Mes problèmes existentiels seraient-il liés à cela?

Ce sujet a 13 réponses, 6 participants et a été mis à jour par Photo du profil de doty doty, il y a 7 mois.

  • Auteur
    Réponses
  • #21716
    Photo du profil de Ylainaims Ylainaims 
    Participant
    Points: 25

    Bonjour,

    Je suis actuellement à la recherche de réponses sur mon fonctionnement. En fait, j’ai toujours été en quête de cela. J’ai toujours pensé que quelquechose en moi clochait. J’ai cherché bcp de réponses dans des pathologies telles que la dépression chronique ou la bipolarité. J’ai eu une enfance compliquée et j’ai pensé que mon côté décalé venait d’un loupé dans cette étape de l’existence. C’est en faisant des recherches pour mes enfants que je suis tombée sur des sujets relatifs à la précocité. L’un est hyper emotif, l’autre a des problèmes de graphie, situation dans l’espace et coordination des mvts. Il s’agit de deux enfants tres vifs et tres curieux. Les deux ont su lire bien avant leur entrée en cp. Mon second est en double niveau, depuis le début de l’année il travaille avec les CE1 pour la lecture puisqu’en GS il lisait déjà couramment. Ils ont des hobbies qui les mettent en décalage par rapport aux autres enfants à l’école. L’aîné vit dans un monde imaginaire de super héros, il pense pouvoir sauver le monde. Il s’est mis plusieurs fois à la confection de plans de robots, dont la fonction sera de défendre les opprimés, il est doué pour le dessin et peut entrer dans des colères ingérables s’il dépasse ou rate ce qu’ il avait entrepris. Il est très empathique et m ‘a dit ressentir physiquement la douleur des autres. Il est souvent inquiet pour les gens qu’ il aime. L’autre est passionné de voitures et de dinosaures depuis tout petit. Il peut passer des heures à faire des files de voitures dans sa chambre (si par malheur on bute dans une de ses voitures, ça peut facilement virer à la crise), il est incollable sur les dinosaures et en parle tout le temps (ça fait bcp rire les gens et ça les impressionne aussi) et a pour livre de chevet un dictionnaire ou une encyclopédie. Son angoisse actuelle, c ‘est de ne pas se souvenir des bons moments de son enfance car il est persuadé que dans sa vie adulte le monde sera dominé par des robots et que de ce fait les souvenirs seront effacés. Il y a quelques mois de cela il faisait des cauchemars sur Mozart. Mes deux enfants s’entendent a merveille quand leurs univers fusionnent!
    Leurs instits nous ont conseillé de leur faire rencontrer un psy (pour le second l’instit nous a conseillé de le faire évaluer).
    Je ne me suis jamais penchée sur la question de la douance ne me sentant pas concernée et en ayant une image fausse.
