Répondre à: Je cherche à comprendre

Accueil Enfants Précoces Info Forums Forum principal Je cherche à comprendre Répondre à: Je cherche à comprendre


Samuel

Bonjour Mathieu,

J’ai eu une bonne scolarité jusqu’au lycée, jusque là je dois avouer que j’étais à peu près comme toi. Toujours la meilleure note en français, de trés bons résultats en mathématiques, des facilités que j’exploitais et une naturelle soif d’apprendre pour l’école des années 1980-90. Un rejet au collège dû à ma personnalité trés noire et solitaire, peut-être aussi à cause de mon physique et de mes trés bonnes notes, mais passons, la jalousie humaine chez les adolescents est de trés normale et j’ai sû en troisième modifier tout ce petit monde qui gravitai autour de moi en jouant de la tactique mentale et humaine et faire de la différence de ma personnalité un atout, accélérant à une vitesse pressante ma pensée, me prenant même pour un monstre au vu de ce qui se passait parfois avec ma pensée. Mais passons. L’humanité est l’humanité, et on trouve toujours de trés bonnes concilitions. Sauf que. Ah. De trés grandes crises d’agoraphobie au lycée, un rejet total du système de jugement d’apparence général que je trouvais inhumain, et une perte totale de mes valeurs propres. Aide humaine de mes camarades les moins stupides et les plus humains et interressants, j’ai passé quand même de bonnes années relationnelles au lycée. C’était en 1995-98. Mais la scolarité ne suivait pas. L’humanité en général me posait propblème, et mon inconscoiçent surchargé des choses passées agissait comme une immense pieuvre sur mes capacités scolaires et humaines. Bon. Redoublant deux fois la seconde, aidé et aimé par les profs de français de cette époque qui croyaient en mes capacités, je n’en finis pas moins en STT, où par revirement de mes forces et de ma conscience, aidé par une solide psychianalyse chez un psychiatre honnète et vraiment bon (je le reconnais maintenant) et non pas comme une petite erreur idiote un psychiatre pour enfants surdoués ou précoces (cela m’aurait horrifié, faisant ainsi obstacle à l’éthique psychiatrique, mon psy me disait à l’époque de cette horrible mode et focalistion des « surdoués », que j’avais été un enfant précoce. Mais le problème n’étais pas là. Le problème vient au pire, je dis bien au pire toujours de l’extérieur. Arrivé en 1ère L, une folle mathématique de la littérature et profondément méprisante prof de lettres, à ce jeune de dix-huit ans en immonde dépression qui lui dit qu’il veut être écrivain plus tard, répond, presque en criant « ce n’est pas possible ». Ce fut la pire parole que j’eue pendant ma scolarité. Me transvasant dans un lycée-clinique à sceaux, acceuillant à peu près tout le monde, anorexiques, adolescentes violées, dépressifs et ados en chute scolaire, j’eu affaire à des professeurs bien plus tolérants et interessants qu’à mon ancien lycée. Je réussis mon bac au rattrapage à 22 ans avec 14 en lettres et 12 en philo. Le reste de mon parcours a été utile (parfois décevant face au commentaire composé imposé en fac de lettres, à cette analyse puérile, inepte et peu interessante de décortication des textes, et non de véritable étude). D’autre facs (art et philo) on porté leurs fruits, et j’ai fait ce que je voulais faire, vivant dans une certaine dureté, toujours aidé financièrement par ma mère. J’ai fait en 11 ans 12 livres de poésie de catégorie surréaliste et ai signé un contrat pour un livre de style fantastique chez un éditeur connu, qui quand il aura la bonne idée de me programmer sortira dans les fnac et virgin. J’ai mon contrat et l’homme me parait honnète. Voilà pour moi. Pour toi je dirai que si tu as des choses qui te pèsent sur la conscience, va voir un bon psychiatre-psychianalyste-psychothérapeute, et quand la problématique est humaine, elle rejailli fatalement sur tous nos rapports, sociaux et scolaires. Pour les plus jeunes, j’aime assez cette école dont j’ai vu la vidéo sur le net pour enfants précoces, il y avait vraiment une pédagogie et une humanité rare, et un professionnalisme certain. Pour toi, précoce oui, mais tu ne pourras jamais échapper au fait que tu es humain, et c’est bien ça le problème -et la merveilleuse et plus que tout interessante solution. Ce monde est fait d’incompréhensions. La logique de groupe n’a vraiment jamais échappé à personne, et il faut vraiment être sage ou être quelqu’un comme Socrate pour se faire -au delà de presque tout. Des formations groupales dans la même idée d’identité se suffisant et s’excluant du commun des mortels (comme cette pensée me fait doucement sourire…), génère, en lieu public et non professionel et aidant, des tares sociales et relationnelles qui me dégoutent profondément. Admet ton histoire, revient beaucoup ou un peu sur certains gros ou petits points, et donne toi les moyens d’accomplir tes rêves. Ton vécu a accumulé beaucoup de choses en toi qui ne demanderont qu’à s’exprimer et à se transcender, où et sur quoi que ce fusse, surtout sur la vie elle-même. Bonne chance.

Samuel