Le témoignage d’une jeune femme surdouée

Format VidéoPublié le Catégories L'adulte surdouéMots-clés
Pauline de Saboulin Bollèna

Vendredi dernier, l’émission Mille et une vies, animée par Sophie Davant sur France 2, recevait Pauline de Saboulin Bollèna, une jeune trentenaire qui a découvert son haut potentiel à 29 ans.

Je vous livre ici quelques extraits intéressants de son témoignage, même si, comme elle le dit elle-même et au-delà des similarités rencontrées, il faut se garder de toute généralisation abusive face à un parcours qui reste personnel.

Alors bien sur, l’émission n’est pas à propos de la douance, mais à propos de mon parcours. C’est ce parcours qui est prétexte à aborder la douance, parce que son diagnostic à été une des clefs de mon épanouissement.

J’espère donc que le montage de l’émission ne trahira pas mon propos, qu’on n’associera pas mes épreuves personnelles uniquement au HPI.
Car il n’est pas l’unique raison de mon épreuve. Comme toute histoire, mes difficultés sont le fruit d’un tout.

Dans les trois extraits ci-dessous, Pauline de Saboulin Bollèna aborde le moment de la révélation de son haut potentiel mais aussi, ce qui touchera beaucoup de parents concernés pour leur enfant, le harcèlement scolaire dont elle a été victime.

Voir la rediffusion de l’émission complète sur le site de France2

5 réflexions au sujet de « Le témoignage d’une jeune femme surdouée »

  1. Très émue par ce témoignage, je me reconnais beaucoup dans cette petite fille, si différente…
    J’ai commencé à m’intéresse à ce sujet car mon fils est présenté les caractérisque de l’enfant hp depuis qu’il est bébé. Puis, j’ai découvert que c’était loin d’être une chance d’avoir un potentiel « petit génie », et surtout que moi aussi, je présentais les mêmes caractéristiques que mon fils.
    A 38 ans, je me suis rendu compte que j’aurais pû faire beaucoup mieux si seulement, j’avais reçu un peu d’aide. Mais ma timidité et mon manque de confiance en moi, m’ont fermés beaucoup de porte.
    Peu importe mon âge, je suis en train de reprendre ma vie en main.

  2. Le témoignage de Pauline me parle. Mon fils est actuellement en terminale et il est harcelé moqué depuis le collège. Tout le monde le rejette dans sa classe, il est au ban de la classe depuis la quatrième. Jusqu’en seconde il avait des bons résultats sans apprendre ni travailler à la maison, du coup les moqueries des autres l’affectait moyennement. La descente aux enfers a eu lieu en première S sans méthode de travail il a décroché, et le moral avec puisqu’il n’avait rien à se raccrocher ni ami dans sa classe et en plus il devenait mauvais. Alors il pleurait, disait qu’il était débile, voulait se suicider. Devant ce gouffre je me suis rapprochée de son prof principal qui m’a juste dit qu’il n’était pas différent des autres mais qu’il fallait qu’il se mette à travailler. Mais comment ??? Devant l’impasse j’ai fini par contacter une psy pour enfants à haut potentiel qui lui a fait passer des tests qui ont conclu qu’il était précoce, ce que je savais depuis toujours. Ceci lui a fait un bien fou car il comprenait enfin pourquoi il était différent; Suite à ces tests il a rencontré en fin d’année une pédopsychologue qui a essayé de lui donner des clés pour apprendre à travailler avec sa méthode de penser. A ce jour il a commencé sa terminale S et les débuts de l’année ont été catastrophiques, ça va un peu mieux sur ses derniers contrôles, espérons qu’il va enfin arriver à utiliser un peu de cette méthode pour avancer.
    20% des enfants précoces sont en échec scolaire, ça fait peur, je fais ce que je peux pour aider mon fils, mais s’il a le bac, l’orienter vers quoi, il voudrait faire professeur des écoles mais il déteste écrire, comment faire pour qu’il s’épanouisse dans la vie, cette question je me la pose tous les soirs et malheureusement je n’ai pas de réponse….je suis dans l’impasse et c’est difficile à vivre pour une maman.

  3. c’est insupportables tous ces chiffres. Einstein ne peut avoir 160 sur l’échelle de W pcq cette psychométrie ne va pas jusque là. Plus on s’éloigne de 100, moins les tests sont fiables. je suis ravie que cette femme ait mis des mots sur des difficultés mais arrêtons de réduire la précocité à des chiffres, c’est tellement plus complexe. Je regrette encore une fois d’écouter un témoignage faisant mention des résultats de tests

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.