    Mais plus je m’informe sur ce sujet, plus je me retrouve dedans et retrouve mes enfants. Je ne me suis jamais sentie très intelligente mais pas non plus totalement idiote. J’ai beaucoup de mal à me situer à ce niveau là. Quand je remonte dans mon enfance, j’ai perdu très vite mon insouciance. Ma mère m’a très souvent dit que petite j’étais très discrète mais que j’avais beaucouo d’humour (c’est toujours le cas mais trop décalé pour être compris par tous) et que je pointais facilement les « défauts » ou les contradictions des adultes. Je pouvais passer pour insolente à l’école. L’école je m’y suis toujours sentie très mal. Vers 8-9 ans, je somatisais beaucoup. Des douleurs intenses au ventre dont l’origine était psychologique. J’ai souvent manqué à partir de là!Je ne m’y sentais pas à ma place, je m’y ennuyais énormément et je rêvais pas mal. J’ai récemment regardé mes bulletins scolaires et en primaire c’est souvent les mêmes appréciations qui ressortent. « Bonne élève, beaucoup de capacités, manque d’assurance, trop lente ». A côté de cela, peut-être pour mieux vivre les choses, j’étais devenue le clown de la classe. Ça me permettait de ne pas montrer ma facette triste et de créer un rempart entre les autres et moi. C’est au collège que ça a mal tourné, à partir de la quatrième, j’ai totalement décroché. Ca a commencé par les maths. J’ai été une fois injustement accusée d’avoir triché à une interrogation (je n’ai jamais été une tricheuse), ma prof m’a humiliée devant toute la classe. Ca a été terrible! En maths je faisait des calculs complexes, sans queue ni tête mais bizarrement je tombais sur des résultats justes.Comme j’avais honte de ne rien comprendre aux méthodes de calcul étudiées (et que mes calculs faisaient 3 pages) je ne mettais que les résultats. Cet épisode m’a clairement bloquée et je ne me suis plus donné la peine de fournir d’efforts. Beaucoup de prof ont tenté de me raisonner mais le décrochage était entamé! Je me suis ressaisie l’année de mon bac, pour l’obtenir et en finir une fois pour toute avec ma scolarité. J’ai du rattraper tout le retard cumulé les années précédentes et j’y suis arrivée. Pendant cette foutue scolarité les relations sociales étaient une succession de déceptions : trahison, méchanceté, mesquineries. Je n’avais pas de difficultés à nouer des relations mais à les conserver.
    Ma vie d’adulte est une succession de hauts et de bas. Grosses deprimes puis hyper enthousiasme, ainsi de suite. Je suis une grande idéaliste, le fossé entre ce que j’imagine et la réalité est immense et génère de grandes déceptions. Au niveau professionnel, c’est compliqué. J’ai bossé dans divers domaines mais je ne me sens jamais à ma place. Je suis toujours très enthousiaste au début puis je m’ éteins et cherche à tout prix à me sortir du boulot en question. J’ai très peur de l’engagement professionnel, peur de m’enfermer et de ne plus savoir comment sortir.
    Dans mes relations c’est très compliqué. J’attire naturellement les gens mais quand la relation s’ approfondit, ça ne passe plus. Je porte un masque en société mais j’ai du mal à le tenir sur la longueur. Les gens sont parfois dérangés par ma façon de m’exprimer et par ma façon de voir les choses. On m’a souvent reproché d’avoir un langage trop soutenu et de mettre les gens mal à l’aise. Et ça c’est dur car je n’ai pas confiance en moi, j’essaie tout le temps de m’adapter pour être acceptée et ça échoue souvent. Je manque d’ailleurs de spontaneite, je compose souvent…
    Bon sans noircir le tableau parceque j’ai quand même de bons amis avec lesquels j’arrive à échanger!

