De gros doutes pour mon fils de 5 ans et demi. Vos avis ?

Accueil Enfants Précoces Info Forums Mon enfant est-il précoce ? De gros doutes pour mon fils de 5 ans et demi. Vos avis ?

10 réponses et 4 participants
Dernière mise à jour par Françoise il y a il y a 8 mois et 1 semaine.

11 sujets de 1 à 11 (sur un total de 11)
  • Auteur
    Messages

  • ion-ion35
    Participant

    Bonjour,
    Mon fils de 5 ans et demi nous déconcerte, nous surprend (parfois), nous épuise (souvent).
    Bébé, il était très éveillé (de nombreuses remarques sur son regard alors qu’il était tout petit). Il a marché un peu avant son 1er anniversaire et a parlé à 2 ans (très bien avec des phrases complexes bien construites, utilisation du subjonctif…). Sa nounou nous faisait souvent remarquer qu’il était vif.
    Son année de PS a été compliquée. Peu d’envie de travailler, comportement perturbateur, maîtresse peu à l’écoute. En MS, il a repris goût à l’école mais a continué à se faire pas mal remarquer dans la classe. Cette année, en GS, il a une super maîtresse, très patiente, mais son comportement pose toujours problème : il veut être au centre de l’attention, il embête les autres en les taquinant sans cesse… Ses maîtresses ont toujours dit que c’était un enfant intelligent, très vif, avec beaucoup de connaissances et comprenant très vite. Malheureusement, et de plus en plus, il se lasse des activités qu’il sait déjà faire et travaille réellement quand il y a de la nouveauté. Il a commencé l’année en avance sur le reste de la classe mais son attitude fait qu’il stagne en montrant rarement ce qu’il sait vraiment faire.
    Par exemple, il a commencé à lire (déchiffrer quelques mots) dès le début de la MS, mais j’ai l’impression que plus le temps passe et plus il régresse. Il n’a pas envie de faire l’effort de lire, dit que c’est trop compliqué, alors qu’il le fait facilement quand il l’a décidé…
    A la maison, c’est un enfant très difficile. Il est provocateur, ne supporte pas l’autorité et les contraintes, fait beaucoup de colères et (ce qui m’inquiète le plus) peut parfois se montrer violent envers les autres (nous, sa sœur…) et envers lui-même. Il peut pourtant être aussi un petit garçon adorable, très intéressant, qui aime apprendre et discuter. Il a eu (et a toujours) aussi de gros problèmes de sommeil (nombreux réveils, terreurs nocturnes…).
    Depuis l’an dernier, on nous parle de précocité (pédiatre, infirmière scolaire, maîtresses) mais une psychologue que nous avons vu l’an dernier nous a conseillé d’attendre ses 6 ans pour passer le test car souvent, des enfants « éveillés » perdent leur avance petit à petit.
    Récemment, nous avons commencé d’autres séances de psy car l’ambiance à la maison est devenue insupportable.
    Depuis toujours, partout où on passe, il se fait remarquer, parfois de manière positive (par ses réflexions, son humour…) mais le plus souvent de manière négative (par ses crises, sa provocation et sa difficulté à se faire une place dans un groupe d’enfants). Il aime beaucoup être au centre de l’attention et bien souvent, il l’est mais pas pour les bonnes raisons.
    J’aurais encore tant de choses à dire mais je ne veux pas écrire un trop gros roman. Juste une phrase pour conclure qu’il a dite chez la psy la dernière fois : « J’aime bien être différent des autres mais je sais que c’est mieux d’être comme tout le monde ».
    Que pensez-vous de tout cela ? J’ai souvent l’impression qu’on n’arrive pas à faire ce qu’il faut en tant que parents. Il passe pour un enfant mal élevé et le regard des autres me pèse beaucoup.


