Et si votre enfant était surdoué ?

JE FAIS LE TEST

Mon enfant est-il précoce sur France 5

Cette semaine sur France 5, Agathe Lecaron et son équipe recevaient le pédopsychiatre Gabriel Wahl pour parler des enfants précoces dans le cadre de l’émission La maison des maternelles.

On les a appelés « surdoués », puis « précoces », puis « hauts potentiels ». On les surnomme parfois les « zèbres », ce qui est plus sympa. Ces enfants très en avance, dont on parle beaucoup, ne représentent aujourd’hui 2,3% des élèves scolarisés. Comment identifier un enfant vraiment précoce ? Est-ce forcément une chance d’être doté d’un fort quotient intellectuel ? Dr Gabriel Wahl, pédopsychiatre, auteur du livre « Les enfants intellectuellement précoces », et sa suite « Les adultes surdoués » (Collection ‘Que sais-je ?’ / aux Editions PUF), tente de répondre à ces questions.

Je vous invite à visionner cette émission ci-dessous et à donner votre appréciation sur son contenu à travers vos commentaires. J’ai hâte de lire vos avis.

15 Comments

  1. Romenwen sur 3 octobre 2017 à 20 h 42 min

    Cette vidéo est très intéressante notamment sur le passage de classe. Mon fils de 7 ans a été identifié haut potentiel récemment, nous nous en doutions depuis longtemps, mais nous avons sauté le pas des tests que cette année grâce au dialogue avec sa maîtresse de CP qui était sensibilité à ce type d’enfants. Aujourd’hui la psychologue qui a fait le test a fortement insisté sur le saut de classe mais je me demande si mon fils le vivra bien. En regardant la vidéo je suis rassurée, l’inquiétude qu’il me reste est :que fera l’école? Elle qui met rapidement en place des plans d’éducation pour les enfants en difficulté, qu’en ai t’il de l’inverse quand on a répété pendant des années aux enseignants qu’il ne fallait pas être élitiste….



  2. Olivier sur 3 octobre 2017 à 20 h 57 min

    Bonsoir Romenwen. Il ne faut pas systématiquement s’inquiéter à l’avance pour ce qui est est de l’école. Tout est (malheureusement) question de personne. En ce qui vous concerne, la maîtresse de CP a été attentive et compréhensive, sans doute pourrez-vous vous appuyer sur elle à l’avenir pour obtenir les aménagements nécessaires à votre garçon.



  3. hasler sur 3 octobre 2017 à 20 h 59 min

    Bonsoir,

    je suis une maman désemparée, toujours des sujets connus le canada et la belgique sont en avance et la France n’avance pas que faisons nous des hauts potentiels tda et dys qui parce qu’ils ne sont pas dans l’excellence sont aux oubliettes…



  4. romenwen sur 3 octobre 2017 à 21 h 23 min

    merci de votre réponse, aujourd’hui mon fils est en CE1 et a 2 maîtresses qui ont reconnu ne pas être « formées » au haut potentiel, mais je sais que je peux effectivement compter sur son ancienne maîtresse pour nous accompagner dans nos démarches auprès de ses collègues.



  5. Leonardi sur 4 octobre 2017 à 0 h 26 min

    Bonjour, je suis maman d’une enfant précoce qui a maintenant 18ans. Le reportage est très décevant car je me suis beaucoup intéressée à la précocité et pour tous ces profils c’est bien plus complexe que cela. Il y a heureusement d plus en plus de solutions à mettre en place pour les aider mais ce médecin est un peu léger sur ses connaissances ou bien les médias avaient pour consigne d’orienter le côté positif ! Après tout c’est dans l’air du temps !



  6. Olivier sur 4 octobre 2017 à 7 h 43 min

    En tout cas Romenwen, je vous souhaite bonne chance pour la suite. C’est vrai qu’il faut être vigilant année après année car de nombreuses embûches peuvent se trouver sur le chemin des jeunes précoces mais bénéficier d’un bon départ est toujours un avantage.



  7. Olivier sur 4 octobre 2017 à 7 h 57 min

    Bonjour Léonardi. Oui, Gabriel Wahl fait partie de ceux qui pensent que les enfants surdoués n’ont pas particulièrement plus de difficultés que les autres et qu’en tout cas, leurs difficultés sont trop souvent considérées à tort comme des conséquences de leur surdouement. Pour ma part, en tant que parent de plusieurs enfants concernés, je pense que l’inadaptation de l’environnement à leurs spécificités est la cause principale des troubles et des difficultés que certains (pas tous, et pas tous au même degré) rencontrent.



  8. fabienne sur 4 octobre 2017 à 8 h 59 min

    Mon fils Thomas, a 6 ans et demi, il est en ce2, enfant précoce identifié en moyenne section de maternelle. Merci au docteur de cette vidéo de ses conseils afin d apaiser la situation. Comme il l a exposé. Thomas à su lire à 3 ans et demi, pose des questions existentielles, avec une curiosité très développé notamment pour les musées. J ai refuse d avancer une classe en maternelle le jugeant pas assez mur, mais fut d accord en CP qu il avance en ce1. Bon élève, il à passé une excellente année, avec une institutrice très attaché à son développement, attentive à lui apprendre l écriture. Aujourd’hui, depuis sa rentrée, il suit son parcours en ce2 mais semble aussi intéressé par l enseignement cm1 que suivent les élèves d une partie de sa classe. Je questionne et je m aperçois qu il semble en savoir plus qu il devrait. Suivi par une podospychiatre, elle à prévu de revenir le voir l année prochaine. Je suis un peu inquiète pour sa rentrée au collège, qu il devrait faire avec deux ans d avance.