    Ma petite soeur (avec laquelle je m’entends très bien, on a le même fonctionnement) consultait une psy dans son adolescence. Celle-ci lui avait vivement conseillé de se faire évaluer. Elle ne l’a pas fait de peur de rater les test et de se sentir nulle après.
    Son fils qui a trois ans à des traits communs avec mes enfants. Lui c’est surtout une avance au niveau du langage. A deux ans, il parlait avec des structures de phrase complexes et un vocabulaire très varié. Il se corrigeait tout seul en cas d’erreur, c’était impressionnant. A l’école, il est dans son monde, très discret alors qu’en famille c’est une pipelette agitée. Il est lui aussi hypersensible.

    Voilà c’est long même si j’ai tenté de ne pas m’étendre.

    Je ne sais pas trop si mes enfants et moi-même (et dautres membres de ma famille) sommes concernés par la « précocité » mais c’est une piste envisageable. Je me pose donc la question, dois-je passer par les test? Est-ce la solution pour me comprendre enfin et être en paix avec moi-même? Comment trouver un psy compétent en la matière et comment aborder la question?

    Merci

    #21720
    Photo du profil de AARON56 AARON56 
    Participant
    Points: 120

    Bonsoir, je me retrouve dans ce que vous écrivez. J’ai 35 ans et je suis maman de 3 enfants tres toniques, vifs, et épuisants je dois l’avouer .. Il y a 1 an je suis allé consulter un psychologue spécialisé pour les chocs post traumatique et en y allant j’ai vu qu’il pratiquait également les tests de QI dans la salle d’attente les tarifs étaient accrochés ! Bref j’ai commencé les consultations puis un jour il m’annonce que je devrais lire le livre  » trop intelligent pour être heureux » ce fut sa facon à lui de me faire comprendre que je l’étais ..! Ça fait 1 an que je l’ai entendu m’annoncer cela .. Et ça fait 1 an que je meurt d’envie de passer le test et ça fait 1 an que je le redoute également .. Voyez vous ! Peur d’être déçue , de me dire sûil s’est trompé, peur de découvrir qui je suis vraiment .. Si vous en avez le cran passé le ! Vraiment .. C’est évident que cela serait un baume pour moi, un pansement à toutes ces années oú je me suis sentie différente décalé non compatible avec cette société etc.. Mon entourage ne me soutient pas malheureusement . Mon mari me dit qu’être haut QI c’est un prétexte que j’ai trouvé pour expliquer que je sois en échec professionnel.. Ma maman me dit que le QI ce n’est pas cela l’important qu’il faut que j’avance et que j’arrête d’y penser .. Pourtant s’ils voulaient se donner la peine de comprendre.. Cela m’aiderai. Au fond de moi je sais que je le suis, j’ai juste peur de devenir moi même je crois. Le système scolaire m’a mise en échec et je me suis construise sur leurs échelle de valeur .. Je crois que le jour où j’ai compris que mon fils allait se blesser comme moi , se détruire à cause de l’incompréhension et le manque d’informations des enseignants çà à fait tilt! Moi ok l’école m’a détruite mais lui je ne veut pas qu’il le soit .. Le jour oú j’ai voulu parler avec la directrice de l’hypothétique HQI de mon fils elle m’a répondu : « occuper vous d’abord des difficultés de votre fils avant de venir me parler de haut potentiel , votre fils écrit ses R à l’envers et s’il était précoce il saurait déjà lire à 5 ans … » Voilà .. Je me suis égaré un peu mais tout ça pour vous dire que se faire tester je suis persuadé que ca doit faire un bien fou à soi même et cela nous permet aussi de mieux aider son enfants en le fesant tester également pour que lui ( pour ma part mon fils ) soit heureux du moins soit compris ! Mon fils est très malheureux d’aller à l’école il adore le moyen âge les chevaliers l’astronomie bref.. Et il est si déçu de ne faire que du coloriage et qu’on lui raconte des histoires de  » bébés » .. Pour finir je me sent ridicule de vous dire de ne plus hésitez un instant et de contacter un professionnel spécialisé dans la douance ( anpeip peut vous transmettre des coordonnés fiable et sérieux ) alors que moi même j’ai peur de cette réalité . Pourquoi ai je peur ? …

    #21732
    Photo du profil de Françoise Françoise 
    Admin bbPress
    Points: 2717

    Bonjour à toutes les 2,

    La question des tests, à l’âge adulte au moins, est tout à fait subjective et doit répondre à un besoin personnel.
    Pour beaucoup de parents d’enfants précoces, la « révélation » se fait après avoir obtenu une confirmation pour leurs enfants, et ils se rendent compte qu’eux-mêmes ont eu de grandes similitudes avec leurs enfants, même fonctionnement, même façon d’être… et le simple fait de mieux comprendre leurs enfants leur permet de mieux se comprendre eux-mêmes.

    Pour les enfants par contre, même si le test n’apporte aucune solution en soit, il est souvent bénéfique de le pratiquer afin de bien cerner leur mode de fonctionnement particulier et de pouvoir les aider et les rassurer tout au long de leur enfance.