    Astrayel
    Participant

    Bonjour Ion-Ion,
    je pense que c’est normal d’avoir des doutes. On nous apprend à être des parents selon un certain cadre, pour des enfants classiques. Mais dans le cas d’enfants précoces, leur comportement n’est pas classique et tout ce qu’on nous demande (la pression sociale, surtout) ne fonctionne pas. Tu parles beaucoup du regard des autres et je comprends qu’il est difficile d’être jugé par ceux qui ne savent pas ce que c’est que d’élever un enfant hors normes (dans le sens littéral du terme). On nous dit depuis tout petit qu’un enfant doit dire bonjour, au revoir, s’il te plaît, merci. Pour la plupart des enfants, c’est juste un réflexe conditionné. On les force à le répéter jusqu’à ce qu’ils le fasse instinctivement (le chien de Pavlov n’est pas loin). Mais pour certains enfants précoces, faire sans comprendre, c’est une douleur immense. Alors ils ne font pas et paraissent mal élevés, bien qu’ils ne le soient pas.
    Je pense que tu devrais oublier le plus possible le regard des gens. Tu n’auras jamais un regard compatissant, à part peut-être de la part de ceux qui ont vécu la même chose que toi. Car, effectivement, de l’extérieur, différencier un enfant précoce d’un enfant capricieux est quasi-impossible. Les gens ne voient qu’un enfant qui fait le bazar ou refuse de dire bonjour alors que tu t’évertue à lui faire dire bonjour depuis qu’il a un an et qu’à cinq enfant, il refuse toujours (ou alors en murmurant, les yeux fermés et la tête tournée).
    C’est sûr que les tests à partir de 6 ans sont plus sûrs qu’à cet âge ou des tas de problèmes peuvent se présenter : refus de l’enfant de parler à l’adulte pendant le test, tests loupés exprès, biais dus à des centres d’intérêts différents (ma fille a eu des points en moins parce qu’elle ne savait pas ce que c’était que des cymbales !) Dans tous les cas, accroche-toi, car il ne semble pas trop faire de doute qu’il soit précoce. Dans tous les cas, des parents sentent ce genre de choses. Il y a plus de personnes qui se trompent sur ce sujet dans le corps enseignant que de parents.

    Courage.


    ion-ion35
    Participant

    Merci pour ta réponse. C’est réconfortant d’être écoutée et entendue. Nous lui ferons passer les tests quand ce sera possible et nous serons enfin fixés : soit il n’est pas précoce et nous pourrons éliminer cette possibilité et envisager autre chose (problème éducatif ?), soit il l’est et j’espère qu’on pourra nous apporter quelques pistes pour gérer le quotidien et qu’il se sente mieux (et nous aussi).


    Françoise
    Admin bbPress

    Bonsoir,

    Je suis globalement d’accord avec Astrayel. Par contre ce qui me gêne un peu vu les souffrances de votre fils est le fait d’attendre encore pour le bilan car en attendant il continue à être mal à l’aise. Comme l’équipe enseignante a évoqué la précocité, n’y a t-il pas moyen soit de faire intervenir le psychologue scolaire en attendant ou d’adapter sa scolarité en fonction de ses besoins, lui proposer des activités plus enrichissantes… qui le valorisent et lui donnent envie de travailler.
    Sinon a t*il un bon contact avec sa psychologue actuelle ? Si le lien de confiance est établi et qu’il coopère avec elle, il pourrait être bénéfique de pratiquer un bilan dès maintenant.


    ion-ion35
    Participant

    Visiblement, la psy scolaire est débordée et s’occupe en priorité de « cas » plus urgents. En ce qui concerne la psy actuelle, il n’y a eu que 2 RDV pour le moment (3ème demain) et on l’a choisi justement parce qu’elle fait passer les fameux tests. Par contre, elle s’annonce comme spécialisée dans la précocité (entre autres) mais pour le moment, on n’a pas du tout évoqué cet aspect. Elle axe surtout sur le comportement mais sans grande analyse pour le moment (de moins je trouve). J’espère que ça va évoluer vite, parce qu’à 55€ la séance, j’espère ne pas rester sur de simples constats pendant trop longtemps.
    Mon fils aura 6 ans début septembre, alors je me dis que maintenant, on peut bien patienter jusqu’à là vu ce qu’on a déjà attendu… A ce propos, c’est à partir de 6 ans pile qu’on peut faire passer le WISC ?


