Le bébé surdoué

rentrée en PS bientôt que faire si on a un enfant précoce ?

3 réponses et 4 participants
Dernière mise à jour par Camille-JM il y a il y a 5 mois et 3 semaines.

4 sujets de 1 à 4 (sur un total de 4)
  • Auteur
    Messages

  • Ninareb
    Participant

    Mon fils de 30 mois est à la crèche et la psychologue nous a alerté sur « l’intelligence » de mon fils et sur le fait surtout qu’il avait un langage largement supérieur aux enfants de son âge.
    C’est vrai qu’il parle très bien avec des phrases sujets-verbes compléments et adjectifs. il maîtrise l’utilisation de temps autres que le présent.
    Mais elle nous a surtout alerté sur ces jeux qui sont selon elle la preuve d’un enfant en avance (il a beaucoup d’imagination et avec 3 légos il vous fait toute une histoire).

    Elle nous a conseillé de faire attention à la rentrée quand il ira à l’école afin qu’il ne s’ennuie pas car selon elle il a déjà maîtrisé les savoirs de la petite section.

    Est-il vraiment précoce ? Quand je vois les enfants de mes amis j’ai l’impression qu’il est comme eux.
    C’est vrai aussi que les gens qui ne le connaissent pas sont souvent étonnés par son langage élaboré.
    Bref c’est vrai que je le trouve vif d’esprit et intelligent mais de là à dire qu’il est précoce…je ne sais pas comment différencier ni ce qu’il faudrait mettre en œuvre pour son bien (école maternelle à la rentrée et j’ai peur qu’en en parlant d’emblée à la directrice elle balaie ça d’un revers de main en se disant « encore un parents qui croit que son gosse est surdoué 😉 )

    Merci de m’éclairer un peu…


    qwerty
    Participant

    Bonjour Ninareb,

    J’ai envie de répondre « wait and see » ma fille à son entrée en crèche s’ennuyait avec les petits de sa section, elle a donc très vite été basculée chez les grands. Une fois grande chez les grands elle ne pouvait plus basculer nul part, donc les « tatas » ont compensés, à la crèche elle a appris ( pas qu’à elle mais à un petit groupe bien éveillé) à compter, l’alphabet, les couleurs, à écrire son prénom, papa, maman etc … Donc autant vous dire qu’arrivée en maternelle ce petit monde avait déjà un peu d’avance !

    Très vite la maîtresse m’a approché par ce que ma puce faisait des choses en deca de ce qui est attendu à son âge. Je n’ai pas réagit, j’ai juste souri et sortie une phrase bateau. Ma puce les premiers temps en classe faisait le carnage ! Elle a été puni par la maîtresse plus d’une fois et moi je la réprimandais à la sortie, elle a fini par se calmer et utiliser son énergie et son « ennui » de façon plus constructive. Sa maîtresse à fait d’elle son assistante ! Quelle fierté ! Elle passait donc de groupe en groupe expliquant avec beaucoup de pédagogie ce qu’il fallait faire. Ce modèle fonctionnant très bien un « leader » était placé dans chaque groupe. Résultat programme de l’année bouclé en février avec une classe comme rêve d’avoir tous les enseignants ! (Si j’en crois son instit ) qu’est ce que j’ai dans tout ça ? Rien. J’ai laissé l’enseignante faire son travail, trouver ses solutions, m’informant et la soutenant ( réprimande post bêtise) quand c’était nécessaire.

    La précocité de ma fille à souvent été sois sous-entendu, soit dites mais je ne l’ai jamais mise au centre de l’intérêt, ni de la conversation, je parlais de ma fille, je voulais qu’on parle de ma fille dans la situation dan laquelle elle se trouvait à l’instant T et d’amener qu’il y avait suspicion de haut potentiel n’apportait rien de significatif. Ça a été le cas pour moi car ma fille à toujours eu des enseignants à son écoute et que je n’avais pas de problèmes de comportements irrésolvable avec elle. La seule année où elle a eu une instit qui ne l’a pas reconnue dans ses spécificités c’est l’année pendant laquelle on a dû prendre la décision de lui faire passer son test, le jour de ses 9 ans.

    Voilà pour mon expérience. Mon conseil : faites la rentrée, laissez le temps au professeur de faire le point sur les capacités de ses élèves, voyez ce qu’il propose comme pédagogie, voyez comment se comporte / sent votre fils et avisé en temps voulu de ce qu’il y a de mieux à faire par rapport à ces éléments.