    #21838
    Photo du profil de doty doty 
    Participant
    Points: 411

    Salut les filles, que ça fait du bien de voir qu’on est pas la seule à ressentir cela. Pour ma part, je ne me reconnais pas trop dans mon fils mis à part l’hypersensibilité, l’empathie et le fait de « sentir » les choses ou ce qu’il va arriver et l’injustice me rend folle. Je dirais que tout au long de ma scolarité, j’étais une élève moyenne mais qui travaillait beaucoup alors que les résultats n’étaient pas là. Je suis nulle en math (je ne comprends pas la logique math) mais excellente en dessin et suis très créative. On me dit que j’ai beaucoup d’humour même si je ne m’en rends pas compte. je ne me sens en décalage que depuis quelques années, dans le milieu professionnel surtout. Je me suis engagée vers le commerce international car je ne me sentais pas capable de partir à 17 ans à paris faire des études de journalisme. Au bout de 4 ans, je n’en pouvais plus et c’est depuis que tout part en vrille. J’ai 43 ans et je peux dire que j’ai touché à beaucoup de choses : commerce, webdesign, gestion de sites internet marchands, SAV, marketing… en changeant de boites tous les ans. Je me lance dans un poste et tout est merveilleux puis au bout de quelques mois, c’est la désillusion : j’ai fait le tour, je m’ennuie, l’ennuie devient insupportable et je dépéris. C’est horrible. Mon entourage me critique sans cesse : « tu n’es jamais contente. Mais quand te fixeras-tu ? Fais profil bas etc… » Mes employeurs ont toujours été contents de moi car je bosse à 120%, j’apprends très vite sans forcement être formée et on a l’impression que je suis dans le service depuis des années alors que cela ne fait que quelques semaines. Mais je souffre de ne pas trouver ma voie. Avoir un boulot alimentaire, ce n’est pas ce que je souhaite. Et puis j’ai 43 ans alors cela devient difficile de changer tout le temps et la, je travaille dans un service marketing, je me suis dit que cette fois, je n’allais pas m’ennuyer car plus créatif mais ce n’est toujours pas le cas. Je ne me trouve pas intelligente du tout mais je trouve juste mes collègues bêtes, de vrais français moyens qui ne comprennent rien. Je passe mon temps à contrôler et rectifier les erreurs. je ne les cherche pas, je tombe systématiquement dessus et cela devient insupportable car je souhaiterais utiliser mon énergie à des choses plus intéressantes. Alors pour ne plus m’énerver au boulot, j’ai décidé de changer, de travailler à leur rythme (puisque cela va à la direction)et que je stresse tout le monde avec mon rythme de travail et ma conscience professionnelle. Je sais que cela ne peut pas durer car je ne suis pas comme cela. Alors comment faire ? Que faire aussi car je n’ai toujours pas trouvé ce que j’avais envie de faire mise à part travailler de chez moi, seule ! Mes collègues m’apprécient mais s’ils savaient que je fais un effort surhumain chaque matin pour arriver tout sourire, dire bonjour à nombreux d’entre eux qui ne m’intéressent absolument pas et avoir un semblant de conversation (car je suis bien élevée). Cela peut paraitre prétentieux de dire tout cela mais c’est vraiment ce que je ressens. je ne me sens pas à ma place. J’ai l’impression d’être un imposteur et moi qui suis entière, c’est très compliqué à gérer. je hurle dans ma tête : « mais il faut te le dire encore combien de fois avant que tu imprimes ? Faut-il peut être te le dire en chinois aussi ? » alors que je dis : « si tu veux, je te l’explique une nouvelle fois… ». Et puis l’autre jour, j’ai discuté avec une maman de l’ancienne école de mon fils. Elle m’a parlé de sa fille. je lui ai parlé du mien. Elle m’a demandé s’il n’était pas HP et m’a dit que sa file l’était aussi. Je ne lui ai que cela ne m’étonnais pas car je l’avais vu en 5mn (rien que sur sa façon de s’exprimer c’était une évidence) et puis on a discuté des heures entières. Elle est comme moi. Elle change tout le temps de boulots, n’arrive pas à se fixer, s’ennuie vite. Et elle m’a dit : « je suis HP. C’est très agréable de discuter avec toi. je suis contente, c’est rare que je sympathise comme cela avec quelqu’un et que je discute des heures. Les HP s’attirent ». Et là, je me suis dis et si j’étais HP ? Mon mal être (euphorie, dépression) viendrait surement de là. depuis j’y pense beaucoup. je n’y avais jamais pensé car je me trouve tellement nulle par rapport à mon mari qui est vraiment très brillant. mais je m’aperçois que je suis intelligente différemment. Que pensez-vous de tout cela ?