  9. Bertaiola Corinne sur 4 octobre 2017 à 9 h 05 min

    Bonjour, je trouve aussi Gabriel Wahl un peu trop positif dans cette interview. Je n’ai jamais eu de difficulté à l’école, j’ai toujours été sage et pourtant je n’étais pas heureuse et épanouie. Une impression de vide et de solitude ne me lâchait pas jusqu’à l’année dernière où j’ai été identifiée haut potentiel, à 38 ans. Donc je ne pense pas que « laisser tranquille » ceux pour qui il n’y a pas de problème soit une bonne chose, nous avons tous besoin de savoir qui nous sommes pour nous construire.



  10. Sandrine Thevenot sur 4 octobre 2017 à 10 h 38 min

    Bonjour, votre reportage peut rassurer certains parents qui ne rencontrent pas ou non pas encore rencontré des difficultés avec leurs enfants. Généralement, c’est l’entrée au collège où tout bascule. Il y a des enfants en souffrance à cause de cette différence et il faut absolument en parler car nous, parents, nous sommes démunis et avons besoin aide. C’est le cas de mon fils agé de 14 ans. Il a sauté la 4ème et aujourd’hui en seconde. Son mal être est permanent (phobie scolaire, peur de l’échec, angoisse, ultrasensible, isolement…) Il a rencontré des psy (pédopsychiatre, psychiatre, psychologue) Bref, nous nous battons chaque jours pour lui facilité la vie. Etre surdoué c’est beaucoup plus complexe et votre reportage est trop léger.



  11. Mathilde sur 4 octobre 2017 à 14 h 04 min

    J’ai une fille de 8 ans, bientôt testée, supposée précoce. Elle souffre d’anxiété, d’angoisses multiples…
    Quand je vois ce reportage, je sens rassurée de savoir que tous les hauts potentiels puissent ne pas être aussi stressés que ma fille. Je le trouve plutôt optimiste, un peu simpliste aussi, mais rassurant.



  12. Françoise sur 4 octobre 2017 à 15 h 44 min

    Ce reportage est effectivement très court et ne suffit pas à expliquer tout ce qu’englobe la précocité intellectuelle.
    Cependant c’est une belle présentation de départ, et je pense que c’est ainsi qu’il est à prendre, qui reflète bien ce qu’est (et devrait rester) un enfant précoce. Le reportage met en avant le côté positif de la précocité que l’on a tendance à oublier par la suite du fait des contraintes environnementales extérieures qui ne suivent pas pour permettre à ces enfants d’évoluer à leur rythme. Mais au départ, oui, beaucoup d’entre nous qui avons eu la chance de déceler quelque chose tôt, retrouveront dans le bel exemple de la petite « Marjanne » leur enfant au même âge.



  13. emily sur 4 octobre 2017 à 15 h 47 min

    Mon fils de 4 ans est très certainement un enfant précoce avec une grande maturité affective et intellectuel ; mais comme il ne pose pas de problèmes à l’école, les maîtresses font comme si tout était normal … pourtant, je le sens de plus en plus énervé en rentrant de l’école se plaignant de s’ennuyer dans les ateliers et ne comprenant pas pourquoi il doit encore apprendre les mêmes choses que l’an dernier (il est en MS)
    que faire face à l’institution scolaire et une psychologue scolaire qui refuse d’identifier les enfants précoces (à la demande des enseignants)?



  14. Françoise sur 4 octobre 2017 à 16 h 10 min

    Bonjour Emily,

    Si vous avez des doutes et surtout si vous sentez que votre enfant n’est pas à son aise, passez outre l’école et allez voir un psychologue compétent extérieur pour un bilan. En effet il vaut mieux savoir dans ce cas, ainsi vous pourrez l’accompagner au mieux de votre côté dans un premier temps et ensuite agir vis à vis de l’école s’il y en a besoin.



  15. Claudie sur 4 octobre 2017 à 21 h 40 min

    Aïe, si t’es un parent en difficulté alors t’as juste l’impression qu’on t’enfonce davantage ! Ce reportage devrait être boycotté. Comment culpabiliser les parents.

    Jamais je ne conseillerais de consulter ce médecin !!! Il ne reconnais probablement pas la moitié des difficultés rencontrées par les enfants HP si on veut suivre des statistiques . Non vraiment « ils ont plus de talent que les autres enfants pour exprimer les émotions ». Insultant en plus ! Bravo. Monsieur mes enfants ne sont pas des comédiens -quand ils sont tristes, ils sont effondrés et oui c’est vrai. Et je ne les consoles pas en les traitant de comédiens, je les prends dans mes bras, je leur demande d’exprimer leur tristesse pour qu’ils évacuent, bref je les accompagne au mieux comme un parent aimant, et même si c’est beaucoup plus long que pour un autre enfant avec des proportions démesurées, je prends le temps même si c’est fatiguant pour moi. Et quand je constate que mes enfants viennent me voir facilement quand il y a un souci et que les autres enfants n’osent pas en parler à leur parents, alors je suis plutôt contente de ce qu’il est devenu, surtout quand ils viennent me chercher pour aider cet enfant. C’est ma petite récompense. Mais oui petit ou ado ce n’est pas facile à gérer, mais en les accompagnant bien ils deviendront des personnes avec du caractère et franchement dans notre société, il en faut beaucoup pour être vraiment heureux et ne pas se laisser faire pour entrer dans un moule.



Laissez un commentaire