    Astrayel
    Participant

    Le jour où les psychologues scolaires comprendront que les enfants précoces ont autant besoin d’aide et de soutien que d’autres types d’enfants en difficulté, le monde changera pour nous. Mais bon, c’est pas près d’arriver. Je trouve aussi ça un peu étrange que a psychologue privée n’ait pas encore abordé ce sujet. C’est ce qu’on a fait au premier rendez-vous avec la notre. Et on a insisté fortement pour la faire tester à 4 ans malgré les réticences de la psy et son avertissement quant à la faible fiabilité de la faire à cet âge. Mais on a eu gain de cause et on a eu notre diagnostique avec quelques bémols. Ce que tu peux peut-être faire, c’est demander à attendre septembre pour faire les tests (oui, tu peux faire le WISC IV à 6 ans pile, nous on a fait le WPPSI). Par contre, ne t’attends pas à une évolution rapide, c’est peu probable. Il faut prendre son mal en patience et avancer un pied après l’autre. Il grandit, mûrit et vous apprenez de plus en plus à savoir de quelle manière le « gérer ». Je pense qu’il y a des choses qu’il ne faut laisser passer sous aucun prétexte (la violence, entre autres), et d’autres pour lesquels il faut savoir laisser couler car on ne peut pas se battre sur tous les fronts. Les vraies priorités d’abord.


    dannette
    Participant

    bonjour
    la description de ton fils correspond à celle de mon fils. Il a 9 ans, a été testé par la psy scolaire en MS. Elle nous a annoncé les chiffres,presque à nous dire que c’était une chance d’avoir un enfant précoce. Cependant l’école n’a rien mis en place, les enseignants d’année en année se contentent de se plaindre, sans rien proposer de concret. La psy scolaire ne s’occupe plus du tout de lui. Il est suivi à l’hôpital psy de jour.il y va une 1h en groupe et 1h avec une psy. Il vient de repasser un autre test la bas. Pour moi il faut faire passer les tests avec un suivi psy, scolaire…le regard des autres…vaste sujet. La comparaison avec les autres enfants, pas mieux. Mon fils à 9 ans a plus de recul sur ses crises, ses provocations. on discute beaucoup mais pour lui il est le vilain petit canard. Il ne faut rien lâcher, être rigoureux, ça les rassure. un autre psy en liberal ne parlait jamais de sa précocité. on a essentiellement travailler sur ses crises, ses provocations, son immaturité. on a vu 2 fois un neuropsychologue qui n’a apporté aucune solution concrète.
    si tu veux le faire tester maintenant pourquoi pas ainsi dès la rentrée tu peux rencontrer l’enseignant et mettre en place un suivi.
    bon courage
    bon courage


    ion-ion35
    Participant

    Un grand merci pour vos réponses ! Ce n’est pas facile de parler de tout ça à mon entourage qui ne comprend pas forcément nos difficultés. Alors c’est très appréciable d’avoir une écoute (ou plutôt un regard :-)) attentive.
    Ce soir, RDV avec la psy. J’ai abordé le sujet du test et le fait d’attendre ses 6 ans. D’après elle, on peut même le passer avant son entrée au CP mais du coup, ce ne serait pas le WISC mais l’autre (je ne sais plus son nom). Je me demande franchement si c’est judicieux de le faire à la fin de l’été alors qu’il aura 6 ans le 3 septembre. La psy me dit que peu importe le test, la fiabilité est la même et le résultat est aussi complet. Qu’en pensez-vous ?
    Dannette, est-ce que le 2ème test passé par ton fils confirme les résultats du 1er ?
    Par ailleurs, visiblement, elle a surtout discuté et travaillé autour du sommeil avec mon fils (ce qui a été plutôt efficace puisqu’il en est à 12 nuits d’affilé sans débarquer dans notre lit, ce qui est un énorme exploit de sa part, même s’il reste encore des réveils en pleurs régulièrement), mais j’ai l’impression qu’elle s' »occupe » moins du comportement qui est pourtant la 1ère raison pour laquelle on a consulté. On verra à la prochaine séance (la dernière avec les grandes vacances)…
    En attendant, on ne lâche rien comme tu le dis Dannette, mais bien souvent c’est l’ambiance familiale qui trinque avec ses crises de colère ou sa désobéissance continuelle. Dur dur d’être parents ! 🙂
    Astrayel, ton conseil d’être plus cool sur certaines choses moins importantes fonctionnent souvent, mais il finit toujours par se dire qu’il peut négocier un peu plus, et encore un peu… Et au final, quasiment pas une journée ne se passe sans encombre. Il a vraiment un mal fou à obéir rapidement et pousse toujours notre patience (surtout la mienne d’ailleurs) jusqu’au bout du bout.