    #21844
    Photo du profil de Maman974 Maman974 
    Participant
    Points: 72

    Bonsoir je suis venu sur le forum pour mon fils et je tombe sur cette discussion et je me reconnaît dans vos témoignages ça fait tellement plaisir de lire qu on est pas seule à ressentir ses émotions 😊 Au niveau professionnel c est la même chose pour moi jai du mal à rester dans un boulot très longtemps, en ce moment je part travailler à reculons et mon chéri ne travaillant pas donc je me sens encore plus obliger de le supporter et c est dur . Jai consulter une psy pour mon fils, elle pense qu il est hp mais elle préfère attendre ses 6 ans pour le tester, et au premier entretien elle m’a poser bcp de question et ma dit  » je pense que vous l êtes aussi » ca m’a fait bizarre je me suis mise à lire bcp de livre sur le sujet et je me reconnait ds bcp de descriptions mais jai du mal à me dire que je le suis. Vous avez rester vos enfants ?

    #21846
    Photo du profil de AARON56 AARON56 
    Participant
    Points: 120

    Bonsoir Maman974, pour répondre à votre question j’ai 3 enfants et mon aîné aura 6 ans cette été, pour moi ce fut le cas inverse le mot surdoué ou haut potentiel peut importe comment on nomme cette particularité m’à été dite chez le psy que je consultais pour complètement autre chose, et il me l’à dit tellement en douceur que j’ai pris ca au début pour un compliment !… Il me disait vous êtes intelligente.. Puis très intelligente ( là ça devient embarrassant ) puis il me conseil de lire le livre que vous avez peut être déjà lu  » trop intelligent pour être heureux » .. Car elle est bien là la question, la quête ! Je me souvient lui avoir expliquer mes difficultés à être au monde, ce mal être permanent en société je m’explique des difficultés à regarder les infos car cela me touche trop parfois , cette impression de ressentir très bien les émotions des autres, une empathie très forte en faite. Une sincérité , une créativité, un tempérament entier dans la joie dans la peine, je suis très exigeante aussi .. Donc en couple c’est très compliqué.. Je ne suis pas un lac tranquille , je suis plus un cyclone. Du coup je suis épuisée par toutes mes émotions et je n’arrive pas à être très sociable, je sais jouer le jeu en société même très bien, trop bien pour être honnête.. Il est là le fameux faux self : donner le change aux personnes en face de soi.. Mais nous on se perd.. Et c’est très dur. Les seuls amies que j’ai son haut potentiel , je ne l’ai su qu’il y à quelques mois car une ne le savais pas et l’autres n’à jamais mis cela en avant.. Et le gros problème de ma vie c’est qu’avant d’avoir des enfants j’ai fais plus d’une 20 ène d’emplois différent, c’est usant d’être tout le temps un caméléon de devoir s’adapter. À chaque fois n’y vais la boule au ventre et même lorsque l’emplois à tout pour plaire je me sent tomber en dépression. J’ai eu mes 3 enfants et donc en congé parental, j’ai été un peu dans une parenthèse enchanté et à présent ayant passé un diplôme en candidat libre pdt ce temps je blocqué à l’idée de reprendre un travail, et c’est très dure car j’aimerais être comme tout le monde. Et cà depuis toute petite . Le psy me l’à dit il faut absolument arrêter de vouloir se fondre et accepter cette différence . J’ai rdv fin mai pour lui demander de me faire passer les tests car même s’il m’à dit qu’en étant adulte les tests n’ont pas la même importance j’ai vraiment besoin de le voir écrit noir sur blanc pour y croire vraiment et le faire confiance pour laisser tomber le voile et me regarder en face pour la première fois … Désolé pour ce roman !

