Et si votre enfant était surdoué ?

JE FAIS LE TEST

Moi, surdouée ?

Le site Fémininbio.com publie un article qui, s’il n’est pas exempt d’approximations, présente par ailleurs fort justement les témoignages de quelques femmes surdoués.

Je suis une cancre. C’est ainsi que Lisa se présente, le sourire aux lèvres. J’ai toujours été nulle en cours, je trichais pour me maintenir à niveau. » Cinquante ans plus tard, cette ancienne dyslexique semble apaisée, mais son combat contre le système scolaire a laissé des traces.
« J’étais enthousiaste, pleine d’énergie et j’avais envie d’apprendre. On ne m’a pas du tout accompagnée, ça a sapé ma confiance en moi. » Lisa n’a jamais passé son bac et a longtemps été hantée par ses échecs académiques. « Dans mes rêves, je revivais mon exclusion de l’école, en troisième. »

L’article présente également le point de vue de Monique de Kermadec, psychologue spécialiste des enfants surdoués et des personnes à haut potentiel, auteur de nombreux ouvrages sur la question et, récemment, d’un livre sur la solitude tout spécialement destiné à ce public particulier.

De nombreux adultes surdoués étaient considérés par leurs professeurs comme de mauvais élèves. Leurs difficultés d’apprentissage ont fini par détruire leur confiance en eux. « Ils avaient une réflexion originale et complexe, mais qui ne respectait pas les cadres donnés par l’école. Alors on leur a dit qu’ils étaient nuls. Et ils l’ont cru », soupire Monique de Kermadec, psychologue spécialisée dans la douance. D’autres étaient premiers de la classe, favoris du professeur. Mais ils n’avaient aucun ami. « Les surdoués qui s’ignorent n’arrivent pas à comprendre que l’autre ne réfléchit pas comme eux. Ils peuvent se montrer impatients et agacer par leur tendance à avoir toujours raison. »

Lire l’article en entier sur Fémininbio.com

Le site femininbio.com nous offre les témoignages de plusieurs femmes surdouées avec l'éclairage de la psychologue Monique de Kermadec.

Laissez un commentaire