée (manque d’informations, barrières diverses..) et qui nécessite beaucoup d’efforts aussi. Voulez-vous svp me communiquer le nom de votre association nationale afin que nous puissons informer nos lecteurs si besoin.

    Bien cordialement,
    Françoise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.