    #21847
    Photo du profil de AARON56 AARON56 
    Participant
    Points: 120

    Doty, ca fait du bien hein de trouver enfin une personne semblable !? Comme je vous comprends… Moi ce site à eu le même effet que vous votre rencontre avec cette maman. Et puis ce qui est difficile aussi c’est de comprendre que l’on est haut potentiel avec cette idée éronnée que les médias nous renvois cette croyance populaire que les dit  » surdoué sont des virtuoses au piano ou des matheux mais sûrement pas une maman lambda. Et c’est aussi très dur de ne pas pouvoir évoquer ce sujet librement en société sans s’attirer jalousie ou mépris ou incompréhension. Et puis concernant nos enfants .. C’est très compliqué les maîtresses n’y connaissent rien pour la majorité , même la directrice de l’école de mon fils à une idée très arrêté, pour le peu que j’ai voulu évoquer le sujet … Pas simple tout ca.

    #21848
    Photo du profil de Maman974 Maman974 
    Participant
    Points: 72

    Moi jai 32 ans et jai deux enfants mon fils a 5 ans et ma fille 2 ans et demi, quand je lis vos témoignages je me reconnaît trait pour trait, je n’ai pas d amies en dehors des collègues de travail. Ça fait un an que j’ai repris un nouveau boulot suite à mon congés parental et je me lasse déjà mais vu là difficultés de trouver du travail je suis chanceuse d avoir eu un cli (j’habite à la Reunion), jai vécu 10 ans en Seine et Marne. Jai l impression de jamais trouver ma place en amour aussi c est compliqué car j attend bcp de mon compagnon, j’imagine trop de choses qui ne se réalise pas et je suis très déçu, je garde cette déception pour moi. En ce moment je me sent vider je suis tt le temps fatiguer il y a un an et demi mon médecin m’a meme mise sous antidépresseur j’ai pris trois mois ca ma fais du bien mais jai stopper car peur de devenir dépendante, je travaille en psychiatrie donc les médicaments je connait leur effets. Bref très dur tout ca .
    En tout cas ça fait plaisir de vous lire

    #21853
    Photo du profil de doty doty 
    Participant
    Points: 411

    Bonsoir AARON56, oui, ça fait du bien car je me remets sans cesse en question mais j’ai toujours de sentiment (comme mon fils) que le problème, c’est les autres… ne ne sait pas du tout si je suis HP, je ne me suis jamais sentie comme telle. je souhaiterais juste être heureuse et ne plus être une éternelle insatisfaite car c’est épuisant pour moi et mon entourage. Mais je ne connais pas la solution. Cela fait 20 ans que je la cherche… J’ai l’impression de vivre à 100 à l’heure (boulot, enfant, maison) mais je me sens tellement vide. J’ai le sentiment de végéter alors que mes journées sont bien remplies. L’ennuie devient trop envahissant et j’ai, avec l’age, de plus en plus de mal à le supporter. Pour combler ce vide, j’en fait toujours plus (regarder un film à la TV pour me détendre, tout en étant sur internet et suivre une conversation en même temps), je me lance des défis à la con au boulot comme répondre au téléphone à un client tout en écrivant un mail à un autre à propos d’un autre sujet (super dur au début). C’est débile, je sais… J’ai demandé à mon boss d’avoir 3 écrans sur mon bureau, comme ça je travaille plus facilement sur le site internet e-commerce de la boite, tout en tchatant, alimentant les réseaux sociaux, en suivant les réclamations clients et sav et travailler sur mes campagnes e-mailings etc… Mon bureau c’est Beyrouth mais il n’y a que comme ça que j’arrive à travailler. Le problème, c’est que ça ne me suffit plus… Que faire ?