    Françoise
    Admin bbPress

    Bonsoir,

    J’ai l’impression que les problèmes de comportement de votre fils sont fortement liés à son mode de fonctionnement particulier c’est à dire au besoin de faire des choses qui l’intéressent.
    Ce n’est pas facile pour un enfant si jeune de gérer de le fait d’avoir des envies, des attentes, et de se sentir en permanence frustré, de s’ennuyer, d’être incompris des autres certainement. La taquinerie est une façon d’entrer en contact, certes maladroite mais il ne doit pas savoir comment faire autrement.
    Je pense que le test vous en dira plus, effectivement à quelques jours près autant attendre ses 6 ans et prendre d’ores et déjà rv. L’essentiel je crois est que dès maintenant votre fils se sente pris en charge, qu’il comprenne que vous vous intéressez à sa « personnalité » et à ses difficultés, et cela se fait peut être déjà ressentir à travers le sommeil.
    Vous pouvez lui expliquer que vous cherchez avec l’aide de la psychologue à mieux le comprendre et à comprendre ses colères et ses frustrations, que c’est là votre rôle et votre part de marché, et lui proposer des faire une recherche autour d’activités intéressantes pour lui pour l’été et que lui de son côté doit apprendre et comprendre que pour que ça fonctionne bien il y a des règles à respecter et qui sont non négociables, pourquoi ne pas les lister ? En gros un marché qui dit effort de votre part pour mieux le comprendre et satisfaire ses besoins et effort de sa part pour le respect des règles de vie. En même temps cela crée une routine qui souvent les rassure.


    ion-ion35
    Participant

    Quelques nouvelles de mon gars.
    Sa rentrée en CP a été très difficile (rdv avec la maîtresse au bout de 10 jours et je l’ai sentie déjà exaspérée par l’attitude de mon fils (très agité en classe, semblant ne rien écouter…). Pourtant il connaît les poésies par coeur en arrivant à la maison, au bout de quelques semaines, il savait lire (pas encore très fluide mais c’est bien parti)…
    Après une petite accalmie, le revoilà parti dans une période difficile à l’école et à la maison. Retour en force des grosses colères à la moindre contrariété à la maison, bêtises et agitation à l’école.
    J’ai « harcelé » la secrétaire du CNAHP de Rennes pour avoir un rdv et après plusieurs mois d’attente, elle m’a telephoné pour fixer les 1ers rdv en janvier : 1er entretien, test de QI, test d’attention et test de créativité. La totale ! 😁
    Je suis contente parce que le délai d’attente est normalement de 2 ans mais pour nous ça fera 18 mois depuis mon 1er appel. Je ne regrette pas d’avoir insisté.
    J’ai maintenant hâte de savoir ce qu’il en est vraiment : est-ce que sa précocité va être avérée (et il pourra bénéficier d’un suivi adapté) ou est-ce qu’on s’est complètement planté (ça éliminera une hypothèse et on pourra chercher d’autres pistes) ?
    La suite au prochain épisode donc… 😀


    Françoise
    Admin bbPress

    Bon, vous êtes proche du but, de toutes façons vous aurez un éclairage sur la façon de fonctionner de votre fils.
    Courage, encore une semaine avec les vacances, tenez-nous au courant !

11 sujets de 1 à 11 (sur un total de 11)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.