    caibe
    Participant

    Bonjour
    Mon petit bout de choux a fait sa rentrée il y a deux mois, et avec a peine trois ans(adaptation pour l’an prochain)
    vu quelques signes de précocité (pas au langage, ce qui me fait penser que finalement elle est juste très éveillé, mais je lui parle en espagnol aussi, donc je ne sais pas trop au juste) car elle connais les couleurs depuis l’age de 18 mois, les formes 2 ans, lire les lettres 2 ans et demie, compter (non énumérer, mais bien compter des objets) il y a quelques jours j ai appris qu elle sais jusqu a 14 (elle comptait avec des amis, surprise!!! je suis resté à 5 moi) donc, comme je suis fille d un précoce, je me suis inquiété, surtout pour la rentrée en PS. j’ai parlé avec mon pédiatre, et il m’a conseillé de rien dire a la maitresse, car un enfant veux surtout être comme les autres, donc, laisser et observer. et la, je vous donne mon expérience, les enfants sont tous différents , et les enseignants aussi!!! pour commencer ma fille est petite de taille, blonde avec des bouclettes et des superbes jeux bleu, tout ça pour vous dire que dans sa classe ils l’ont pris pour le bébé!!! la poupée en quelque sorte. câlins des autres enfants plus grandes, gâtée… rien de très motivant pour s’épanouir en tant que « grande » en faite. Un jour que nous étions en avance, je suis resté un peut avec elle dans sa classe, et j ai voulu jouer avec un jeux des lettres, et la, surprise!!! elle voulais surtout pas dire quelle lettre je lui montré!! a la maison elle le fais sans hésitation, mais la…. donc, j ai conclu qu elle s adapte aux autres enfants, elle fais comme eux. Bon? Pas Bon? je ne sais pas, mais moi je pense que les problèmes s il y a, ça viendra plus tard, au CP ou bien après. donc, wait oui, et surtout observer, et proposer l’école a votre enfant en tant qu endroit pour jouer et se faire des copains. parler avec les enseignants?? je ne sais pas, car ils risquent de focaliser, et de traiter l enfants même involontairement, différemment. pas facile, quand un enfant à des problèmes de retard de développement tout le monde trouve normal, légitime, de le faire suivre et de s inquiéter, parler avec les enseignants etc.mais pour le contraire, nous sommes « taxes » de parents qui en font trop (j ai eu la réflexion « laisse-la être enfant!!! » lancé par mon pédiatre quand je lui ai parlé de tout ce qu elle sais faire ma fille) et n en parlons pas de la jalousie des autres parents!!! ils guettent la faille de votre enfant pour lancer le « ben, il est pas si en avance que ça en faite » non, sérieusement, plus le temps passe plus je pense qu il faut en parler ici, avec des personnes avec le même « problème » mais surtout avec beaucoup de précaution en dehors.


    Camille-JM
    Participant

    Le message date un peu, mais ça pourra resservir pour d’autres.
    Mon fils aîné (actuellement 4 ans tout pile), se faisait « suer » chez sa nourrice. Il réclamait sans cesse d’aller au regroupement d’ass’mat’ (seulement 2 matinées par semaines). Nous avons pris la décision de le faire entrer en TPS à 2 ans 4 mois ne le voyant pas faire une année de plus en nourrice (et l’entrée en janvier n’existant pas chez nous). Il n’a pas vraiment eu de difficulté d’adaptation, et aidait les PS, comme par exemple toute la première période de l’année, il est resté sur le temps de l’accueil, à côté des étiquettes prénom jusqu’à ce qu’il sache reconnaître tous les prénoms de sa classe (dont les GS en minuscule). Il les donnait à l’arrivée des camarades qui ne savaient pas leur propre prénom pour les TPS/PS, et ceux qui avait la flemme de mettre leur étiquette (GS). Une fois que ce fut acquis, il est passé à autre chose, il ne squattait plus l’accueil.
    La maîtresse nous avait dit qu’il la sidérait et nous avions discuté précocité (elle était touchée personnellement par la précocité, et nous aussi).
    Aucune mesure n’a été prise pour lui, et il a fait sa rentrée en PS l’année suivante (cette année donc).
    Le jour de la rentrée une nouvelle maitresse dont c’était la première année dans cette école l’aborde : alors c’est toi qui est très fort? (heu???), et nous dit, bon comme on m’a fait part qu’il avait bcp d’avance je lui ferais faire des exercices avec mes GS. (What???). L’après-midi même, la directrice m’appelle pour me dire que ça ne va pas le faire et me demande la permission de le changer de classe et de le mettre en PS/MS, afin qu’il puisse suivre un peu des 2, sans être montré du doigt (si il était resté avec les GS). Nous avons donné notre accord.
    Et la en 3 semaines de temps son état s’est dégradé à une vitesse tellement rapide qu’elle en était alarmante. Refus de s’alimenter, refus d’aller à l’école (allant jusqu’à se déshabiller 10 fois par matin en se tapant, nous tapant, il fallait être a 2 pour l’habiller et l’attacher dans son siège auto!), somatisation?, colère, violence, boulimie d’apprentissage à la maison (en particulier lecture à 3 ans 4 mois donc). Sachant que nous le pensions être avec le groupe de MS (d’après la conversation avec la directrice), nous ne comprenions pas.
    Nous avons contacté l’école, eu un RDV avec sa maitresse, celle de l’an dernier et la directrice.
    La maitresse actuelle n’avait pas écouté les recommandations de la maitresse de l’an dernier, ni de la directrice et avait gardé notre fils en PS.
    Vu l’état d’urgence, elles m’ont proposé un saut officieux en MS (dans le but d’être officiel pour la GS ce qui est par ailleurs chose faite à l’heure actuelle, nous venons de signer l’accord). Le début a été dur, car la maitresse a joué sur le fait que ça soit officieux (heureusement elle part à la retraite l’an prochain!), et mon fils a été très perturbé. Nous avons fini par lui dire qu’il faisait les 2 niveaux en même temps, et depuis il n’est plus perturbé.
    Nous avons fais tester notre fils dans la foulée pour arrêter avec les suppositions.
    Pour ma part, je pense qu’il ne faut pas prendre les devants, si l’enfant va bien, même si il est en avance, il vaut mieux laisser faire (c’est qu’il a envi d’être comme tout le monde, et pour ça il faut le respecter). Mais il faut aussi savoir être réactif, si le besoin s’en fait sentir.
    D’après la psy qui l’a testé, c’est très rare finalement des enfants qui si jeunes se montrent si mal.
    Voila, bonnes réflexions!

4 sujets de 1 à 4 (sur un total de 4)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.