    #21854
    Photo du profil de AARON56 AARON56 
    Participant
    Points: 120

    Doty, moi perso aller voir un psy m’a fait du bien , bon les sceances sont à 70€ donc c’est un coût quand même mais il est top et spécialisé dans la douance surtout ! Il m’aide à comprendre mon fonctionnement , mon système de pensé et m’encourage à accepter ma différence et d’en être heureuse du moins vivre bien avec .. C’est pas facile lorsque toute sa vie on à essayer de se fondre aux autres.. Et on se demande oú l’on va aller si l’on se met à être soi ! Je me souviens et ca me ramène à vous , il m’à dit de pas me sentir mal car je fais 3 choses en même temps, même si on m’ont organisation est décousue etc .. Il m’expliquait que l’on faisait celà pour ne pas s’ennuyer dans une tâche , etc.. Ça vaut le coût pour vous d’essayer d’y songer , non ? Ne serait ce pour vous permettre de ne plus avoir ce sentiment de vide constant malgré vos activités. Moi j’ai 35 ans et j’ai tendance dans la vie à brûler mes vaisseaux , je m’explique je suis maman de 3 enfants et j’étais en congé parental et j’ai décidé l’année dernière de m’inscrire au cned pour passer un cap esthétique. J’ai eu mes cours en septembre et les mois on passé, j’ai acheté mes fournitures , visionné des vidéos you tube et ouvert mes cours 1 semaine (5 jours) avant mes écrits .. Bref ! Et j’ai besoin de me mettre en danger d’attendre la dernière seconde pour voir si avec ce peu de temps je suis capable de relever le défis.. C’est mes petites pointes d’adrénaline à moi ! Pour mon bac j’avais fais pareil ( 1 mois avant). Et je vous cache pas le jugement de mes proches oú élèves ..j’ai eu mon cap, mon bac,tout mes examens mais j’ai le sentiment de les avoirs volés ! Je ne sais pas pourquoi j’agis ainsi, et ensuite je blocque pour chercher du travail à chaque fois car mon intérêt pour la discipline à chuté.. Pour moi aussi c’est dur car j’aimerai trouver pour quoi je suis faite ! C’est tortueux je vous l’accorde.

    #21856
    Photo du profil de doty doty 
    Participant
    Points: 411

    Ca me fait sourire car j’ai a deux reprises accepté un boulot en off pour aider des amis (en dehors de mes heures de travail) en affirmant que je savais faire, ce qui n’était absolument pas le cas. J’ai donc appris 2 logiciels avec des bouquins et des tutos sur internet toute seule. Ils ont été tellement ravis du résultat (c’était des présentations d’une société à faire et les 10 ans d’une association) qu’ils ont tenu à me payer et que le maire devant lequel a été projeté une des présentation a tenu à me rencontrer tellement il avait adoré. C’était risqué mais j’ai adoré me mettre en danger et y arriver.
    Sinon oui, je pense de plus en plus à aller voir un psy, le feeling a super bien passé avec celle qui a fait passer les tests à mon fils, mais je n’arrive pas encore à faire la démarche car je ne suis pas sure qu’elle arrive à m’aider. Mais ce que je trouve bizarre, c’est que je vais mal depuis que j’ai 28 ans, avant je n’avais pas l’impression d’être en décalage comme maintenant. Il faut dire que j’avais une passion depuis l’age de 7 ans : l’équitation qui me prenait tout mon temps. Quand j’ai décidé d’arrêter, c’est là que tout a commencé. Aujourd’hui, je me sens vide, je suis éteinte, je n’en parle à personne et personne ne se rend compte dans quel état je suis. ce qui me fait poser des questions ces derniers temps c’est le fait qu’une spy que j’étais aller voir pour parler de mon fils avec lequel j’avais de grosses difficultés (il était très agressif et je vivais avec un enfant de 6 ans avec un comportement de 15 ans)me dise : « vous êtes très intelligente » parce qu’elle ne voyait pas ce qu’elle pouvait m’apporter de plus tellement j’analysais bien la situation (un comble !), idem pour une autre spy que j’étais allée voir il y a des années pour un autre problème plus personnel. Ensuite cette maman HP avec qui j’ai discuté longuement, mon entourage qui me trouve « démerde » et brillante. Pourtant, je me trouve nulle. je ne suis pas sure de moi. J’aimerais avoir le courage de me lancer dans une formation pour faire autre chose. Mais quoi… et puis, je n’en ai pas l’énergie. je sais tout faire mais rien faire à la fois. Mes amis ne comprennent pas pourquoi je ne monte pas ma boite. J’aimerais travailler de chez moi, pour moi, pour mon site de e-commerce. Mais je n’ai pas d’idées… Il y a des personnes qui ont des idées et d’autres qui savent gérer. Moi, je sais gérer. Je ne me sens pas capable de faire le reste. Alors je suis frustrée. Voilà, vous savez tout…

    #21857
    Photo du profil de doty doty 
    Participant
    Points: 411

    Sinon, le fait de faire plusieurs choses en même temps ne me pose pas de problèmes. On est tous les 3 comme cela chez nous : mon mari, mon fils 8 ans et moi. On est des hyper connectés.

    #21882
    Photo du profil de luciole luciole 
    Participant
    Points: 896

    Ca fait du bien de ne pas se sentir seule à être différente … J’ai posté un post dans « adulte » sur l’intérêt de se faire tester mais n’ai pas eu de réponse, certaines rubriques doivent être peu lues.
    J’ai aussi pensé à la précocité pour moi lorsque la question s’est posée pour ma fille. En fait, comme beaucoup d’entre vous, j’ai lu (beaucoup) sur le sujet et ça m’est un peu apparu comme une évidence (et comme un soulagement), pour expliquer la différence que je ressens depuis que je suis petite. Je me sens aussi souvent nulle et prétentieuse de penser que je pourrais être HP, mais à la fois mes lectures, le résultat des tests de ma fille et certains faits de mon enfance vont plutôt dans ce sens.
    Moi aussi je fais souvent plusieurs choses à la fois, par exemple, en réunion, je fixe mieux mon attention sur ce qui se dit si je fais autre chose en même temps (c’est mal perçu …). Je mémorise aussi tout plutôt que de faire des to do list ou autre. D’ailleurs, ça me fait peur car (avec l’âge ?) je commence à moins me rappeler de certaines choses, une personne rencontrée dans le cadre du boulot m’a dit que j’encombrais trop ma mémoire et que je la saturais mais je n’y crois pas trop. Et comme toi Doty, je me sens éteinte, fanée. Paradoxalement, j’ai besoin d’objectifs pour avancer mais je n’ai plus le courage et l’énergie pour me lancer dans de nouveaux défis …

    On pourrait échanger sur un post dans adulte, ce serait plus simple pour se suivre …

    #21919
    Photo du profil de doty doty 
    Participant
    Points: 411

    avec plaisir Luciole. Ca me fait sourire, moi aussi je n’écris rien, ne mets jamais à jour mon agenda. C’est ma manière à moi de faire marcher ma mémoire…

14 sujets de 1 à 14 (sur un total de 14)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

©2016 Tous droits réservés Enfants Précoces Info

Contact

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account